Royales – Camille Versi.

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui, je vous propose une nouvelle chronique livresque (oui, oui, je suis plutôt efficace cette semaine je trouve). Découvert chez Popcorn & Gibberish, j’ai eu très envie de lire à mon tour ce roman de science-fiction écrit par Camille Versi : Royales. Publié aux éditions Hachette en février 2018, j’ai été ravie de découvrir qu’il était toujours sur Netgalley et je me suis hâtée de le solliciter. Je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce roman !

Margaret est la princesse parfaite, adorée de tous les Anglais. Généreuse, intelligente, polyglotte, cavalière émérite, menant de front des études de littérature, de politique et d’histoire par correspondance…
Son secret ?
Margaret n’existe pas vraiment. Elles sont seize. Seize sœurs.
Seize clones, éduquées à la perfection, créées pour faire rêver un royaume.
Mais les temps ont changé… Sur seize clones, il ne devra rester qu’une princesse.

couv33042594

J’étais passée complètement à côté de cette sortie, je n’en avais entendu parler nulle part jusqu’à ce que notre Popcorn national en parle sur son blog. Je suis ravie qu’elle l’ait fait car c’est une chouette découverte !

Une fois lancée, impossible de m’arrêter (pour tout vous dire, j’étais presque tentée de lire au volant, dans les embouteillages, mais je me suis abstenue) ! Camille Versi signe un roman très bien ficelé, qui nous tient en haleine du début à la fin. L’ensemble est fluide, dynamique. L’écriture de l’auteure est simple et efficace, malgré quelques petites répétitions qui ne sont pas particulièrement gênantes.

Camille Versi nous invite dans un univers dystopique. Le pays va mal, la révolte gronde. Victoria II gère le pays d’une main de fer et ne recule devant rien pour assurer la pérennité de la royauté. Dans ce but bien précis, elle fait cloner sa petite-fille. En 16 exemplaires. Et n’en dit rien à personne sauf quelques membres du personnel qui se chargent de les surveiller et de les éduquer dans un bunker sous le palais de Buckingham. Rien que ça. Chacun des clones a une spécialité (équitation, géopolitique, chant, littérature, etc) et monte de temps en temps à la surface pour montrer la princesse sous son meilleur jour.

Le concept est très intéressant et n’est pas sans rappeler (un tout petit peu) la série Orphan Black, où chacun des clones a une personnalité qui lui est propre, des sentiments, des passions, etc. Ici, l’auteure nous présente seize jeunes filles identiques en apparence. On apprend à les connaître au fil des pages, certaines plus que d’autres, et on découvre qu’elles sont en fait très différentes. Je regrette un peu que plusieurs clones aient été plus mises en avant que d’autres, bien que certaines ne valaient pas vraiment la peine d’être approfondies. J’ai trouvé intéressante la manière dont l’auteure s’intéresse à la notion de famille et de solidarité. On se prend vite d’amitié pour ces sœurs et c’est le cœur serré qu’on tourne les pages, en espérant à chaque page que l’une d’entre elles ne va pas disparaître. Bien évidemment, il y a des sœurs plus attachantes que d’autres. J’ai beaucoup aimé Elizabeth et Jane, les clones les plus proches de notre héroïne. Elles se complétaient à merveille. A l’inverse, j’ai détesté Amy, Agnes ou encore Gisele.. mais je crois que c’était un peu le but. May, le personnage principal, m’a plu dans l’ensemble. Elle tourne parfois en rond et son indécision m’a un chouia frustré mais elle est un personnage intéressant qu’on a plaisir à suivre.

Ces jeunes femmes ont toujours vécu dans le secret, enfermées dans un bunker et elles ne connaissent finalement pas grand chose de la vie. J’ai eu un peu peur au début de me retrouver dans un roman type La sélection, où la romance prend complètement le dessus sur l’univers dystopique. Certes, l’amour occupe une place importante dans le livre car cela fait partie des choses que les clones découvrent, mais ce n’est pas omniprésent, pas trop lourd. On s’intéresse surtout à la notion de liberté, à la manière de mener sa vie comme on l’entend. C’est chouette de voir comment seize filles éduquées de la même manière, dans le même environnement, envisagent des choses totalement différentes pour leur avenir. J’ai également apprécié le fait que le roman ne soit pas prévisible. Certaines ficelles me paraissaient un peu grosses au début et j’ai finalement été très surprise par les divers rebondissements qui jalonnent le récit. Je regrette tout de même quelques petites choses, notamment la relation entre la princesse et sa mère qui n’est que très très peu abordée. J’aurais également aimé qu’on « entende » un peu plus le peuple.

En résumé, c’est un roman très intéressant que je vous recommande chaudement. Plutôt destiné à un public jeune adulte, vous ne vous ennuierez pas avec Royales ! Les rebondissements sont nombreux, les personnages bien construits et la plume de l’auteure est fort plaisante. Une belle découverte !

17/20

Alors, tentés ?

La bisette !

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

13 réflexions au sujet de “Royales – Camille Versi.”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s