#PLIB2020 : Une sirène à Paris – Mathias Malzieu.

Coucou les paupiettes !

Comme je vous l’avais promis en début de semaine, je vais publier pas mal de chroniques en lien avec le PLIB 2020 dans les prochains jours (et sûrement dans les prochains mois). Alors que nous devons réduire la liste des 124 présélectionnés à seulement 20 avant le 15 novembre, j’essaye d’en lire quelques uns depuis le mois de septembre histoire de faire un premier bébé tri. Je vais aujourd’hui vous parler du dernier roman de Mathias Malzieu, Une sirène à Paris, publié aux éditions Albin Michel le 30 janvier 2019.

Juin 2016, la Seine est en crue et Gaspard Neige trouve sur les quais une sirène blessée qu’il ramène chez lui. Elle lui explique que tous les hommes qui entendent sa voix tombent amoureux d’elle et en meurent, mais, convaincu que son coeur est immunisé depuis sa rupture, Gaspard décide de la garder jusqu’au lendemain dans sa baignoire.

couv56570572
#ISBN9782226439772

Continuer la lecture de #PLIB2020 : Une sirène à Paris – Mathias Malzieu.

#PLIB2019 : Rouille – Floriane Soulas.

Coucou les paupiettes !

Je continue lentement mais sûrement mes lectures pour le PLIB 2019. Nous saurons la semaine prochaine, pendant les Oniriques, quels sont les cinq romans finalistes ! Ce fut difficile pour ma part de faire un choix parmi les 21 présélectionnés sachant que je n’ai eu le temps d’en lire que six et qu’il y en avait beaucoup qui me tentaient… De nombreuses découvertes en perspective ! Aujourd’hui je vais vous parler de Rouille, roman de science-fiction écrit par Floriane Soulas et publié en mai 2018 aux éditions Scrineo. Il me semble que c’est son premier roman !

Paris, 1897. Les plus grandes puissances européennes se sont lancées à l’assaut de la Lune et de nouveaux matériaux découverts sur le satellite envahissent peu à peu la Terre. Ces grandes avancées scientifiques révolutionnent l’industrie et la médecine, mais pas pour tout le monde. Et dans les faubourgs, loin de l’hyper-centre protégé par le dôme sous lequel vivent les puissants, le petit peuple de Paris survit tant bien que mal. Violante est une prostituée sans mémoire, ignorant jusqu’à son âge réel. Dans un monde où son désir de vérité passe après celui de ses clients et de ses patrons, la jeune fille tente de retrouver la trace de ses origines perdues. Alors qu’une vague de meurtres particulièrement horribles ensanglante la capitale, Satine, son amie et seul soutien, disparait dans d’étranges circonstances. Violante, elle, se voit offrir une porte de sortie à ce demi-monde violent qui la retient prisonnière, mais décide malgré tout de prendre part aux investigations.

CVT_Rouille_5086

#ISBN:9782367406060

Continuer la lecture de #PLIB2019 : Rouille – Floriane Soulas.

De joie coulent mes larmes – Lena Walker.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour parler du nouveau roman de Lena Walker : De joie coulent mes larmes. Publié aux éditions Michel Lafon, il sort officiellement en librairie demain, le 7 juin 2018. Je n’avais encore jamais rien lu de l’auteure, que je suis depuis un petit moment sur Twitter et dont les romans me tentent beaucoup ! Je tiens à remercier la maison d’édition et Netgalley de m’avoir permis de découvrir ce roman en avant-première. 

Juriste sans entrain dans un cabinet d’avocats, Romy Bavarois rêve depuis sa plus tendre enfance de présenter le journal télévisé de la plus grande chaîne de France. Au décès de son grand-père, elle décide sans regret de tout quitter et de s’installer chez sa grand-mère à Saint-Tropez. Acceptant un emploi saisonnier de vendeuse de soufflés tropéziens, Romy se laisse vivre jusqu’au jour où elle rencontre Jean-Luc, le médium des stars. Lui fera-t-il des révélations décisives sur son avenir ? Aura-t-elle enfin l’électrochoc qu’il lui fallait pour sortir de sa douce léthargie et prendre son destin en main ?

couv63160625

Continuer la lecture de De joie coulent mes larmes – Lena Walker.

