Bingo Séries #5 – Octobre/Novembre 2017.

Coucou les paupiettes !

Nous sommes le 7 novembre, il est temps de compter mes points pour le Bingo Séries du mois d’octobre ! J’ai fait un mois assez moyen, je crois que c’est l’un de mes pires scores depuis le début. La faute à quoi ? A une semaine de vacances consacrée exclusivement à la lecture et à un mauvais choix de séries pour remplir les différentes catégories. C’est pas grave, c’est la vie comme on dit ! On fera mieux le mois prochain…

Si vous faites, vous aussi, partie de la communauté sérivore de l’internet mondial, vous avez peut-être vu passer (sur Twitter ou ailleurs) ce nouveau rendez-vous intitulé Bingo Séries. Créé par Jérôme du blog Just One More Episode, il est inspiré du fameux Défi PKJ. Le principe est simple, tous les mois (du 7 au 7, soyons précis), Jérôme nous propose une liste de vingt choses à accomplir ou voir en regardant nos séries. Pour réussir le bingo, il faut avoir la moyenne (10/20 donc, je précise.. sait-on jamais!). Pour en savoir plus, je vous propose d’aller lire l’article de présentation ici. Un article apportant quelques précisions supplémentaires se trouve ici.

On compte mes points pour octobre ?

1. Un personnage dit « Halloween ». Point validé grâce à The Big Bang Theory, épisode 2 de la saison 11 – Penny parle du costume de l’année précédente de Leonard.

2. Un personnage est déguisé. Point validé grâce à l’épisode 15 de Healer, le personnage principal se déguise en policier pour récupérer des informations dans le commissariat. 

Capture d_écran 2017-10-15 à 11.48.40

Continuer la lecture de Bingo Séries #5 – Octobre/Novembre 2017.

Publicités

Bingo Séries #4 – Septembre/Octobre 2017.

Coucou les paupiettes !

Nous sommes le 06 octobre, il est temps de faire le bilan du Bingo Séries Septembre/Octobre, avant de débuter une nouvelle grille demain. J’ai mis un peu plus de temps à la terminer que celle du mois d’août, mais je suis assez fière du résultat ! Si vous faites, vous aussi, partie de la communauté sérivore de l’internet mondial, vous avez peut-être vu passer (sur Twitter ou ailleurs) ce nouveau rendez-vous intitulé Bingo Séries. Créé par Jérôme du blog Just One More Episode, il est inspiré du fameux Défi PKJ. Le principe est simple, tous les mois (du 7 au 7, soyons précis), Jérôme nous propose une liste de vingt choses à accomplir ou voir en regardant nos séries. Pour réussir le bingo, il faut avoir la moyenne (10/20 donc, je précise.. sait-on jamais!). Pour en savoir plus, je vous propose d’aller lire l’article de présentation ici. Un article apportant quelques précisions supplémentaires se trouve ici.

On compte mes points pour septembre ?

1. Une référence à la télé-réalité. Point validé grâce à Man with a plan (S01E20), Adam dresse la liste des choses à faire une fois les enfants couchés et souhaite visionner House Hunters International !

2. Un personnage est vu en cours. Point validé grâce à l’épisode 18 de la première saison d’American Housewife, Katie est aperçue en cours de français. 

Capture d_écran 2017-09-09 à 21.00.06

3. Un personnage cite le nom d’une université. Point validé grâce à Oliver dans l’épisode 23 d’American Housewife. Il décide de prendre des cours de ballet afin d’obtenir une bourse pour Harvard

Continuer la lecture de Bingo Séries #4 – Septembre/Octobre 2017.

Ces séries que j’attends avec une impatience non feinte.

Coucou les paupiettes !

Comme si je ne regardais pas assez de séries comme ça, je passe mon temps à surveiller l’actualité pour en dégoter de nouvelles. Le cru 2017 est progressivement annoncé, et j’ai déjà fait ma petite sélection. Cette année, plusieurs séries me font envie ! Certaines sont probablement vouées à l’échec mais ma curiosité va me pousser à tenter au moins le pilote, advienne que pourra. Je vous montre ?

