Top Five Séries Addict #12 – Les meilleures séries annulées au bout d’une seule saison.

Coucou les paupiettes !

C’est vendredi, c’est l’heure de parler séries. Pour rappel, ce rendez-vous a été mis en place par Tequi. Le système est simple, toutes les semaines nous parlerons de certaines séries que l’on regarde, selon un thème prédéfini. C’est ouvert à tout le monde, donc n’hésitez pas à vous joindre à nous !
Cette semaine, on va parler séries annulées beaucoup trop tôt et je vais vous présenter les cinq meilleures séries (selon moi) qui ont été décommandées au bout d’une saison. C’est probablement l’un des moments les plus difficiles dans la vie d’un sérivore. Tu voyais tellement de potentiel dans cette série, tu avais eu un coup de cœur quasi instantané et tu pensais qu’il était partagé par globalement toute la planète, et plus loin encore.. Et en fait non. La série est annulée au bout de 10, 12, 20 épisodes.. Et tu pleures. Alors, quelles sont ces séries dont je pleure encore l’annulation aujourd’hui ?

# Good Girls Revolt.

La blessure la plus fraiche. J’ai eu un véritable coup de cœur pour cette série fin 2016 et quand j’ai appris qu’elle n’aurait pas droit à une saison 2, j’étais vraiment dégoûtée. Le casting était bon, l’histoire hyper intéressante et engagée, l’ensemble était convaincant. Pour moi c’était une série très prometteuse.. Tant pis pour moi, tant pis pour nous !

# Super Fun Night.

J’aime beaucoup Rebel Wilson et quand j’ai appris qu’elle allait être l’héroïne d’une série, j’étais joie. La série, sans surprise, m’a beaucoup plu. Je trouvais l’ensemble pétillant, frais. Les personnages étaient drôles et très attachants. C’était une série pas prise de tête comme je les aime mais, face aux nombreuses comédies qui font leur apparition sur les différentes chaînes américaines, elle n’a pas su capter suffisamment l’attention. Tristesse.

# The Crazy Ones.

L’annulation de The Crazy Ones a été l’une des plus difficiles je crois, parce que je refusais d’admettre qu’on pouvait déprogrammer Robin Williams. Si la série était parfois un peu inégale, elle restait tout de même légère, drôle, idéale pour décompresser en rentrant du boulot. Robin Williams avait un don pour ça.

# Brief Encounters.

Comme pour Good Girls Revolt, je suis dégoûtée. Frustrée serait le mot le plus adéquat pour décrire ce que je ressens. Comment peut-on juger une série sur seulement six épisodes ? COMMENT ? Elle avait tellement de potentiel, sa première saison était déjà tellement rafraichissante ! Ça détonnait au milieu de toutes ces comédies quasi identiques pondues aux États-Unis. Le casting était exceptionnel, les actrices étaient géniales toutes ensemble.. Le sujet était original, la conclusion promettait une saison 2 passionnante. Je suis en colère.

# The New Normal.

Je n’avais pas eu de coup de cœur particulier pour cette saison mais, comme pour beaucoup d’autres, j’étais curieuse de voir où tout cela allait mener. Cette famille atypique était très touchante et attachante, je passais un bon moment en leur compagnie chaque semaine. La série abordait par ailleurs des thématiques plutôt intéressantes avec humour mais aussi avec justesse. Dommage !

Et vous ? Quelles sont ces séries annulées au bout d’une seule et unique saison que vous regrettez le plus ?

Plein de bisous !

Top Five Séries Addict #11 – Ces personnages qui changent tout le temps d’avis (not cool, dude).

Coucou les paupiettes !