Connaissez-vous… Hilight Tribe ?

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’un groupe de musique électro un peu particulier que j’apprécie énormément. Connaissez-vous Hilight Tribe ? Ils sont en tournée en France et dans le monde entier depuis mars dernier pour présenter leur dernier album Temple of Light.

live-hilight-tribe-web

© Crédits photo.

Hilight Tribe est un groupe de natural trance français qui a vu le jour à la fin des années 1990. Ils puisent leur inspiration dans la musique des quatre coins du monde et mêlent ainsi les sonorités d’instruments « classiques » comme la guitare, la basse ou la batterie, et celles d’instruments issus d’autres cultures tels que le djembé, le didgeridoo, les congas et autres percussions et instruments à cordes. Les cinq musiciens (Greg, Ludo, Rishnu, Roots et Seb) et leur ingénieur son (Mathias) se considèrent avant tout comme des citoyens du monde et cela se ressent dans leur musique. Celle-ci véhicule un message de paix, de partage et nous plonge dans un monde pluri-culturel où toutes les limites sont repoussées pour faire place au rêve.

Continuer la lecture de Connaissez-vous… Hilight Tribe ?

Point Culture – L’année 2016 en long, en large et en travers.

Hellooooo ! Bonne annééééée !

J’espère que vous avez passé un joyeux Noël en compagnie de vos proches et un chouette réveillon du Nouvel An. J’ai été très absente pendant ces vacances, pas du tout dans l’ambiance « fête » et donc je vous ai tristement abandonné pour me consacrer à la lecture et au rattrapage d’épisodes des (trop) nombreuses séries que je regarde. Bref. 2017 est là, est venu le temps de dresser le bilan de l’année 2016 d’un point de vue culturel (comme je l’avais fait l’an passé : L’année 2015 en long, en large et en travers).

2004

Continuer la lecture de Point Culture – L’année 2016 en long, en large et en travers.

L’exposition Barbie aux Arts Décoratifs.

Coucou !

Mon dernier séjour à Paris a coïncidé avec l’ouverture de l’exposition consacrée à Barbie aux Arts Décoratifs, et je n’ai pas pu résister, j’y suis allée (en courant, si vous voulez tout savoir).

WP_20160313_005

Je pense que je ne m’avance pas trop en disant qu’on a tous connu Barbie dans notre feu jeunesse. Barbie, c’est un monument. Barbie, c’est aussi un modèle controversé pour beaucoup de petites filles et un reflet des évolutions de la société depuis sa création, en 1959.

Les Arts Décoratifs proposent aujourd’hui la toute première exposition consacrée à la plus célèbre poupée du monde en France. Et ça vaut le détour. Ce musée est le lieu idéal pour présenter ce jouet qui a profondément marqué le XXème siècle, sachant qu’il rentre également dans les thématiques de la mode et de la publicité. Combo gagnant.

C’est une exposition très intéressante qui peut se lire de deux façons. En tant qu’adulte (ouais, maintenant je me considère comme une adulte, j’ai grandi les gars), j’ai à la fois ressenti de l’excitation face au jouet qui avait marqué mon enfance et un grand intérêt pour tout ce qu’il sous-entend et dont on ne se doute absolument pas quand on est jeune et insouciant..

Mon premier point de vue sur l’exposition est donc un point de vue enfantin. C’est magique, y a des Barbie partout, toutes les différentes Barbie de la planète, j’ai trop de chance, les copines vont être trop jalouses quand je vais leur dire ça à l’école lundi.. ! Retrouver le petit Tommy était l’apothéose de ma visite. Ou était-ce la Barbie Princesse et sa robe pailletée ? Je ne sais plus. L’enfant qui sommeille en nous est émerveillé et court presque de Barbie en Barbie en poussant des petits cris d’excitation. « Hii elle est trop jolie », « Je l’avais celle là, viens voir, viens voir ».. De vrais gamins quoi.

