La maison des oubliés – Peter James.

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui je vous propose de découvrir mon avis sur le dernier roman de Peter James, La maison des oubliés. Il a été publié aux éditions Fleuve (collection Noir) le 7 mars 2019. Il s’agit d’un thriller horrifique, genre que je lis très peu car je suis une vraie flippette ! Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Le déménagement dans ce manoir charmant, en haut de la colline, devait être le point de départ pour une nouvelle vie. Après des années passées dans la banlieue de Brighton, Ollie Harcourt ne pouvait rêver mieux qu’une existence paisible à la campagne. Le reste de la famille suit d’un pas hésitant, mais ne rechigne pas pour autant à cette nouvelle aventure.
Cependant, peu après leur installation, des scènes étranges se déroulent dans la maison.
Des ombres apparaissent, les animaux domestiques se comportent de manière bizarre et plusieurs accidents, plus déroutants les uns que les autres, ont lieu.
Bientôt, Ollie n’a plus de doute : leur présence n’est pas vraiment souhaitée. Quelqu’un semble même prêt à tout pour les expulser de là… à n’importe quel prix.

couv33508714

La maison des oubliés est un roman qui commence très fort. Dès les premières pages, l’ambiance est posée. Ce sera une histoire sombre, angoissante, effrayante. Ce sera un livre que je lirai de jour haha. J’ai peur de tout. J’ai même peur des coccinelles (mais quand elles volent seulement). Vous vous demandez sûrement comment ce roman s’est retrouvé entre mes mains ? La curiosité, pardi ! Découvrir un nouvel auteur, tenter un genre qui sort complètement de ma zone de confort.. Ça ne fait jamais de mal !

Dans l’ensemble, j’ai passé un bon moment de lecture. Certes, le moindre bruit me faisait sursauter et j’avais peur d’aller aux toilettes parce que ces bruits n’étaient pas causé par le chat qui dormait à côté de moi.. mais c’est un roman intéressant. Une introduction en douceur au genre horrifique. Ollie, sa femme Caro et leur fille Jade emménagent dans une grande bâtisse en (très) mauvais état. Ils espèrent la transformer en leur maison de rêve mais se trouvent rapidement confrontés à de nombreux soucis. La plomberie, l’électricité, des fissures, la maison leur dit progressivement m*rde et les frais à avancer ne tardent pas à devenir exorbitants. Comme si ça ne suffisait pas, un certain nombre de phénomènes étranges surviennent dès leur arrivée. Une vieille femme vêtue de bleue croisée dans un couloir, des robinets qui s’ouvrent pendant la nuit, des SMS étranges qui s’effacent dès qu’ils sont lus… La maison est-elle hantée ?

La plume de Peter James est sympathique, fluide et agréable à lire. L’histoire est prenante, on ne peut s’empêcher d’enchaîner les chapitres pour savoir jusqu’où tout cela peut aller. L’auteur nous plonge dans un état paranoïaque avancé, on voit le mal partout, on s’attend au pire. On se sent oppressés, piégés dans cette maison aux côtés de ses habitants. Les personnages perdent peu à peu la raison (et il y a de quoi), cette maison les rend fous et ils ne savent plus quoi faire pour s’en sortir ! Je ne crois pas à ce genre de choses, les fantômes tout ça, mais j’avoue que Peter James rend la chose très réaliste, trop crédible et c’est flippant. Certains détails, que je ne révélerais pas au risque de spoiler, sont cependant difficilement crédibles/compréhensibles. On en reparlera quand vous l’aurez lu ! Je regrette aussi le fait que j’avais encore beaucoup de questions à la fin de ma lecture. En parler avec la copine Isa du blog Le petit monde d’Isa m’a permis de répondre à certaines mais je reste un peu frustrée par le fait que ce soit aussi ouvert. J’ai aussi l’impression que l’auteur a parfois choisi la facilité, j’ai l’impression que beaucoup de phénomènes sont assez « classiques » et, pour les grands fans du genre horrifique, je ne suis pas sûre que cette lecture leur apporte grand chose.

Je ne me suis pas particulièrement attachée aux personnages. C’est une famille qui semble parfaite, des parents amoureux et une petite fille sage et intelligente (mais pourrie gâtée). Trop parfaite ? Tout semble leur réussir mais ils font quand même des choix très regrettables. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’ils méritent ce qui leur arrive (ou peut-être que si) mais quand on se lance dans un projet de cette envergure, on fait quelques recherches, quelques expertises, on réfléchit… Ceci dit, « the struggle is real » et on ne peut s’empêcher de ressentir une certaine empathie pour eux au fil des pages.

En résumé, La maison des oubliés est une bonne introduction à l’horrifique, ça m’a donné envie d’explorer un peu plus ce genre (mais toujours en pleine journée, faut pas pousser). Peter James a une écriture plaisante, son roman est aussi prenant qu’angoissant et je vous invite à le découvrir par vous-mêmes !

Alors, tentés ?

15/20

Des romans flippants à conseiller à une flippette ?

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

4 réflexions au sujet de “La maison des oubliés – Peter James.”

  1. J’aime beaucoup ce livre, je l’avais lu en anglais et en Écosse, dans une ambiance un peu flippante… Alors je te laisse imaginer le résultat ! J’avais hâte qu’il paraisse en France pour pouvoir le conseiller ! Si tu as aimé les frissons, tu peux tenter Le Signal de Maxime Chattam, si ce n’est pas encore fait, ou alors l’excellentissime L’Enfant des Cimetières de Sire Cédric !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s