Je n’ai pas été trop là cette semaine, trop occupée que j’étais à dévorer les livres de ma PAL les uns après les autres. J’ai aussi commencé de nouvelles séries (comme si j’avais pas déjà assez de retard dans celles que je suis depuis un moment), ce qui fait que je perds (?) un temps considérable devant mon écran. Bref. Me voici pour le onzième Top Five Séries Addict, consacré aujourd’hui aux girouettes : ces personnages qui changent tout le temps d’avis ! Ces personnages ont généralement le don de m’énerver comme c’est pas permis et j’ai choisi de vous présenter…

# John Murphy, The 100.

tumblr_inline_o26le1xsz51qhico3_500

En voyant le thème, c’est le premier personnage qui m’est venu à l’esprit. On ne compte plus le nombre de fois où John a retourné sa veste dans le simple objectif de survivre. Toujours prêt à aider le camp qui a le plus de pouvoir sur le moment ce cher Murphy ! Si ça a tendance à m’énerver (un tantinet), j’avoue que c’est un personnage que je trouve plutôt intéressant et qui va probablement se révéler être d’une grande importance dans un futur plus ou moins proche. Il a du potentiel, s’il pouvait juste choisir définitivement un camp, ce serait cool.

# Helena Henstridge, The Royals.

tumblr_nmrn1bv9cb1qbmp7lo3_500

De base, dans cette série, ça complote dans tous les sens. Mais Helena, au-delà d’être la reine-mère, est clairement la reine du complot. D’un épisode à un autre elle peut se retourner contre son allié de la veille, sans aucune vergogne et le tout avec une grande classe. Contre ses enfants, avec ses enfants, contre sa mère, contre Cyrus, avec Cyrus, contre les membres du parlement, avec son personnel.. Elle ne s’arrête à rien pour obtenir ce qu’elle veut, pour notre plus grand plaisir ! Oui, parce que si vous n’êtes pas un fan du complot, The Royals n’est pas faite pour vous. Personnellement, elle m’énerve mais je l’adore aussi, cherchez pas à comprendre.

# Mary Stuart, Reign. 

tumblr_ohe5uytzkc1rep730o1_400

Beaucoup de choses m’ont poussées à abandonner Reign au tout début de sa troisième saison (même si je la ressortirais probablement de mes archives histoire de voir comment ça se termine toute cette histoire). J’avoue que le comportement de Mary a été l’une des raisons principales. Ce petit jeu de « je t’aime, ah non maintenant je t’aime plus, oh mon dieu Françoiiiiis, ça a toujours été toi, meurs meurs meuuuuurs, aaaah nooooon tu es moooooort », je n’en pouvais tout simplement plus. Prends une décision meuf, non ? Arrête de nous faire perdre notre temps !

source

# Petyr Baelish, Game of Thrones.

tumblr_oli8drqicv1vn2lb7o2_500

Alors lui, je ne compte même plus le nombre de fois où il a changé de camp. Ou change-t-il vraiment de camp ? C’est le semeur de troubles de la bande, il est partout et nulle part à la fois et, à force d’apparaître aux côtés de tel ou tel personnage, on ne sait plus du tout qui il soutient ! En tout cas, à force de multiplier les alliances, quelque chose lui pend au nez. J’attends avec impatience le moment où tout va se retourner contre lui.

# Josh & Gabi, Young & Hungry.

young_hungry

DÉCIDEZ-VOUS, MERDE.

Et vous ? Quels sont ces personnages de séries qui vous frustrent à tout le temps changer d’avis ?

Plein de bisous !

Top Five Séries Addict #9 – Les personnages d’une même série que l’on aimerait voir ensemble *ship ship shiiiiip* !

Coucou les paupiettes !

On se retrouve ce vendredi pour un nouveau Top Five Séries Addict. Après la sélection de la semaine passée, consacrée aux meilleures séries romantiques, nous allons cette semaine nous focaliser sur les personnages d’une même série que l’on aimerait voir ensemble. Dans la merveilleuse communauté des fans de tous horizons, il est commun aujourd’hui de parler de shipping. Petite définition ? Le shipping représente un désir profond de voir deux de nos personnages préférés (ou pas), de film/série/roman/etc, se mettre en couple. Tomber follement in love et faire plein de bébés.