41nedykssql

J’avais précisément CE Tommy. TOMMYYYYYYYYYYYYY !

La première vague d’excitation passée, on pose enfin son regard d’adulte, d’historienne de l’art (ouais ok, d’étudiante en histoire de l’art) et, enfin, de femme sur l’objet qui s’offre à nous sous (presque) toutes les formes et (presque) toutes les couleurs. On analyse le phénomène de société qu’est devenu Barbie.

Elle est le reflet d’une culture et de son évolution, comme je le disais en introduction de cet article. Elle illustre les changements politiques, sociaux et culturels qui ont marqué la deuxième moitié du XXème siècle et devient alors un témoignage historique. Elle questionne les stéréotypes et la place de la femme dans la société. Une partie de l’exposition est consacrée aux métiers de Barbie. Toutes ces petites Barbie enfermées sous cloche et promettant des merveilles aux jeunes filles du monde entier. Oui, un jour, tu pourras être astronaute (en 1965, quatre ans avant Neil Armstrong !). Tu pourras aussi être Miss America si tu préfères, ou présidente des États-Unis. Tu as toutes les clés en main. Barbie a embrassé plus de 150 métiers, des plus classiques aux plus avant-gardistes, et ils sont tous représentés dans l’exposition. Si Barbie renvoie souvent l’image d’une femme active et indépendante, il faut quand même nuancer tout ça. Les premières poupées vendues ne souriaient pas et ne regardaient pas devant elle, montrant qu’elles étaient ainsi toujours soumises au jugement des hommes. C’est quelque chose que l’on retrouve également dans la photographie de mode jusqu’à la fin des années 50.

barbie-in-1959

© Mattel

Si Barbie était pleine de belles promesses, elle véhiculait aussi une image dangereuse de la femme. En effet, si Barbie était humaine, elle serait en danger de mort. Son IMC est dangereusement bas et ses courbes un tantinet exagérées. Si Barbie a été inventée par une femme, elle a également été remodelée par le regard d’un homme. Elle propose aujourd’hui un nouvel idéal féminin pas très glorieux. Un nombre grandissant de femmes ont recours à la chirurgie esthétique, aux régimes et aux séances de sport extrêmes pour tenter de ressembler à la célèbre poupée.

WP_20160313_006

Mattel semble avoir pris conscience des dangers de cette image et une petite portion de l’exposition présente des Barbie aux formes beaucoup plus proches de celles d’une vraie femme. Il a en effet été annoncé début 2016 que Barbie serait désormais déclinée en quatre morphologies et en sept couleurs différentes. Beau progrès.

Nous découvrons Barbie sous tous ses angles. L’histoire de la poupée, de la poupée de mode, sa construction, son maquillage (fait main !), son influence sur de nombreux artistes, les publicités qui lui ont été consacrées, symboles d’une nouvelle société de consommation.. Ça fait beaucoup pour une petite femme de 29 cm !

a71615f6562c7e0bce926e8a794995f7

© Vogue Paris, décembre 2014. 

La fin de l’exposition est plutôt consacrée à Barbie en tant qu’icône de mode et source d’inspiration. Barbie reflète en effet les grandes évolutions de la mode au XXe siècle, elle était un mannequin très prisé par les couturiers.. Elle a également pris les traits de plusieurs mannequins dont Twiggy, mais aussi de beaucoup de personnalités issues de la culture populaire au fil des générations, de Grease à Mad Men. Ces dernières années, elle a surtout inspiré plusieurs artistes, qui questionnent l’objectivation de la femme dans des photographies plus que troublantes..

grease-b2510_c_03_1_h-90475-resp232

© Mattel

Je vais essayer de ne pas en dire plus, même si c’est difficile. Le sujet est passionnant ! L’exposition est très bien construite, très ludique et interactive, ponctuée de plusieurs vidéos documentaires. Je vous recommande chaudement de vous y rendre. L’entrée est gratuite pour les moins de 26 ans ressortissants de l’Union Européenne. Sinon c’est pas bien cher, et ça vaut le coup. Un catalogue d’exposition (25 euros), très bien conçu, a également été mis en vente.

