Âme de sorcière ou la magie du féminin – Odile Chabrillac.

Coucou les paupiettes !

Je vous propose aujourd’hui une chronique sur un ouvrage de non-fiction, pour changer ! Je me suis attaquée à un ouvrage qui me tentait depuis sa sortie en grand format aux éditions Solar et qui a eu droit à son édition poche il y a quelque semaines : Âme de sorcière ou la magie du féminin. Écrit par Odile Chabrillac, naturopathe, psychothérapeute et journaliste, cet essai a été publié le 7 mars 2019 aux éditions Pocket. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Symbole subversif de la révolte féministe, la figure de la sorcière est aujourd’hui de retour, prête à questionner nos choix, notre rapport au monde, à la nature, au corps, à la sexualité, à la rationalité… Et ce qu’elle a à nous apprendre peut changer nos vies !
Guérisseuses, sages-femmes d’antan, femmes de pouvoirs aux mœurs libres et sans tabous… Les sorcières ont été persécutées pour avoir osé, en leur temps, défier l’ordre établi. Loin des clichés et du folklore, elles ont laissé en héritage un savoir riche et multiple qui nous bouscule encore.
Odile Chabrillac revisite dans cet ouvrage l’histoire des sorcières, leurs savoirs et leurs pouvoirs, explorant de nombreux thèmes du féminin et du développement personnel. Célébrer son corps et sa sensualité, se ressourcer dans la nature, utiliser les vertus des plantes et des herbes, s’ouvrir à l’énergie et à l’intuition, s’émanciper dans la solitude comme dans la sororité… sont autant de pistes pour toucher à la magie du féminin.
Sur les pas des sorcières, ce livre invite chaque femme à expérimenter une féminité libre, puissante et bienveillante.

couv21495958

Une sorcière ? C’est une femme de pouvoirs. La magie ? C’est l’art de la transformation s’appuyant sur les multiples énergies de la nature, que l’on va chercher à utiliser au service de notre joie et de notre guérison. Les rituels ? Ce sont des moyens traditionnels destinés à diriger l’énergie dans la direction de son choix.

Dans ce court essai, Odile Chabrillac cherche à réhabiliter la figure de la sorcière. Vaste sujet. Pour ce faire, elle nous embarque dans une sorte de parcours initiatique en trois parties. Tout d’abord, elle revient sur l’histoire de la sorcière depuis la nuit des temps, les raisons pour lesquelles elles étaient chassées et l’impact de cette persécution sur les femmes aujourd’hui. Dans la seconde partie, elle se penche sur les valeurs de la sorcière, son attachement à la nature, l’importance de connaître son corps, d’écouter son intuition et ses envies. Elle interroge le féminin et notre manière de l’incarner. Pour finir, elle nous offre quelques clés afin de pratiquer à notre tour la magie, de « recouvrer une féminité encore plus libre, plus puissante et plus engagée ».

Âme de sorcière est un ouvrage intéressant, accessible et agréable à lire. Odile Chabrillac couvre un éventail assez large de sujets de manière succincte, parfois un peu superficielle. A mes yeux, cet essai est très introductif, l’autrice développe assez peu les différents aspects de la magie mais suffisamment pour attiser notre curiosité et, si un point nous intéresse plus qu’un autre, aller faire nos propres recherches. Étant elle-même naturopathe, Odile Chabrillac a favorisé l’approche de la sorcière guérisseuse. A titre personnel, j’ai trouvé la première et la deuxième partie très intéressantes, jusqu’à ce l’essai devienne plus ou moins un livre de développement personnel. J’ai apprécié d’en découvrir plus sur certaines plantes, sur les chakras, les énergies ou même sur les cartes de tarot mais je me suis un peu perdue au milieu de tout ça (moi et mon esprit trop rationnel, damn). Certains passages étaient trop longs par rapport au reste du livre. J’en attendais un peu plus de cet ouvrage faisant le lien entre la sorcière d’autrefois et la sorcière moderne.

La sororité désigne les liens entre celles qui se sentent des affinités, des vécus semblables, dus au fait qu’elles partagent la même condition féminine. Non plus ni victime, ni isolée, ni jalouse, ni en compétition, ni aliénée, c’est (aussi) dans le partage avec d’autres femmes que la sorcière parvient à s’émanciper. C’est dans la rencontre avec ses pairs qu’elle peut travailler, libérer, alchimiser son féminin sacré, la femme sauvage qui vibre en son sein…

Ceci dit, j’ai trouvé de nombreux chapitres très intéressants, notamment ceux consacrés à l’histoire de la sorcière, au corps féminin ou encore à la sororité. Odile Chabrillac nous prouve que la sorcière est définitivement féministe. Elle prône la liberté, l’indépendance. L’autrice encourage les temps de solitude, ces temps où nous apprenons à nous connaître, où nous nous retrouvons, ces temps pour souffler, pour méditer. Il s’agit d’une première étape pour se réapproprier son pouvoir, mais elle évoque aussi l’importance de se regrouper, de « devenir actrice du changement, agir un peu, passionnément, au risque de ne pas plaire à tout le monde ». Les femmes qui étaient accusées autrefois étaient celles qui contestaient l’ordre établi, qui remettaient en cause la société patriarcale et sa vision de la femme. Allons-nous nous taire aujourd’hui ?

La sorcière est une femme qui parle, qui ose, qui vit sans se soumettre ni négocier. Elle assume son corps et  vibre à son diapason : nudité, polyamours, puissance des menstruations, elle danse sa vie à l’infini.

En résumé, Âme de sorcière ou la magie du féminin est un ouvrage intéressant bien que trop introductif et trop axé développement personnel à mon goût. La sorcière moderne d’Odile Chabrillac ne correspond pas forcément à l’idée que je m’en fais à titre personnel (du moins pas complètement) mais c’est tout de même une lecture enrichissante sur plusieurs aspects. Si le sujet vous intéresse, pourquoi pas ! Je pense tout de même qu’il y a des ouvrages plus complets sur ces questions.

Alors, tentés ?

La bisette !

 

 

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

3 réflexions au sujet de “Âme de sorcière ou la magie du féminin – Odile Chabrillac.”

    1. Dans la dernière partie on tend un peu vers tout ça, elle explique toutes les cartes en détail notamment.. Mais ça reste quand même superficiel. Ce n’est pas la partie la plus intéressante mais elle n’est pas trop longue non plus haha 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s