The Vanishing Girl – Laura Thalassa.

Coucou les paupiettes !

Je vais vous parler aujourd’hui d’un roman que j’ai lu le week-end dernier et qui traînait dans ma PAL depuis quelques mois, il s’agit du premier tome de The Vanishing Girl. Il a été écrit par Laura Thalassa, jeune auteure américaine, et a été publié le 21 mars 2017 par les éditions AmazonCrossing. Tout de suite attirée par sa couverture et son résumé, je me suis dépêchée de l’ajouter à ma wishlist livresque.

Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier Netgalley et les éditions AmazonCrossing pour avoir accepté de m’envoyer ce roman !

Chaque nuit, après s’être endormie, Ember Pierce disparaît. Elle peut alors se téléporter n’importe où : à l’étranger dans une ville inconnue ou dans la chambre d’un garçon qui la fait craquer. Après dix minutes, son temps écoulé, elle retourne dans son lit. C’est un secret qu’elle a réussi à conserver pendant ces cinq dernières années. Mais, maintenant, quelqu’un d’autre est au courant.
Une semaine après son dix-huitième anniversaire, un garçon superbe, Caden Hawthorne, la kidnappe et la livre au gouvernement avant de disparaître sous ses yeux. Ember comprend alors deux choses : elle n’est pas seule et les gens comme elle – les téléporteurs – sont utilisés comme une arme.
Expédiée dans un camp d’entraînement quasi militaire, Ember découvre qu’on lui a affecté Caden comme partenaire. Ils doivent désormais travailler main dans la main lors de missions de téléportation pour le gouvernement, toutes plus risquées les unes que les autres. Mais Ember compte retrouver sa liberté et elle se rapproche de Caden, qui semble détenir la clef qui la fera sortir de cette prison. Si elle parvient à rester en vie !

couv38884170

Comme souvent, ce roman comporte des points positifs et des points négatifs. Je ressors un peu mitigée de cette lecture. Cela m’attriste car c’était quand même sacrément bien parti. J’ai bien accroché au style de Laura Thalassa, je l’ai trouvé moderne et efficace, sans fioritures. Son récit est fluide, bien construit, rythmé. Je lui reproche tout de même quelques répétitions un peu fatigantes, j’y reviendrai un peu plus loin. Pour un premier tome, j’ai apprécié le fait que l’auteure nous immerge directement dans le vif du sujet et qu’elle ne s’égare pas dans un roman trop introductif et dépourvu de toute action. Dès les premières pages, nous sommes embarqués dans l’aventure d’Ember.

Laura Thalassa a su faire preuve d’imagination et j’ai bien adhéré au scénario de départ, très prenant. L’histoire qu’elle a développé autour de la téléportation est intéressante, énigmatique et j’ai apprécié d’en découvrir un peu plus au fil des pages, en même temps que le personnage principal. Cependant, elle a soulevé un certain nombre de questions qui n’ont pas trouvé de réponse dans ce premier tome, ce qui m’a un peu frustré. Je suis  restée sur ma faim. J’espère sincèrement qu’elle y répondra dans la suite !

Ma lecture aurait été beaucoup plus agréable si l’auteure ne s’était pas perdue en chemin. A partir du moment où Ember développe des sentiments à l’égard de Caden, pour moi c’était fini. Il se passe encore des choses intéressantes mais elles sont reléguées au second plan voire complètement inexistantes face aux hormones de notre héroïne. Ainsi, si j’ai trouvé la première partie plutôt bonne, j’ai été gênée par l’attitude d’Ember dans la seconde partie. Encore une fois, on nous décrit une héroïne qui se veut forte, libre et indépendante mais dont toutes les décisions finissent par tourner autour du protagoniste masculin (Caden). Dès le début j’ai senti le truc venir mais j’espérais que Laura Thalassa ne tomberait pas dans ce piège. Franchement, amis auteurs si vous me lisez, ça devient fatiguant. Arrêtez de nous vendre des héroïnes fortes alors que celles-ci, à partir du moment où elles rencontrent un homme, ne pensent plus qu’à lui enlever son slip et à lécher les cicatrices de son corps nu. Stop ! Une femme indépendante n’a pas  besoin de se faire protéger par son mec. Encore une fois, mon féminisme en a pris un coup (décidément, pas de chance avec mes dernières lectures). Bref. Je vous parlais un peu plus haut de répétitions fatigantes. Dans la seconde partie du roman, là où le suspense est à son comble et où Ember découvre un certain nombre de choses inquiétantes par rapport au projet, l’auteure a choisi de nous balancer une série de scènes de fesses totalement inutiles et toujours détaillées de la même façon. C’est redondant et j’ai plus d’une fois lâché quelques soupirs d’exaspération. On passe donc par des hauts et des bas, chaque scène intéressante étant rapidement interrompue par une partie de jambes en l’air, alors que j’aurais préféré qu’on rentre plus dans les détails concernant toutes ces découvertes.

