Point Dramas #Septembre2022

Coucou les paupiettes !

Est-ce que vous êtes prêts pour votre dose mensuelle de séries coréennes ? J’ai pris un peu de retard, mais je vais vous parler de mes visionnages du mois de septembre (oui, en novembre, JE SAIS, mais le prochain regroupera octobre et novembre je pense) !

# My Name (2021)

My Name, c’est un drama court, efficace et impactant. Huit épisodes, que l’on enchaîne sans voir le temps passer tant on est investis dans l’histoire et la quête de vengeance de l’héroïne, incroyablement incarnée par Han So-Hee. Afin de trouver l’assassin de son père, elle se met au service d’un patron du crime et intègre les forces de police sous couverture.
My Name, c’est un drama violent. Autant physiquement que psychologiquement. Entre manipulations et scènes de bagarre, l’héroïne n’est pas épargnée. Visuellement, je trouve que la série a été particulièrement bien filmée. Il y a des scènes qui sont tout simplement magnifiques (vous attendez pas à des paysages hein, il y a du sang partout). Le tout accompagné d’une BO percutante.
En ce qui concerne les acteurs, Han Oh See est très très bien accompagnée, puisqu’elle joue aux côtés de Park Hee Soon et Ahn Bo Hyun, entre autres. Parmi les personnages secondaires, on trouve aussi Yoon Kyeong Ho, que j’aime personnellement beaucoup, Jang Yul ou encore Kim Sang Ho. Bref, du beau monde, un casting de qualité, et par extension, un contenu qui ne déçoit pas. Les héros sont touchants, attachants, on en arrive presque à soutenir les méchants…
My Name, c’est le genre de série qui vous retourne un peu le cerveau, qui surprend jusqu’à la fin. Et mon dieu, quelle fin… Je ne m’en remets toujours pas alors que j’en ai vu quelques uns des dramas depuis ! Je n’ai pas envie de spoiler, mais si quelqu’un l’a vue, n’hésitez pas à venir échanger dessus, j’en ai gros sur la patate. Je crois qu’avec Vincenzo et Tomorrow, c’est l’une des séries qui m’a le plus marqué cette année. Donc, évidemment, je recommande chaudement !

# True Beauty (2021)

Je suis très partagée concernant cette série. Le postulat de départ, complètement focalisé sur le culte de la beauté, n’est absolument pas ma tasse de thé, genre vraiment pas du tout. Alors quand en plus on nous met une actrice toute mignonne de base (Moon Ga Young) avec quatre faux boutons et des rougeurs sur la tronche en nous faisant croire que c’est le pire laideron de l’univers… Mouais. Autant vous dire que ça part très mal de mon côté. Et puis en fait, je me suis laissée happer par l’histoire, qui reste quand même fort divertissante (ultra clichée aussi, mais divertissante). La série aborde sur le fond quelques sujets intéressants, comme le harcèlement scolaire, la pression des parents relative aux résultats scolaires sans se soucier du bien-être de l’enfant, les conséquences de rumeurs malveillantes, le suicide… Il y a des éléments plus sérieux que ce qu’on pourrait penser de prime abord.
Le principal attrait de la série reste ses personnages masculins, incarnés par Cha Eun Woo et Hwang In Youp. Les acteurs sont bons, ils sont beaux, ils sont drôles, ils sont touchants. C’est un argument de poids pour terminer la série, je pense. Comment ça, ça ne suffit pas ? Je dois admettre que je n’ai pas particulièrement accroché à Moon Ga Young, dont j’ai trouvé la voix insupportable (j’ai réussi à la tolérer un peu plus dans Welcome to Waikiki 2, mais vraiment pas de beaucoup) et le jeu assez niais. Elle m’a plus agacée qu’autre chose. Cela dit, elle a quand même une évolution intéressante tout au long de la série, et j’ai apprécié qu’elle apprenne à s’affirmer. Les personnages secondaires, notamment son frère et sa sœur (Kim Min Gi et Im Se Mi), sont particulièrement chouettes dans cette série, et une des raisons qui m’ont poussé à continuer.
Dans l’ensemble, comme je disais plus haut, c’est une série divertissante. On passe un bon moment si on fait abstraction de toutes les âneries qu’on entend sur le culte des apparences (cela dit, ça reste un réel problème de société, et la Corée du Sud a encore beaucoup de progrès à faire de ce côté-là), et qu’on prend la série pour ce qu’elle est : une romance qui prend place au sein d’un lycée, avec le traditionnel triangle amoureux, de très bons amis, un soupçon de jalousie et quelques harceleurs. Rien de bien original, mais une série qui se laisse regarder. Et puis, Hwang in Youp quoi.

