Bingo Séries #9 – Février/Mars 2018.

Coucou les paupiettes farcies !

Le mois de février est terminé et il va être temps de commencer une nouvelle grille pour le Bingo Séries ! Ce compte-rendu ne va pas être des plus palpitants car je n’ai regardé quasiment que Orphan Black. J’ai hâte de voir ce que nous réserve Jérôme pour le mois de mars, sachant que je suis plutôt dans une période lecture et que je n’ai pas hyper envie de regarder des épisodes le soir. M’enfin, ça peut changer très vite tout ça haha.

Si vous faites, vous aussi, partie de la communauté sérivore de l’internet mondial, vous avez peut-être vu passer (sur Twitter ou ailleurs) ce nouveau rendez-vous intitulé Bingo Séries. Créé par Jérôme du blog Just One More Episode, il est inspiré du fameux Défi PKJ. Le principe est simple, tous les mois (du 7 au 7, soyons précis), Jérôme nous propose une liste de vingt choses à accomplir ou voir en regardant nos séries. Pour réussir le bingo, il faut avoir la moyenne (10/20 donc, je précise.. sait-on jamais!). Pour en savoir plus, je vous propose d’aller lire l’article de présentation ici. Un article apportant quelques précisions supplémentaires se trouve ici.

On compte mes points ?

1. Quelqu’un éteint une bougie. Point validé grâce à l’épisode 4 de la quatrième saison d‘Orphan Black. On voit MK éteindre une bougie. 

Capture d_écran 2018-02-16 à 23.16.39

Continuer la lecture de Bingo Séries #9 – Février/Mars 2018.

Publicités

Top Five Séries Addict #30 – Mes 50 personnages de séries préférés.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour un Top Five Séries Addict un peu particulier puisque je ne vais pas vous présenter seulement cinq personnages… J’ai décidé de vous dresser un petit top 50, hopdihop, j’étais motivée. Je ne les ai pas placé par ordre de préférence, j’ai juste tout balancé comme ça. Allez, sans transition, voici une partie de mes personnages de séries préférés :

The Tenth Doctor / Doctor Who – Moss / The IT Crowd –
Amy Pond / Doctor Who – Liv / iZombie – Jake Peralta / Brooklyn Nine Nine.

Continuer la lecture de Top Five Séries Addict #30 – Mes 50 personnages de séries préférés.

Top Five Séries Addict #27 – Les reprises de séries attendues cet hiver.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour un nouveau Top Five Séries Addict, consacré aux reprises que j’attends avec le plus d’impatience cet hiver. J’ai choisi de n’aborder que les nouvelles saisons puisque la plupart des séries dans lesquelles j’étais à jour et en pause ont déjà reprises. Allez, on perd pas de temps et on attaque !

Pour rappel, ce rendez-vous a été mis en place par Tequi. Le système est simple, toutes les semaines nous parlerons de certaines séries que l’on regarde, que l’on a regardé ou que l’on veut regarder un jour, selon un thème prédéfini. C’est ouvert à tout le monde, donc n’hésitez pas à vous joindre à nous !

# Grace and Frankie, saison 4.

o-grace-and-frankie-facebook

Continuer la lecture de Top Five Séries Addict #27 – Les reprises de séries attendues cet hiver.

Top Five Séries Addict #15 – Mes personnages féminins préférés.

Coucou les paupiettes !

Ça fait un petit moment que je n’ai pas participé au TFSA… Le thème de cette semaine ne m’inspirait pas énormément et j’ai décidé de reprendre un des thèmes des semaines passées que je n’avais pas eu le temps de traiter : mes personnages féminins préférés ! J’en ai beaucoup.. Je me suis un peu lâchée et j’en ai fait un Top 10 !

Pour rappel, ce rendez-vous a été mis en place par Tequi. Le système est simple, toutes les semaines nous parlerons de certaines séries que l’on regarde, selon un thème prédéfini. C’est ouvert à tout le monde, donc n’hésitez pas à vous joindre à nous !

# Liv, iZombie.

izombie-saison-2-episode-6-ce-soir-liv-et

Je crois que quand j’ai vu le thème, c’est le premier personnage qui m’est venu à l’esprit. Liv est un personnage incroyable, très bien construit et formidablement bien joué par la talentueuse Rose McIver. Je crois que ce qui me plait le plus chez elle c’est sa personnalité changeante, son humour, sa bonne humeur en toutes circonstances (presque). Elle est dynamique et plutôt badass, elle a tout pour plaire !

Continuer la lecture de Top Five Séries Addict #15 – Mes personnages féminins préférés.

Point Culture #19 – Livres, films, séries.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui avec un nouveau Point Culture ! Découvrons ensemble ce que j’ai lu ces trois dernières semaines, ce que j’ai vu, ce que j’ai aimé et ce que j’ai détesté…

# Lettres à Stella.

À la nuit tombée, fuyant la violence de son compagnon, une jeune femme court dans les rues glacées de Londres. Jess n’a nulle part où aller. Surgissant dans une ruelle déserte, elle trouve refuge dans une maison abandonnée. Le lendemain matin, le facteur glisse une lettre mystérieuse par la porte. Incapable de résister à la tentation, Jess ne peut s’empêcher de la lire et se retrouve plongée dans une histoire d’amour d’un autre temps.
1943. Dans une église de Londres bombardée par le Blitz, Stella rencontre Dan, un aviateur américain. Très vite, ils sont irrésistiblement attirés l’un par l’autre. Leur histoire est a priori impossible. Rien ne joue en leur faveur : elle vient de se marier à un pasteur, lui n’a qu’une chance sur cinq de sortir vivant de cette guerre. Perdus et sans repères, la seule chose à laquelle les deux amants peuvent s’accrocher sont les lettres qu’ils s’écrivent, promesses d’un bonheur à venir.
Le temps a passé, le destin est cruel, mais Jess est déterminée à savoir ce qui leur est arrivé. Inspirée par cet amour, portée par son enquête, elle trouvera à son tour les clefs d’un avenir meilleur.

couv694879241

Je remercie encore MyPrettyBooks et les éditions Les Escales, grâce à qui j’ai pu remporter ce roman lors d’un concours en juillet. Ce roman est un véritable coup de cœur ! C’était beau, c’était prenant, c’était émouvant, c’était poignant.
On s’attache très rapidement aux différents personnages, que ce soit Will et Jess ou Dan et Stella. On suit l’évolution de leurs histoires respectives avec empressement, on a envie de savoir ce qu’il s’est passé, on ne lâchera pas le livre tant qu’on ne le saura pas. Les dernières pages sont vraiment intenses. C’est une magnifique histoire d’amour. Ce roman m’a envoyé du rêve, malgré quelques passages assez durs.
Personnellement, la construction du roman, alternant entre présent et passé, ne m’a pas dérangé. Ça permettait de rythmer le récit et d’apporter un peu plus de suspense ! Le tout se lit de façon vraiment fluide. Personnellement, c’est un roman que je verrais très bien adapté au cinéma (petite idée posée là comme ça, on sait jamais), je trouve que les deux récits entrecroisés s’y prêtent tout à fait. Et, dans mon imagination, certaines scènes rendraient terriblement bien sur un grand écran.
Je n’ai quasiment aucun reproche à formuler à part peut-être quelques longueurs par moments et quelques difficultés à rentrer dedans au tout début, mais au regard du reste de ma lecture, c’est de la gnognote et on s’en fout. Une fois dans le récit, on ne voit plus le temps passer et le roman se termine très vite. C’est un véritable page turner !
C’est une lecture que je vous recommande vivement, sans hésiter !