# The Orville.

Une parodie de Star Trek avec un fort joli casting, que demande le peuple ? Je n’en attend pas grand chose, à part peut-être une multitude de clins d’œil à la série qui a rythmé ma jeunesse et des rires bien gras.

Continuer la lecture de Ces séries que j’attends avec une impatience non feinte.

Défi livresque PKJ #1 – Septembre !

Coucou les paupiettes !

Pour le fun, j’ai décidé de me lancer dans les défis livresques que Pocket Jeunesse propose chaque mois. Pour ceux qui ne connaîtraient pas le principe, il y a « juste » une liste de 30 choses à faire et, à la fin du mois, on compte nos points !

dc3a9fi-septembre-logo

1) Lire un auteur qui a une double nationalité.

Nope, pas pour cette fois !

2) Lire une histoire avec une enquête.

couv694879242
3) Lire un livre Pocket Jeunesse.

couv17243008
Lecture en cours le 30 septembre !

4) Partager son avis sur un livre Pocket Jeunesse avec Pocket Jeunesse.

Je n’ai malheureusement pas eu le temps de partager mon avis sur Incarceron avec PKJ ce mois-ci, ce sera pour le mois prochain !

5) Lire un premier roman.

couv593985251
couv31199820
couv9582471
6) Lire un livre avec du rose sur la couverture.

couv20023285

couv17536613
7) Lire un livre où le prénom du héros/de l’héroïne commence par un G.

Pas pour cette fois non plus !

8) Lire un livre qui se passe dans un endroit très différent de chez vous.

Je peux vous affirmer que Le Revenant se passe dans un endroit vraiment très très différent de chez moi… Le joueur d’échecs se passe sur un paquebot sinon, je pense que ça compte !

41oaqlsuqbl-_sx195_

couv33425452

9) Lire un livre de plus de 400 pages.

Lettres à Stella, d’Iona Grey, fait 486 pages !

10) Lire un livre qui a un nombre de chapitres impair.

Une vie entre deux océans, avec 37 chapitres.

11) Lire un livre avec le mot « aventure » dans le titre (au singulier ou au pluriel).

Rien ici non plus 😦

12) Parler du #défiPKJ sur les réseaux sociaux (en utilisant ce hashtag).

capture-decran-2016-09-30-a-16-41-22

capture-decran-2016-09-30-a-16-41-43capture-decran-2016-09-30-a-16-43-03

13) Lire un tome 2. ET 14) Lire un livre qui met en scène un personnage geek.

couv17536613
15) Lire une fois le soleil couché ou pas encore levé.

Tous les jours, une fois que le soleil est couché.

16) Lire un roman avec un méchant vraiment très méchant.

Je n’ai pas croisé de méchant très méchant ce mois-ci, ce sont des choses qui arrivent !

17) Lire un livre où l’amoureux/l’amoureuse du héros/de l’héroïne n’est pas excessivement séduisant(e).

Je n’ai pas vraiment lu d’histoires d’amour ce mois-ci, mais d’après les descriptions qui en sont faites, je dirais que Will dans Lettres à Stella (l’amoureux de Jess) n’est pas excessivement séduisant.

18) Penser très rapidement dans sa lecture qu’il va s’agir d’un coup de cœur.

Bien que j’ai eu un tout petit peu de mal à rentrer dedans au début, j’ai su très vite que Lettres à Stella allait être un coup de cœur !

19) Lire un roman où le héros/l’héroïne a moins de 15 ans pendant tout le livre.

couv60757230
20) Lire un livre de fantasy.

couv17243008

Lecture en cours le 30 septembre.

21) Lire un livre qui vous a ému.

J’ai été très émue par Lettres à Stella et Une vie entre deux océans.

22) Lire un livre qui évoque, de prêt ou de loin, les sciences.

couv23191296

23) Lire un livre avec de l’herbe représentée sur la couverture.

couv14404037
Selon moi, il y a de l’herbe sur cette couverture… Corrigez moi si vous pensez que j’ai tort x)

24) L’auteur ou le traducteur du livre que vous lisez porte le prénom de quelqu’un de votre famille.