L’exposition se tient au musée jusqu’au 18 septembre 2016 ! Cours, vole, vas-y !

Articles bonus :

Dix choses que vous ignorez sur Barbie : ***

Rondes, petites ou grandes, que mille poupées Barbie s’épanouissent : ***

Barbie, Les Arts Décoratifs : ***

Plein de bisous ! 

5f4ab8c6483db84a29349c917b629604

A bientôt.

L’exposition Bettina Rheims, Maison européenne de la photographie.

Coucou les dindons !

Lors de mon dernier séjour à Paris je n’ai malheureusement pas eu le temps de faire grand chose à part le petit rat de bibliothèque. J’ai cependant bougé mon popotin pour faire une expo le samedi, et après mûre réflexion j’ai opté pour l’exposition consacrée à la photographe Bettina Rheims, à la Maison européenne de la photographie (entre Hôtel de Ville et Bastille pour les arrêts de métro, l’arrêt St Paul sur la ligne 1 si vous voulez vraiment tout savoir).

br01-tt-width-836-height-550-fill-1-bgcolor-000000

© Bettina Rheims

L’exposition regroupe environ 180 photographies sur trois étages, sous la forme de séries. Chaque série représente une nouvelle facette du travail de la photographe, où la femme est omniprésente. Elle revisite les codes de la féminité, elle questionne notre perception de la beauté, la notion d’identité. Si certaines séries paraissent provocantes (et elles le sont, on ressent parfois l’influence d’un certain Helmut Newton – mis à part le fait que chez Bettina Rheims, les femmes ne sont pas des objets), on constate sur chaque mur, sur chaque cimaise une grande recherche, que ce soit pour des travaux personnels ou des publicités. Elle a en effet travaillé pour plusieurs magazines de mode internationaux et des marques comme Chanel ou Lancôme.

14809788

© Bettina Rheims

L’exposition est surtout consacrée aux portraits qu’elle a pu réaliser tout au long de sa carrière. Ceux de célébrités (actrices majoritairement, vous pourrez y voir Kristin Scott Thomas, Tilda Swinton, Charlotte Rampling.. ou encore Kate Moss, Naomi Campbell, Gwen Stefani) mais aussi des portraits de détenues françaises par exemple. Cette série est une des dernières qu’elle a réalisé (en 2014 si je me souviens bien) et elle ne laisse pas de marbre. Tout comme la série réalisée autour de la question du genre (Gender Studies). Les photographies sont poignantes, chargées d’émotion, d’histoire, de vécu. Les regards de ses modèles racontent quelque chose de très fort.

La scénographie, très réussie, parvient à dégager les grandes idées de Bettina Rheims sur près de quarante ans. Les différentes séries s’articulent de façon magistrale, il est difficile de détourner le regard. Peu de mots me viennent suite à cette exposition. Je suis sortie de là un peu « sous le choc », troublée, sans mots à part « c’était trop bien ».

Si vous en avez l’occasion, courrez-y ! 

logo-maison-europeenne-de-la-photographie

L’exposition se tient à la Maison européenne de la photographie jusqu’au 27 mars 2016. Ne tardez pas si vous voulez voir le magnifique travail de cette photographe !

Bettina parle de l’exposition sur Arte : ***

WP_20160130_001

A bientôt !

Des bisous.

TAG – Extraordinary Means Tag.

Coucou les filets mignons !