18/20

# Mémé dans les orties.

Ferdinand Brun est atypique.
Le genre de vieux monsieur qui boude la vie et s’ennuie à (ne pas) mourir.
Tel un parasite, il occupe ses journées en planifiant les pires coups possibles qui pourraient nuire et agacer son voisinage.
Il suffit d’un nœud qui se relâche et laisse partir son seul compagnon de vie, Daisy sa chienne, pour que tout s’écroule.

Quand Juliette, une fillette de dix ans, et Béatrice, la plus geek des grands-mères, forcent littéralement sa porte pour entrer dans sa vie, Ferdinand va être contraint de se métamorphoser et de sortir de sa chrysalide, découvrant qu’il n’est jamais trop tard pour commencer à vivre…

couv9582471

Ça faisait quelques mois que je voulais vraiment lire ce petit livre, majoritairement à cause de son titre. C’est un titre qui me parle, voyez-vous ?
Ce petit livre est un concentré de bonne humeur, un véritable feel-good novel. Personnellement il m’a fait la soirée, les pages se tournent toutes seules. Les personnages sont très attachants, surtout les personnages secondaires. Ferdinand est, pour sa part, un vieux ronchon plutôt rigolo qui aura réussi à m’arracher quelques rires tout au long de ma lecture. J’ai apprécié le fait que le roman s’intéresse aux personnages âgées, à leurs relations entre eux à un moment de leur vie où il est difficile de s’attacher à de nouvelles personnes car on vit souvent au jour le jour. A force de perdre des amis, on a peur de s’en faire de nouveaux, peur de croire en nouveau en l’amour.. Aurélie Valognes a également abordé la question des relations entre les différentes générations en développant la relation très touchante entre Ferdinand et Juliette, la petite voisine qui lui redonne goût à vie. Il y a beaucoup de bonnes choses dans ce roman mais il y a aussi beaucoup de petits défauts. Ce n’est pas le roman de l’année, il est loin d’être parfait (surtout au niveau de l’écriture, de la structure).. Mais moi je trouve que c’est pas trop mal pour une première publication. C’est une lecture pas prise de tête, rigolote et plutôt émouvante qui, je pense, en ravira plus d’un (ou qui en tout cas devrait vous donner le sourire !). Je compte personnellement lire d’autres romans d’elle dans le futur !

15/20

# Dieu me déteste.

New York, hôpital Hilltop. Richard Casey aura bientôt 18 ans. Comme tous les adolescents, il voudrait faire la fête, draguer, s’envoyer en l’air, tomber amoureux… La différence, c’est que Richard sait qu’il ne fêtera jamais ses 19 ans. Il est un peu plus pressé que les autres et, pour vivre fort, il lui faut déjouer les pièges de tous ceux qui préféreraient le voir vivre un peu plus longtemps. Heureusement, Richard a de la ressource, du courage et un solide sens de l’humour. Alors il va ruer dans les brancards. Et si Dieu le déteste, il est prêt à rendre coup pour coup.

couv59398525

J’ai eu beaucoup de mal à accrocher au roman. C’est horrible à dire mais je n’ai absolument rien ressenti pendant ma lecture à part de l’agacement, alors que le roman prend place aux soins palliatifs d’un hôpital…
Premièrement, je n’ai pas accroché au style de l’auteur. C’est écrit comme si le jeune Richard parlait à voix haute (et encore), d’une façon très exagérée, pas du tout naturelle et qui énerve (genre le gars, il a une conversation avec sa mère et il lui sort un truc type « non mais ça se fait trop pas les mecs »… A sa mère). Le ton trop familier, limite grossier, est lassant et empêche la fluidité du récit.
Ensuite, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. J’ai lu plusieurs fois dans des critiques que le jeune homme donnait une belle leçon d’optimisme en traitant sa maladie avec humour… Personnellement je ne l’ai pas du tout vu comme ça. Je l’ai trouvé cynique, égoïste et irrespectueux. On essaye par ailleurs de nous vendre une histoire d’amour entre deux adolescents alors qu’au final il n’y a aucune véritable complicité entre eux. Ils se sont juste retrouvés tous les deux là au même moment. « Le hasard fait bien les choses », comme on dit. Au-delà de ça, je regrette beaucoup le fait que le roman soit autant focalisé sur le sexe. Les relations du jeune homme avec sa mère ? Avec sa grand-mère ? Limite on s’en fout, tout ça est traité de façon très superficielle alors qu’on nous en fait des tonnes pour une branlette.
Je suis arrivée à la dernière page avec soulagement (triste quand même, non ?) et j’ai trouvé la fin bâclée. On a une espèce de fin plus ou moins ouverte, on ne sait pas vraiment ce qu’il en est et ça m’a frustré au plus haut point. « Tout ça pour ça  »
Après voilà, ce n’est que mon humble avis. Ce genre de roman ça passe ou ça casse. Si vous voulez lire un roman traitant de la maladie (et notamment du cancer en phase terminale), je vous recommande plutôt Les derniers jours de Rabbit Hayes, bien meilleur.

08/20

# Une vie entre deux océans.

Libéré de l’horreur des tranchées où il a combattu, Tom Sherbourne, de retour en Australie, devient gardien de phare sur l’île de Janus, une île sur les Lights, sauvage et reculée. À l’abri du tumulte du monde, il coule des jours heureux avec sa femme Isabel ; un bonheur peu à peu contrarié par l’impossibilité d’avoir un enfant. Jusqu’à ce jour d’avril où un dinghy vient s’abîmer sur le rivage, abritant à son bord le cadavre d’un homme et un bébé sain et sauf. Isabel demande à Tom d’ignorer le règlement, de ne pas signaler «l’incident» et de garder avec eux l’enfant. Une décision aux conséquences dévastatrices… Un premier roman plébiscité dans le monde entier qui interroge les liens du coeur et du sang.

