Le pouvoir – Naomi Alderman.

Coucou les paupiettes !

Ça fait un petit moment que je vous promets mon avis détaillé sur Le Pouvoir, écrit par Naomi Alderman, et j’ai (enfin) décidé de m’y mettre. Le roman a été publié en janvier 2018 aux éditions Calmann-Lévy. J’ai tout de suite été interpellée par la couverture et le résumé a terminé de me convaincre, il fallait que je le lise. Je tiens à remercier Netgalley et la maison d’édition pour l’envoi de ce livre !

Et si les femmes prenaient enfin le pouvoir dans le monde entier ?

Aux quatre coins du monde, les femmes découvrent qu’elles détiennent « le pouvoir ».

Du bout des doigts, elles peuvent soudain infliger une douleur fulgurante – et même la mort.

Soudain, les hommes comprennent qu’ils deviennent le « sexe faible ».

Mais jusqu’où iront les femmes pour imposer ce nouvel ordre ?

couv3705463

De nombreux auteurs donnent la part belle aux femmes depuis quelques temps, surtout dans les romans fantastiques, dystopiques ou encore dans la science-fiction. Ici, Naomi Alderman leur donne littéralement LE pouvoir. On découvre peu à peu que les jeunes filles « produisent » de l’électricité grâce à une déformation génétique, qu’elles peuvent tuer par un simple contact et, bien évidemment, cela va changer le monde…

Mon avis concernant Le Pouvoir est assez partagé. J’ai trouvé l’histoire très prenante. Enfin.. Fascinante serait un adjectif plus adéquat. En effet, si le roman est très intéressant, on ne peut pas dire qu’il est particulièrement haletant. J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, je ne voyais pas où l’auteure allait avec tout ça. Il s’agit d’un roman polyphonique et j’ai trouvé l’ensemble un peu confus, surtout au niveau des cent premières pages. Il y a beaucoup de personnages et Naomi Alderman nous perd rapidement. En tout cas, elle m’a perdu rapidement. Cela dit, au bout d’un certain temps ça se débloque et la lecture est plus fluide, plus agréable. Malheureusement, si le roman est plus plaisant à lire, il n’en est pas plus dynamique. Il y a beaucoup de longueurs. Je pense que c’est ce que je lui reproche le plus. Pourtant les rebondissements ne manquent pas ! Je crois que c’est l’écriture de l’auteure qui pose problème. Elle ne fait pas suffisamment ressortir les choses, on ne distingue pas ce qui est déterminant à l’évolution du roman du reste, on ne ressent pas les émotions. C’est trop lisse. Par ailleurs, la construction du roman me laisse un peu sceptique, toujours maintenant. Il est divisé en plusieurs parties qui forment une sorte de décompte (« plus que.. Huit ans/Cinq ans/Six mois » – par exemple). J’attendais donc quelque chose de phénoménal. Un truc qui allait tout bouleverser, tout changer. Et en fait non. C’est plat de bout en bout. Petite déception de ce côté là. Surtout que la fin arrive comme un cheveu sur la soupe au moment où on s’attend à quelque chose de dingue, et l’ensemble apparaît donc comme bâclé.

Bien qu’elle m’ait perdue au début, je trouve que Naomi Alderman a fait le bon choix en écrivant son histoire du point de vue de plusieurs personnages. La polyphonie permet de voir les choses de plusieurs manières et d’explorer différents types (d’abus) de pouvoir. On nous plonge donc dans le quotidien de plusieurs femmes et d’un homme. Avec Allie nous explorons l’aspect religieux, avec Margot l’aspect politique, avec Roxy nous explorons le monde de la drogue et de l’illégalité. Tunde, journaliste de sexe masculin, est celui qui nous permettra de découvrir l’évolution de la situation dans le monde. Il documente la manière dont les femmes prennent progressivement le pouvoir. Dans l’ensemble, j’ai trouvé les personnages bien construits. On arrive assez rapidement à les cerner, à mieux comprendre les choix qu’ils effectuent tout au long du roman. J’admets avoir eu un peu de mal à suivre Allie/Mère Ève, dont le délire part quand même très très loin. J’ai détesté Margot, je l’ai trouvé calculatrice et égoïste. Par contre, je me suis très rapidement attachée à Tunde et à Roxy. Ce sont les deux personnages que j’ai pris le plus de plaisir à suivre tout au long de ce roman. Ils ont une évolution vraiment intéressante et, à mes yeux, c’est de leur côté que l’on trouve le plus de rebondissements.

Il serait peut-être temps de parler de l’histoire en elle-même. On a déjà conclu que l’écriture de l’auteure la rendait terne, mais ça ne la rend pas moins intéressante. Originale également. On voit progressivement les femmes prendre le pouvoir, se libérer de la patriarchie, établir de nouvelles règles, réinterpréter la religion puis instaurer la peur, la crainte, la méfiance. Après avoir été oppressées pendant des années, des siècles, les femmes deviennent l’oppresseur. Il y a de nombreux passages qui sont violents, d’une violence effarante (des sacrifices, des viols, de la torture, etc). On ne peut s’empêcher de penser à ce que nous ferions si une telle situation/opportunité (?) se présentait réellement à nous. Le roman a été qualifié de roman « féministe ». Mais reprendre tous les torts masculins, les amplifier, est-ce vraiment du féminisme ? Juste parce que les femmes sont au pouvoir ne veut pas dire qu’elles font les choses bien. Cela dit, il faudrait peut-être mettre l’ouvrage dans les mains de certains hommes, pour leur montrer que certaines injustices peuvent avoir des conséquences désastreuses au moment où la tendance s’inverse. Dans ce roman, finalement, Naomi Alderman nous parle surtout de vengeance. Les femmes font payer aux hommes tout ce qu’elles ont subi au fil des années (que ça aille de la simple déambulation dans la rue une fois la nuit tombée à l’esclavagisme sexuel). Finalement, l’auteure met surtout en lumière le fait que pour avancer, pour que tout aille bien dans le meilleur des mondes, les hommes et les femmes doivent être sur un pied d’égalité, travailler ensemble main dans la main. A partir du moment où il y a un sexe fort et un sexe faible, rien ne va plus.

En résumé.. malgré une écriture décevante, l’auteure délivre un message intéressant qui pousse à la réflexion. Le livre m’a clairement laissé sur ma faim et j’en suis ressortie déçue mais je pense qu’il vaut la peine d’être lu car il amène des questionnements importants.

Vous l’avez lu ? Vous voulez le lire ? Dites-moi tout !

La bisette !

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

15 réflexions au sujet de “Le pouvoir – Naomi Alderman.”

  1. J’ai très envie de le lire mais j’en attends beaucoup vu les thèmes abordés. Du coup, l’écriture un peu bof à ton goût me fait finalement un peu peur. Donc je le lirai c’est sûr, mais je vais peut-être attendre un peu voir si mes attentes redescendent.

    Aimé par 1 personne

  2. Pas désagréable à lire malgré une écriture somme toute banale, Le Pouvoir est plombé par une fin sans queue ni tête. Naomi Alderman ne savait manifestement pas comment finir son roman et a donc opté pour une fin ex abrupto sans réel dénouement. « Tout ça pour ça » est le sentiment frustrant qui prédomine au moment de refermer le livre…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s