41oaqlsuqbl-_sx195_
J’ai un gentil cousin qui répond au doux nom de Michael !

25) Lire un livre qui met en scène des meilleur(e)s ami(e)s.

Cette question, je n’arrive pas vraiment à savoir s’il suffit qu’il y ait deux meilleures amies dedans ou s’il faut que le livre soit entièrement sur leur relation.. Dans Geek Girl, la relation entre Harriet et Nat est plutôt très présente donc je pense que ça compte. L’amitié entre Stella et Nancy (Lettres à Stella) est assez importante dans l’histoire aussi… Sinon, il reste Forever, Bitch de Diglee qui met en scène ses relations avec ses deux meilleures amies !

couv57828339

26) Croiser dans un livre un mot inventé par l’auteur.

Il y en a quelques uns dans Geek Girl ! Je pensais mettre « fantabuleux », mais il semblerait que le mot existe vraiment.. Il s’agit d’un mot valise. On se contentera donc de celui-ci :

imag0065

27) Lire un livre basé sur une autre oeuvre littéraire (réécriture, réinterprétation, modernisation…)

couv33425452
28) Lire un livre avec du feu sur la couverture.

Rien pour celui-ci !

29) Lire un roman plus rapidement que celui lu précédemment, alors qu’il avait plus de pages.

Geek Girl, lu juste après Le Revenant. J’ai mis un peu plus d’une semaine à lire les 384 pages du roman de Punke et 24h à lire les 411 de Geek Girl.

30) Trouver dans un livre les noms et prénoms de la personne qui l’a édité (éditeur, directeur de collection…).

Je n’ai trouvé ce type d’informations dans aucun des livres lus ce mois-ci ! Ça m’a plutôt surprise d’ailleurs..

Résultats : 23/30

cace7914ae9eb33c3668873a23e35ba5

Personnellement, je trouve que c’est pas trop mal pour une première participation ! J’espère réussir à mieux faire le mois prochain héhé.

A bientôt !

Des bisous.

Point culture #15 – Livres, films, séries.

Coucou les paupiettes !

C’est reparti pour un nouveau point culture, j’espère que vous êtes chauds patate !

Livres lus.

# La couleur du lait.

En cette année 1831, Mary, une fille de 15 ans entame le tragique récit de sa courte existence : un père brutal, une mère insensible et sévère, en bref, une vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset.
Simple et franche, lucide et impitoyable, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu’on l’a envoyée travailler chez le pasteur Graham, afin de servir et tenir compagnie à son épouse, femme fragile et pleine de douceur.
Elle apprend avec elle la bienveillance, et découvre avec le pasteur les richesses de la lecture et de l’écriture.. mais aussi l’obéissance, l’avilissement et l’humiliation. Finalement, l’apprentissage prodigué ne lui servira qu’à écrire noir sur blanc sa fatale destinée. Et son implacable confession.

couv8287125

Ce livre inaugure le tout nouveau Club de lecture du Pingouin Vert, que je suis très contente d’avoir rejoint (si vous voulez vous joindre à nous, il y a un groupe Facebook !). Sans le club de lecture je n’aurais probablement jamais emprunté ce livre. Déjà parce que la couverture ne m’inspire absolument rien. Et en général je lis le résumé d’un livre quand j’aime sa couverture (oui, je sais, je passe à côté de beaucoup de choses. Mais grâce à vos chroniques je rattrape quand même tout ça). Bref, le choix du groupe s’est porté sur ce livre, et j’avoue que je le résumé était intrigant.

Il s’agit d’un petit livre, il se lit très vite. Personnellement, je n’ai pas réussi à le lire en une fois, j’ai dû faire une pause. Pourquoi, me demandez-vous ? Et bien à cause de l’écriture de l’auteur. C’est franchement pénible, il n’y a aucune majuscule, très peu de ponctuation, pas de syntaxe.. Je me suis perdue assez facilement au niveau des dialogues. On ne sait pas quand ils se mettent à parler, quand ils s’arrêtent.. Parfois on ne sait même pas vraiment qui parle ! Mais je me suis accrochée vu que les avis des autres lecteurs étaient très positifs. Et je pense que c’était voulu par l’auteur, pour faire comme si c’était vraiment le personnage principal qui écrivait son histoire.

