L’envers du décor #7 – Ce que j’aime sur un blog.

Coucou les paupiettes !

Ça fait super longtemps que je n’avais pas participé à L’envers du décor, rendez-vous créé par Virginie du blog Sur un petit nuage. Pas inspirée, manque de temps, ces derniers mois n’ont pas été très glorieux. Mais le thème de ce mois-ci est sympathique et, cette fois-ci, j’ai pris le temps de vous préparer un petit article.

Pour rappel, nous abordons dans L’envers du décor de multiples thèmes en rapport avec notre organisation de blogueuses (entre autres). Si ça vous intéresse, que vous voulez vous joindre à nous, n’hésitez pas à aller voir l’article de présentation ici : ***

16649212_1791440007844042_2385248947094111633_n

Aujourd’hui, on va parler de ce que j’aime sur un blog, ce qui me pousse à poursuivre ma visite quand je découvre un nouveau site, les éléments qui font que j’apprécie ce blog plus qu’un autre puis qui me poussent à revenir sur des bases régulières. Je vais essayer d’illustrer chacun des éléments avec des exemples de blog que j’apprécie tout particulièrement.

# Un univers visuel sympathique.

Je ne sais pas dessiner et je suis assez nulle en informatique donc l’identité de mon blog n’est pas dingue et c’est quelque chose que je regrette fortement. Je trouve que l’image d’un blog est importante. Quand on arrive sur le site, la première impression fait tout. Si le site est moche, les polices illisibles, qu’il y a trop de couleurs criardes, des bannières digne des années Skyblog avec des montages dégueulasses, je ferme direct. Un univers visuel oui, mais le tout avec classe, s’il vous plait.

Capture d_écran 2017-03-26 à 15.03.39

Popcorn & Gibberish

Capture d_écran 2017-03-26 à 15.04.10

Le Brocoli de Merlin

# Des chroniques complètes et bien écrites.

Quand je vais sur un blog, j’aime que les chroniques soient complètes tout en étant pas trop longues. J’apprécie les blogueurs qui savent aller à l’essentiel, qui font de belles phrases, qui réussissent à donner envie en peu de mots. L’orthographe et la mise en page sont aussi des éléments importants à mes yeux. Trop de fautes, c’est une torture pour mes petits yeux et au final je ne retiens que ça de l’article. Un gros bloc, pas de paragraphes ? Ça me fait plus peur qu’autre chose et je fais demi-tour. Mon côté un peu maniaque a aussi un peu de mal avec les textes qui ne sont pas justifiés, j’aime quand ça forme de jolis blocs réguliers haha.

Capture d_écran 2017-03-26 à 15.13.54

Lily lit

Capture d_écran 2017-03-26 à 15.16.24

Le blog de Poppy

# L’originalité, la personnalité.

Que ce soit au niveau du contenu des articles ou de la manière de les écrire, j’aime bien qu’un blogueur soit capable de se détacher de ce qui se fait déjà, qu’il ne cherche pas à rentrer dans un moule et à écrire la même chose que 36 autres avant lui. Parfois, j’ai l’impression en passant d’un blog à un autre d’être toujours au même endroit. Le ton est le même, les sujets sont les mêmes.. On ne sent pas l’âme du blogueur derrière, c’est plat. C’est comme si un bonhomme qui écrit des articles avait été cloné en plein d’autres bonhommes qui écrivent les mêmes articles. J’aime avoir une idée de la personnalité de la personne qui écrit, je me sens plus proche d’elle. L’humour et la spontanéité sont également de bons gros bonus.