Je n’ai pas adhéré à tous les personnages du roman. Desiree m’agace car l’auteure n’a pas cherché à vraiment expliquer son comportement et ça me frustre de ne pas mieux comprendre ses réactions. J’aurais également aimé qu’elle développe plus le personnage d’Adrian. Ember est une héroïne qui a de bons et de mauvais côtés. Dans l’ensemble, mis à part le fait qu’elle soit trop souvent contrôlée par ses hormones, je l’ai trouvé intéressante. Je pense que le personnage que j’ai préféré est celui de Caden, bien que je le trouve bien trop superficiel dans les premiers chapitres. Finalement mystérieux et touchant, j’espère en découvrir encore un peu plus sur son passé dans le second tome.

En résumé, on partait avec de très bonnes idées et on s’est un peu égaré en cours de route avec une romance beaucoup trop présente. C’est malheureux ! Malgré un avis un peu mitigé, je suis quand même suffisamment intriguée pour me laisser tenter par le tome 2, quand celui-ci sera d’actualité. J’espère que nous aurons des réponses à toutes nos questions et que l’auteure se décidera à laisser un peu de côté les hormones de son héroïne. Je vais lui mettre un petit 14 d’encouragement. Peut mieux faire ! J’en attends plus pour la suite.

14/20

Alors, tentés ?

Plein de bisous !

C’est lundi, que lisez-vous ? #21

Coucou les paupiettes !

Nouvelle semaine qui commence, il est temps de faire le bilan lecture de la semaine passée ! Cette fois-ci, on va aussi compter les pages puisque je participais à la semaine à 1.000 organisée par le Petit Pingouin Vert.

Concernant ce rendez-vous hebdomadaire, il est aujourd’hui géré par Galleane, chez qui vous pouvez retrouver le récapitulatif de tous les participants et les liens vers leurs articles.

Le principe est simple, il suffit de répondre à trois petites questions chaque lundi :

  • Qu’est-ce que j’ai lu la semaine passée ?
  • Qu’est-ce que je lis actuellement ?
  • Que vais-je lire ensuite ?

# Qu’est-ce que j’ai lu la semaine passée ?

PicMonkey Collage-27

Trois romans au programme de cette semaine. J’ai eu un coup de cœur pour No home, récit bouleversant et captivant s’étalant sur plusieurs générations. Il est super bien écrit, je vous le recommande chaudement ! Les mystères de Larispem est une lecture plaisante mais sans plus, il s’agit d’un premier tome plutôt introductif. En tout cas, l’auteur a su capter mon attention et je pense que la suite promet d’être intéressante. The Vanishing Girl, pour sa part, ne m’a pas entièrement convaincu. Il y a du bon et du moins bon, je vous en parle plus en détails demain !

Continuer la lecture de C’est lundi, que lisez-vous ? #21

Ne m’appelez pas Blanche-Neige – Gally Lauteur.

Coucou les paupiettes !

Ça fait longtemps que je n’ai pas chroniqué un roman sur le blog (et pourtant je lis énormément, il est temps que je me bouge les fesses). Aujourd’hui, je vais vous parler d’un roman qui a été publié le 1er mars 2017 chez Hachette Romans : Ne m’appelez pas Blanche-Neige. Je suis très intéressée par les réécritures de contes ainsi que les contes détournés et la couverture de celle-ci me plaisait beaucoup. Son résumé promettait également une réécriture hyper-moderne plutôt intrigante. Finalement, quel est mon avis sur ce roman ? Je vous dis tout ça tout de suite !

Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier Netgalley et les éditions Hachette pour avoir accepté de m’envoyer ce roman !

Qui a dit que la vie était un conte de fées ? Lorsqu’on est trahie par sa meilleure amie, difficile d’y croire. Sous le choc, Blanche, 18 ans, préfère s’enfuir dans la nuit parisienne, entraînée par de mystérieux fêtards rencontrés sur le réseau social le plus populaire du moment. Si la magie devient virale, une princesse peut-elle s’en sortir avec pour seules armes : sa répartie et son téléphone ? Oserez-vous croquer cette pomme d’amour et découvrir le cœur des princes de votre entourage ?

couv28823346

Ne m’appelez pas Blanche-Neige est une réécriture originale, très moderne, qui propose des choses intéressantes. Cependant, j’avoue que ma lecture m’a laissée sur ma faim, de nombreux éléments m’ont laissée perplexe, voire déçue.

Il se lit très rapidement, personnellement il m’a fait la soirée, les chapitres s’enchaînent de façon plutôt fluide. Par contre, j’ai eu un peu plus de mal avec le style de l’auteur. Je ne saurais pas dire pourquoi, sa manière d’écrire est plutôt sympathique, mais je n’ai pas accroché complètement. Il y a beaucoup de répétitions, ce qui est dommage dans un roman aussi court. Il y a aussi un gros problème de crédibilité, beaucoup d’éléments sont complètement tirés par les cheveux et pour moi, ça ne le fait pas. Je vous l’avais déjà dit dans une autre chronique, j’ai beaucoup de mal avec les jeunes qui se prennent pour des adultes. A 18 ans, selon moi, on a rien vécu. Et pourtant, les personnages sont ici décrits comme extrêmement matures (alors que pas du tout), « indépendants » (quand ta maison de vacances familiale est un château des bords de Loire, excuse-moi mais, on sait tous d’où vient ton « indépendance ») et ayant tous une expérience folle de la vie..

Avec une histoire comme ça, une réécriture de conte, je m’attendais à un peu plus de poésie, de romantisme. Ce dernier point peut vous paraître bizarre sachant qu’il s’agit bien d’une romance à la base.. J’ai trouvé les relations entre les différents personnages très superficielles. Tout s’enchaîne très vite, de façon parfois incohérente, et soudain tout le monde est amoureux, tout le monde est content. L’ensemble est facile, prévisible et fade. Il n’y a aucune passion et l’auteur n’a pas cherché à creuser, à développer les relations entre les personnages, qu’elles soient amicales, professionnelles, familiales ou amoureuses. Il y a beaucoup de non-dits qui, pour moi, ont plus été une source de frustration que de mystère, tout comme la jalousie et la manipulation. La plupart des personnages m’ont exaspéré, à part Roxanne et Stella (bien que je n’ai pas compris l’intérêt de cette dernière dans l’histoire, à part représenter un nain de plus). La relation entre Blanche et Rob n’est qu’une longue succession de clichés qui ne mettent vraiment pas la femme en valeur et ça, ça m’a énervé. Dans une réécriture de conte aussi actuelle, on s’attend à ce que l’héroïne en jette, qu’elle incarne la modernité, la femme d’aujourd’hui et pas celle des années 50. A moins que toutes les femmes d’aujourd’hui en soient encore à chercher leur prince charmant ? C’est un autre débat.. En tout cas, beaucoup de contre-sens à mes yeux sachant que l’héroïne se revendique indépendante alors qu’elle est tout sauf ça.

J’ai débuté ma chronique en précisant qu’il y avait quand même des choses intéressantes. Selon moi, le point de départ du roman, le réseau social Pomme d’Amour, était intéressant bien que je n’en ai pas vraiment compris toutes les subtilités. Il promettait une réécriture intrigante, ancrée dans la modernité. Malheureusement, l’application finit elle aussi par perdre rapidement toute crédibilité et l’auteur est parti dans la mauvaise direction. Elle n’a pas su exploiter tout le potentiel de son sujet. On retrouve tout de même tous les éléments du conte originel, ce qui est un autre point positif. La réécriture n’a pas été bâclée et l’auteur a fait preuve d’imagination. Dommage que le reste n’ait pas suivi.