Aujourd’hui je vous poste un petit article rapide, un TAG littéraire plus exactement. J’ai été nominée par Le Brocoli de Merlin (j’adore vraiment le nom de ton blog). Je dois répondre à six petites questions plutôt rigolotes et bien bien fourbes. C’est parti !

# Je renoncerais à mon abonnement internet pendant un mois pour une première édition de ce livre dédicacé par l’auteur. 

HAHA. Un mois sans internet.. Vous êtes bien drôles ! (J’aimerais bien vous y voir tiens). Il faudrait que ce soit une sacrée première édition… Je dirais donc Le seigneur des anneaux, de Tolkien.

# Je renoncerais aux pizzas pendant un an si je pouvais être assise à côté de cet auteur pendant un vol longue distance.

Renoncer aux pizzas c’est rude aussi. Je ne sais pas qui a créé ces questions à la toute base, mais il y a un petit côté sadique. Est-ce qu’on a le droit de tricher légèrement ? J’ai découvert le concept la semaine dernière, est-ce que je peux faire des pizzas sur des légumes (type courgette ou aubergine) ? C’est IMPORTANT pour moi de savoir ça. J’aime la pizza.

Et un petit deuxième, je suis inspirée haha.

Sinon c’est pas une question facile. Aucune ne l’est en soi quand on réfléchit bien mais bref, là n’est pas le sujet. Je serais tentée de répondre Fannie Flagg. Après ma lecture de Beignets de tomates vertes, je me dis qu’elle pourrait me raconter plein d’anecdotes  et d’histoires trop cool pendant 8 heures de vol, franchement ça se refuse pas.

J’aimerais bien rencontrer Jean Teulé aussi. Mais peut-être pas sur un long vol, je ne sais pas, j’hésite.

# Je me coltinerais des milliers d’heures de pub si cela assurait l’adaptation cinématographique de ce livre par Hollywood. 

Oula. Ça va faire beaucoup d’heures de pub ! Certains romans se dessinent plus facilement dans ma tête pendant mes lectures. J’avoue qu’une adaptation réussie de certaines séries de romans (ou même d’un roman tout seul) serait plutôt la bienvenue, mais j’insiste sur le « réussie », qui n’est pas souvent au rendez-vous. Les premiers qui me viennent à l’esprit sont les quatre tomes (je crois qu’il y en a quatre) écrits par Anna Godbersen (Rebelles, Rumeurs, Tricheuses et Vénéneuses), mais majoritairement pour leurs jolies robes haha (les couvertures sont sublimes et ont grandement alimenté mon imagination), même si l’intrigue est plutôt pas trop mal.

Sinon, je suis en train de lire Phobos, de Victor Dixen (je vous en parle dans le prochain point culture, promis !). Et là, c’est obligé, il y aura une adaptation cinématographique. Et si elle est réussie ce ne sera pas pour me déplaire.

# Je ne lirai jamais plus de nouveau livre si je pouvais vivre dans le monde de celui-ci.

Le Paris de Boris Vian dans L’écume des jours me tenterait bien. J’ai toujours accroché à son univers. Mais ce serait également vous mentir partiellement et ne pas admettre que je suis un cliché ambulant qui veut aussi vivre à Poudlard.

# Je laisserais volontiers mon historique Google être dévoilé publiquement si je pouvais être meilleur(e) ami(e) avec cet auteur.

Perso je n’ai rien à cacher (enfin je crois pas en tout cas) donc je le dévoile quand vous voulez ! Là, tout de suite, il n’y a pas vraiment d’auteur qui me vienne à l’esprit en plus. JK Rowling peut-être ? Comme le dit Le Brocoli de Merlin, elle a l’air marrante comme nana. Après au choix entre un auteur et un acteur, je veux que ma meilleure amie soit Melissa McCarthy. Ou Kristen Wiig. Ou les deux 😀

# Je donnerais tout ce que j’ai à Emmaüs si je pouvais sortir avec ce personnage dans la vraie vie. 

Sous la menace, je me vois contrainte d’écrire ceci : « Pas besoin, mon copain est parfait ».