Capture d’écran 2017-03-26 à 15.26.06.png

June&Cie

Capture d_écran 2017-03-26 à 15.37.05

Petit Pingouin Vert

# L’échange.

Lorsque je passe sur un blog que j’apprécie, j’aime laisser une trace de mon passage et je laisse donc un certain nombre de commentaires. Et là, parfois, c’est le drame. Les blagueurs qui ne prennent pas la peine de répondre aux commentaires qu’on leur laisse, ça me frustre au plus haut point. OK, des fois je peux comprendre que le commentaire n’appelle pas à une réponse, pas de problème, mais quand tu poses une question ? Il y a plusieurs blogs que j’ai déserté à cause de ça. Dans le cas contraire, quand tu dialogues avec la personne derrière le blog que tu apprécies, ça permet de faire des rencontres vraiment très chouettes et pour moi, ça joue énormément dans ma perception du site par la suite. Tu te sens inclus, désiré haha. Et puis, écrire un blog signifie faire partie d’une communauté. Si tu restes tout seul dans ton coin à faire ton truc, tu loupes plein de choses !

Capture d_écran 2017-03-26 à 15.34.44

No Place Nowhere

Capture d_écran 2017-03-26 à 15.35.50

By Kimysmile

Voilà ce qui me plait le plus dans un blog. Après, je ne suis pas non plus très difficile et je suis ouverte au compromis. Je suis tombée sur plusieurs blogs qui ne rentraient pas dans tous mes critères mais que je continue de suivre parce que l’ensemble réussit à me faire oublier certains détails. Les blogs que j’ai proposé en exemples remplissent toutes les « conditions » haha.

Et vous, qu’est-ce qui vous plait le blog dans un blog ? Qu’est-ce qui vous fait fuir ?

A bientôt les cocos !

Plein de bisous.

The Vanishing Girl – Laura Thalassa.

Coucou les paupiettes !

Je vais vous parler aujourd’hui d’un roman que j’ai lu le week-end dernier et qui traînait dans ma PAL depuis quelques mois, il s’agit du premier tome de The Vanishing Girl. Il a été écrit par Laura Thalassa, jeune auteure américaine, et a été publié le 21 mars 2017 par les éditions AmazonCrossing. Tout de suite attirée par sa couverture et son résumé, je me suis dépêchée de l’ajouter à ma wishlist livresque.

Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier Netgalley et les éditions AmazonCrossing pour avoir accepté de m’envoyer ce roman !

Chaque nuit, après s’être endormie, Ember Pierce disparaît. Elle peut alors se téléporter n’importe où : à l’étranger dans une ville inconnue ou dans la chambre d’un garçon qui la fait craquer. Après dix minutes, son temps écoulé, elle retourne dans son lit. C’est un secret qu’elle a réussi à conserver pendant ces cinq dernières années. Mais, maintenant, quelqu’un d’autre est au courant.
Une semaine après son dix-huitième anniversaire, un garçon superbe, Caden Hawthorne, la kidnappe et la livre au gouvernement avant de disparaître sous ses yeux. Ember comprend alors deux choses : elle n’est pas seule et les gens comme elle – les téléporteurs – sont utilisés comme une arme.
Expédiée dans un camp d’entraînement quasi militaire, Ember découvre qu’on lui a affecté Caden comme partenaire. Ils doivent désormais travailler main dans la main lors de missions de téléportation pour le gouvernement, toutes plus risquées les unes que les autres. Mais Ember compte retrouver sa liberté et elle se rapproche de Caden, qui semble détenir la clef qui la fera sortir de cette prison. Si elle parvient à rester en vie !

couv38884170

Comme souvent, ce roman comporte des points positifs et des points négatifs. Je ressors un peu mitigée de cette lecture. Cela m’attriste car c’était quand même sacrément bien parti. J’ai bien accroché au style de Laura Thalassa, je l’ai trouvé moderne et efficace, sans fioritures. Son récit est fluide, bien construit, rythmé. Je lui reproche tout de même quelques répétitions un peu fatigantes, j’y reviendrai un peu plus loin. Pour un premier tome, j’ai apprécié le fait que l’auteure nous immerge directement dans le vif du sujet et qu’elle ne s’égare pas dans un roman trop introductif et dépourvu de toute action. Dès les premières pages, nous sommes embarqués dans l’aventure d’Ember.