En résumé, c’est un roman qui n’a pas su me convaincre. Il y a quelques bons éléments mais qui ont été traités de façon trop superficielle. Le fait que les personnages soient détestables, l’histoire trop prévisible et tirée par les cheveux, je ne peux que vous recommander de passer votre chemin. Je pense qu’il est destiné à un public plus jeune, un peu moins regardant sur les détails. Mais là encore se pose le problème du message diffusé.. La femme n’y est clairement pas présentée sous son meilleur jour et ce n’est pas quelque chose que j’aimerais forcément partager avec les plus jeunes.

08/20

Alors, tentés ? L’avez-vous déjà lu de votre côté ?

A bientôt !

C’est lundi, que lisez-vous ? #20

Coucou les paupiettes !

J’ai l’impression que les semaines passent super vite en ce moment, pas vous ? En tout cas, je lis toujours autant. Je crains un peu la panne de lecture d’ailleurs. Le jour où elle va venir, elle va frapper de plein fouet et je ne lirai plus rien pendant plusieurs mois x)
Remarquez.. ça me permettra peut-être de rattraper tout le retard que j’ai accumulé dans les séries ! En tout cas, je continue de lire un grand nombre de BD et de manga. Avec quelques romans plus ou moins sympatoches à côté. Je vous montre ?

Concernant ce rendez-vous hebdomadaire, il est aujourd’hui géré par Galleane, chez qui vous pouvez retrouver le récapitulatif de tous les participants et les liens vers leurs articles !

Le principe est simple, il suffit de répondre à trois petites questions chaque lundi :

  • Qu’est-ce que j’ai lu la semaine passée ?
  • Qu’est-ce que je lis actuellement ?
  • Que vais-je lire ensuite ?

# Qu’est-ce que j’ai lu la semaine passée ?

PicMonkey Collage-21

J’ai lu pas mal de romans cette semaine mine de rien. J’y ai passé la plupart de mes soirées et mes pauses déjeuner ont été bien utilisées héhé. Pas de coup de cœur cette semaine mais des lectures dans l’ensemble plutôt plaisantes. Nos faces cachées est un joli roman, Le bizarre incident du chien pendant la nuit est particulier mais a su me toucher. Ce fut aussi le cas de Will & Will, bien qu’il n’y ait rien de particulièrement dingue non plus. Concernant Calendar Girl, mon avis est plus mitigé. S’il y avait un peu plus de substance (autre que des scènes de fesses) dans ce tome, j’ai trouvé l’ensemble très cliché et j’ai toujours du mal avec l’écriture d’Audrey Carlan. C’est frustrant parce que je n’accroche pas des masses, je passe mon temps à lever les yeux au ciel, mais j’ai envie de savoir comment ça va se terminer tout ça.. Pour finir, en partenariat avec Hachette et Netgalley, j’ai pu lire Ne m’appelez pas Blanche-Neige. Ce dernier m’a laissé sur ma faim, je vous en dirai plus demain.

Continuer la lecture de C’est lundi, que lisez-vous ? #20

C’est lundi, que lisez- vous ? #19

Coucou les paupiettes !

Une nouvelle semaine qui commence.. encore. Plein de nouvelles lectures en perspective, c’est ce qu’il faut se dire pour garder le moral haha. La semaine passée j’ai été plus efficace que ce que je pensais (avec la reprise du boulot, toussa toussa) et j’ai réussi à lire tout ce que j’avais prévu sur ma petite wishlist (et plus encore) – j’avoue que le week-end à lire a pas mal aidé. Je vous montre ?

Concernant ce rendez-vous hebdomadaire, il est aujourd’hui géré par Galleane, chez qui vous pouvez retrouver le récapitulatif de tous les participants et les liens vers leurs articles !

