L’inconnu de la forêt – Harlan Coben.

Coucou les paupiettes !

J’ai tellement de chroniques à écrire et trop peu de temps pour le faire, mais je promets d’essayer de publier plus régulièrement dans les prochaines semaines ! Aujourd’hui, je vais vous parler de l’une de mes dernières lectures communes avec ma copine Sorbet Kiwi. Nous nous sommes attaquées au dernier roman d’Harlan Coben, publié aux éditions Belfond le 15 octobre dernier, L’inconnu de la forêt. Avant tout chose, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre !

Une lycéenne victime de harcèlement scolaire
Wilde, un enquêteur pas comme les autres
Quand elle disparaît, il est le seul à pouvoir la retrouver
Au lycée, Naomi ne connaît que la solitude et l’humiliation.
Matthew, son ami, a toujours laissé faire, mais la disparition soudaine de la jeune fille l’inquiète.
Sa grand-mère, avocate renommée et médiatisée, met sur l’affaire un certain Wilde, au profil atypique.

J’ai voulu donner une nouvelle chance à Harlan Coben, mais je dois bien admettre que L’inconnu de la forêt sera très probablement mon dernier de l’auteur. Je n’aime pas écrire des chroniques négatives (en même temps, qui aime ça ?), mais ce roman est une déception de bout en bout.

Tout commence avec la disparition d’une adolescente harcelée par ses camarades. Retrouvée rapidement, elle disparaît une seconde fois quelques jours plus tard, ainsi que le jeune homme qui la tourmentait le plus. Wilde, « l’inconnu de la forêt », mène l’enquête pour retrouver les deux adolescents, aidé par la mère de son meilleur ami décédé depuis plusieurs années. Hesther est une avocate de renom, et tout comme Wilde, elle est fort intriguée par cette affaire qui semble aller beaucoup plus loin qu’une simple disparition, impliquant notamment un sénateur en campagne pour les élections présidentielles…

Si le roman se lit assez rapidement, je n’ai pas trouvé l’ensemble particulièrement fluide, et ce pour plusieurs raisons. L’intrigue part dans tous les sens, prenant un tournant particulièrement politique dans la seconde partie, et si quelques éléments parviennent à accrocher, voire à intriguer le lecteur, ce dernier est rapidement perdu par des apartés qui n’apportent strictement rien à l’histoire et dont la plupart n’auront pas de réelle conclusion à la fin du roman. Il y a beaucoup de longueurs, de dialogues très creux, et on a souvent l’impression de tourner en rond… Tout ça pour que le dénouement arrive comme un cheveu sur la soupe, et qu’on passe complètement au-dessus. Je n’ai pas trouvé la fin satisfaisante, elle est à la fois trop simple et tirée par les cheveux. Mais surtout, concrètement, il n’y a pas de réelle résolution de l’affaire.

Impossible pour moi de m’attacher aux personnages. Ils m’ont tous agacés, ils ne sont pas assez approfondis, ils ne sont pas intéressants. C’est dur, mais les faits sont là. Hesther est probablement le personnage qui m’a le plus énervé, sa manière de parler étant tout bonnement ridicule (est-ce lié à la traduction ?) et son comportement est à la fois frustrant et incohérent. Je n’ai vu aucun intérêt à son amourette du troisième âge avec le chef de la police municipale, vraiment aucun, et sa manière de fliquer la vie sentimentale de Wilde m’a vraiment sidérée. Wilde, parlons-en. Il aurait pu être intéressant, mais Coben en a fait un personnage antipathique, qui reste dans sa bulle et dont, à la fin, nous ne savons toujours rien finalement. L’inconnu de la forêt reste un inconnu, et je n’ai jamais réussi à le cerner. Les personnages secondaires sont particulièrement superficiels, et beaucoup ne servent à rien, ou sont ridicules, ou les deux.

Je suis dure, j’en suis vraiment désolée, mais ces différents éléments combinés ont fait que j’ai plus subi ma lecture qu’autre chose. Je n’ai pas trouvé dans ce livre ce que je cherche dans un thriller. Un roman qu’on ne veut pas reposer, une intrigue captivante, complexe, qui nous pousse à la réflexion… Je suis rarement déçue par les publications de la collection Noir, mais celui-ci, vraiment, je ne saurais le recommander. Pour ma part, il sera bien vite oublié.

En résumé, la construction et l’intrigue bancale de L’inconnu de la forêt, ainsi que ses personnages détestables, ont fait de cette lecture une très grosse déception. Ma foi, c’est la vie, on passe au suivant !

Un roman d’Harlan Coben que vous avez particulièrement aimé ? Celui-ci vous intrigue-t-il ? Dites-moi tout !

La chronique de Sorbet Kiwi

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

5 réflexions au sujet de “L’inconnu de la forêt – Harlan Coben.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s