Laura Thalassa a su faire preuve d’imagination et j’ai bien adhéré au scénario de départ, très prenant. L’histoire qu’elle a développé autour de la téléportation est intéressante, énigmatique et j’ai apprécié d’en découvrir un peu plus au fil des pages, en même temps que le personnage principal. Cependant, elle a soulevé un certain nombre de questions qui n’ont pas trouvé de réponse dans ce premier tome, ce qui m’a un peu frustré. Je suis  restée sur ma faim. J’espère sincèrement qu’elle y répondra dans la suite !

Ma lecture aurait été beaucoup plus agréable si l’auteure ne s’était pas perdue en chemin. A partir du moment où Ember développe des sentiments à l’égard de Caden, pour moi c’était fini. Il se passe encore des choses intéressantes mais elles sont reléguées au second plan voire complètement inexistantes face aux hormones de notre héroïne. Ainsi, si j’ai trouvé la première partie plutôt bonne, j’ai été gênée par l’attitude d’Ember dans la seconde partie. Encore une fois, on nous décrit une héroïne qui se veut forte, libre et indépendante mais dont toutes les décisions finissent par tourner autour du protagoniste masculin (Caden). Dès le début j’ai senti le truc venir mais j’espérais que Laura Thalassa ne tomberait pas dans ce piège. Franchement, amis auteurs si vous me lisez, ça devient fatiguant. Arrêtez de nous vendre des héroïnes fortes alors que celles-ci, à partir du moment où elles rencontrent un homme, ne pensent plus qu’à lui enlever son slip et à lécher les cicatrices de son corps nu. Stop ! Une femme indépendante n’a pas  besoin de se faire protéger par son mec. Encore une fois, mon féminisme en a pris un coup (décidément, pas de chance avec mes dernières lectures). Bref. Je vous parlais un peu plus haut de répétitions fatigantes. Dans la seconde partie du roman, là où le suspense est à son comble et où Ember découvre un certain nombre de choses inquiétantes par rapport au projet, l’auteure a choisi de nous balancer une série de scènes de fesses totalement inutiles et toujours détaillées de la même façon. C’est redondant et j’ai plus d’une fois lâché quelques soupirs d’exaspération. On passe donc par des hauts et des bas, chaque scène intéressante étant rapidement interrompue par une partie de jambes en l’air, alors que j’aurais préféré qu’on rentre plus dans les détails concernant toutes ces découvertes.

Je n’ai pas adhéré à tous les personnages du roman. Desiree m’agace car l’auteure n’a pas cherché à vraiment expliquer son comportement et ça me frustre de ne pas mieux comprendre ses réactions. J’aurais également aimé qu’elle développe plus le personnage d’Adrian. Ember est une héroïne qui a de bons et de mauvais côtés. Dans l’ensemble, mis à part le fait qu’elle soit trop souvent contrôlée par ses hormones, je l’ai trouvé intéressante. Je pense que le personnage que j’ai préféré est celui de Caden, bien que je le trouve bien trop superficiel dans les premiers chapitres. Finalement mystérieux et touchant, j’espère en découvrir encore un peu plus sur son passé dans le second tome.

En résumé, on partait avec de très bonnes idées et on s’est un peu égaré en cours de route avec une romance beaucoup trop présente. C’est malheureux ! Malgré un avis un peu mitigé, je suis quand même suffisamment intriguée pour me laisser tenter par le tome 2, quand celui-ci sera d’actualité. J’espère que nous aurons des réponses à toutes nos questions et que l’auteure se décidera à laisser un peu de côté les hormones de son héroïne. Je vais lui mettre un petit 14 d’encouragement. Peut mieux faire ! J’en attends plus pour la suite.

14/20

Alors, tentés ?

Plein de bisous !

C’est lundi, que lisez-vous ? #21

Coucou les paupiettes !

Nouvelle semaine qui commence, il est temps de faire le bilan lecture de la semaine passée ! Cette fois-ci, on va aussi compter les pages puisque je participais à la semaine à 1.000 organisée par le Petit Pingouin Vert.