(Et même que des fois, nos rêves les plus fous se réalisent)

J’ai rencontré quelques problèmes avec ce thème parce que personnellement, je place tous mes espoirs en des couples qui finissent par voir le jour. Exemple ?

Continuer la lecture de Top Five Séries Addict #9 – Les personnages d’une même série que l’on aimerait voir ensemble *ship ship shiiiiip* !

Top Five Séries Addict #7 – Mes personnages préférés en 2016.

Coucou les paupiettes ! 

Il est l’heure de vous présenter une nouvelle sélection pour le Top Five Séries Addict, rendez-vous mis en place par Tequi. Le système est simple, toutes les semaines nous parlerons de certaines séries que l’on regarde, selon un thème prédéfini. C’est ouvert à tout le monde, donc n’hésitez pas à vous joindre à nous !

Cette semaine je vais vous présenter mes cinq personnages préférés de l’année 2016. Le choix a été assez difficile vu le nombre de séries que je regarde ! J’ai donc fait un gros tri pour au final me focaliser sur les séries que je regardais en priorité chaque semaine (en général ça veut dire qu’il y a quelque chose qu’on kiffe bien dedans) et à partir de là, mes cinq personnages sont apparus comme une évidence héhé.

# Jack Pearson / This is Us.

nup_172436_0260

Obviously. Impossible de parler de personnages préférés sans mentionner Jack, qui a vraiment su toucher mon petit cœur en cette fin d’année 2016. Cette série a beaucoup de points forts mais j’avoue que ce personnage, incarné par Milo Ventimiglia, est l’un des principaux. Il dégage un de ces trucs, il faut le voir pour comprendre !

# Cindy Reston / Good Girls Revolt.

cindy-ggr

Encore une excellente série qui n’a pas su trouver son public – je suis verte de rage, croyez moi. J’ai adoré la saison 1, vraiment, et j’ai été dégoûtée d’apprendre qu’elle avait été annulée. Elle avait tellement de potentiel, un sujet hyper intéressant, des actrices charismatiques… Notamment Cindy Reston, personnage qui a connu l’évolution la plus impressionnante sur les dix épisodes. J’ai trouvé cette jeune femme hyper touchante, drôle, forte.. elle m’a réservé bien des surprises pendant ces quelques épisodes !

# Wes Gibbins / How to get away with murder.

ALFRED ENOCH

Wes, c’était mon doudou chat sériesque de l’année, tu vois ce que je veux dire ? Il était tout pour moi. TOUT.

# Jeff The Grey / People of Earth.

Héhéhéhé. Alors, je n’en ai pas encore parlé sur le blog de cette série (je ne crois pas en tout cas), il s’agit d’un de mes coups de cœur 2016. C’est particulier, il faut aimer.. Moi c’est carrément mon truc, j’adhère à 100% et franchement, c’est à mourir de rire. Chaque personnage vaut son pesant de cacahuètes, mais j’avoue que Jeff est mon préféré.

people-of-earth-1

# Eleanor Shellstrop / The Good Place. 

bad-girl-gone-good-how-the-good-place-eleanor-shellstrop-is-television-s-character-to-watch

Ça, c’est la grande surprise de l’année. Moi qui *déteste* Kristen Bell, si je m’attendais à la mettre dans la liste de mes personnages préférés.. Il est vrai que son rôle dans The Good Place l’a fait remonter un peu dans mon estime. Cette série me fait vraiment beaucoup rire, c’est une pause bienvenue dans la semaine ! Le personnage d’Eleanor est léger, pas prise de tête, drôle mais elle a aussi un petit côté assez touchant qui fait qu’elle fait partie de ces personnages qui ne nous laissent pas indifférents.

Et vous ? Vos cinq personnages préférés de l’année 2016 ? 😀

Plein de bisous !