couv31199820

J’ai lu ce roman dans le cadre du Club de lecture du Petit Pingouin Vert. Je suis absolument ravie par cette sélection, il s’agit encore une fois d’un roman que je n’aurais peut-être pas lu s’il n’avait pas été choisi pour le mois de septembre.
Une vie entre deux océans est un presque coup de cœur. J’ai été transportée par cette lecture, tant et tellement que j’ai dévoré le roman en deux jours ! Honnêtement, il n’y a pas beaucoup d’action, je considère que c’est plutôt un roman psychologique. Les différents personnages se retrouvent dans une situation particulièrement compliquée et qui est vouée à mal se finir. L’auteure s’est surtout focalisée sur le point de vue de Tom, personnage auquel je me suis le plus attaché. Techniquement, c’est le seul auquel je me suis vraiment attaché (sans compter la petite). Au fil de ma lecture, j’ai ressenti une foule d’émotions différentes, notamment à l’égard du personnage d’Isabel. Je n’ai pas pu m’attacher à elle parce qu’elle m’a majoritairement saoulé. Je peux comprendre son comportement vis à vis de l’enfant. Je ne sais pas si j’aurais réagi différemment à sa place, avec tout ce qu’elle a dû traverser depuis son arrivée sur l’île. Mais son comportement à l’égard de Tom ? Wow. Le mec il fait tout pour toi, ça le détruit de l’intérieur… Et tu te remets jamais en question quoi. Bref. Des sentiments plutôt mixtes par rapport à Isabel haha.
Au-delà de ça, l’histoire m’a vraiment retourné le cerveau. C’est un roman déchirant, très émouvant. Certains passages sont très durs et j’avoue qu’il a souvent été difficile de me positionner en faveur d’une des familles. Tout le monde souffre dans ce bouquin, et au final nous aussi. C’est un juste rappel du fait que chacune de nos décisions a des conséquences, qui peuvent parfois se révéler néfastes.
Je n’ai trouvé le roman ni trop long ni trop court. L’écriture de l’auteur est agréable, fluide, le récit se lit très facilement. Pourquoi un presque coup de cœur du coup ? Et bien parce qu’il y a quand même quelques passages qui m’ont semblé un peu longs et inutiles. Et j’ai été un petit peu déçue par la fin. C’est une belle fin, je ne dis pas le contraire, mais je m’attendais à plus !
L’adaptation cinématographique sort très prochainement en France. J’ai vraiment très hâte de le voir. J’ai trouvé la bande-annonce très juste par rapport à ce que j’ai lu, tout cela est donc très prometteur ! Je m’attends à voir de très beaux paysages, un film hyper émouvant et je suis prête à parier que les larmes seront au rendez-vous. Je vous publierai un petit « Du livre au film » pour l’occasion, si vous êtes sages.

17/20

Point BD.

# Axolot.

Mystères, expériences scientifiques, bestioles incroyables… Donner au réel des airs de fables et installer le fantastique dans les bizarreries de notre monde, tel est le talent de Patrick Baud, brillant conteur et créateur du blog Axolot.
Son but : partager son étonnement face à l’étrangeté de l’univers.

Un album illustré par 13 auteurs de talent qui offrent un magnifique écrin à cette anthologie de l’insolite faite de science, d’humour et parfois d’angoisse. Des histoires tirées de faits incroyables… et pourtant bien réels.

couv23191296

J’aime beaucoup les vidéos d’Axolot, c’est donc sans hésitation que j’ai emprunté cette BD quand je l’ai vue à la médiathèque. Je ne suis pas déçue de mon emprunt, c’est une très chouette BD, très enrichissante ! On sent qu’il y a beaucoup de recherches derrière chacune de ces petites histoires. J’ai appris beaucoup de choses, certaines très surprenantes, sur des thèmes très divers. L’objet livre est très beau et les illustrations, réalisées par plusieurs dessinateurs différents, sont très réussies.
Selon moi, c’est une bande-dessinée à mettre entre toutes les mains. C’est une lecture agréable et excellente pour la culture générale ! On en redemande !

17/20

# Forever, bitch.

Louise, bientôt la trentaine, en couple, partage ses drames émotionnels avec son BGF (Best Gay Friend) et ses deux meilleures potesses aux caractères diamétralement opposés : Maud, Mère Teresa du plan cul depuis sa rupture avec l’ex-potentiel-homme-de-sa-vie, et Audrey, maquée avec son prince charmant… au grand dam de Maud, viscéralement mais secrètement jalouse de tant de niaiserie doucereuse.

couv57828339

Bof bof bof, je n’ai pas accroché.. Les dessins sont très sympas, le problème vient surtout de l’histoire. J’ai trouvé le tout un peu facile, assez vulgaire et très cliché. Par rapport au côté un peu « cru » (reproché par beaucoup), ça ne me dérange généralement pas, c’est quelque chose que l’on retrouve dans beaucoup de bande-dessinées du même type, mais là j’ai trouvé que ça allait parfois un peu trop loin. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, encore moins à m’y identifier. Ce n’est pas la meilleure BD de Diglee, loin de là. Il y a quand même quelques bonnes planches, certaines m’ont fait bien rire.  Mais mon ressenti général reste assez mitigé et c’est une BD que je ne recommande pas spécialement.

13/20

# Le joueur d’échecs.

Sur un paquebot reliant New York à Buenos Aires, deux joueurs d’échecs que tout sépare s’affrontent. Czentovic, orphelin taciturne, arrogant, et tacticien remarquable, devenu champion du monde, et Mr. B, un mystérieux et magnétique aristocrate autrichien rescapé des geôles nazies.

Cette histoire est écrite sur le principe du récit en abyme. Dans le huis clos sur le paquebot viennent s’intercaler deux récits. Le premier nous emmène dans une province russe reculée pour suivre l’ascension fulgurante du prodige Czentovic. Le second nous permet d’en apprendre plus sur le mystérieux Mr.B et l’enfer de son séjour dans la chambre d’hôtel autrichienne.

Deux personnages, deux destins, deux récits enchâssés… toujours d’actualité plus de 70 ans après !

couv33425452

Cette bande-dessinée est une adaptation d’un roman de Stefan Zweig, roman que je n’ai pas lu personnellement. J’ai trouvé la BD sympathique, mais je suis restée un peu sur ma faim. J’envisage sérieusement de lire le roman du coup, histoire de mieux comprendre les différents personnages. Il y a assez peu de dialogues, tout passe par le dessin et j’avoue que des fois, ce n’est juste pas suffisant.
Les dessins sont très beaux, j’ai apprécié les couleurs choisies par Thomas Humeau pour illustrer ce récit plutôt intriguant. C’est simple et efficace. L’histoire est intéressante, Mr. B est fascinant et j’ai vraiment envie d’en savoir plus !

14/20

Films vus.

# The Secret Life of Pets.

La vie secrète que mènent nos animaux domestiques une fois que nous les laissons seuls à la maison pour partir au travail ou à l’école…

Le résumé Allociné ne me plaît pas du tout donc je vais vous faire un petit résumé rapide, à ma sauce. En gros, on suit un certain nombre d’animaux de compagnie, plus particulièrement Max, jeune chien qui vient d’accueillir un nouveau colocataire un peu imposant : Duke. Par un enchaînement random d’événements, les deux chiens se retrouvent dans la rue, dans la merde et loin de la maison. Pendant qu’ils vivent péripéties sur péripéties, les amis de Max se mettent à leur recherche…
C’est peut-être pas beaucoup plus clair mais ça vous en dit quand même un peu plus que l’autre résumé. Bref. C’est un dessin animé très sympa. Je l’ai trouvé mignon, très drôle et attendrissant. Les différents animaux sont très attachants.
L’idée de base était assez originale et intéressante, mais finalement on retombe assez vite dans un schéma classique et prévisible, c’est un peu ce que je reproche le plus au film. Il y avait quelques très bonnes idées qui, selon moi, n’ont pas été assez exploitées.
Comme des bêtes reste tout de même un bon divertissement, pour les petits comme pour les grands et je vous le recommande sans hésiter ! Avec Mr Ibidouu, on a passé un très bon moment. Et on se demande maintenant si le gros chat invite tous ses copains pour faire la teuf à chaque fois qu’on ferme la porte x)

16/20

# While we’re young.

Josh et Cornelia Srebnick, la quarantaine, sont mariés et heureux en ménage. Ils n’ont pas réussi à avoir d’enfants mais s’en accommodent. Alors que Josh s’acharne sur le montage de son nouveau documentaire, il devient évident que l’inspiration n’est pas au rendez-vous. Il lui manque quelque chose… La rencontre de Jamie et Darby, un jeune couple aussi libre que spontané, apporte à Josh une bouffée d’oxygène et ouvre une porte vers le passé et la jeunesse qu’il aurait aimé avoir. Rapidement, Josh et Cornelia délaissent les amis de leur âge pour fréquenter ces jeunes cools, branchés et désinhibés… Josh avoue à Jamie qu’avant de le connaître, il n’éprouvait plus que nostalgie et désintérêt. Cette relation entre deux couples ayant vingt ans d’écart peut-elle apporter un autre souffle ?