# Squid Game (2021)

Des mois après tout le monde, nous avons ENFIN terminé Squid Game. Bon, on ne va pas se mentir, je trouve la série légèrement surcôtée, mais elle a le mérite d’être très prenante et particulièrement divertissante. On se prend rapidement au jeu, et même si certains éléments du dénouement paraissent évidents, les réalisateurs réussissent à nous surprendre à plusieurs reprises. Je regrette quand même que beaucoup de choses ne soient pas du tout plus développés. Le fait de limiter la saison à 9 épisodes alors que dans la plupart des dramas, on est entre 12 et 16, est le gros point négatif. En approfondissant un peu plus les personnages et l’intrigue (et il y a de la matière pour), le résultat aurait été plus convaincant. J’aurais aimé en savoir beaucoup plus sur les organisateurs par exemple, sur l’envers du décor, sur les enjeux. Est-ce que ce sera abordé dans la saison 2 ? L’avenir nous le dira.
En tout cas, les acteurs sont bons, j’ai passé un bon moment en leur compagnie (bien que certains aient perdu la vie trop tôt à mon goût haha). Ils réussissent à nous faire vivre tout un tas d’émotions différentes, allant de la colère à la pitié, en passant par des moments plus touchants et émouvants. On se sent parfois trahis, et parfois on a l’impression de vivre au-travers d’un personnage (je pense notamment au flic undercover joué par Wi Ha Joon). De ce côté-là, rien à redire, la série est efficace. Je ne connaissais pas la plupart des acteurs, mais le drama m’a donné envie d’en voir plus pour certains d’entre eux, notamment Jung Ho Yeon (Sae Byeok) et Lee Jung Jae (Gi Hun).
En résumé, Squid Game est un visionnage prenant et divertissant, mais qui aurait mérité plus d’épisodes pour mieux développer l’univers.

# Backstreet Rookie (2020)

Il y a des moments où on n’a qu’une seule envie, c’est de se blottir dans le canapé avec un plaid, son gros chat et un acteur doudou à la télé. Ji Chang Wook fait partie de ces acteurs pour moi, qui ait découvert l’univers des dramas il y a une dizaine d’années, puisqu’il était dans mon tout premier coup de coeur, Healer. Je me suis laissée quelque peu distraire par d’autres (Park Seo Joon, hm), mais je rattrape lentement mais sûrement mon retard dans sa filmographie. Cherchant un truc léger, j’ai opté pour Backstreet Rookie, où il partage l’affiche avec Kim Yoo Jung.
Si on met de côté la différence d’âge, j’ai trouvé la romance divertissante sans être particulièrement mémorable. On passe un bon moment aux côtés des différents personnages, on s’attache à eux, mais une fois l’histoire terminée, disons qu’on passe vite à autre chose.
La série est plutôt drôle dans son ensemble, les épisodes s’enchaînent facilement, mais sur le fond, il y a très peu d’enjeux et des éléments qui auraient pu être mieux travaillés. On s’éparpille un peu en termes d’intrigue(s). Il y a quelques petites choses problématiques (il me semble d’ailleurs que la série n’avait pas été très bien reçue en Corée), j’insiste sur le jeune âge de l’héroïne qui s’occupe seule de sa petite sœur et qui se retrouve à bosser de nuit pour un mec « beaucoup » plus âgé qu’elle, s’exposant à toutes sortes de dangers et se mettant d’elle-même dans des situations délicates. Alors certes, elle sait se battre, je suis complètement pour défendre l’idée d’une femme indépendante qui se donne les moyens de s’en sortir, mais les limites sont parfois un peu floues, les motivations un peu douteuses, et ça coince.
Au-delà de ça, les acteurs sont bons et c’est pour ça que j’ai regardé la série jusqu’au bout. Les personnages secondaires sont également très chouettes. J’ai apprécié de revoir Kim Min Kyu (Business Proposal), même si je pensais qu’on le verrait un peu plus. Eum Moon Suk et Seo Ye Hwa sont hilarants. L’intérêt de la série repose vraiment sur son casting. Pour le reste, en termes d’originalité et d’intrigue, on repassera. Next !