Point Culture – L’année 2016 en long, en large et en travers.

Hellooooo ! Bonne annééééée !

J’espère que vous avez passé un joyeux Noël en compagnie de vos proches et un chouette réveillon du Nouvel An. J’ai été très absente pendant ces vacances, pas du tout dans l’ambiance « fête » et donc je vous ai tristement abandonné pour me consacrer à la lecture et au rattrapage d’épisodes des (trop) nombreuses séries que je regarde. Bref. 2017 est là, est venu le temps de dresser le bilan de l’année 2016 d’un point de vue culturel (comme je l’avais fait l’an passé : L’année 2015 en long, en large et en travers).

2004

Continuer la lecture de Point Culture – L’année 2016 en long, en large et en travers.

Lady Helen, Le club des mauvais jours – Alison Goodman.

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une de mes dernières lectures : Lady Helen, le club des mauvais jours. Il s’agissait à la base d’une lecture commune avec Serial Bookineuse et Popcorn & Gibberish, que l’on a débuté durant le week-end à 1.000. Au final, j’ai souffert d’une petite panne de lecture et elles ont toutes les deux fini le roman deux semaines avant moi haha. Bref. Je partagerais avec vous leurs avis respectifs à la fin de cet article.

Londres, avril 1812. Lady Helen Wrexhall s’apprête à faire son entrée dans le monde. Bientôt, elle sera prise dans le tourbillon des bals avec l’espoir de faire un beau mariage. Mais d’étranges faits surviennent qui la plongent soudain dans les ombres de la Régence : une bonne de la maison disparaît, des meurtres sanglants sont commis et Helen fait la connaissance de lord Carlston, un homme à la réputation sulfureuse. Il appartient au Club des mauvais jours, une police secrète chargée de combattre des démons qui ont infiltré toutes les couches de la société. Lady Helen est dotée d’étranges pouvoirs mais acceptera-t-elle de renoncer à une vie faite de privilèges et d’insouciance pour basculer dans un monde terrifiant ?

couv35459251

Tout d’abord, attardons nous deux secondes sur l’objet livre. Admirez. La couverture est absolument magnifique, j’ai tout de suite été attirée par elle et je me suis dépêchée de lire le résumé, très intrigant. Hop, ni une ni deux, il était dans le panier et on filait à la caisse. J’ai très hâte de voir à quoi ressembleront les prochaines couvertures, j’espère qu’elles seront du même niveau !

Qu’en est-il de l’intérieur du roman ? Du contenu de ses quelques 500 pages ? Mon avis est un tout petit peu plus mitigé (mais vraiment pas beaucoup). Ce premier tome, à mon sens, est un tome véritablement introductif. L’auteure nous présente les différents personnages, les relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres ainsi que l’univers dans lequel va prendre place l’histoire. Par conséquent, le roman souffre de quelques longueurs, surtout sur les 250 premières pages (la moitié disons, à la louche). J’ai donc eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire au début, et ça n’a pas arrangé ma panne de lecture.
Étant également très fatiguée, le fait de lire vingt pages par vingt pages n’a pas aidé non plus à rentrer dans l’histoire.

Cela dit, une fois le contexte bien mis en place, j’ai trouvé que les choses devenaient plutôt intéressantes. Afin de bien présenter les différents éléments, je pense que cette longue introduction est un mal nécessaire. L’auteure a développé un univers plutôt riche tout en restant relativement simple et surtout accessible, facile à appréhender. On ne se perd pas en cours de route, les choses sont clairement posées. Elle a également su aménager son suspense bien comme il faut, il y a quelques rebondissements fort intrigants vers la fin du récit et j’ai très hâte de découvrir la suite des aventures de Lady Helen. Il y a beaucoup de questions encore sans réponses pour l’instant et j’espère que l’auteure continuera dans la lignée de ce tome (surtout de la deuxième moitié du roman haha) pour la suite, qu’elle saura nous surprendre. J’espère qu’elle ne tombera pas dans le piège du triangle amoureux (que je vois personnellement arriver à trois kilomètres) Helen/Selburn/Carlston.. Croisons les doigts ! Ça se serait vraiment une très très bonne surprise haha. Après, j’avoue que je n’ai jamais été saoulée par les prémices de ce triangle amoureux. Il n’y a rien de gnangnan ou de vraiment agaçant. J’aime vraiment beaucoup l’écriture de Goodman.

