Am Stram Gram – M.J. Arlidge.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour parler d’un roman que j’ai dévoré au début de la semaine (oui, j’ai quelques chroniques de retard qui arriveront dans les prochains jours, mais là je voulais vous parler de celui-là haha) ! Il s’agit d’Am Stram Gram, écrit par M.J. Arlidge, auteur britannique absolument adorable que j’ai rencontré l’an dernier durant les Quais du Polar. C’est le premier tome de la série consacrée à Helen Grace, dont j’ai déjà lu le tome 4, Au feu, les pompiers. Oui, je les lis dans le désordre, la semaine prochaine vous aurez sûrement un avis sur le tome 5, mais ce n’est pas grave, ce sont des enquêtes indépendantes. Bref ! Il a été publié aux éditions 10/18 en mars 2016, et une édition collector est sorti fin 2019. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d’une piscine vide dont il est impossible de s’échapper. À côté d’eux, un pistolet chargé d’une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message : « Vous devez tuer pour vivre. » Les jours passent, la faim et la soif s’intensifient, l’angoisse monte. Jusqu’à l’issue fatale. Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le commandant Helen Grace ait été confrontée. Si elle n’avait pas parlé avec les survivants traumatisés, elle ne pourrait pas y croire. Helen connaît les côtés sombres de la nature humaine, y compris la sienne ; pourtant, cette affaire et ces victimes apparemment sans lien entre elles la laissent perplexe. Rien ne sera plus terrifiant que la vérité.

9782264075666ORI

Je peux officiellement affirmer que j’adore la plume de M.J. Arlidge. Am Stram Gram est un polar d’une efficacité redoutable, dont j’ai eu beaucoup de mal à me détacher. L’auteur est finaud, enchaînant les chapitres courts bourrés de suspense, nous forçant à avaler les pages à une vitesse folle. Il nous met dans le bain dès les premières pages, et la tension ne fait que s’accentuer tout le long du roman.

L’équipe d’Helen Grace se lance aux trousses d’une tueuse en série au mode opératoire bien particulier. Cette dernière enlève des gens par deux, les enferme dans un endroit clos dont il est impossible de s’échapper, ne leur laissant qu’une arme et un téléphone, qu’elle utilise pour leur expliquer que la seule manière de sortir, c’est que l’un des deux tue l’autre. Sinon, ils restent là et meurent tout simplement de faim, de soif, tout ce que vous voulez. Leur coupable leur donne du fil à retordre, laissant peu voire pas du tout d’indices derrière elle. S’engage alors une véritable course contre la montre pour trouver celle qui se cache derrière ces kidnappings. Les policiers peinent à trouver un lien entre les victimes, et en attendant, celles-ci se multiplient…

J’ai apprécié d’en découvrir un peu plus sur Helen Grace et ses coéquipiers, avant qu’ils deviennent ceux que j’ai rencontré dans le tome 4. Je n’ai pas été gênée par le fait que j’avais déjà lu la suite (bon, warning quand même, je savais qui était la coupable parce que c’est mentionné rapidement dans Au feu, les pompiers, mais ça n’a pas du tout gâché mon plaisir). Je me suis tout de suite attachée à Charlie et Mark, ses coéquipiers principaux. J’ai eu un peu plus de mal avec Helen, mais c’est parce qu’elle est un personnage beaucoup plus complexe, qui ne se dévoile que par petites touches au fil des pages. Elle a un côté flic torturé qui m’agace un chouïa car je trouve ce schéma beaucoup trop récurrent dans les romans policiers ces dernières années. Elle est cependant intéressante et je pense que j’ai encore beaucoup de choses à découvrir à son sujet, surtout au vu de l’issue de ce premier tome (c’est bête, le seul que j’ai dans ma bibliothèque, c’est le tome 5 haha). J’ai tout de même aimé vivre cette enquête à ses côtés. C’est une héroïne passionnée, qui vit pour son métier, et elle nous embarque complètement avec elle.

Le rythme de l’histoire est bon, comme je le disais plus haut. Il n’y aucun temps mort, le roman est plus que prenant et les 400 et quelques pages se dévorent en un rien de temps (pensez à lever les yeux de temps en temps, jetez un coup d’œil à l’heure qu’il est, parce que moi je me suis couchée quand les oiseaux se réveillaient).

Honnêtement, je n’ai pas grand-chose de plus à en dire. M.J. Arlidge maitrise parfaitement les codes du polar et du roman à suspense. Ses personnages sont intéressants, attachants et on a envie d’en découvrir encore un peu plus sur eux. L’histoire est prenante, bien construite, riche en détails et en rebondissements. Que dire de plus ? Lisez-le !

Alors, tentés ?

17/20

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

2 réflexions au sujet de “Am Stram Gram – M.J. Arlidge.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s