#PLIB2020 : Fingus Malister, tome 1 – Ariel Holzl.

Coucou les paupiettes !

Je vous propose aujourd’hui de découvrir un autre présélectionné pour le PLIB 2020, un autre roman jeunesse (ma chronique de Magic Charly). Il s’agit de Fingus Malister, l’un des deux romans de Ariel Holzl publiés cette année. Ce premier tome, Feux follets, mandragore et cadavre frais, est sorti le 2 octobre 2019 aux éditions Rageot. Pour information, l’auteur a remporté le prix lors de l’édition 2018 pour Les Sœurs Carmines ! Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier Netgalley et la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

« Préparez une soupe de mandragore avec 120 g de sève de mandragore et 80 g d’or des fous. Mélangez les ingrédients dans un bocal à élixir et faites mijoter une journée à feu follet. Une fois la soupe terminée, il suffit de la répandre sur tout cadavre frais pour qu’il revienne à la vie en quelques minutes. Et le rituel de zombification est accompli ! »
Apprenti seigneur maléfique, Fingus Malister sait comment il va éblouir les jurés de sa future académie de magie. Mais il a besoin de l’aide d’une sorcière plus têtue que lui…

couv72114539

#ISBN9782700273786

Ayant beaucoup aimé le premier tome des Sœurs Carmines (oui, honte sur moi et sur toute ma descendance, je n’ai pas encore lu la suite), j’avais très envie de découvrir les deux romans écrits par Ariel Holzl qui se trouvaient dans la présélection. J’ai commencé par Fingus Malister, un court roman jeunesse que j’ai dévoré d’une seule traite !

Dans ce roman, nous suivons Fingus (je t’entends toi là-bas derrière qui chante « Fingus, fingus, fingus » sur un air publicitaire bien connu), jeune garçon qui n’est pas particulièrement bien perçu par les habitants de la ville. Pourquoi ? Peut-être parce que son grand-père était un seigneur particulièrement maléfique qui ne leur a pas facilité l’existence. Notre héros envisage de suivre ses traces et se prépare à éblouir les jurés de l’académie de magie avec un sort de nécromancie plutôt impressionnant… Mais pour cela, il lui manque encore quelques ingrédients et le monstre des douves ne fait que l’embêter. Heureusement que Polly, son amie sorcière est là pour l’aider !

À ceux qui ne se sont pas encore lancés, je ne peux que vous conseiller de lire Ariel Holzl. Il a un style bien à lui, une plume fluide et efficace, un humour noir qui fait mouche. Ce roman cible un public plus jeune que Les Sœurs Carmines et cela se ressent. L’intrigue est plus simple, l’univers et les personnages un peu moins développés (mais pas forcément moins recherchés). Ce premier tome est finalement assez introductif, malgré de nombreux rebondissements et une indiscutable originalité. J’attends de voir ce que donnera la suite. J’ai tout de même passé un bon moment de lecture, mais pas au point de le mettre dans ma liste de vingt sélectionnés. Ceci dit, je pense qu’il saura convaincre les jeunes lecteurs qui se lanceront dans l’aventure (et qui ont lu bien moins de romans jeunesse que moi, qu’on se le dise mouahaha) – en tout cas, c’est un roman que je recommande, dès 10 ans je dirais.

Fingus est un méchant pas trop méchant, un petit garçon qui a de très grandes idées et qui ne recule devant rien pour obtenir ce qu’il veut. Il m’a fait beaucoup rire tout au long de l’histoire, mais il m’a aussi touché. Il a beaucoup (trop) de fierté, mais c’est un enfant très seul, qui a réussi à se construire tout un monde et à survivre sans l’aide des habitants. Enfin, je dis ça, mais sans la famille de Polly, je ne sais pas comment il s’en serait sorti. La jeune sorcière est un personnage assez effacé de prime abord. Timide, réservée, elle laisse (presque) tout passer à Fingus. Cependant, nous découvrons sa force de caractère au fil des pages et elle évolue tout au long du roman. J’ai vraiment envie d’en découvrir plus sur elle. Les membres de sa famille sont tous des personnages drôles et attachants, mais il y a encore quelques mystères qui me chatouillent le cerveau, des choses dites par la mère qui me titillent. C’est prometteur en tout cas. Il n’y a plus qu’à patienter !

En résumé, un roman jeunesse original et efficace. Je n’aurais pas dit non à une intrigue un peu plus développée, mais elle convient parfaitement pour le public ciblé, qui ne devrait pas s’ennuyer ! J’attends pour ma part le tome 2 avec impatience, en espérant y trouver le même humour, tout autant de rebondissements mais aussi quelques réponses…

Alors, tentés ?

16/20

La bisette !

 

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

4 réflexions au sujet de “#PLIB2020 : Fingus Malister, tome 1 – Ariel Holzl.”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s