Les personnages ne sont pas particulièrement attachants, je n’ai pas réussi à m’identifier à eux. Mais, curieusement, ça ne m’a pas vraiment gêné. Ils sont très bien construits, ils ont des personnalités fortes et je pense qu’ils connaîtront des évolutions significatives dans un futur proche qui ne seront pas pour me déplaire. J’ai apprécié la relation qu’entretient Helen avec Darby (que je perçois plus comme son sidekick que comme sa bonne). On peut également rapidement établir un certain nombre de rapprochements avec l’œuvre de Jane Austen, notamment entre Lord Carlston et Mr Darcy (ainsi que par rapport aux codes de l’époque), et j’ai personnellement trouvé ça très sympathique.  On retrouve plein de petites références cachées. Contextuellement parlant, c’est une époque que je trouve très intéressante et je trouve qu’Alison Goodman la traite avec justesse (malgré la trop grande quantité de détails par moments). Elle a su allier le surnaturel et la période historique, ou encore les meurtres et les conversations sur les robes de bal, avec finesse.

En résumé, c’est un premier tome que je vous recommande. Malgré les quelques longueurs du début, le récit se révèle particulièrement intéressant et mystérieux dans la seconde moitié. Je pense qu’il annonce une saga fort prometteuse !

15/20

Les avis des copines :

Serial Bookineuse

Popcorn & Gibberish

A bientôt pour de nouvelles aventures !

Point Culture #23 – Livres, films, séries.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour un tout petit Point Culture tout mignon ! Avec ma petite panne de lecture de cette semaine, le bilan n’est pas folichon. J’étais tellement claquée que je n’ai même pas vraiment regardé de film ou de série. Pour être parfaitement honnête, j’ai fait l’éponge au fond du lit devant les replay d’Un dîner presque parfait et du Meilleur Pâtissier. Toute la semaine. Voili voilouuuu. A ce jour, ma panne semble être en bonne voie de guérison et j’ai repris un rythme de lecture plus que correct, donc le premier bilan de décembre devrait être un peu plus étoffé !

Livres lus.

# Le Protectorat de l’ombrelle – Sans cœur.

Lady Alexia Maccon a de nouveau des problèmes. Sauf que cette fois elle n’y est vraiment pour rien. Un fantôme fou menace la reine ! Alexia est sur l’affaire et suit une piste qui la conduit droit dans le passé de son époux. Mais la coupe est pleine quand sa sœur rejoint le mouvement des suffragettes – choquant !, avec la dernière invention mécanique de Madame Lefoux et une invasion de porcs épics zombies… Avec tout ça, Alexia a à peine le temps de se souvenir qu’elle est enceinte de huit mois ! Alexia découvrira-t-elle qui tente d’assassiner la reine Victoria avant qu’il soit trop tard ? Les vampires sont-ils encore coupables, ou est-ce qu’un traitre se cache parmi eux ? Et qui ou quoi, exactement, a élu résidence dans le deuxième dressing préféré de Lord Akeldama ?