J’ai bien fait puisque j’ai plutôt bien aimé ce petit roman. J’ai trouvé l’histoire intéressante, décrivant le quotidien d’une famille pauvre au XIXème siècle, où l’exploitation des enfants est la seule façon de s’en sortir finalement. Certains éléments du roman étaient très prévisibles, mais je ne m’attendais quand même pas à une telle fin ! Son histoire est touchante, bouleversante. Il y a quelques passages difficiles qui m’ont quelque peu révoltée mais ce sont ces moments qui donnent toute son intensité au récit de Mary. J’ai trouvé son personnage attachant. C’est une jeune fille encore très innocente, qui ne connait pas grand chose de la vie à part la ferme et qui a soif de liberté. J’ai apprécié les liens qu’elle avait avec son grand-père et ceux qu’elle a tissé avec la femme du pasteur. Mis à part l’écriture difficile, j’ai trouvé le texte plutôt bien « construit ». Il n’y avait pas de longueurs et j’ai trouvé que tout était traité avec justesse. Je n’aurais rien rajouté au récit si on me l’avait demandé (à part la ponctuation haha). Il y a également un autre petit bémol, probablement lié à la ponctuation. On a parfois l’impression que le récit est un peu « fade », on ne ressent pas vraiment les émotions.. C’est un petit peu dommage.

Ce livre n’est pas un coup de cœur mais c’était quand même une chouette découverte que je vous recommande. C’est un roman poignant !

14,5/20

# Le livre de Perle.

Tombé dans notre monde une nuit d’orage, un homme emprunte le nom de Joshua Perle et commence une vie d’exilé. Cette nouvelle vie fugitive, déchirée par un chagrin d’amour, est aussi une quête mystérieuse. Au fil du siècle, Perle rassemble un trésor pour défaire le sort qui l’a conduit loin de chez lui. Mais ceux qui l’ont banni et le traquent le laisseront-ils trouver le chemin du retour? Perle a-t-il raison de penser que la fille qu’il aime l’attend toujours là-bas?

couv40429774

J’avais entendu tellement de bonnes choses sur Le Livre de Perle que quand il est enfin apparu dans les rayonnages de la médiathèque, je me suis jetée dessus. Et je l’ai lu dans la foulée alors que j’avais un autre livre à lire en priorité. Bref. J’aurais pas dû haha ! J’avais adoré Tobie Lolness, que j’avais lu quand j’étais ado. Mais là je n’ai pas du tout accroché à l’univers d’Ilian. J’ai essayé pourtant ! Il n’y a juste pas eu le déclic. Enfin, techniquement si, mais dans les vingt dernières pages. J’ai bien aimé les vingt dernières pages x)

Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas accroché. Peut-être parce que ce n’était pas assez structuré ? On passe du présent au passé puis au futur, d’un royaume à un autre.. C’est trop décousu. Il faut s’accrocher pour réussir à suivre. Je ne me suis pas du tout attachée au personnage. Je l’ai trouvé antipathique et fadasse. Son histoire est plutôt intéressante mais il ne m’a pas donné envie de la découvrir. Je ne sais pas si c’est très clair ce que je raconte. L’ensemble reste quand même plutôt poétique, mais je m’attendais vraiment à une sorte de conte de fées, pas du tout à ça. Et puis, dans le fond, l’histoire n’a pas vraiment de sens. On nous balance des petits éléments par ci par là mais tout reste très flou jusqu’à la fin. J’aurais aimé que les vingt dernières pages apparaissent plus tôt dans l’histoire afin de débloquer le tout. Pendant les 3/4 du bouquin je faisais des aller-retours entre les chapitres pour essayer de comprendre où ils allaient avec ça. Ce n’est vraiment pas une lecture qui restera gravée dans ma mémoire.