Après avoir vu la bande-annonce, on ne s’attendait pas du tout à ce genre de film. Si Mr Ibidouu n’a pas aimé, mon avis est un peu plus nuancé.. L’histoire est plutôt intéressante.  Sous nos yeux ébahis, on nous montre une certaine réalité qui dérange, où certains sont prêts à tout pour obtenir ce qu’ils veulent, aux dépens des autres (bien évidemment). Si les personnages nous apparaissent sympathiques et attachants au début, on se retrouve assez vite à tous (vraiment tous) les détester à la fin. Entre manipulation, fourberies, naïveté et j’en passe, on ne sait plus où donner de la tête. Le réalisateur nous dresse un portrait du monde documentaire peu glorieux.
Alors, forcément, un film où tu finis par détester tous les personnages ça n’augure rien de bon… Mais c’est là que je suis obligée de nuancer. J’ai détesté ce que j’ai vu mais j’ai grandement apprécié les différentes choses abordées dans ce film : la crise de la quarantaine, la confrontation de deux générations, le fait que, peu importe son âge, on peut encore continuer à se chercher, à ne pas savoir qui on est et ce que l’on veut vraiment. Plus le film avance et plus on se rend compte des calculs opérés par les différents personnages pour obtenir ce qu’ils veulent (ou ce qu’ils pensent vouloir). Plus on avance et plus le film dérange.. Les acteurs sont bons, très bons même. Ils ont réussi à nous mettre très mal à l’aise et je pense que c’est pour ça que j’ai apprécié ce film. Je ne l’ai pas aimé, je l’ai apprécié. C’est un film bien réalisé, qui aborde des thématiques intéressantes et dont les principaux acteurs sont très bons. Je n’ai juste pas aimé l’image qu’ils renvoient. Cette chronique ne vous a probablement pas du tout aidé, j’en suis désolée. Si quelqu’un a vu le film, j’aimerai vraiment en parler avec lui. Je pense que c’est un film dont il faut débattre haha.
Je ne sais donc pas si je vous le recommande ou pas. Je ne sais même pas quelle note lui donner, c’est dire à quel point c’est compliqué ! Franchement, que ceux qui l’ont vu se manifestent, je ne vois pas d’autres alternatives.

# Voyage à Agartha. 

Hoshi o Ou kodomo narre le périple d’une jeune écolière, Asuna, accompagnée de son professeur, Ryuji. Cette première, après une rencontre avec un garçon bien étrange nommé Shun, va rapidement se mettre à fuir vers un monde souterrain: Agartha. Voici son histoire.


C’est un joli dessin animé, au scénario plutôt intéressant au premier abord. Le sujet de la mort n’est pas forcément facile à traiter, mais j’ai trouvé que Makoto Shinkai l’avait fait avec poésie. Le royaume d’Agartha est mystérieux, magique. J’ai cependant trouvé qu’il y avait quelques longueurs, il n’y a pas beaucoup d’action. Le rythme est très irrégulier.
Il y a quelques bonnes idées, mais elles n’ont pas été assez exploitées. On se retrouve du coup avec des scènes longuettes sans grand intérêt alors qu’on aurait pu se focaliser sur des choses plus intéressantes (et, par conséquent, avoir un film un peu plus court). Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, même si je ne peux nier que leur histoire est touchante. Cela dit, j’ai trouvé le professeur très énervant et Asuna ne m’a pas fait forte impression.
Le point fort de ce film réside vraiment dans son esthétique, assez proche de celle des studios Ghibli.. Au niveau de l’histoire, il y a trop de défauts pour que je puisse vraiment l’apprécier. Je n’ai donc pas été convaincue et je ne recommande pas vraiment ce film.

12/20

# Summer Wars.

Kenji effectue un job d’été au service de la maintenance d’OZ. Un virus attaque OZ, déclenchant des catastrophes au niveau planétaire.

J’ai beaucoup aimé cet animé. Je m’attendais à ne rien comprendre au début et finalement j’ai trouvé l’histoire super intéressante. Au niveau de la forme, il n’y a rien à redire, les dessins sont très réussis. Au niveau du fond, Mamoru Hosoda nous propose un univers développé, très riche et fascinant. Oz est vraiment un concept effrayant, surtout à notre époque. Le réalisateur souligne la trop grande importance que l’on donne à internet dans la gestion de nos affaires, qu’elles soient professionnelles ou personnelles, et le danger que cela représente. Au-delà de la thématique technologique, il aborde d’autres sujets tout aussi intéressants, touchant plus au domaine de la famille, des relations inter-générationnelles, de la confrontation entre la tradition et la nouveauté.
Les personnages sont vraiment attachants et j’ai passé un très bon moment avec cette famille, que j’ai trouvé drôle et touchante.
Je n’ai pas grand chose à ajouter. C’est un film que je vous recommande vraiment si vous ne l’avez pas encore vu !

17/20

# Neighbors 2.

Mac et Kelly Radner, pour l’arrivée de leur deuxième enfant, sont enfin prêts à franchir l’étape ultime vers la vie adulte et déménager en banlieue. Mais alors qu’ils mettent tout en œuvre pour vendre leur maison, une sororité d’étudiantes décomplexées succède à l’ancienne fraternité de Teddy, les surpassant largement en termes de débauche et tapage nocturne.
Les jeunes filles de Kapa Nu, Shelby flanquée de ses comparses, Beth et Nora, lassées du sexisme et de la rigidité du système universitaire, ont décidé de faire de leur QG l’antre de la contestation et de la liberté néo féministe. Et le fait que ce soit au cœur d’un quartier calme et résidentiel ne les en empêchera pas. Mac et Kelly avec l’aide de leurs amis Jimmy et Paula, vont transformer leur ancien ennemi juré Teddy, avec son charme et ses coups fourrés, en arme secrète.
Sa mission : infiltrer la sororité, la conquérir pour mieux la diviser, la détruire, pour la forcer à déménager. Mais c’est mal connaître les ressources aussi créatives qu’implacables de cette bande déchainée d’amazones du XXIe siècle.

J’avais plutôt bien aimé le premier opus, divertissant. Celui-ci m’a laissé un arrière-goût un peu amer dans la bouche après le visionnage. Les personnages féminins, qui se revendiquent féministes, sont de bonnes grosses caricatures. Ce sont des gamines immatures qui veulent juste faire la fête mais « pas comme les garçons ». Youhou. Belle leçon de féminisme effectivement. Il y a beaucoup trop de ressemblances avec le premier film et, par conséquent, le résultat est répétitif, prévisible et assez fade. S’il y a quelques bons passages, la plupart des blagues tombent à plat ou sont de très mauvais goût (je suis désolée, mais laisser un enfant jouer avec un vibro et en faire limite son doudou, je trouve ça très moyen). J’ai franchement pas envie de m’étendre plus sur le sujet. Pour moi, c’est un film dont on aurait vraiment pu se passer et donc à éviter.