couv39376492

Ah la laaaaa ! Je dois commencer à vous saouler avec mon Protectorat de l’ombrelle haha. J’en suis moi même encore très surprise, vu mon scepticisme à la fin du premier tome. Je viens de terminer le quatrième (l’avant-dernier !) volet des aventures d’Alexia Tarabotti/Maccon. Et quelles aventures mes amis ! Gail Carriger nous livre encore un excellent tome, le meilleur à mes yeux. La série s’améliore un peu plus à chaque fois. Les personnages sont vraiment bien construits, on rigole à (presque) chaque page, c’est vraiment un roman qui donne la pêche.
Ici, les 150 dernières pages (autant dire la moitié du roman) sont particulièrement intenses. J’ai eu beaucoup de mal à lâcher le livre et j’ai lu cette deuxième moitié d’une seule traite. L’histoire prend un tour très intéressant, certains personnages évoluent d’une façon complètement inattendue et les rebondissements sont, encore une fois, nombreux. L’auteure sait se renouveler, elle le fait très bien et j’adhère à 100%.
Impossible d’en dire plus sans spoiler donc je m’arrête ici pour Sans Cœur. Mais vraiment, lisez-le ! Laissez entrer la folie de Gail Carriger dans vos vies !

18/20

# Phobos Origines.

Ils incarnent l’avenir de l’Humanité.

Six garçons doivent être sélectionnés pour le programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à fonder la première colonie humaine sur Mars.
Les élus seront choisis parmi des millions de candidats pour leurs compétences, leur courage et, bien sûr, leur potentiel de séduction.

Ils dissimulent un lourd passé.

Le courage suffit-il pour partir en aller simple vers un monde inconnu ?
La peur, la culpabilité ou la folie ne sont-elles pas plus puissantes encore ?
Le programme Genesis a-t-il dit toute la vérité aux spectateurs sur les  » héros de l’espace  » ?

Ils doivent faire le choix de leur vie, avant qu’il ne soit trop tard.

couv9981040

En attendant la sortie du troisième tome de Phobos cette semaine (hâââââââââte), j’ai emprunté le hors-série qui a été publié cet été. Sans grande surprise, j’ai apprécié ma lecture. Ce tome est un peu moins palpitant que la saga en elle-même, je l’ai trouvé un peu trop court. Cela dit, c’est un tome plutôt intéressant puisqu’il nous permet d’en découvrir un peu plus sur les six participants, leur passé, pourquoi ils participent et les conditions de leur sélection finale.
Alors, je l’ai trouvé trop court parce que j’aurais aimé en savoir encore un tout petit peu plus, les informations qu’on nous révèle sont importantes mais restent quand même assez superficielles. On ne va pas gratter en profondeur, il y a encore beaucoup de non-dits et j’espère que quelques unes de ces folles révélations seront abordées plus en détails dans le troisième tome.
Au niveau de la forme, on retrouve celle, très caractéristique, de Phobos avec des Champs/Hors-Champs, comme au cinéma. Je me laisse facilement prendre par l’écriture de Victor Dixen, c’est fluide et très agréable à lire. J’en ai jamais assez moi ! Je regrette tout de même quelques redites, d’un chapitre à un autre, puisqu’il y a certains passages qui reviennent pour chaque personnage, relatés d’un point de vue différent, certes, mais au final c’est quasiment la même chose.
Un petit lutin m’a chuchoté qu’un hors-série consacré aux filles devraient être publié par la suite, ce qui me mets en joie. Je trouve ça plutôt chouette d’en découvrir plus sur le passé de nos amis martiens !
En résumé, c’est un tome dont on peut probablement se passer mais qui, à mon sens, a quand même un réel intérêt. Il permet de découvrir des personnages peu explorés dans la saga et de donner une nouvelle dimension à ceux qui occupent le devant de la scène. Et, n’ayant pas encore lu le troisième tome, je n’en sais rien : si ça se trouve, certains détails révélés dans Phobos Origines seront d’une importance capitale dans l’évolution de l’histoire !