Concernant ce rendez-vous hebdomadaire, il est aujourd’hui géré par Galleane, chez qui vous pouvez retrouver le récapitulatif de tous les participants et les liens vers leurs articles.

Le principe est simple, il suffit de répondre à trois petites questions chaque lundi :

  • Qu’est-ce que j’ai lu la semaine passée ?
  • Qu’est-ce que je lis actuellement ?
  • Que vais-je lire ensuite ?

# Qu’est-ce que j’ai lu la semaine passée ?

PicMonkey Collage-27

Trois romans au programme de cette semaine. J’ai eu un coup de cœur pour No home, récit bouleversant et captivant s’étalant sur plusieurs générations. Il est super bien écrit, je vous le recommande chaudement ! Les mystères de Larispem est une lecture plaisante mais sans plus, il s’agit d’un premier tome plutôt introductif. En tout cas, l’auteur a su capter mon attention et je pense que la suite promet d’être intéressante. The Vanishing Girl, pour sa part, ne m’a pas entièrement convaincu. Il y a du bon et du moins bon, je vous en parle plus en détails demain !

Continuer la lecture de C’est lundi, que lisez-vous ? #21

Liebster Awards… 3 ? 4 ? Je crois que c’est 4.0 !

Coucou les paupiettes !

On se retrouve cette fois pour une énième édition des Liebster Awards puisque j’ai été nominée par AcciolivresOur Guilty Plaisir, Lilylit, Mon univers en séries et en livres, Azkabooks, Popcorn & Gibberish et Coffee Quest ! Rien que ça. Je sais que certains attendaient cet article avec impatience haha, sachez que j’en ai ch*é pour l’écrire. Je n’ai d’ailleurs fait que répondre aux questions. Vous balancer 11 faits (ou 77, si on joue le jeu à fond), c’est juste pas possible après tout ça. Par contre, vous allez avoir le droit à une blinde de gif. Faut bien mettre un peu de pep’s à tout ça ! Maintenant c’est fini, plus JAMAIS de Liebster Award. Vous pouvez me nominer tout ce que vous voulez, je vous ignorerai royalement.

Les Onze questions de Our Guilty Plaisir :

# Si tu devais choisir un seul livre à lire pour le restant de tes jours, ce serait lequel ?

Euuuuuuuuuuuuuuuh… Un seul ? Je ne pourrais pas ! Même mes livres préférés je ne supporterais pas de les lire encore et encore et encore. Je préfère ne plus lire du tout plutôt que de gâcher ma perception de ce livre.

# Imaginons que tu crois en la réincarnation, en quoi te réincarneras-tu ?

Une licorne, obviously. Si la réincarnation existe, les licornes aussi.

32476f3ae37190bb657212456a5205e5

Continuer la lecture de Liebster Awards… 3 ? 4 ? Je crois que c’est 4.0 !

Ne m’appelez pas Blanche-Neige – Gally Lauteur.

Coucou les paupiettes !

Ça fait longtemps que je n’ai pas chroniqué un roman sur le blog (et pourtant je lis énormément, il est temps que je me bouge les fesses). Aujourd’hui, je vais vous parler d’un roman qui a été publié le 1er mars 2017 chez Hachette Romans : Ne m’appelez pas Blanche-Neige. Je suis très intéressée par les réécritures de contes ainsi que les contes détournés et la couverture de celle-ci me plaisait beaucoup. Son résumé promettait également une réécriture hyper-moderne plutôt intrigante. Finalement, quel est mon avis sur ce roman ? Je vous dis tout ça tout de suite !

Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier Netgalley et les éditions Hachette pour avoir accepté de m’envoyer ce roman !