08/20

# X-Men : Apocalypse.

Né il y a plus de 5000 ans en Egypte ancienne, Apocalypse est le premier mutant au monde. Sa capacité à changer d’apparence, sa force exceptionnelle, ses pouvoirs de télépathie et de téléportation, font de lui un dieu vivant, évoluant à des moments clés de l’Histoire. Dans le dernier film de la franchise, il s’est réveillé pour gouverner le monde à nouveau.

Suite à mon visionnage, je ne sais pas trop comment me positionner vis-à-vis de ce film. Le film est divertissant, les effets spéciaux sont plutôt bien faits, même s’il y a clairement abus sur les images de synthèses. Mais (et c’est un bon gros mais), il y a énormément de contresens. Et ça, franchement, c’est assez rédhibitoire. Ça m’a gâché une grande partie du film. Ce que je comprends encore moins, c’est que c’est le même réalisateur qui a réalisé ce film, et deux des plus anciens où il présentait déjà un certain nombre de personnages. Les mêmes personnages. Mais plus vieux et qui ne se connaissaient pas encore. Ça n’a plus aucun sens.
Il y a quelques bons passages, j’ai beaucoup apprécié l’introduction de Quicksilver par exemple, mais il y a aussi beaucoup de longueurs. Le film ne commence vraiment qu’au bout de quasiment une heure, après l’introduction de 15.000 personnages qu’au final on ne voit que cinq minutes à l’écran. L’histoire stagne quasiment jusqu’aux dernières minutes, où on nous balance une sorte de bataille aux accents épiques et une succession de grosses explosions, une pincée de bons sentiments et d’esprit d’équipe et bim, c’est réglé.
Donc c’est divertissant, certes, mais c’est un peu longuet et confus. Perso, je ne suis pas convaincue !

12/20

# Central Intelligence.

Un ancien geek devenu agent d’élite à la CIA, revient chez lui à l’occasion de la réunion des anciens du lycée dont il était à l’époque le souffre-douleur. Se vantant d’être sur une affaire top secrète, il recrute alors pour le seconder le gars le plus populaire de sa promo d’alors, aujourd’hui comptable désabusé. Avant même que notre col blanc ne réalise ce dans quoi il s’est embarqué, il est trop tard pour faire marche arrière. Le voilà propulsé sans autre cérémonie par son nouveau « meilleur ami » dans le monde du contre-espionnage où, sous le feu croisé des balles et des trahisons, les statistiques de leur survie deviennent bien difficile à chiffrer… même pour un comptable.

Je n’ai pas grand chose à dire sur ce film. Il n’est pas très très bon mais il est assez divertissant. Il y a de l’action, quelques bons passages plutôt rigolos. On est habitué à voir les différents acteurs dans ce genre de film, donc aucune surprise de ce côté là. Pas de grande originalité au niveau du scénario non plus, on suit les codes plutôt classiques d’un film d’action comique (oserais-je dire parodique ?). J’ai quand même apprécié le suspense maintenu tout au long du film quant à l’identité de Black Badger (s’il existe !), ça rendait les choses un peu plus intéressantes.
Vous pouvez très bien vous passer de ce film à mon avis, mais si vous cherchez quelque chose de pas trop prise de tête à regarder, pourquoi pas !

14/20

# Now you see me 2.

Un an après avoir surpassé le FBI et acquis l’admiration du grand public grâce à leurs tours exceptionnels, les 4 Cavaliers reviennent !
Pour leur retour sur le devant de la scène, ils vont dénoncer les méthodes peu orthodoxes d’un magnat de la technologie à la tête d’une vaste organisation criminelle.
Ils ignorent que cet homme d’affaires, Walter Marbry, a une longueur d’avance sur eux, et les conduit dans un piège : il veut que les magiciens braquent l’un des systèmes informatiques les plus sécurisés du monde. Pour sortir de ce chantage et déjouer les plans de ce syndicat du crime, ils vont devoir élaborer le braquage le plus spectaculaire jamais conçu.

J’avais beaucoup aimé le premier film mais j’ai été un peu déçue par celui-ci. Je n’ai pas retrouvé le côté « magique » du précédent. Dans celui-ci, tout est beaucoup moins mystérieux, on sait à quoi s’attendre et beaucoup de choses sont assez prévisibles.
Le film est divertissant, agréable à regarder, les effets spéciaux sont de qualité. J’ai apprécié l’introduction de Lizzy Caplan, que je trouve plus fraîche, plus drôle qu’Isla Fisher. Au niveau de l’histoire, ils ont voulu faire trop compliqué et, de ce fait, le film devient rapidement assez confus. J’ai mis un peu de temps à comprendre certaines situations. Je regrette également certaines scènes, où je trouve qu’ils en font un peu too much.
Ce n’est pas un très bon film mais ça se laisse regarder. On verra ce que donne le troisième film de la saga.

12/20

Séries débutées.

La rentrée est bien là, et je retrouve avec joie un grand nombre de séries comme The Big Bang Theory, Marvel’s Agents of SHIELD, New Girl, Modern Family, Black-ish, Brooklyn Nine-Nine… Et beaucoup d’autres à venir dans les prochaines semaines ! Je ferais un article dans la semaine pour vous présenter les pilotes de nouvelles séries que j’ai regardé pour l’instant. Je préfère en faire un article à part parce qu’il y en a quand même un certain nombre !

Sinon je fais le « ménage » et j’ai continué à me mettre à jour dans tout un tas de séries :

Pretty Little Liars
Baby Daddy
The Fosters
2 Broke Girls
Man Seeking Woman
We Bare Bears
UnREAL
Cuckoo
Veep
How to get away with murder
Master of None
Grace and Frankie
The Last Man on Earth
Empire

Et c’est fini pour ce Point Culture ! On se retrouve bientôt pour un nouvel article !

Bon lundi à tous !

Des bisous.

Point culture – L’année 2015 en long, en large et en travers.

Coucou mes petites biscottes d’amour !

J’espère que vous avez passé de chouettes fêtes de Noël, que vous avez été gâtés et que je ne vous ai pas trop manqué. Je reviens aujourd’hui avec un article qui va peut-être se noyer dans la masse mais je m’en fous, il s’agit ici pour moi de faire le point sur ce que cette année 2015 représente d’un point de vue culturel, sur ce qui m’a marqué. Cet article risque peut-être d’être un peu long mais bon, c’est pas comme si vous aviez autre chose à faire ce soir que de le lire, n’est-ce pas ?

cffc555eb9ac313c672f217e1cd4c558

Top 5 musical.

Je me cantonne aux chansons sorties en 2015, sinon il me faudrait 15000 tops différents. Donc ces chansons sont celles qui ont tourné le plus dans mes oreilles cette année.

0a904e3f76b47f2d27417a47b50cef2b

#1 Synapson – Fireball.

#2 Jabberwocky – Fog (Feat Ana Zimmer).

#3 Lion Babe – Wonder Woman.

#4 Of Monsters and Men – Crystals.

#5 Major Lazer Ft DJ Snake and MO – Lean On.

Mais aussi.. Stromae – Quand c’est / Years & Years – King / Jain – Come / Twenty One Pilots – Stressed Out / Aurora – Runaway / Taylor Swift – Bad Blood /  Kygo – Stole the Show / Ed Sheeran – Photograph …

Le coup de coeur musical (hors 2015) : Fakear.

