Le Petit Prince de Harlem – Mikaël Thévenot.

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui, nous allons parler d’un roman jeunesse que j’ai dévoré la semaine dernière. Publié chez Didier Jeunesse le 22 août, il fait partie des ouvrages jeunesse qui vont marquer la rentrée littéraire 2018. Le Petit Prince de Harlem a été écrit par Mikaël Thévenot, un auteur français que j’ai découvert l’an dernier avec Flow (une très chouette duologie jeunesse). Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier Netgalley et la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Des clubs de jazz aux guerres de gangs : bienvenue à Harlem.

Entre les trafics et la pauvreté ambiante, Sonny fait tout ce qu’il peut pour aider sa mère à joindre les deux bouts. Quitte à basculer dans l’illégalité…
Il n’y a que le soir que son âme s’élève, sur les toits, lorsqu’il souffle dans son saxophone et que le son pur et ensorcelant du jazz enchante sa vie.
Mais entre la rue et les toits, peut-il choisir son destin ?

couv15691955

Continuer la lecture de Le Petit Prince de Harlem – Mikaël Thévenot.

Publicités

Mazie, sainte patronne des fauchés et des assoiffés – Jami Attenberg.

Coucou les paupiettes ! 

Ça fait un petit moment que je n’ai pas publié de chronique livresque. Je vais rattraper tout ça avec un Point Culture dans les prochains jours, mais en attendant je voulais déjà vous parler d’un roman que j’ai terminé cette semaine : Mazie, sainte patronne des fauchés et des assoiffés, écrit par Jami Attenberg et publié aux éditions 10/18 en août 2017. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre !

Personnage haut en couleur, Mazie Phillips est ouvreuse au Venice, célèbre cinéma new-yorkais. Le jazz vit son âge d’or, les idylles et la consommation d’alcool – malgré la Prohibition – vont bon train, et Mazie ne se fait jamais prier pour faire la fête. Mais derrière sa bonhomie se cache une enfance difficile, et son journal intime détient ses secrets les plus insoupçonnables. Avec l’arrivée de la Grande Dépression, la vie de Mazie va basculer. Les sans-abri affluent dans le quartier, et personne ne semble pouvoir échapper à la crise. Si elle ne les aide pas, qui le fera ? Mazie décide alors d’ouvrir les portes du Venice à ceux dans le besoin et redéfinit ainsi l’identité du quartier comme de la ville entière. Plus de quatre-vingt-dix ans passent avant que son journal intime ne soit retrouvé par un documentariste en mal de sujet. À travers sa « voix », celles de ses contemporains et du documentariste se dessine la personnalité hors du commun de celle qui deviendra sainte Mazie.

couv6107190

Mazie est un livre qui se savoure. J’ai d’ailleurs mis un certain temps à le lire car j’éprouvais le besoin de faire trainer les choses, je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi.

Continuer la lecture de Mazie, sainte patronne des fauchés et des assoiffés – Jami Attenberg.

Point Culture #21 – Livres, films, séries.

Coucou les paupiettes !

Après le C’est lundi, que lisez-vous ? de ce matin, nous nous retrouvons déjà pour le traditionnel Point Culture ! Ces deux dernières semaines j’ai beaucoup lu (des romans, des mangas, des bande-dessinées).. J’ai également regardé pas mal de séries, il y a beaucoup de choses que j’aime qui ont repris et, en plus de ça, je continue de regarder les pilots de la rentrée afin de vous proposer un bilan des nouveautés la semaine prochaine. Avec tout ça, je n’ai pas eu le temps de regarder de films, mais j’ai quand même plein de choses à vous faire découvrir. C’est parti !

Livres lus.

# Re-vive l’empereur !

Maintenu en parfait état de conservation par les eaux glaciales de la mer du Nord, repêché par un chalutier, puis décongelé, Napoléon Bonaparte revient à la vie au moment des attentats djihadistes de Paris, juste à temps pour sauver le monde…

couv46120900

Après la déception qu’avait été La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la Tour Eiffel, j’avais un peu peur de me lancer dans la lecture du dernier Puértolas. Avec un résumé comme ça, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre.
Dans l’ensemble, j’ai bien aimé. L’idée de départ est intéressante et promettait un certain nombre de situations cocasses qui devraient être drôles. On retrouve la plume mordante de l’auteur et son humour politiquement incorrect (et ici, c’est le cas de le dire). Comme dans les ouvrages précédents, on retrouve également beaucoup de chapitres « à morale », qui remettent en question la société actuelle et qui nous poussent à réfléchir au monde qui nous entoure.
Si certains passages sont très bons, l’auteur a parfois été un peu trop loin à mon goût. Le roman offre quelques belles leçons de vie, d’humanité et de tolérance, mais certaines réflexions sont très limites, et Puértolas perd de vue l’essentiel en se confondant dans tout un tas de clichés particulièrement gênants.
Dans l’ensemble, j’ai passé un bon moment de lecture. Puértolas a réussi à me faire sourire avec son Napoléon accro au Coca Light. Je regrette qu’il soit parfois allé trop loin mais il s’est clairement attaqué à un sujet très difficile et ça peut très vite déraper. Selon moi, ce n’est pas un roman indispensable mais il propose une réflexion intéressante. Il faut également noter que c’est un roman original et décalé, dans la veine des précédents écrits de l’auteur et que si vous n’avez pas aimé les autres, vous n’aimerez pas celui-ci.

14/20

Continuer la lecture de Point Culture #21 – Livres, films, séries.