12/20

# Audrey retrouvée.

Audrey a 14 ans. Elle souffre de troubles anxieux. Elle vit cachée derrière ses lunettes noires, recluse dans la maison de ses parents à Londres.
Ça, c’était avant.
Avant que Dr Sarah, son psychiatre, lui demande de tourner un film sur sa famille, pour voir la vie
d’un oeil nouveau : celui de la caméra.
Avant que Linus, un copain de son frère, débarque. Avec son grand sourire et ses drôles de petits mots griffonnés sur le coin d’une feuille, il va pousser Audrey à sortir. Et à redécouvrir le monde…

couv59474160

Hihi, est-ce que c’est la honte ? Audrey retrouvée est mon tout premier roman de Sophie Kinsella ! Je n’avais jamais rien lu d’elle jusqu’à présent…

e1ed22febced5d3077ee7a94afac7aef

Allez, critique express ! C’est un roman plaisant, qui se lit plutôt rapidement. Rien de transcendant, pour être tout à fait honnête. Très prévisible, ce qui est un peu dommage mais c’est souvent le cas avec ce genre de roman. En soi, le résumé suffit pour deviner la fin. Enfin bref. Il y a quand même quelques rebondissements (tout aussi prévisibles mais ce n’est pas grave).  J’ai trouvé les personnages drôles et attachants. La mère d’Audrey me rappelle beaucoup la mienne (ce qui n’est pas forcément un compliment, je m’en rends bien compte.. Mais je l’aime comme elle est !). C’est une lecture pas prise de tête, qui fait du bien en ces temps studieux. Ce n’est pas une lecture que je vous recommande tout particulièrement, à moins que vous cherchiez à passer un moment de pure détente et que vous ne vous attendez pas à un truc de fou x)

14/20

J’ai aussi lu La voleuse de livres, mais je prépare un « Du livre au film » en son honneur !

Point BD.

# Kanopé.

2137. La surpopulation a entraîné de graves modifications de l’écosystème. La quasi-totalité des espèces animales et végétales a disparu, excepté dans une partie de l’Amazonie mise en quarantaine. Dans ce dernier bastion du monde sauvage survivent dans l’ignorance générale d’anciens révolutionnaires surnommés les « éco-martyrs ». Parmi eux, Kanopé, une orpheline débrouillarde.

couv46662343

Je suis assez partagée concernant cette BD. Je l’ai trouvée très intéressante. Cette vision futuriste digne d’un film (ou d’un roman) post-apocalyptique est fascinante. Le message est très beau. Les dessins sont plutôt sympathiques, pas très originaux mais sympathiques, les couleurs sont magnifiques. Mais.. Et oui, si j’ai un avis partagé il y a forcément un mais.. Tout va beaucoup trop vite, on n’a pas le temps de s’attacher aux personnages, on survole le truc à une vitesse folle et pouf, c’est fini. Ayant apprécié le peu que j’ai lu, je trouve que l’auteure aurait vraiment pu approfondir certains aspects. Quitte à en faire une série (il me semble que c’est un one-shot). Selon moi, Louise Joor s’est trop focalisée sur la relation entre les deux personnages principaux (même si au final je trouve que cette relation est tout aussi survolée que le reste). Je m’attendais vraiment à plus. Plus de détails sur les « éco-martyrs », plus de détails sur les 10 milliards d’humains qui ne vivent pas en Amazonie, sur le grand animal.. Un peu déçue donc. Mais ça reste un premier ouvrage prometteur ! Et je suis contente de l’avoir emprunté. C’était une chouette découverte et j’ai hâte de voir ce que Louise Joor proposera par la suite !

14/20

# Le voleur de livres.

Paris, années 1950. Sartre et l’existentialisme quadrillent Saint-Germain-des-prés. Daniel Brodin, étudiant en droit en Sorbonne et féru de poésie vit à Aubervilliers, chez son oncle, communiste. Il s’ennuie, il est seul. Il attend de vivre une autre vie que celle de sa famille, mais laquelle ?