La découverte musicale (hors 2015) : Biggi Hilmars. 

Top 5 livresque.

Après plusieurs années de « vide » littéraire, l’été 2015 a été celui où je me suis  replongée dans une de mes passions depuis le plus jeune âge : la lecture. Voici un retour sur mes coups de coeur de l’année, pas forcément parus en 2015 !

#1 Phobos.

couv46218864

Chronique ici : **

#2 Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire.

9782258086449

Chronique ici : **

#3 Nymphéas Noirs.

9782258088269

Chronique ici : **

#4 Demain j’arrête !

demain-jarrete-legardinier

Chronique ici : ** 

#5 Beignets de tomates vertes.

513gougwt7l-_sx311_bo1204203200_

Chronique ici : **

Top 5 des films sortis en 2015.

D’un point de vue financier, l’année 2015 n’a pas été particulièrement bonne. Je n’ai donc pas pu me rendre souvent au cinéma et j’ai donc majoritairement visionné des films depuis mon lit. Parmi les quelques uns que j’ai pu voir, voici mon top 5.

#1 What we do in the shadows.

shadow5

Chronique ici : **

#2 Vice-Versa.

Capture d’écran 2015-12-31 à 15.40.01

Chronique ici : **

#3 The Voices.

voices

Chronique ici : **

#4 Kingsman : Services secrets.

kingsman-the-secret-service-sequel-already-in-the-works-at-fox-the-kingsman-the-sec-579076

#5 Spy.

spy-new-header-front-main-stage

Chronique ici : **

Mais aussi (tout confondu) : Big Hero 6 / Whiplash / Song of the Sea / Adaline / Still Alice / The Breakfast Club …

Et les flops ? Charlie Mortdecai / Laggies / Chappie / Frequencies sont les premiers à me venir à l’esprit… 

Top 5 séries.

L’année 2015 a été riche en séries, comme d’habitude, voici celles qui m’ont le plu marqué cette année !

#1 Doctor Who.

agzvdaw

Chronique ici : **

#2 UnREAL.

unreal2

Chronique ici : **

#3 Please like me.

pleaselikemecomplete

Chronique ici : **

#4 Quantico.

quantico-1

Chronique ici : **

#5 Empire.

1631421507255

Chronique ici : **

Mais aussi … iZombie / Fresh Off the Boat / Mr Selfridge / Unbreakable Kimmy Schmidt …

L’exposition de l’année : Jean-Paul Gaultier au Grand Palais.

images

Voilà pour mon bilan culturel personnel ! J’espère que pour vous aussi cette année a été riche en découvertes. En tout cas, pouvoir continuer à découvrir autant de choses fait partie de mes objectifs, de mes envies pour 2016 (entre autres), et les partager avec vous me fera toujours autant plaisir !

Bonne année 2016 à tous, profitez bien de votre soirée !

A l’année prochaine !

7a5df87940fbd13187da15152e965c6f

Des bisous.

Point Culture – Livres, films, séries #3

Hello ! 

Voici (enfin) le troisième point culture que je vous promets depuis.. Deux semaines ? Shame on me. Avec le boulot, la reprise des cours et quelques soucis personnels (j’ai perdu/on m’a volé mon portefeuille avec toute ma misérable vie à l’intérieur.. Permis, carte d’identité, carte vitale, ma carte de la Mie Câline, mes réducs Subway, ma carte Gaumont, mes 40 centimes, ma carte étudiante.. Tu te rends compte ? TU TE RENDS COMPTE ?).

Bref, je cours partout depuis le début de la semaine, c’est génial.

J’ai quand même eu le temps de regarder quelques films, de lire quelques romans et de commencer (et de finir, pour la plupart) quelques séries :

Livres lus.

# Le lièvre de Vatanen.

Vatanen est journaliste à Helsinki. Alors qu’il revient de la campagne, un dimanche soir de juin, avec un ami, ce dernier heurte un lièvre sur la route. Vatanen descend de voiture et s’enfonce dans les fourrés. Il récupère le lièvre blessé, lui fabrique une grossière attelle et s’enfonce délibérément dans la nature.

Il s’agit de ma toute première lecture d’Arto Paasilinna. On suit les aventures d’un journaliste visiblement déprimé qui adopte un lièvre. Et qui part à l’aventure avec son lièvre. En Finlande. Voilà. Chaque chapitre décrit une de leurs aventures, une de leurs rencontres, et chaque petite aventure, malgré un ton souvent léger, dénonce quelque chose, nous amène à réfléchir sur notre façon de vivre. Le livre se lit rapidement et est, selon moi, vraiment accessible à tous. Il faut cependant apprécier le petit côté décalé qu’ont souvent les auteurs des pays nordiques et des histoires qui n’ont parfois ni queue ni tête !

Du même auteur je suis tentée par La forêt des renards pendus, je vous dirai ce que j’en ai pensé quand j’arriverais à mettre la main dessus !

15/20.

# Complètement cramé !

Lassé d’un monde dans lequel il ne trouve plus sa place, privé de ceux qu’il aime et qui disparaissent un à un, Andrew Blake décide de quitter la direction de sa petite entreprise pour se faire engager comme majordome en France, le pays où il avait rencontré sa femme.
En débarquant au domaine de Beauvillier, où personne ne sait qui il est réellement, il espère marcher sur les traces de son passé. Pourtant, rencontres et situations hors de contrôle vont en décider autrement… Entre Nathalie, sa patronne veuve aux étranges emplois du temps, Odile, la cuisinière et ses problèmes explosifs, Manon, jeune femme de ménage perdue et Philippe, le régisseur bien frappé qui vit au fond du parc, Andrew ne va plus avoir le choix. Lui qui cherchait un moyen d’en finir va être obligé de tout recommencer…

J’avais adoré Demain j’arrête, du même auteur. Je me suis lancée dans la lecture de ce roman avec assez peu d’attentes, mais en pensant retrouver ce petit quelque chose qui fait que j’avais adoré le précédent. Bref. Le roman est bien, mais sans plus. J’ai eu plus de mal à entrer dans l’histoire, à m’intéresser aux personnages, à m’y attacher (question de génération peut-être ?). J’ai trouvé certains dialogues beaucoup moins naturels, la fin un peu trop facile et un peu trop rapide. J’ai tout de même passé un bon moment à le lire, certains passages ont réussi à m’arracher un sourire, voire un petit rire. Le contenu reste simple et facile à appréhender. Une lecture agréable donc, accessible à tous, mais pas de coup de coeur de mon côté.

13/20.

# Gouverneurs de la rosée. 

Bien-Aimé et Délira, un vieux couple de haïtiens, attend depuis 15 ans son fils Manuel parti chercher du travail à Cuba. A son retour, celui-ci découvre son village divisé par d’anciennes querelles et une terre aride et désolée. L’amour qu’il porte à la belle Annaïse suscite des jalousies. Avec courage et obstination, il part à la recherche d’une source ; il finit par trouver l’eau et tente alors de réconcilier les deux clans rivaux ; au moment d’y parvenir survient un drame terrible…

Pas facile facile celui-là ! J’ai eu beaucoup de mal au début, l’écriture de l’auteur est vraiment difficile à dompter. Le contenu n’en reste pas moins très fort, émouvant et humain. Il s’agit vraiment là d’une belle leçon d’humanité. Bien que ce soit un très beau roman, le livre ne rentrera cependant pas dans la liste de mes coups de coeur personnels. J’ai trouvé la lecture difficile et redondante, lourde, à plusieurs passages (l’auteur écrit comme il parle je pense, et ce à la manière haïtienne). Il est relativement court (200 pages environ, selon l’édition) mais personnellement, j’ai mis une semaine à le lire, d’une part à cause de l’écriture (ça vous l’avez compris, c’est bon) et parce qu’en conséquence, je n’arrivais pas à rentrer dans le truc. Je ne voyais pas vers où ils allaient avec tout ça. Passée la moitié, l’histoire devient plus intéressante. Ce n’est pas un livre que je conseillerais à tout le monde, beaucoup abandonneraient avant la dixième page je pense haha.

