Snobs – Julian Fellowes.

Coucou les paupiettes !

A l’ordre du jour : Snobs. Écrit par Julian Fellowes, écrivain, scénariste et réalisateur britannique (entre autres), ce roman a été publié aux éditions 10/18 en mai 2018. Ce nom ne vous est sûrement pas inconnu puisque c’est à ce cher monsieur que nous devons Downton Abbey, rien que ça. Il a également écrit Belgravia et Passé imparfait, romans que je n’ai pas encore lu. C’est donc avec Snobs que j’ai découvert la plume de l’auteur, qui plus est en délicieuse compagnie puisque j’ai lu le roman en lecture commune avec mon Popcorn adoré ! Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Le narrateur est un comédien de second plan qui navigue avec beaucoup d’aisance dans les classes privilégiées tout en dénonçant leurs travers. Il va suivre les aventures de son amie, Edith Lavery, la jolie fille d’un expert comptable ayant relativement bien réussi, et de sa femme, éblouie par la haute société. Lors d’une visite au château Broughton Hall, Edith, standardiste dans une agence immobilière de Chelsea, fait connaissance du fils de la maison, Charles, comte Broughton et héritier du marquis de Uckfield. Célibataire, Charles gère les propriétés de sa famille dans le Sussex et le Norfolfk. D’après les chroniqueurs mondains, c’est un des célibataires les plus enviables, et enviés, de l’aristocratie anglaise. Quand il la demande en mariage, Edith accepte, mais est-elle vraiment amoureuse de lui ? N’est ce pas plutôt de son titre, de son rang et de tout ce qui va avec ?

couv9458981

Première petite surprise pour Johanna et moi, le roman se déroule dans les années 1990. Allez savoir pourquoi, on s’attendait à quelque chose qui prendrait place au début du siècle dernier ! Le narrateur, un acteur dont nous ne connaitront jamais le nom, nous présente Edith, une jeune femme particulièrement belle et qui produit son petit effet en société. Elle aspire à de grandes choses la demoiselle, notamment un beau mariage.. dans l’idéal au-dessus de son rang. Le hasard (circonstances, coïncidences ?) la pousse dans les bras de Charles, comte Broughton. A partir de là, tout va très vite, pour le meilleur et pour le pire !

J’ai tout de suite accroché à la plume satyrique de Julian Fellowes. Je n’ai ressenti aucune longueur, l’écriture de l’auteur est fluide et les chapitres s’enchaînent très facilement. Il pose un regard acéré sur l’aristocratie et la haute bourgeoisie anglaises. Avec humour, il critique effrontément cette société où règnent les apparences. Tout le monde en prend pour son grade ! L’hypocrisie, l’arrivisme, le snobisme (bien évidemment).. les défauts de ses personnages sont nombreux. Il est assez amusant de constater que malgré l’époque à laquelle se déroule l’histoire, les mœurs n’ont pas tellement évolué.

Le fait que l’histoire soit racontée par un personnage secondaire est intéressant. Il pose un regard externe sur la vie d’Edith tout en y jouant un rôle plutôt conséquent. Il n’a aucun lien avec la gentry britannique mais il évolue dans le milieu comme un poisson dans l’eau (ou presque), plutôt au fait de ce qui s’y fait et de ce qui ne s’y fait pas. Il fait également partie du monde du spectacle, maitrise les codes des apparences, des rumeurs et de l’ambition. On ne sait pas grand chose de lui mais c’est un personnage sympathique. Il parait plus accessible que les personnages qu’il décrit et critique tout au long du roman.

J’ai eu beaucoup plus de mal avec Edith. Je n’ai pas du tout réussi à m’y attacher ou à ressentir de l’empathie à son égard (on récolte ce que l’on sème, c’est tout ce que j’ai à dire). La jeune femme est arriviste, ne s’intéresse qu’à son statut et aux avantages qu’il peut lui apporter. Elle se lance sans réfléchir aux conséquences dans un mariage sans amour et fait une série de choix désastreux qui font qu’il nous est difficile de l’apprécier. Ceci dit, c’est tout à fait le but de l’auteur donc je ne considère pas cela comme une mauvaise chose ! Ses personnages sont approfondis, nuancés et, bien que détestables, très intéressants. Le seul que j’ai réussi à apprécier, au milieu de tout ça, c’est le pauvre Charles. Sa femme le détruit, elle le rend malheureux mais il continue de l’aimer envers et contre tout. J’espérais qu’il finisse par ouvrir les yeux, vraiment, mais l’amour rend aveugle, c’est bien connu. Je regrette certains de ses choix, surtout à la fin du roman, mais ça ne m’a pas empêché de passer un très bon moment de lecture. En ce qui concerne les personnages secondaires, ils sont moins développés mais hauts en couleur et laissez-moi vous assurer que vous n’allez pas vous ennuyer en leur compagnie !

En résumé, pas de coup de cœur mais un très bon moment de lecture en compagnie de Snobs. La plume de l’auteur est vraiment agréable, pleine d’humour, et ses personnages sont intéressants. A lire si vous êtes passionnés par l’aristocratie anglaise et que vous avez toujours rêvé d’en découvrir l’envers du décor.

16/20

Alors, tentés ?

L’avis de Popcorn & Gibberish

La bisette !

 

 

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

9 réflexions au sujet de “Snobs – Julian Fellowes.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s