16/20

# Insoumise.

Cassia enfreint les règles de la Société et part à la recherche de Ky… Cassia a quitté la Société pour s’aventurer dans les Provinces Lointaines, à la recherche de Ky. Cette quête pousse Cassia à remettre en question presque tout ce qui lui est cher, en particulier lorsqu’elle découvre l’existence
d’une vie différente dans le Labyrinthe. Au milieu de cette frontière sauvage de grands canyons, Cassia et Ky se retrouvent enfin, mais un mouvement de rébellion est en marche. Une trahison et une visite inattendue de Xander, personnage clef du Soulèvement, changent à nouveau la donne…
Racontée alternativement par Cassia et Ky, cette suite de Promise les emmènera tous deux aux confins de la Société, où changements de camps et trahisons sèment leur parcours d’embûches.

couv14776296

Bon, sans grande surprise, je suis déçue. Je ne m’attendais vraiment pas à grand chose suite à ma lecture du premier tome, mais les premières pages étaient tellement prometteuses que je suis retombée de haut. J’y ai cru l’espace d’un instant.. et en fait non. Quelques pages d’espoir et finalement, BWARF. On retombe très très vite dans les travers du premier tome, trop axé sur la relation complètement gnangnan de Cassia et Ky. Cassia vraiment est un personnage qui me tape sur le système. Elle fait tout pour les mauvaises raisons (sauf sur la toute fin mais bon). C’est un personnage frustrant.
Le contexte est un peu plus développé, j’ai apprécié de découvrir les Provinces lointaines. Je regrette le fait que Xander soit quasi inexistant dans ce second tome et qu’on nous introduise des personnages qui, finalement, disparaissent très vite. Il y a également quelques incohérences, quelques petits détails dans ma lecture qui m’ont gêné car ça n’a tout simplement aucune logique, aucun sens.
L’écriture de l’auteure est toujours agréable à lire, fluide, même si j’avoue que l’alternance des points de vue est un peu fatigante par moments. Le gros problème de ce roman réside vraiment dans son contenu. Ce qui est d’autant plus frustrant, c’est que l’auteure réussit encore une fois ici à attiser ma curiosité par quelques éléments sur la fin. Donc forcément, je vais être faible et endurer le troisième tome juste dans l’espoir d’avoir des réponses. En espérant vraiment que cette fois on va se focaliser sur la rébellion. Mais bon, mes espoirs sont vains, je le sais déjà. Ça va probablement être le summum du triangle amoureux foireux haha.
En quelques mots, je ne vous recommande toujours pas cette saga, je pense que vous l’avez compris.

10/20

Point BD.

# Saga – tomes 3, 4 et 5.

Un univers sans limite, peuplé de tous les possibles. Une planète, Clivage, perdue dans la lumière froide d’une galaxie mourante. Sur ce monde en guerre, la vie vient d’éclore. Deux amants que tout oppose, Alana et Marko, donnent naissance à Hazel, un symbole d’espoir pour leurs peuples respectifs. L’espoir, une idée fragile qui devra s’extraire du chaos de Clivage pour grandir, s’épanouir et conquérir l’immensité du cosmos. (Résumé du tome 1, pas de spoil !)

picmonkey-collage-7

Cette série de bande-dessinées est un véritable coup de cœur ! J’ai dévoré ces trois tomes pendant le week-end à 1.000 (je n’ai même pas fait d’article bilan, la honte – j’ai lu 1.147 pages), tous d’affilée, je n’arrivais plus à m’arrêter ! Brian K. Vaughan et Fiona Staples développent vraiment un univers riche, fascinant et passionnant. Au fil des tomes, les personnages sont de plus en plus développés et attachants. Des alliances inattendues se forment, les rebondissements sont nombreux. L’intrigue principale se subdivise en un certain nombre d’intrigues secondaires très intéressantes et cohérentes. L’ensemble est dynamique. La construction du récit est vraiment au top, les dessins sont magnifiques, l’histoire est originale. Franchement, ça fait rêver ! Des BD comme ça, je voudrais en lire tous les jours. J’ai très hâte de découvrir le tome 6, qui vient tout juste de sortir.
Pas grand chose à ajouter. LISEZ-LA ! C’est top top top.