Qui a dit que la vie était un conte de fées ? Lorsqu’on est trahie par sa meilleure amie, difficile d’y croire. Sous le choc, Blanche, 18 ans, préfère s’enfuir dans la nuit parisienne, entraînée par de mystérieux fêtards rencontrés sur le réseau social le plus populaire du moment. Si la magie devient virale, une princesse peut-elle s’en sortir avec pour seules armes : sa répartie et son téléphone ? Oserez-vous croquer cette pomme d’amour et découvrir le cœur des princes de votre entourage ?

couv28823346

Ne m’appelez pas Blanche-Neige est une réécriture originale, très moderne, qui propose des choses intéressantes. Cependant, j’avoue que ma lecture m’a laissée sur ma faim, de nombreux éléments m’ont laissée perplexe, voire déçue.

Il se lit très rapidement, personnellement il m’a fait la soirée, les chapitres s’enchaînent de façon plutôt fluide. Par contre, j’ai eu un peu plus de mal avec le style de l’auteur. Je ne saurais pas dire pourquoi, sa manière d’écrire est plutôt sympathique, mais je n’ai pas accroché complètement. Il y a beaucoup de répétitions, ce qui est dommage dans un roman aussi court. Il y a aussi un gros problème de crédibilité, beaucoup d’éléments sont complètement tirés par les cheveux et pour moi, ça ne le fait pas. Je vous l’avais déjà dit dans une autre chronique, j’ai beaucoup de mal avec les jeunes qui se prennent pour des adultes. A 18 ans, selon moi, on a rien vécu. Et pourtant, les personnages sont ici décrits comme extrêmement matures (alors que pas du tout), « indépendants » (quand ta maison de vacances familiale est un château des bords de Loire, excuse-moi mais, on sait tous d’où vient ton « indépendance ») et ayant tous une expérience folle de la vie..

Avec une histoire comme ça, une réécriture de conte, je m’attendais à un peu plus de poésie, de romantisme. Ce dernier point peut vous paraître bizarre sachant qu’il s’agit bien d’une romance à la base.. J’ai trouvé les relations entre les différents personnages très superficielles. Tout s’enchaîne très vite, de façon parfois incohérente, et soudain tout le monde est amoureux, tout le monde est content. L’ensemble est facile, prévisible et fade. Il n’y a aucune passion et l’auteur n’a pas cherché à creuser, à développer les relations entre les personnages, qu’elles soient amicales, professionnelles, familiales ou amoureuses. Il y a beaucoup de non-dits qui, pour moi, ont plus été une source de frustration que de mystère, tout comme la jalousie et la manipulation. La plupart des personnages m’ont exaspéré, à part Roxanne et Stella (bien que je n’ai pas compris l’intérêt de cette dernière dans l’histoire, à part représenter un nain de plus). La relation entre Blanche et Rob n’est qu’une longue succession de clichés qui ne mettent vraiment pas la femme en valeur et ça, ça m’a énervé. Dans une réécriture de conte aussi actuelle, on s’attend à ce que l’héroïne en jette, qu’elle incarne la modernité, la femme d’aujourd’hui et pas celle des années 50. A moins que toutes les femmes d’aujourd’hui en soient encore à chercher leur prince charmant ? C’est un autre débat.. En tout cas, beaucoup de contre-sens à mes yeux sachant que l’héroïne se revendique indépendante alors qu’elle est tout sauf ça.

J’ai débuté ma chronique en précisant qu’il y avait quand même des choses intéressantes. Selon moi, le point de départ du roman, le réseau social Pomme d’Amour, était intéressant bien que je n’en ai pas vraiment compris toutes les subtilités. Il promettait une réécriture intrigante, ancrée dans la modernité. Malheureusement, l’application finit elle aussi par perdre rapidement toute crédibilité et l’auteur est parti dans la mauvaise direction. Elle n’a pas su exploiter tout le potentiel de son sujet. On retrouve tout de même tous les éléments du conte originel, ce qui est un autre point positif. La réécriture n’a pas été bâclée et l’auteur a fait preuve d’imagination. Dommage que le reste n’ait pas suivi.