13/20.

# La ferme des animaux.

Un beau jour, dans une ferme anglaise, les animaux décident de prendre le contrôle et chassent leur propriétaire. Les cochons dirigent la ferme comme une mini société et bientôt des lois sont établies proscrivant de près ou de loin tout ce qui pourrait ressembler ou faire agir les animaux comme des humains. De fil en aiguille, ce microcosme évolue jusqu’à ce qu’on puisse lire parmi les commandements :  » Tous les animaux sont égaux, mais (il semble que cela ait été rajouté) il y en a qui le sont plus que d’autres. « 

Voici une lecture que l’on peut qualifier de marquante. Apparemment c’est un livre que beaucoup ont dû lire pour l’école. Ça n’a jamais été mon cas, du coup je me suis dit « Allez, pourquoi pas ! », le résumé me plaisait bien.

C’est un petit livre de 150 pages qui se lit vraiment très très vite et très facilement. L’écriture d’Orwell est vraiment fluide et agréable, prenante. En ce qui concerne le contenu, le rapprochement entre les événements « imaginaires » et des faits réels se fait très rapidement. Orwell dresse une critique du totalitarisme assez saisissante. Beaucoup d’extraits m’ont rappelé mes cours d’histoire du lycée sur le régime de Staline. Le roman est bien construit et la morale est vraiment intéressante (et dérangeante par la même occasion). Je conseille ce petit livre à tout le monde, le fond est très éducatif.

16/20.

Films vus.

# The age of Adaline.

Après un accident qui aurait dû lui être fatal, la belle Adaline cesse de vieillir. Aujourd’hui, bien qu’ayant vécu près de huit décennies, elle est toujours âgée de 29 ans. Après avoir mené une existence solitaire afin de ne jamais révéler son secret, une rencontre fortuite avec le philanthrope et charismatique Ellis Jones, va raviver sa passion de la vie et de l’amour.

Ça y est, j’ai enfin vu The age of Adaline. Et je vous avoue que je n’ai pas été déçue ! Je n’ai pas vu le temps passer devant ce très beau film. Je suis très impressionnée par le jeu de Blake Lively, que je n’avais vu que dans Gossip Girl et Quatre filles et un jean (autant dire que c’était pas du grand art). Elle réussit haut la main à incarner une femme de 107 ans dans le corps d’une femme de 29, dans sa façon de parler, dans sa façon de s’habiller (enfin ça, en soi, c’est pas elle qui l’a décidé) et dans sa façon de se déplacer. C’est impressionnant. Elle nous embarque dans cette histoire d’amour impossible, émouvante et tellement juste, bien qu’un peu prévisible. Elle est entourée par des personnages secondaires exceptionnels. La mise en scène est magnifique, les effets spéciaux utilisés, notamment sur la scène de son accident au tout début du film, sont magiques. La seule critique que je pourrais éventuellement émettre concerne le trop peu de flash-backs. La nana elle a vécu plus de cent ans, je pense qu’elle a vécu pas mal de trucs intéressants à montrer.

En tout cas, je le recommande vraiment ! C’est un film à voir absolument selon moi et devant lequel on passe un joli moment.

17/20 

# Still Alice.

Mariée, heureuse et mère de trois grands enfants, Alice Howland est un professeur de linguistique renommé. Mais lorsqu’elle commence à oublier ses mots et qu’on lui diagnostique les premiers signes de la maladie d’Alzheimer, les liens entre Alice et sa famille sont mis à rude épreuve. Effrayant, bouleversant, son combat pour rester elle-même est une magnifique source d’inspiration.

Still Alice est un très beau film, très émouvant mais aussi très dur. On y voit la lente descente aux enfers d’une femme qui avait tout réussi dans sa vie : un métier qui la passionne, une renommée internationale, un mariage réussi, trois enfants.. Atteinte de la maladie d’Alzheimer alors qu’elle n’a que 50 ans, elle essaye d’appréhender sa maladie et son évolution du mieux qu’elle peut, on la voit lutter pour conserver ses souvenirs. On y voit le soutien apporté par sa famille, leurs peurs, leurs souffrances. Il y a vraiment quelques passages très émouvants, très durs aussi. J’avoue avoir versé ma petite larme. Julianne Moore est vraiment impressionnante. Certains acteurs secondaires sont malheureusement trop effacés. Le film n’en reste pas moins percutant et beau, humain. A voir !

16/20

# Frequencies.

Dès l’instant où Zak pose son regard sur Marie, il sait qu’il veut pour toujours demeurer auprès d’elle. Son rêve ne pourra malheureusement pas se concrétiser. Étant de basse fréquence et elle de très haute, ils ne peuvent se fréquenter qu’en raison d’une minute par année. Les années passent et Zac tente par diverses expérimentations de transformer sa fréquence. Lorsqu’il y arrive enfin, il remarque que le grand ordre des choses commence dramatiquement à s’effondrer autour de lui.

Frequencies est un film de science-fiction relativement peu connu qui est apparu dans mon fil Popcorn Time. Par curiosité, je me suis lancée ! Et j’ai détesté. Honnêtement je n’ai absolument rien compris, ils sont partis très très loin dans un délire scientifique avec des mots incompréhensibles. On ne comprend pas la fin. Du tout. Je n’ai pas du tout accroché aux personnages. J’ai trouvé le film plat, sans intérêt, trop compliqué. Bref, je ne le conseille à personne.

7/20.

# American Ultra. 

C’est l’histoire de Mike Howell, jeune homme sans ambition et vivant avec sa petite amie Phoebe une vie paisible.  Celle-ci se retrouve soudainement chamboulée quand, à sa grande surprise, il réalise qu’il est en fait un agent dormant surentrainé dont la mémoire a été effacée. En un clin d’œil, son passé refait surface et Mike se retrouve au milieu d’une opération gouvernementale visant à l’éliminer. Il va alors devoir faire appel à ses capacités insoupçonnées d’agent secret pour survivre.

J’ai profité des contre-marques BNP que j’avais gagné sur Facebook pour aller voir American Ultra, dont j’avais entendu beaucoup de bien. Le film est en effet plutôt original, drôle et touchant. Il y a un petit côté absurde qui ressort par moments. Jesse Eisenberg est un vraiment un acteur dont je ne suis jamais déçue, et Kristen Stewart est encore une fois plutôt bonne.

J’émets cependant quelques réserves. Tout d’abord j’ai dû voir le film en VF, ce qui, comme d’habitude, m’a énormément dérangé. Les dialogues ne laissent transparaitre aucune émotion, ce qui nous laisse vraiment sur notre faim. Je m’attendais également à « plus », je ne sais pas trop quoi mais il manque quelque chose. Je pensais également qu’il y aurait plus de scènes d’action. Mais mis à part la scène avec les feux d’artifices (géniale), il n’y a pas grand chose qui vaille la peine de le voir au cinéma. Attendez donc patiemment de pouvoir le voir en streaming, il vaut la peine d’être vu, mais pas tant que ça.

