Les sentiers de l’oubli – Margaret Mizushima.

Coucou les paupiettes !

En ce mois de mars, les éditeurs du domaine étranger aux éditions Belfond ont décidé de s’engager, de mettre (encore plus) les femmes en avant et de ne publier que des autrices, lançant ainsi le mois féministe. Dès aujourd’hui, vous pouvez retrouver en librairie Les sentiers de l’oubli. Ce roman, écrit par Margaret Mizushima, est le premier tome de la série Timber Creek K9. Il a été publié dans la collection Le Cercle Belfond, collection que j’affectionne tout particulièrement et qui publie des textes de qualité écrits par des femmes sur des femmes, des héroïnes fascinantes, fortes, qui nous ressemblent. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Timber Creek, une petite ville tranquille du Colorado, est sous le choc : le corps sans vie de Grace, dix-sept ans, vient d’être découvert dans les bois. Près d’elle, sa chienne blessée, l’estomac chargé de sachets de drogue.
Alors qu’elle vient tout juste de terminer sa formation cynophile, l’inspectrice Mattie Cobb est chargée de l’enquête. La communauté est en émoi mais Mattie, enfant de la région, sait la violence qui se cache derrière l’apparente tranquillité des lieux. Aidée de Cole Walker, vétérinaire local, et de Robo, son coéquipier canin, Mattie va devoir mener une enquête sur le fil du rasoir.

couv31418445

Je peux d’ors-et-déjà vous dire que Timber Creek K9 est une série que je vais suivre de près. J’ai tout de suite accroché à l’écriture de Margaret Mizushima, douce, fluide mais aussi précise et prenante. Le roman est plutôt lent, les rebondissements ne sont pas nombreux, surtout dans la première moitié du récit, mais ça ne m’a pas du tout gêné et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il s’agit d’un premier tome. L’autrice pose le contexte, le cadre de sa série. Nous sommes dans une petite ville au fin fond du Colorado, une ville où tout le monde se connait, où les rumeurs vont vite, où l’on pense être éloigné de tout danger. Elle introduit progressivement les personnages en commençant par son héroïne, ses collègues puis les différentes personnes que nous serons amenés à recroiser par la suite. Ensuite, cette lenteur ne m’a pas empêché de lire le roman quasiment d’une traite. L’autrice réussit à capter très facilement notre attention en glissant de petits indices par-ci, par-là, instillant toujours plus de suspense au fil des pages et nous rendant impatients de connaître l’identité du coupable.

Margaret Mizushima a décidé de se pencher sur un département de la police que je n’ai jusqu’à maintenant que rarement (voire pas du tout) croisé dans un roman policier : la brigade canine. Au fil des pages, nous pouvons constater que l’autrice a effectué de nombreuses recherches pour écrire ce premier tome. J’ai trouvé très intéressant de découvrir la manière dont travaillent les agents cynophiles et j’ai été impressionnée par l’efficacité de Robo, le nouveau coéquipier poilu de Mattie Cobb. La relation qui se tisse progressivement entre le chien et la jeune femme occupe une part importante du roman. Ils apprennent à se connaître, à cohabiter, à se faire confiance. Ils ont une relation forte et touchante.

Mattie Cobb est un personnage que j’ai aimé suivre dans cette première enquête. Je trouve ça important que l’on s’intéresse à une femme travaillant au sein des forces de l’ordre. Elle cherche sa place, cherche à s’affirmer au sein de l’équipe, à prouver qu’elle est à sa place dans un milieu majoritairement masculin. Le fait qu’elle collabore avec une inspectrice est également un gros point fort. D’abord sur la défensive, un chouia dans la compétition, les deux femmes vont apprendre à travailler ensemble, à joindre leurs forces pour montrer qu’elles sont tout aussi compétentes que leurs homologues masculins. Ces derniers sont un peu en retrait pour le moment mais ils ne sont pas inintéressants. J’ai hâte d’en découvrir plus sur eux tous. Margaret Mizushima évoque plusieurs choses qui ne sont pas approfondies, laissant entendre que nous avons encore beaucoup à apprendre sur chacun d’eux.

L’histoire en elle-même n’est pas particulièrement originale, mis à part le fait que l’enquête repose sur un duo atypique. Un double-meurtre relié à un trafic de drogues, on a connu plus fou mais j’apprécie la manière dont le sujet a été traité. Certains éléments sont plutôt prévisibles, j’avais (à peu de choses près) deviné l’issue du roman, mais j’ai tout de même passé un très bon moment de lecture.

En résumé, Les sentiers de l’oubli est un roman policier qui repose beaucoup sur le fait qu’on s’intéresse à la brigade canine. Ce premier tome est plutôt introductif mais j’ai bien accroché à la plume de Margaret Mizushima. J’ai hâte de découvrir ce qui va secouer la petite ville de Timber Creek dans la suite et de retrouver le duo fort attachant formé par Mattie et Robo !

Alors, tentés ?

16/20

La bisette !

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

3 réflexions au sujet de “Les sentiers de l’oubli – Margaret Mizushima.”

  1. Je partage ton avis. J’ai aimé l’intérêt du duo chien flic qui nous change un peu. Et si l’enquête en soi est plutôt simple elle m’a plu quand même. J’ai bien aimé aussi le lien avec le véto, j’attendais la romance !!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s