19/20

Films vus.

# Bad moms.

En apparence, Amy a une vie parfaite : un mariage heureux, de beaux enfants et une carrière qui décolle. En réalité, elle se met tellement la pression pour être au top sur tous les fronts, qu’elle est sur le point de craquer.

Au bout du rouleau, elle trouve comme alliées deux autres mères épuisées elles aussi par le stress des règles imposées par Gwendoline, la toute puissante présidente des parents d’élèves. Ces trois nouvelles meilleures amies se lancent dans une folle virée en quête de fun et de détente, loin de leurs responsabilités conventionnelles de mères de famille. Ce qui a tendance à crisper le clan de Gwendoline et ses mères parfaites…

Je n’ai pas grand chose à dire sur Bad Moms. J’attendais autre chose. A mon sens, le casting (très bon) n’a pas été suffisamment exploité. Le film n’est pas à la hauteur des actrices qui jouent les personnages principaux. Voilà, c’est dit. Ces derniers ne sont pas très développés et incarnent tout simplement des stéréotypes vraiment faciles : la working mom, la mère célibataire « indigne » un peu slutty et la mère au foyer complètement dépassée qui n’a pas de vie. Franchement, c’est tellement pas original que c’est presque grossier.

Dans l’ensemble, le film n’est vraiment pas fou. On retrouve le schéma classique de la femme pour qui tout va bien (en apparence) et tout s’effondre à cause d’un homme qui, de base, n’en foutait pas une. S’ensuit les amitiés improbables, les chamailleries très immatures entre mamans, le coup de mou et le grand discours pseudo-héroïque sorti de derrière les fagots qui change absolument tout et tout le monde est heureux. Beaucoup, beaucoup de clichés. C’est dommage. Bon, en soi, je ne sais pas trop à quoi je m’attendais. Je savais que j’allais me retrouver face à un divertissement pas hyper glorieux mais vu le casting, j’en attendais quand même plus. Il y a quelques bons passages mais le résultat reste prévisible et décevant. On peut largement s’en passer.

12/20

Séries débutées.

# The Ranch. 

Un joueur semi-professionnel de football américain raté va reconstruire sa vie dans son ranch familial.

J’étais toute contente de retrouver Ashton Kutcher dans une série après Two and a half men (Mon Oncle Charlie) ! Le thème/le cadre ne m’emballait pas plus que ça au départ, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Finalement, c’est une très bonne surprise. The Ranch est une série qui nous présente des personnages tous très différents mais tous attachants. Le casting est excellent. Le scénario est assez simple, il casse franchement pas trois pattes à un canard, mais l’ensemble est très prenant. Malgré quelques blagues un peu immatures qui correspondent très bien aux deux frères, il y a quelques passages très drôles. Il faut juste un peu de temps pour s’habituer aux rires pré-enregistrés un peu trop présents (un des seuls défauts que je lui trouve à cette série).

On passe un très bon moment en compagnie de cette famille plutôt dysfonctionnelle. Il n’y a rien de révolutionnaire mais la série a le mérite d’explorer de façon intéressante (et intelligente) les personnalités des différents membres, de mettre à nu leurs émotions et je trouve ça vraiment chouette. Ça change de la sitcom traditionnelle et plutôt superficielle. Le thème de la famille c’est vu et revu, mais je trouve que The Ranch sort du lot pour l’instant. En plus, elle a un petit côté Old School qui n’est pas pour me déplaire. C’est une série prometteuse, qui a déjà été renouvelée pour une saison 2 !

16/20

Et voilà pour ce tout petit Point Culture ! J’espère qu’il vous aura plu. Comme d’habitude, si vous avez des choses à me recommander, n’hésitez pas ! Je ne demande qu’à découvrir tout ce que vous avez à m’offrir.

On se retrouve très vite pour un nouvel article (peut-être pas demain parce que demain c’est mon nanniversaire hihi mais bientôt) !

Des bisous !