Voilà, c’est déjà fini ! N’hésitez pas à répondre aux questions en commentaire si ça vous dit, sinon je nomine officiellement La Balade des Mots, La Vache Ninja, Flofrimousse et c’est déjà franchement pas mal. Avis aux intéressés 😉

A bientôt pour un nouvel article !

Des bisous !

Les 10… Expositions contemporaines de l’Été.

Adepte des vacances placées sous le signe de la culture ? Je te propose aujourd’hui ma petite sélection d’expositions qui valent le détour cet été.  Continuer la lecture de Les 10… Expositions contemporaines de l’Été.

Jean-Paul Gaultier au Grand Palais : l’expo à ne pas louper.

Je me suis rendue il y a une semaine à l’exposition « Jean-Paul Gaultier » au Grand Palais. Malgré la bonne heure et demie passée à attendre en piétinant (oui je n’ai toujours pas appris la leçon, je n’avais pas réservé sur internet), je n’ai absolument rien regretté. C’était probablement une des meilleures expositions de ma vie. Explications.

L’exposition présente des pièces créées entre 1970 et 2013, des archives, des photos, des croquis, des lettres (il y a même des lettres de renvois datant de ses débuts), des vidéos, etc. Le parcours est vraiment complet et savamment agencé (clairement, c’est du génie), allant de son enfance à ses créations plus actuelles, en passant par ses muses, ses différentes périodes et ses différents choix iconographiques.

Jean-Paul Gaultier n’était pas chaud au début, il fait partie de ceux qui pensent que le musée est un endroit où la mort se passe. Mais il a finalement accepté de relever le défi lancé par le musée des Beaux-Arts de Montréal, et ce avec brio : l’exposition est on ne peut plus vivante ! Avec la collaboration d’artistes performers et d’une équipe technique au top, on a vraiment l’impression de déambuler dans la tête du créateur de façon ludique et agréable, colorée et spectaculaire.

Jean-Paul Gaultier, the origins.

On débute l’exposition sur un côté très « autobiographie/retour aux sources » avec des photos de lui enfant, ses débuts dans le monde du prêt-à-porter, les candidatures, les refus (il a été refusé chez Dior quand il était tout jeune !), les admissions ou les renvois. On a des photos de sa grand-mère, qui a un rôle très important dans la vie du créateur ainsi que son fameux ours en peluche « Nana », son premier modèle et le premier à avoir eu la chance de porter les seins coniques (qu’on ne présente plus aujourd’hui, n’est-ce pas ?). Ce petit nounours en a vu de toutes les couleurs, dans tous les sens du terme, puisqu’il a été décoloré, maquillé, découpé par un petit Jean-Paul Gaultier de 7 ans, qui le décrit aujourd’hui comme sa « première muse ». On y voit aussi ses influences comme le film Falbalas, les comédies musicales de Broadway comme Nine, etc. Je ne vais pas non plus vous spoiler toute l’exposition, vous verrez ensuite des tenues magnifiques que le créateur compte brûler à la fin de l’exposition (oui oui, raison de plus pour ne pas la louper), toutes ses thématiques comme la marinière, le soutien-gorge conique, le punk, le tatouage, la lingerie, la danse, les icônes religieuses… et des photos de starlettes qui ont posé dans des tenues signées Jean-Paul Gaultier comme Kate Moss, Nicole Kidman, Conchita Wurst ou encore, beaucoup plus surprenant, Nirvana.

Une scénographie qui vaut le détour.