9782754810043

Très intriguée par le titre et par la couverture rouge, j’ai emprunté cette BD sans lire le résumé. On y suit l’évolution d’un jeune étudiant en droit qui rêve de devenir un poète célébre. Il traine dans les cercles littéraires les plus importants de Paris, s’acoquine avec des bonnes et des mauvaises personnes. Ce qui l’excite dans la vie c’est voler des livres. Son parcours n’est pas passionnant. C’est un anonyme qui connait du beau monde. La BD dépeint en parallèle une jeunesse qui veut changer le monde et qui questionne ce qui l’entoure..

L’histoire est plutôt intéressante mais j’avoue que j’ai trouvé le tout un peu fade. Je n’ai pas été transcendée par les dessins. Les dialogues sont souvent lourds et pompeux, tout à fait dans la veine de tous les livres existentialistes et avant-gardistes pondus dans les années 50. Ils aiment les grands mots. Mais bon, c’est un peu le sujet donc j’imagine que c’est normal. Moi en tout cas j’ai eu un peu de mal avec le tout ! En tout cas ce n’est pas une BD que je recommande particulièrement.

12/20

# Le Trop Grand Vide d’Alphonse Tabouret.

Il était une fois, Alphonse Tabouret. Il est né dans une forêt, avec le Monsieur, qui s’est un peu occupé de lui, mais pas très longtemps. Un jour le Monsieur se fâche, pour une broutille de rien du tout, et laisse Alphonse tout seul. C’est là que son périple commence. Au fil des rencontres, il découvre des gens, bestioles, bidules, qui le font grandir un peu et lui font vivre des aventures chouettes et sans trop le vouloir vraiment. Le T.G.V. d’Alphonse Tabouret, c’est une promenade un peu naïve et tendre, avec parfois des trucs rigolos.

couv54197709

J’ai adoré cette BD ! Elle est vraiment toute choupiiiiii ! L’histoire d’Alphonse Tabouret m’a vraiment fait chaud au coeur. Elle est mignonne, elle est poétique, elle est touchante. C’est drôle et triste à la fois. J’ai adoré parcourir la forêt avec ce tout petit bonhomme. Les dessins sont très simples et enfantins mais rajoute un certain charme à l’ensemble. Il n’y a vraiment pas grand chose à dire sur cette BD à part qu’elle est magnifique et que je vous la recommande chaudement ! C’est un coup de cœur pour ma part, j’ai passé un excellent moment. C’est une BD que j’avais empruntée, je pense l’acheter pour pouvoir la relire quand je veux tellement elle m’a fait du bien, c’est une feel-good BD !  *-*

19/20

# Passeur d’âmes.

Je m’appelle Yan Jing. Mon métier consiste à exfiltrer les morts. Tous les gens qui nous quittent doivent venir rendre compte de leur vie chez moi et je les enregistre. Je consiste chaque personne, chaque histoire, dans ce carnet.

couv69657252

Ce roman graphique est constitué de différentes petites histoires sur des gens très différents, autour du thème de la mort. C’est un beau roman graphique. Du point de vue objet déjà, c’est un beau livre, les dessins sont très jolis, les couleurs rendent l’ensemble vraiment agréable à regarder. Ensuite, les différentes histoires sont plutôt touchantes. Elles ne se valent pas toutes mais dans l’ensemble,  elles sont vraiment chouettes. J’avoue que la conclusion de l’histoire du « narrateur » m’a laissé un peu perplexe.. Je ne suis pas certaine d’avoir tout compris tellement ils mélangent tout. Et puis.. Tout le monde se ressemble haha. C’est le petit bémol que je me permet d’exprimer. D’une histoire à une autre, tous les personnages se ressemblent et c’est un peu confus du coup. Quand ils ne sont pas dans la même ce n’est pas trop gênant.. Mais quand c’est dans la même (comme à la fin), c’est un peu plus difficile. Enfin bref ! C’est une BD sympathique, plutôt émouvante mais sans plus. Il n’y a pas eu la petite étincelle, pas de coup de cœur de mon côté.