Le principe est simple, il suffit de répondre à trois petites questions chaque lundi :

  • Qu’est-ce que j’ai lu la semaine passée ?
  • Qu’est-ce que je lis actuellement ?
  • Que vais-je lire ensuite ?

# Qu’est-ce que j’ai lu la semaine passée ?

PicMonkey Collage-16

Quatre romans lus cette semaine. Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent, dont la sortie est prévue pour le début du mois de mai 2017, m’a beaucoup plu. Je vous en parlerai plus en détails dans quelques temps. J’ai apprécié le premier tome de Witch Hunter, je suis curieuse de voir où ça va aller tout ça ! Mon avis est un peu plus mitigé concernant les deux derniers. Des hauts et des bas avec Sweet, mais la fin m’a vraiment déçue. Concernant Jupons & Poisons, le troisième tome du Pensionnat de Mlle Géraldine de Gail Carriger, je me suis ennuyée à mourir. Ce tome est pour l’instant le moins bon de la série (que je trouve déjà largement moins bonne que Le protectorat de l’ombrelle), c’est dommage.

Continuer la lecture de C’est lundi, que lisez- vous ? #19

Ma PAL pour le premier week-end à lire !

Re-coucou les paupiettes !

Après le TFSA de ce matin, je reviens en ce merveilleux jour qu’est le vendredi (c’est le week-eeeeeeeeeend) pour vous présenter ma PAL pour le premier week-end à lire, qui débute ce soir, à 19h. Comme pour le week-end à 1.000, le challenge prend place du vendredi soir, 19h, au dimanche soir, minuit ! Et comme pour la semaine à lire, dont la première édition a pris place en décembre dernier, c’est à nous de fixer nos objectifs en terme de nombre de pages lues. Personnellement, j’ai décidé de rester sur un week-end à 1.000 « traditionnel ». Afin d’atteindre ce beau nombre tout rond qu’est 1.000, j’ai décidé de sortir plusieurs petites choses de ma PAL, je vous montre tout ça.

Comme d’habitude, je multiplie les possibilités et j’ai sorti de ma PAL des BD, des manga et des romans. Comme ça j’ai de quoi faire, si ça n’avance pas, je passe à autre chose.

Ma PAL principale.

# Joséphine Baker.

couv41071414

Joséphine Baker a 20 ans quand elle débarque à Paris en 1925. En une seule nuit, la petite danseuse américaine devient l’idole des Années Folles, fascinant Picasso, Cocteau, Le Corbusier ou Simenon. Dans le parfum de liberté des années 1930, Joséphine s’impose comme la première star noire à l’échelle mondiale, de Buenos Aires à Vienne, d’Alexandrie à Londres. Après la guerre et son engagement dans le camp de la résistance française, Joséphine décide de se vouer à la lutte contre la ségrégation raciale. La preuve par l’exemple : au cours des années 1950, dans son Château des Milandes, elle adopte douze orphelins d’origines différentes, la tribu arc-en-ciel. Elle chantera l’amour et la liberté jusqu’à son dernier souffle.

564 pages.

# California Dreamin.

couv32348197

Ellen naît en 1941 dans une famille juive de Baltimore et, petite déjà, rêve de devenir chanteuse. Sa voix est incroyable, mais sa personnalité aussi excentrique qu’attachante cache une faille de taille : Ellen est boulimique. Et grosse. Trop grosse pour espérer un jour devenir une star. Pourtant quand, à 19 ans, elle devient Cass Elliot, c’est pour échapper à son avenir de vendeuse de pastrami et tenter sa chance à New York ! C’est là que, happée par la folk de l’époque, Cass tombe amoureuse de Denny, le chanteur des Journeymen…

272 pages.

# Le pensionnat de Mlle Géraldine, tome 3 : Jupons et poisons.

couv48694510

Toujours élégante, Sophronia continue sa deuxième année au pensionnat – avec un éventail à lames d’acier dissimulé dans les plis de sa robe de bal, bien évidemment. Une arme tendance et fort à propos, puisque la jeune espionne, sa meilleure amie Dimity, l’adorable soutier Savon et le charmant Lord Felix Mersey montent clandestinement dans un train en direction de l’Écosse pour ramener leur camarade de classe Sidheag à sa meute de loups-garous. Personne ne se doute de ce qu’ils vont trouver – ou qui – à bord de ce train étrangement vide. Alors que Sophronia met à jour un complot susceptible de plonger Londres tout entière dans le chaos, elle va aussi devoir décider une bonne fois pour toutes vers qui va sa loyauté.

