Gilmore Girls : A year in the life.. Alors, ce grand retour ? Bien ou bien ?

Coucou les paupiettes !

Comme beaucoup de fans de la série Gilmore Girls, série de notre adolescence, j’ai passé une partie de mon week-end à binge-watcher les quatre épisodes produits et diffusés par Netflix le 25 novembre dernier. Ces quatre épisodes représentaient l’équivalent de quatre films puisqu’ils durent chacun environ 1H30.

Ce grand retour était très attendu. Dans l’ensemble les retours étaient plutôt positifs sur Twitter, les gens sont globalement satisfaits. Vient maintenant le moment où je vais partager avec vous mon avis sur ces quatre épisodes. Vous êtes prêts ?

Trois générations de femmes Gilmore font face au changement et à la complexité des liens familiaux qui les unissent pendant une année à Stars Hollow.

Suite au visionnage des quatre épisodes, je dois avouer que je suis personnellement un peu déçue. Mon avis est plutôt mitigé. J’étais hyper contente de retrouver (presque) tous les personnages de la série originale. Ça redonne le sourire ! Petit pincement au cœur quand on revoit ces visages qui nous ont accompagné pendant plusieurs années. On avait l’impression de les avoir quitté hier et qu’ils n’avaient pas changé. Si ça parait sympa au premier abord, ce dernier point m’a un peu posé problème. En effet, en plus de dix ans, les personnages principaux ne semblent pas avoir évolué du tout. On reprend limite les choses là où on les a laissées. Mis à part l’apparition de quelques rides, rien de fou ne semble s’être déroulé dans la vie des habitants de Stars Hollow durant les dix dernières années. Comme si tout le monde avait mis sa vie en stand-by en attendant le retour de Rory. J’ai trouvé ça un peu gênant, j’en attendais quand même un peu plus à ce niveau là.

tumblr_oh8dplmajf1uxbs1uo1_500

Par rapport aux personnages, j’ai également été déçue par les apparitions beaucoup trop courtes de Sookie et Dean. Deux minutes chacun, comme un cheveu sur la soupe, juste histoire de dire coucou quoi. Je comprends que les deux acteurs sont très occupés ces derniers temps mais bon, j’aurais presque préféré qu’ils n’apparaissent pas pour le coup. C’était beaucoup trop peu, beaucoup trop court. J’ai apprécié les quelques apparitions de Jess, j’aurais apprécié qu’on explore un peu plus les choses de son côté plutôt que de celui de Logan (#TeamJess). J’ai également aimé retrouver Paris, toujours aussi agaçante mais aussi terriblement attachante. Quelques épisodes supplémentaires auraient permis de les voir tous un peu plus, de voir un peu plus en détails ce qu’ils sont devenus alors que là ils sont de simples figurants, c’est dommage.

Au-delà de ça on passe quand même un très bon moment avec ces épisodes. On retrouve tout ce qu’on aimait dans la série originale : du rire, des disputes, des réconciliations et tout un tas d’autres émotions. J’ai été particulièrement touchée par l’évolution du personnage d’Emily Gilmore (véritable héroïne de ce grand retour ?). Il y a quelques très beaux passages qui ont bien failli me faire pleurer ! Les réalisateurs ont un peu joué la carte de la facilité en réutilisant des recettes qui ont déjà très bien fonctionné par le passé mais je ne leur en veux pas, le but de ces quatre épisodes était de retrouver l’univers tant chéri de Gilmore Girls, et c’est plutôt réussi.

giphy

Pour terminer, j’aimerais revenir sur la fin (sans spoiler). Cette dernière m’a terriblement déçue. Le dernier épisode de la série originale se terminait sur une fin ouverte et j’espérais vraiment que ce grand retour nous donnerait quelques réponses. Et bien non, bien fait pour nous. On se retrouve avec une fin carrément frustrante et qui soulève 10.000 questions de plus. Quatre épisodes, c’est beaucoup trop peu. Tout va beaucoup trop vite, certaines choses auraient mérité d’être plus approfondies. Une saison entière n’aurait pas été de refus ! On en veut encore !

 Je n’ai pas envie de trop en dire parce que je ne veux pas trop en révéler. Si vous avez aimé la série originale, ce revival devrait vous plaire. Ne vous attendez pas à quelque chose de dingue, de complètement nouveau. On retrouve les mêmes schémas que dans la série originale. A mon avis, la seule raison pour laquelle j’ai vraiment apprécié de retrouver l’univers de Gilmore Girls c’est parce que je m’y suis senti comme à la maison, après de longues vacances. Rien n’a changé, tout est à sa place. Le scénario ne casse pas trois pattes à un canard mais on est heureux de retrouver tout le monde et on passe un bon moment. Je regrette tout de même le manque de recherche et le fait qu’il n’y ait que quatre épisodes ! A mon avis, j’en attendais trop.