14/20

# L’attente infinie.

Entre 1982 et 2012, Julia Wertz a fait beaucoup de choses : elle a enchaîné toutes sortes de petits boulots, elle a déménagé dans différentes villes, elle est tombée gravement malade, elle s’en est tirée, elle a été embauchée, elle s’est fait virer, elle a aimé (pas trop), elle a lu beaucoup de livres et fait beaucoup de blagues, elle a découvert la BD, elle a été publiée, elle a bu (beaucoup), elle a déprimé, elle a arrêté de boire, elle a grandi, elle a réfléchi et elle a eu envie de le raconter…

Un épais volume à l’humour cinglant, plein d’autodérision et de réflexions aussi loufoques qu’existentielles. Qui d’autre que Julia Wertz, à l’esprit libre et décomplexé, pouvait signer cette chronique autobiographique époustouflante?

couv71834876

Bof bof. J’ai emprunté cette BD sans grandes attentes. Mais j’ai quand même été un peu déçue. C’était loooong, il y avait vraiment de grosses longueurs. Je n’ai pas vraiment accroché à l’humour de l’auteur. C’est censé être une autobiographie humoristique mais elle a dû me décrocher quelques sourires et c’est tout. J’ai trouvé les dessins un peu « fades ». Comme pour la BD précédente, et c’est encore plus vrai ici, tout le monde se ressemble, on s’y perd. Il y a énormément de textes aussi. Je n’ai rien contre le texte, mais je préfère quand il est intéressant x) En résumé, c’était vraiment pas palpitant (je me suis fait un peu ch*er pour être carrément honnête). Je ne recommande pas particulièrement.

12/20

# Love Story à l’iranienne.

Les jeunes Iraniens rêvent-ils encore d’en finir avec le régime ? Comment se rencontrer dans cette société qui ne le permet jamais ? Comment flirter ? Comment choisir sa femme ou son mari ? Malgré la tradition, malgré le régime. Des journalistes ont interviewé clandestinement de jeunes Iraniens pour donner un éclairage politique et social. Comment échapper à la police pour vivre sa love story ?

couv71083863

Deloupy a illustré les différentes interviews réalisées par le couple de journalistes qui se fait appeler Jane Deuxard. Ils ont rencontré un certain nombre de jeunes iraniens qui ont accepté de parler de politique mais aussi (et surtout) de leurs difficiles relations amoureuses. Réaliser cette BD était plutôt dangereux, autant pour les auteurs que pour les jeunes iraniens interviewés. Mais ils ont tenu bon, et le résultat est époustouflant !

Cette BD est bouleversante. On découvre comment les jeunes iraniens tombent (ou pas) amoureux sous le régime de Ahmadinejad et d’Hassan Rohani, comment ils perçoivent l’évolution de l’État depuis la révolution à laquelle leurs parents ont participé en 1979, entrainant l’élection de Khomeini en 1979. Je pense que c’est ce qu’on pourrait qualifier d’œuvre « coup de poing ». On ouvre un peu plus les yeux sur quelque chose que l’on connait mal. C’est passionnant, c’est révoltant.. Les dessins sont magnifiques. Je n’ai pas envie de trop en dire mais je vous la recommande vraiment beaucoup beaucoup ! C’est un gros coup de cœur personnellement ! C’est également une BD que je compte acheter (ou me faire offrir haha), je veux absolument qu’elle rejoigne mes étagères.

19/20

Films vus.

# Les combattants.

Entre ses potes et l’entreprise familiale, l’été d’Arnaud s’annonce tranquille…
Tranquille jusqu’à sa rencontre avec Madeleine, aussi belle que cassante, bloc de muscles tendus et de prophéties catastrophiques. Il ne s’attend à rien ; elle se prépare au pire. Jusqu’où la suivre alors qu’elle ne lui a rien demandé ?
C’est une histoire d’amour. Ou une histoire de survie. Ou les deux.

Bon, j’essaye de renouer lentement mais sûrement avec le cinéma français. Je choisis les films un peu à tâtons, mais pour l’instant je ne m’en sors pas trop mal. Les combattants est un film imparfait mais qui a beaucoup de charme. Ces personnages principaux sont attachants. Ils sont drôles et tristes à la fois, plutôt maladroits.

