#PLIB2022 : Fleurs d’Oko – Laëtitia Danae

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour une chronique livresque portant sur l’un des cinq finalistes du PLIB 2022. La dernière phase de vote est en cours, et il est temps de publier mon avis sur les trois romans restants (ceux sur Prospérine Virgule-Point et D’Or et d’oreillers sont déjà en ligne) ! Fleurs d’Oko est un premier tome, écrit par Laëtitia Danae et publié aux éditions SNAG en mars 2021.

À Sangaré, la magie, réservée aux hommes, se déploie en de multiples couleurs. Mais petite Oko est spéciale. Elle parle le Langage des fleurs.
Lorsque le murmure des griottes annonce la venue du puissant Soumaoro, envoûteur du royaume en quête d’un aspirant prêt à lui succéder, Oko prend sa décision. Elle quitte tout pour assouvir son besoin d’aventure et de reconnaissance.
Alors qu’aux portes de la capitale, la Brousse menace d’étendre son fléau, dans les dédales du palais d’Ivoire, Oko découvre un tout autre monde. Celui de la magie, telle qu’elle ne l’a jamais expérimentée, mais aussi les intrigues de la cour, les ruses et les coups bas. À qui peut-elle se fier ? Qui redouter ? Tant de questions, si peu de réponses. La concurrence est rude et les embûches parsèment le chemin de la jeune aspirante.
Et à travers ses épreuves, petite Oko deviendra grande.

#ISBN9782490151264

Très honnêtement, je ressors assez mitigée de ma lecture de ce premier tome. Je ne vais pas vous le cacher, je pense d’ailleurs l’avoir déjà mentionné dans d’autres chroniques portant sur les romans de cette autrice, j’ai beaucoup de mal avec la plume de Laëtitia Danae, et j’ai beau persévérer à chaque édition du PLIB, je n’y arrive tout simplement pas. Je trouve l’écriture très fade, je ne ressens pas les émotions qu’elle cherche à transmettre au lecteur, et j’ai tendance à trouver le temps très long. Comme pour ses précédents romans, j’ai trouvé la première partie trop lente, la mise en place manque de piquant et il faut vraiment s’accrocher pour avoir envie de découvrir la suite. La deuxième partie est plus dynamique, il y a plus de rebondissements et on avance plus facilement.

J’ai tout de même trouvé intéressant de me plonger dans un roman fantasy se déroulant en Afrique, nous immergeant dans un folklore et des croyances méconnues, une magie dépaysante qui ajoute à l’ambiance sombre et mystérieuse. J’aurais aimé que ce soit encore plus développé, plutôt que de se focaliser parfois sur des broutilles de la Cour d’Ivoire qui ne me faisaient ni chaud ni froid, mais j’ai trouvé intriguant cette Brousse menaçante, l’apprentissage des quatre magies (même si pour l’instant on ne s’est intéressé qu’à la première, et que l’héroïne la connaissait déjà) et les utilisations qui en sont faites. L’univers est riche, mais la fin de ce premier tome me laisse penser que la suite sera plutôt focalisée sur les affaires de la Cour, où apparences et manipulations règnent, et sur un potentiel triangle/carré amoureux que sur tout ce que les légendes des griottes africaines ont à offrir.
Autre élément que je trouve trop peu exploité : la femme. Nous sommes censés découvrir un royaume matriarcal, où les femmes dirigent et assoient leur autorité au quotidien… Mais tout ou presque tourne autour de l’homme. La seule camarade d’Oko lui met des bâtons dans les roues, alors que s’entraider pourrait devenir une force. Les hommes qui les côtoient les dénigrent ou cherchent à les séduire… Et c’est tout. Les affaires politiques se résument à des affaires de cœur puisque le mariage de la future reine est au cœur de l’intrigue. Bref, l’homme est un peu trop présent à mon goût.

En ce qui concerne les personnages, je n’ai pas particulièrement accroché à l’héroïne, sans pour autant la détester. Elle a un parcours intéressant, elle évolue au fil des chapitres et se révèle de plus en plus puissante. Elle a encore beaucoup de chemin à parcourir, mais on la sent de plus en plus confiante et déterminée. J’ai tout de même un peu peur que ses motivations finissent par dévier à cause de Soori, Madhi ou même Aasir. Soori et Madhi sont, à mes yeux, les personnages les plus intéressants. Ils sont très mystérieux et ont encore beaucoup à nous révéler ! J’aurais aimé en découvrir un peu plus sur Soumaoro également, que je trouve finalement très absent de ce premier tome. La future reine Malaïka est plutôt superficielle, le peu de profondeur qu’on lui accorde est d’un cliché qui m’a fait lever les yeux au ciel (la pauvre princesse condamnée à vivre dans un palais comme dans une prison et qui fait le mur pour acheter des robes au marché… vraiment ?), et j’espère vraiment qu’elle va évoluer en un personnage plus imposant.

En résumé, vous l’aurez compris, Fleurs d’Oko n’aura pas su me convaincre autant que tant d’autres jurés. Ce sont des choses qui arrivent ! Si j’ai été sensible à l’univers imaginé par l’autrice, sa plume et le manque de profondeur et de nuance dans ses personnages fait que je ne lirai pas la suite. Je vous encourage tout de même à vous faire votre propre avis, les retours sont dans l’ensemble plutôt bons, et je rejoins ceux qui disent que c’est un Young Adult original par rapport à tout ce qu’on trouve sur le marché actuellement, et plus mature que la moyenne !

Avez-vous lu ce roman ? Qu’en avez-vous pensé ?

La bisette !

Publicité

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

Une réflexion sur “#PLIB2022 : Fleurs d’Oko – Laëtitia Danae”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s