Et vous ? Vous avez regardé les épisodes ? Vous comptez le faire ?

Des bisous !

Publicités

Point Culture #20 – Livres, films, séries.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve déjà pour le vingtième Point Culture, que le temps passe vite ! N’ayant toujours pas trouvé de travail, j’ai eu le temps de lire et voir pas mal de choses ces deux dernières semaines. C’est parti !

Livres lus.

# Incarceron.

Incarceron, une prison à nulle autre pareille : elle décide qui doit vivre… et qui doit mourir.
Rien ne peut lui échapper
Finn est prisonnier d’Incarceron, un univers pénitentiaire plein de dangers, de trahisons et de menaces. Il tente par tous les moyens de s’évader.
Claudia, la fille du directeur d’Incarceron, vit à l’Extérieur, dans un royaume figé au XVIIIe siècle. Piégée par une existence qu’elle n’a pas choisie, elle cherche à percer les mystères de la Prison.
Un jour Finn et Claudia trouvent une clé, qui permet à chacun de communiquer avec l’autre. Alors surgit un espoir, la possibilité d’échapper à un destin tout tracé dont ils ne veulent pas.

couv17243008

J’avais déjà lu des ouvrages écrits par Catherine Fisher quand j’étais plus jeune, notamment la saga de L’Oracle, que j’avais beaucoup aimé. Ça faisait un moment que je voulais lire Incarceron, je n’ai donc pas hésité à l’emprunter quand je l’ai vu à la médiathèque, et je me suis jetée dedans le soir même !
L’auteure nous immerge dans un univers riche, original mais compliqué, dans lequel on se perd facilement. Elle nous présente des personnages principaux plutôt intéressants, mais qui seront très peu développés dans le récit. On reste clairement à la surface des choses et on n’apprend jamais vraiment à connaître Finn et Claudia. J’ai donc eu beaucoup de mal à m’attacher aux personnages principaux. Les personnages secondaires ne sont pas mieux, ils m’ont exaspéré pour la plupart, bande d’égoïstes et d’opportunistes.
Malgré le fait que l’histoire prenne place dans un univers assez difficile à appréhender au premier abord, l’écriture de l’auteure reste fluide et facilement compréhensible. Il y a quelques passages un peu confus, mais ça n’a pas particulièrement gêné ma lecture. On alterne entre des chapitres consacrés à Claudia et d’autres consacrés à Finn. Les événements s’enchaînent sans heurt et le récit est bien rythmé. Incarneron est un roman intrigant, mystérieux et ce dès la lecture du résumé. Malheureusement, la lecture du livre à proprement parler n’est pas aussi excitante que prévu. Il y a beaucoup de rebondissements mais l’histoire est assez fade et très prévisible (j’avais deviné les grandes lignes du récit au bout du quatrième ou cinquième chapitre, ainsi qu’une des « révélations finales »). Il n’y a aucun suspense. De plus, on a jamais vraiment de réponse à nos questions et on ne comprend toujours pas le pourquoi du comment de cette maudite prison, alors qu’elle est vraiment au cœur du récit. Sans elle, y a pas d’histoire. Enfin bref..
C’est loin d’être un coup de cœur, je n’ai pas trouvé la fin très folichonne et je pense donc m’arrêter là et ne pas lire le second tome. C’est dommage car l’idée de départ me plaisait beaucoup, et j’en avais entendu beaucoup de bien. Une déception !

12/20 Continuer la lecture de Point Culture #20 – Livres, films, séries.

Point culture #17 – Livres, films, séries.

Coucou les paupiettes !

Je prends décidément beaucoup trop de retard dans mes points culture, c’est navrant. Je lis beaucoup, je regarde plein de choses et je n’en fous pas une derrière.. Bref. Ce point culture sera (comme le précédent) divisé en deux parties (peut-être même trois parce que là c’est chaud du bulbe). On attaque !

Livres lus.

# La Passe-Miroir : les fiancés de l’hiver (tome 1).

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

couv32782790

Je commence ce point culture par le livre choisi pour le Club de lecture du Pingouin Vert du mois de juillet, le premier tome des fiancés de l’hiver. On m’avait chaudement recommandé ce premier tome donc j’ai sauté sur l’occasion pour (ENFIN) le lire.