14/20. 

# Spy.

Susan Cooper est une modeste et discrète analyste au siège de la CIA. Héroïne méconnue, elle assiste à distance l’un des meilleurs espions de l’agence, Bradley Fine, dans ses missions les plus périlleuses. Lorsque Fine disparaît et que la couverture d’un autre agent est compromise, Susan se porte volontaire pour infiltrer le redoutable univers des marchands d’armes et tenter d’éviter une attaque nucléaire…

Je vous ai déjà parlé de mon amour pour l’actrice Melissa McCarthy, c’est donc tout à fait logiquement que quand ce film a fait son apparition dans mon fil d’actualité je me suis ruée dessus. J’avais déjà vu la bande-annonce auparavant, j’avais vraiment hâte de le voir.

Honnêtement, j’ai beaucoup aimé ce que j’ai vu, mais je ne m’attendais pas du tout à ça ! Je m’attendais à une comédie potache et je me suis retrouvée avec un film avec de vraies scènes d’action vraiment badass. Ça donne une truc vraiment surprenant. Le casting est au rendez-vous, on a une belle brochette d’acteurs et d’actrices. Point bonus pour Jason Statham qui est vraiment tordant et pour Rose Byrne, qui n’a pas sa langue dans sa poche. Ce film met vraiment de bonne humeur, il est plein d’énergie, d’humour et de rebondissements. Susan est très attachante. Vraiment, tous les ingrédients sont là pour passer une bonne soirée ! C’est un petit coup de coeur pour ma part. Essayez de ne pas vous étouffer sur le pop corn !

16/20.

Point séries.

# Arrested Development.

Veuf avec un fils de 13 ans, Michael est parti s’installer en Arizona pour débuter une nouvelle vie loin de sa riche famille. En apprenant l’arrestation de son père suite à des magouilles financières, Michael est contraint de rentrer auprès des siens.

J’avais commencé la série il y a quelques années pour finalement l’abandonner (à deux reprises), pour je ne sais plus quelles raisons. J’étais jeune, que voulez vous ! Je pense que c’était peut-être dû à la façon dont c’est filmé. Façon reportage un peu, vous voyez ? Bref, j’ai repris tout ça la semaine dernière et depuis j’enchaine les épisodes les uns à la suite des autres. Chaque épisode est plus barré que le précédent, ça part dans tous les sens. Le casting est excellent, tous les acteurs sont hilarants, chacun à leur façon.

La série avait été interrompue au bout de trois saisons, avant d’être renouvelée en 2013 (presque 8 ans après quand même) – je précise que je n’ai pas encore vu cette saison, mais au vu du casting je ne me fais pas de soucis. Et pour les plus grands fans, elle a été renouvelée pour une saison 5 qui devrait être diffusée l’année prochaine !

Le contenu reste quand même très décalé, il faut aimer. Et il faut absolument la regarder en VO !

15/20.

# iZombie.

Olivia Moore, surnommée Liv, une étudiante transformée en zombie lors d’une soirée qui a très mal tourné, travaille en tant que médecin légiste afin de pouvoir profiter du festin que représentent pour elle les cervelles des défunts. A chaque bouchée, elle hérite des souvenirs de la personne. Cherchant désespérément un sens à sa vie, elle se rend compte qu’avec l’aide du détective Clive Babinaux, elle peut résoudre les affaires de meurtres et calmer ainsi les voix qui la tourmentent dans sa tête…

A force d’en entendre parler partout, je me suis dit qu’il fallait que je passe au-dessus de ma phobie des zombies pour regarder ce qui se révèle être une des meilleures séries de cette rentrée pour moi (même si c’est pas une série de la rentrée).

On retrouve le duo homme/femme un peu classique de nos jours, là dedans il n’y a aucune originalité. Je n’ai pas d’avis particulier sur le flic d’ailleurs. Après ça se complique un peu haha. J’aime beaucoup la façon dont les choses ont été tournées et le fait que Liv prenne les traits de caractère des personnes dont elle mange les cerveaux. Ça rajoute une certaine subtilité au personnage.

En bref, la série est un condensé d’émotions très différentes, une déconstruction des clichés véhiculés dans chaque film de zombie et un moment très plaisant à passer, seul ou accompagné. J’ai hâte de voir la prochaine saison !

(Par contre, je hais le générique, je le trouve nul nul nul !)

15/20.

# Wet Hot American Summer.

Grand besoin de changer d’air ? Ça tombe à pic, le mythique camp Firewood vient d’ouvrir ses portes. Entre rivalités, secrets qui n’en sont plus, débauche d’hormones et coeurs brisés, passez un été 1981 inoubliable !

Cette série est le préquel d’un film sorti en 2001 il me semble (et que je n’ai pas encore vu, ça viendra très vite). C’est probablement LA série WTF de l’année, répartie sur huit épisodes de 30 minutes, tous plus déjantés les uns que les autres. C’est vraiment particulier, beaucoup ne passeront pas le premier épisode je pense. Et pourtant, si vous saviez ! La probabilité de voir autant d’aussi grands (et bons) acteurs dans une série était très faible. La probabilité de les voir jouer des jeunes adolescents aussi d’ailleurs haha. Ils y vont à fond et c’est ça qui est bon. Le fil rouge de la série est tout aussi barré que le reste, bien qu’il y ait quand même une certaine logique (ou pas).

Si vous n’êtes pas fan de ce genre d’humour un peu décalé, passez votre chemin. Vous n’allez pas comprendre ce qu’il se passe et vous allez juste vous ennuyez à mourir. Pour les autres, FONCEZ ! Saisissez l’incompréhension et surfez dessus, vous verrez, c’est super rigolo.

17/20.

# UnREAL.

Les coulisses d’une émission de dating à travers les yeux d’une jeune productrice dont la mission est de manipuler les candidats afin d’obtenir les rebondissements dramatiques nécessaires à la vitalité du programme…

Addictif ! J’ai regardé toute la première saison en moins de 24h. Dans cette série on découvre les dessous d’une télé-réalité type bachelor : la manipulation, la perversité des producteurs, les non-dits et leurs conséquences. C’est une série très audacieuse je trouve, qui mérite d’être regardée. Vous allez probablement vous surprendre à détester tous les personnages. Bon, ok, vous allez peut-être en prendre un ou deux en pitié. Mais globalement vous allez adorer détester tous les autres. Une chose est sûre, on ne s’ennuie pas ! J’ai hâte de voir ce qu’ils nous réservent pour la deuxième saison. 

16/20.

Sinon j’ai terminé : Devious Maids (Saison 3, renouvelée ?). 

Et j’ai repris : Awkward (Saison 5), Faking it (Saison 2B), Doctor Who (Saison 9). 

Voilà ! C’est tout pour ce troisième point culture. Je ne sais pas si je vais continuer à les publier le dimanche, je me tâte. En même temps avec les semaines que j’ai.. Je verrais bien. Ou alors ce sera une semaine sur deux. Vous le saurez bien assez vite !

J’espère vous avoir donné envie de regarder ou de lire de nouvelles choses !

A bientôt 🙂