360 pages.

Ce qui me ferait un total de 1196 pages !

Ma PAL de secours.

# Bride Stories, tome 6.

couv63263614

Tandis que Smith reprend la route, la vie poursuit son cours tranquille pour Amir et Karluk, au gré de petites tâches du quotidien. Seul évènement notable entre deux parties de chasse : la découverte d’un faucon blessé, que les jeunes gens essaient de soigner tant bien que mal.

Mais cette existence paisible est sur le point de voler en éclats… Les terres fertiles des villageois ont fait des envieux, et certains semblent déterminés à s’en emparer !

190 pages.

# Nos faces cachées.

couv65921890

Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l’on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connaît un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu’il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu’à ce qu’il cesse de l’être… Nos faces cachées est l’histoire de cinq amis qui partent à la guerre. L’histoire d’amour d’une jeune fille pour un garçon brisé, d’un guerrier pour une fille ordinaire. L’histoire d’une amitié profonde, d’un héroïsme du quotidien bouleversant. Un conte moderne qui vous rappellera qu’il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous…

434 pages.

# Ekhö, monde miroir : tome 2.

couv34695929

Fourmille Gratule est à présent installée à New York, dans le monde d’Ekhö, un monde miroir de la Terre où les technologies modernes d’existent pas. À la tête de l’agence artistique Gratule, héritée de sa tante Odelalie, elle se rend à Paris, accompagnée de Yuri et de Grâce, pour un juteux contrat avec le Poulain Rouge. Mais à peine arrivée dans la capitale française, elle est habitée par le fantôme du Prince Antone, fils de Napoléon VII, mort dans un accident de fiacre. Elle devra résoudre le mystère de sa mort pour redevenir elle-même…

49 pages.

Avec tout ça, je devrais bien réussir à atteindre les 1.000 pages ! Advienne que pourra.

Et vous, vous participez au challenge ce week-end ? Vous allez lire quoi ?

Plein de bisous !

16865097_10209883086808764_7383803830464187200_n

C’est lundi, que lisez-vous ? #18

Coucou les paupiettes !

On est lundi, je suis trop triste. Les vacances sont finies, on rigole plus… Bububu. Cette dernière semaine, j’ai surtout lu des manga, je crois que je traverse une phase depuis début 2017.. Je les enchaine les uns après les autres haha. Maintenant que le boulot a repris, je pense que mon rythme de lecture va un peu diminuer, le temps que je me refasse au rythme. Du coup, quand je vais rentrer le soir, je vais probablement m’endormir comme un caca à 18h. Bref, ce n’est pas le sujet de cet article haha, je vais maintenant dresser le bilan littéraire de la semaine du 27 février au 5 mars.

Concernant ce rendez-vous hebdomadaire, il est aujourd’hui géré par Galleane, chez qui vous pouvez retrouver le récapitulatif de tous les participants et les liens vers leurs articles !

Le principe est simple, il suffit de répondre à trois petites questions chaque lundi :

  • Qu’est-ce que j’ai lu la semaine passée ?
  • Qu’est-ce que je lis actuellement ?
  • Que vais-je lire ensuite ?

# Qu’est-ce que j’ai lu la semaine passée ?

picmonkey-collage-14

Cette semaine, j’ai lu deux bons romans. Pas de coups de cœur mais des lectures très plaisantes. J’ai été très surprise par les multiples rebondissements de Phobos et un peu déçue par certains des choix de Victor Dixen. J’ai cependant hâte de connaître la suite. Concernant Les Maraudeurs, j’ai passé un très bon moment à Jeanette, mais j’avoue que je m’attendais à un petit quelque chose en plus.

Continuer la lecture de C’est lundi, que lisez-vous ? #18