Continuer la lecture de Point culture #17 – Livres, films, séries.

Point culture – L’année 2015 en long, en large et en travers.

Coucou mes petites biscottes d’amour !

J’espère que vous avez passé de chouettes fêtes de Noël, que vous avez été gâtés et que je ne vous ai pas trop manqué. Je reviens aujourd’hui avec un article qui va peut-être se noyer dans la masse mais je m’en fous, il s’agit ici pour moi de faire le point sur ce que cette année 2015 représente d’un point de vue culturel, sur ce qui m’a marqué. Cet article risque peut-être d’être un peu long mais bon, c’est pas comme si vous aviez autre chose à faire ce soir que de le lire, n’est-ce pas ?

cffc555eb9ac313c672f217e1cd4c558

Top 5 musical.

Je me cantonne aux chansons sorties en 2015, sinon il me faudrait 15000 tops différents. Donc ces chansons sont celles qui ont tourné le plus dans mes oreilles cette année.

0a904e3f76b47f2d27417a47b50cef2b

#1 Synapson – Fireball.

#2 Jabberwocky – Fog (Feat Ana Zimmer).

#3 Lion Babe – Wonder Woman.

#4 Of Monsters and Men – Crystals.

#5 Major Lazer Ft DJ Snake and MO – Lean On.

Mais aussi.. Stromae – Quand c’est / Years & Years – King / Jain – Come / Twenty One Pilots – Stressed Out / Aurora – Runaway / Taylor Swift – Bad Blood /  Kygo – Stole the Show / Ed Sheeran – Photograph …

Le coup de coeur musical (hors 2015) : Fakear.

La découverte musicale (hors 2015) : Biggi Hilmars. 

Top 5 livresque.

Après plusieurs années de « vide » littéraire, l’été 2015 a été celui où je me suis  replongée dans une de mes passions depuis le plus jeune âge : la lecture. Voici un retour sur mes coups de coeur de l’année, pas forcément parus en 2015 !

#1 Phobos.

couv46218864

Chronique ici : **

#2 Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire.

9782258086449

Chronique ici : **

#3 Nymphéas Noirs.

9782258088269

Chronique ici : **

#4 Demain j’arrête !

demain-jarrete-legardinier

Chronique ici : ** 

#5 Beignets de tomates vertes.

513gougwt7l-_sx311_bo1204203200_

Chronique ici : **

Top 5 des films sortis en 2015.

D’un point de vue financier, l’année 2015 n’a pas été particulièrement bonne. Je n’ai donc pas pu me rendre souvent au cinéma et j’ai donc majoritairement visionné des films depuis mon lit. Parmi les quelques uns que j’ai pu voir, voici mon top 5.

#1 What we do in the shadows.

shadow5

Chronique ici : **

#2 Vice-Versa.

Capture d’écran 2015-12-31 à 15.40.01

Chronique ici : **

#3 The Voices.

voices

Chronique ici : **

#4 Kingsman : Services secrets.

kingsman-the-secret-service-sequel-already-in-the-works-at-fox-the-kingsman-the-sec-579076

#5 Spy.

spy-new-header-front-main-stage

Chronique ici : **

Mais aussi (tout confondu) : Big Hero 6 / Whiplash / Song of the Sea / Adaline / Still Alice / The Breakfast Club …

Et les flops ? Charlie Mortdecai / Laggies / Chappie / Frequencies sont les premiers à me venir à l’esprit… 

Top 5 séries.

L’année 2015 a été riche en séries, comme d’habitude, voici celles qui m’ont le plu marqué cette année !

#1 Doctor Who.

agzvdaw

Chronique ici : **

#2 UnREAL.

unreal2

Chronique ici : **

#3 Please like me.

pleaselikemecomplete

Chronique ici : **

#4 Quantico.

quantico-1

Chronique ici : **

#5 Empire.

1631421507255

Chronique ici : **

Mais aussi … iZombie / Fresh Off the Boat / Mr Selfridge / Unbreakable Kimmy Schmidt …

L’exposition de l’année : Jean-Paul Gaultier au Grand Palais.

images

Voilà pour mon bilan culturel personnel ! J’espère que pour vous aussi cette année a été riche en découvertes. En tout cas, pouvoir continuer à découvrir autant de choses fait partie de mes objectifs, de mes envies pour 2016 (entre autres), et les partager avec vous me fera toujours autant plaisir !