La scénographie, la mise en vue est tout simplement spectaculaire. Les salles sont sombres et très lumineuses à la fois. Les mannequins présentant les oeuvres, parce que oui, pour moi ce sont des oeuvres, sont animés. Oui oui, animés. Ils sont en plastique mais on a comme l’impression qu’un visage a été enfermé à l’intérieur. Et ce visage bouge. Parle. Chante parfois. De. la. folie. Jean-Paul Gaultier lui-même s’est prêté à l’exercice, et son visage expliquant la genèse des marinières a été enfermé dans un des mannequins. Le tout a été fait avec humour, des mannequins font des clins d’oeil, lancent des petits mots qui surprennent, le tout dans un esprit un peu Têtes à claques au niveau des mouvements du visage (qui se limitent aux yeux et à la bouche en fait).

Une des salles les plus impressionnantes : celle du défilé. Un système permet de faire tourner les mannequins en plastique, habillés sur le thème de Paris, comme si on se trouvait à un véritable défilé. Tout autour des chaises ont été installées, occupées elle-aussi par des mannequins tenant des invitations au défilé, et identifiées par des petits cartons. On y retrouve tout le fan club de Gaultier : Arielle Dombasle, Dita Von Teese, Catherine Deneuve, Beth Ditto, Rossy De Palma, Amanda Lear, Victoria Abril… Le défilé est commenté par Catherine Deneuve (par sa voix quoi).

Gaultier en a fait une exposition participative, d’autres artistes/performers ont participé, notamment sur l’installation qui se trouve dans le grand escalier. Les visiteurs montent en fait un tapis rouge, et ont l’impression de se faire photographier par des paparazzis grâce à de petits flash répétitifs venant de tous les côtés. Ce sont des petits détails mais ces petits détails font que l’exposition devient une expérience de l’environnement du couturier, toutes ces excentricités lui correspondent tout à fait, il est connu et reconnu pour la scénographie de ses propres défilés, plus fous les uns que les autres.

« Je ne suis pas un artiste, je suis un artisan de luxe »

Jean-Paul Gaultier est un créateur tourné vers l’avenir. La mode aujourd’hui est pour lui conservatrice, « chiante », et ce depuis une dizaine d’années. Le système de la mode l’ennuie. Il choisit encore lui-même ses mannequins, privilégiant la diversité, le métissage, l’ethnique, les rondeurs, la personnalité. Il est un des premiers à faire défiler des femmes plus âgées et des hommes en tenues féminines (la jupe !).

« C’est un génie », « C’est un enfant terrible ».

Le jour de ses 18 ans, encore au lycée, il est demandé à la maison Pierre Cardin. Celui-ci lui donnera sa chance, sans que Gaultier ait fait d’école. Belle revanche pour celui qui était rejeté toute son enfance par ses camarades. Son premier défilé en 1976 est un échec, mais ça ne l’empêche pas de persévérer. Il réinvente les codes, il réinvente les corps. Il prône le droit à la différence et l’originalité. Il défend également la démocratisation de la mode.

Sexy.

Adepte du recyclage, il part toujours d’une base qu’il explore, qu’il modifie, qu’il réinvente. Au début de sa carrière il est assez influencé par l’ouverture du Centre Pompidou qui « montrait des choses qu’il ne fallait pas » comme les tuyaux à l’extérieur. Gaultier va s’en inspirer pour des bijoux notamment, à partir d’ustensiles de cuisine comme des boules à thé ou des éponges gratounettes (if you know what I mean) ou des sacs à main (le sac cendrier) et même le sac poubelle !

Les vêtements militaires camouflages seront également transformés, tout comme la marinière, déclinée sous 1001 façons. Les idées semblent lui venir à tout moment et il compte bien les exploiter pendant encore longtemps.

Ses sources d’inspiration sont plurielles mais sa marque de fabrique est unique. Et elle est tamponnée partout dans cette magnifique exposition.

« Ce n’est pas une rétrospective mais un hommage joyeux »

Il s’agit d’une exposition itinérante, Paris en est la dixième étape.

N’attendez pas, réservez, allez-y (courrez-y !), elle est au Grand Palais

jusqu’au 3 août 2015.

Bonus – Jusqu’au 15 mai 2015, en Replay – « Jean-Paul Gaultier travaille » – Arte.