# The Sound of Magic (2022)

La rencontre entre une lycéenne qui a été obligée de grandir trop vite et un magicien qui semble complètement à côté de la plaque, le tout en musique, puisque chaque épisode comprend quelques morceaux chantés par les acteurs.
Le casting est excellent, je n’ai rien à redire là-dessus. Ji Chang Wook, Hwang In Youp, que demander de plus ? Je plaisante. Choi Seung Eun et Ji Hye Won sont géniales aussi. Et puis, il y avait mes acteurs secondaires chouchous, Yoo Jae Myung et Yoon Kyeong Ho. Bien que les séries et films musicaux ne soient vraiment pas ma came, avec un casting comme ça, j’étais obligée de me lancer !
Ils ont tous de très bonnes voix, donc les chansons ne sont pas désagréables à écouter. Dans les faits, il n’y en a qu’une que je retiendrais, celle interprétée par Hwang In Youp (dans le deuxième épisode, je crois). Pour les autres, c’est trop « comédie musicale » pour moi, et c’est un genre auquel je suis très peu sensible. Interrompre l’intrigue par des parties chantées m’agace plus qu’autre chose. Heureusement, ils n’abusent pas et la série est courte.
L’intrigue est intéressante, mais je dois admettre que j’ai vite perdu le fil. Pourtant, Dieu sait que j’aime les trucs perchés. Dans le cas de The Sound of Magic, je blâme le format trop court de la série, qui empêche de développer à fond les personnages et l’univers. Beaucoup de choses restent sans réponse, la fin est nulle. Je suis restée complètement sur ma faim. Je m’attendais à beaucoup plus de magie sur l’ensemble. Autant on a droit à de très très belles scènes d’un point de vue esthétique, autant je m’attendais vraiment à autre chose. Surtout qu’en plus de la magie, les créateurs ont voulu explorer tout un tas d’autres problématiques, comme la pression scolaire et parentale, l’abandon, la maladie mentale, le harcèlement… Six épisodes pour s’attaquer à ce genre de thématiques, c’est vraiment vraiment très frustrant.
A ce stade, je crois que The Sound of Magic fait partie de mes gros flops de l’année (alors que j’adore les acteurs, c’est un coup dur), par son manque de développement, et son manque de magie, finalement. Heureusement que l’ensemble reste « agréable » à regarder pour les acteurs, qui sont tout de même très bons. A ce jour, je reste extrêmement frustrée par le manque de réponses. Je vous jure, mon mec en entend encore parler régulièrement. C’est donc un drama que je ne recommande pas particulièrement. Je suis passée à côté, mais il a tout de même eu de très bons retours, donc n’hésitez pas à y jeter un coup d’œil s’il vous intrigue !

Dans le prochain Point Dramas…
Welcome to Waikiki, saison 2
Love in the Moonlight
Fight for my way
Gaus Electronics

En cours…
Descendants of the Sun
Why her ?
Café Minamdang
Glitch
If you wish upon me

Et vous ? Quels sont les derniers dramas que vous avez vu ?
Des recos à partager ?

La bisette !

Publicité

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s