L’histoire n’est pas hyper originale. On a un cadre intéressant (la préparation à une future apocalypse plus ou moins proche) mais ça reste finalement une histoire d’amour assez prévisible, bien que très touchante. Le film est parfois un peu lent, mais ce n’est pas déplaisant. Ça rajoute une sorte de charme au film et ça accentue le malaise entre les deux personnages principaux, qui ne savent pas trop comment se comporter l’un avec l’autre.

En résumé c’est plutôt un chouette film, avec quelques défauts mais bon.. Pour l’instant je ne crois pas avoir vu LE film parfait ! Si vous avez un peu de temps, je vous propose de lui laisser sa chance, il pourrait vous surprendre. C’était une découverte plutôt sympathique de mon côté (moi qui n’aime pas beaucoup le cinéma français) !

15/20

# Zoolander 2.

Blue Steel. Le Tigre. Magnum… Des regards si puissants qu’ils arrêtent des shuriken en plein air et déjouent les plans de domination mondiale les plus diaboliques. Un seul top model est capable de conjurer autant de puissance et de beauté dans une duck-face : Derek Zoolander ! Quinze ans après avoir envoyé Mugatu derrière les barreaux, Derek et son rival/meilleur ami Hansel, évincés de l’industrie de la mode suite à une terrible catastrophe, mènent des vies de reclus aux deux extrémités du globe. Mais lorsqu’un mystérieux assassin cible des popstars célèbres, les deux has-been des podiums se rendent à Rome pour reconquérir leur couronne de super mannequins et aider la belle Valentina, de la Fashion Police d’Interpol, à sauver le monde. Et la mode.

Dans un précédent point culture, j’avais partagé avec vous ma découverte de Zoolander, film un peu WTF que j’avais cependant bien apprécié parce qu’il ne se prenait pas au sérieux et qu’autant de bêtises, et bien ça me fait rigoler. Il m’en faut peu, sachez le. J’ai donc retrouvé la fine équipe dans cette suite. Comme pour le premier film il y a eu énormément de critiques plutôt négatives. Personnellement, j’ai plutôt bien aimé. Forcément, c’est un film qu’il ne faut pas prendre sérieusement. C’est vraiment une succession de trucs ridicules mais qui, pris au deuxième degré (ou au troisième, tant qu’à faire), sont marrants. La succession de guests ne m’a pas du tout dérangée. Moi je trouve ça cool de voir qu’il y a une poignée d’acteurs qui ne se prennent pas trop de haut et qui acceptent de se ridiculiser le temps d’un film comme Zoolander 2. J’ai par exemple adoré la (trop) courte intervention de Benedict Cumberbatch et j’ai trouvé l’assassinat de Justin Bieber plutôt jouissif (sorry). J’avais du mal à m’arrêter de rire. C’est absurde et déjanté, il ne faut pas chercher plus loin et juste apprécier ce que Ben Stiller nous offre. Ce n’est pas un film sérieux, je ne pense pas qu’il ait été question un jour que ce le soit. Moi je trouve ça sympa, il n’y a aucune prise de tête. C’est marrant et ça change un peu, même si tous les codes classiques de la comédie américaine sont repris. J’ai passé un très bon moment, et j’assume complètement !

15/20

Séries débutées.

Ces deux dernières semaines j’enchaîne les finals d’une multitude de séries (Once Upon a Time, Agents of SHIELD, Modern Family, The Middle, Big Bang Theory, etc), je me suis aussi mise à jour dans Baby Daddy ! Je vois la liste des séries à rattraper diminuer lentement mais sûrement, je suis très contente 🙂

Et voilà pour ce quinzième point culture ! J’espère vous avoir fait découvrir un ou deux trucs, vous avoir donné envie d’en découvrir certains.. Si vous avez des recommandations, n’hésitez pas !

f1f61488c10ba2180ac76386cfc42de3

Je vous fais plein de bisous, à bientôt !