Falalalala – Émilie Chazerand.

Coucou les paupiettes !

Me revoici, me revoilà pour vous parler d’un autre roman d’Émilie Chazerand ! L’autrice est très productive, pour mon plus grand plaisir, et je vais aujourd’hui vous parler de Falalalala, livre parfait pour la saison. Il a été publié aux éditions Sarbacane le 2 octobre 2019, il était donc plus que temps que je vous donne mon avis sur cette petite douceur. Avant toute chose, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Chez les Tannenbaum, on est petit. Trois générations d’achondroplases, soit sept naines gèrent Tannenland, le paradis des êtres miniatures. Deuxième curiosité alsacienne après la cathédrale de Strasbourg, cette famille n’a rien d’ordinaire. Sauf peut-être Richard, 19 ans, le seul garçon de la tribu. Le seul grand, aussi…

couv74578125

Si je n’ai pas autant aimé Falalalala que La fourmi rouge, le précédent roman d’Émilie Chazerand publié dans la collection Exprim’, j’ai tout de même passé un excellent moment de lecture et on frôle le coup de cœur. J’ai retrouvé avec grand plaisir la plume de l’autrice, son humour incroyable et sa manière d’aborder toutes sortes de sujets avec justesse et délicatesse. Et oui, même si ses personnages jurent parfois comme des charretiers, ce roman n’en reste pas moins tout doux, tout chaud et particulièrement subtil.

Falalalala, c’est l’histoire de Richard, « le Grand », le fils de Zella, 1m10. Richard peine à trouver sa place au sein de sa famille, au milieu de ces sept femmes achondroplases qui vivent dans une maison adaptée à leurs besoins, leurs dimensions. Installés à Tannenland, curiosité touristique très populaire à Noël, ils préparent moult et moult bredele et autres gourmandises alsaciennes, fabriquent des casse-noisettes et s’occupent d’une ferme pédagogique constituée uniquement d’animaux miniatures. Lorsque sa cousine Ludovika, Lulu, tombe malade, la famille toute entière part à vau-l’eau. Les choses dérapent, chacun règle ses comptes, quelques secrets sont dévoilés…

Émilie Chazerand nous présente toute une panoplie de personnages aux caractères différents, mais tous très attachants. Richard est ce qu’on pourrait appeler un ours. Se sentant mis à l’écart dans cette famille, à cause de sa taille et du fait qu’il est un homme, il ne s’exprime pas beaucoup. Ludovika, jeune fille qui jusque là ne faisait pas de vagues, est complètement métamorphosée par l’annonce de sa maladie. Elle va secouer tout ce beau monde, planter des graines par-ci par-là et semer un joyeux bazar. Leni, Herta, Fritzi, Bettina, Katinka et Zella sont des femmes fascinantes, chacune à leur manière. Avec leur franc-parler, leurs manières un peu brutes de décoffrage, elles nous font passer d’une émotion à l’autre tout au long du roman. Elles sont drôles, énervantes, touchantes. On a envie de leur mettre des claques pour qu’elles se ressaisissent et, le chapitre suivant, on a envie de leur faire un gros câlin pour les réconforter.

L’histoire en elle-même est prenante, bien que j’ai trouvé le début un peu longuet. J’ai mis un petit moment avant de rentrer complètement dedans, le temps que l’autrice pose doucement les bases de son récit. Par contre, une fois lancée, j’ai eu beaucoup de mal à le lâcher ! Il y a de nombreux rebondissements, impossible de s’ennuyer. Et puis c’est drôle, tellement drôle. Finalement, les quelques longueurs du début sont vite oubliées et j’étais triste de quitter les personnages à la fin. Quelques chapitres de plus n’auraient pas été de refus ! J’ai aimé voir les personnages évoluer tout au long du roman, découvrir de nouvelles choses, s’ouvrir au monde extérieur. C’est vraiment une belle histoire.

En résumé, je ne saurais que vous recommander ce nouveau roman d’Émilie Chazerand. Maintenant que les températures ont baissé, c’est le livre idéal à lire le soir au coin du feu, avec un chocolat chaud et quelques gourmandises à grignoter (oui, c’est important, Falalalala va vous donner faim, très faim). Cette histoire vous fera (beaucoup) rire et (un peu) pleurer, vous ne pourrez que vous attacher à la famille Tannenbaum et vous en redemanderez encore, parole de moi !

Alors, tentés ?

17/20

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

3 réflexions au sujet de “Falalalala – Émilie Chazerand.”

  1. Un roman que je vois partout, partout en particulier avec le Cold Winter Challenge x) Je suis contente de voir un avis dessus, c’est un roman qui m’a l’air sympathique, faudrait que j’arrive à l’emprunter quelque part :p

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s