En résumé, c’est un roman qui n’a pas su me convaincre. Il y a quelques bons éléments mais qui ont été traités de façon trop superficielle. Le fait que les personnages soient détestables, l’histoire trop prévisible et tirée par les cheveux, je ne peux que vous recommander de passer votre chemin. Je pense qu’il est destiné à un public plus jeune, un peu moins regardant sur les détails. Mais là encore se pose le problème du message diffusé.. La femme n’y est clairement pas présentée sous son meilleur jour et ce n’est pas quelque chose que j’aimerais forcément partager avec les plus jeunes.

08/20

Alors, tentés ? L’avez-vous déjà lu de votre côté ?

A bientôt !

C’est lundi, que lisez-vous ? #20

Coucou les paupiettes !

J’ai l’impression que les semaines passent super vite en ce moment, pas vous ? En tout cas, je lis toujours autant. Je crains un peu la panne de lecture d’ailleurs. Le jour où elle va venir, elle va frapper de plein fouet et je ne lirai plus rien pendant plusieurs mois x)
Remarquez.. ça me permettra peut-être de rattraper tout le retard que j’ai accumulé dans les séries ! En tout cas, je continue de lire un grand nombre de BD et de manga. Avec quelques romans plus ou moins sympatoches à côté. Je vous montre ?

Concernant ce rendez-vous hebdomadaire, il est aujourd’hui géré par Galleane, chez qui vous pouvez retrouver le récapitulatif de tous les participants et les liens vers leurs articles !

Le principe est simple, il suffit de répondre à trois petites questions chaque lundi :

  • Qu’est-ce que j’ai lu la semaine passée ?
  • Qu’est-ce que je lis actuellement ?
  • Que vais-je lire ensuite ?

# Qu’est-ce que j’ai lu la semaine passée ?

PicMonkey Collage-21

J’ai lu pas mal de romans cette semaine mine de rien. J’y ai passé la plupart de mes soirées et mes pauses déjeuner ont été bien utilisées héhé. Pas de coup de cœur cette semaine mais des lectures dans l’ensemble plutôt plaisantes. Nos faces cachées est un joli roman, Le bizarre incident du chien pendant la nuit est particulier mais a su me toucher. Ce fut aussi le cas de Will & Will, bien qu’il n’y ait rien de particulièrement dingue non plus. Concernant Calendar Girl, mon avis est plus mitigé. S’il y avait un peu plus de substance (autre que des scènes de fesses) dans ce tome, j’ai trouvé l’ensemble très cliché et j’ai toujours du mal avec l’écriture d’Audrey Carlan. C’est frustrant parce que je n’accroche pas des masses, je passe mon temps à lever les yeux au ciel, mais j’ai envie de savoir comment ça va se terminer tout ça.. Pour finir, en partenariat avec Hachette et Netgalley, j’ai pu lire Ne m’appelez pas Blanche-Neige. Ce dernier m’a laissé sur ma faim, je vous en dirai plus demain.

Continuer la lecture de C’est lundi, que lisez-vous ? #20

Ce qui tourne en boucle dans mes écouteurs. #5

Coucou les paupiettes !

Ça va ? Tout baigne ? Moi en ce moment j’ai la flemme de tout. Il n’y a que la lecture qui me motive un tant soit peu. Et comater sur mon lit en regardant le plafond et en écoutant de la musique. Ça nous arrive tous à un moment, non ?
Je reviens donc ce dimanche avec un Ce qui tourne en boucle dans mes écouteurs, afin de vous présenter les quelques morceaux qui ambiancent mes journées en ce moment. Go ?

# Skip Marley – Lions.

WE ARE THE MOVEMENT, THIS GENERATION, YOU BETTER KNOW WHO WE ARE!

# Zayde Wolf ft Ruelle – Walk through the fire.

# Lorde – Green Light.

Jai Wolf – Indian Summer.

Maroon 5 ft Future – Cold.

Banners – Start a riot.

Alt-J – 3WW.

Taron Egerton (Sing OST) – I’m still standing.

Elliot Moss – Without the lights.

Kygo ft Selena Gomez – It ain’t me.

Et vous, qu’est-ce que vous écoutez en boucle en ce moment ? Dites moi tout !

Plein de bisous !