Bonne année 2016 à tous, profitez bien de votre soirée !

A l’année prochaine !

7a5df87940fbd13187da15152e965c6f

Des bisous.

Point Culture – Livres, films, séries #3

Hello ! 

Voici (enfin) le troisième point culture que je vous promets depuis.. Deux semaines ? Shame on me. Avec le boulot, la reprise des cours et quelques soucis personnels (j’ai perdu/on m’a volé mon portefeuille avec toute ma misérable vie à l’intérieur.. Permis, carte d’identité, carte vitale, ma carte de la Mie Câline, mes réducs Subway, ma carte Gaumont, mes 40 centimes, ma carte étudiante.. Tu te rends compte ? TU TE RENDS COMPTE ?).

Bref, je cours partout depuis le début de la semaine, c’est génial.

J’ai quand même eu le temps de regarder quelques films, de lire quelques romans et de commencer (et de finir, pour la plupart) quelques séries :

Livres lus.

# Le lièvre de Vatanen.

Vatanen est journaliste à Helsinki. Alors qu’il revient de la campagne, un dimanche soir de juin, avec un ami, ce dernier heurte un lièvre sur la route. Vatanen descend de voiture et s’enfonce dans les fourrés. Il récupère le lièvre blessé, lui fabrique une grossière attelle et s’enfonce délibérément dans la nature.

Il s’agit de ma toute première lecture d’Arto Paasilinna. On suit les aventures d’un journaliste visiblement déprimé qui adopte un lièvre. Et qui part à l’aventure avec son lièvre. En Finlande. Voilà. Chaque chapitre décrit une de leurs aventures, une de leurs rencontres, et chaque petite aventure, malgré un ton souvent léger, dénonce quelque chose, nous amène à réfléchir sur notre façon de vivre. Le livre se lit rapidement et est, selon moi, vraiment accessible à tous. Il faut cependant apprécier le petit côté décalé qu’ont souvent les auteurs des pays nordiques et des histoires qui n’ont parfois ni queue ni tête !

Du même auteur je suis tentée par La forêt des renards pendus, je vous dirai ce que j’en ai pensé quand j’arriverais à mettre la main dessus !

15/20.

# Complètement cramé !

Lassé d’un monde dans lequel il ne trouve plus sa place, privé de ceux qu’il aime et qui disparaissent un à un, Andrew Blake décide de quitter la direction de sa petite entreprise pour se faire engager comme majordome en France, le pays où il avait rencontré sa femme.
En débarquant au domaine de Beauvillier, où personne ne sait qui il est réellement, il espère marcher sur les traces de son passé. Pourtant, rencontres et situations hors de contrôle vont en décider autrement… Entre Nathalie, sa patronne veuve aux étranges emplois du temps, Odile, la cuisinière et ses problèmes explosifs, Manon, jeune femme de ménage perdue et Philippe, le régisseur bien frappé qui vit au fond du parc, Andrew ne va plus avoir le choix. Lui qui cherchait un moyen d’en finir va être obligé de tout recommencer…

J’avais adoré Demain j’arrête, du même auteur. Je me suis lancée dans la lecture de ce roman avec assez peu d’attentes, mais en pensant retrouver ce petit quelque chose qui fait que j’avais adoré le précédent. Bref. Le roman est bien, mais sans plus. J’ai eu plus de mal à entrer dans l’histoire, à m’intéresser aux personnages, à m’y attacher (question de génération peut-être ?). J’ai trouvé certains dialogues beaucoup moins naturels, la fin un peu trop facile et un peu trop rapide. J’ai tout de même passé un bon moment à le lire, certains passages ont réussi à m’arracher un sourire, voire un petit rire. Le contenu reste simple et facile à appréhender. Une lecture agréable donc, accessible à tous, mais pas de coup de coeur de mon côté.

13/20.

# Gouverneurs de la rosée. 

Bien-Aimé et Délira, un vieux couple de haïtiens, attend depuis 15 ans son fils Manuel parti chercher du travail à Cuba. A son retour, celui-ci découvre son village divisé par d’anciennes querelles et une terre aride et désolée. L’amour qu’il porte à la belle Annaïse suscite des jalousies. Avec courage et obstination, il part à la recherche d’une source ; il finit par trouver l’eau et tente alors de réconcilier les deux clans rivaux ; au moment d’y parvenir survient un drame terrible…

Pas facile facile celui-là ! J’ai eu beaucoup de mal au début, l’écriture de l’auteur est vraiment difficile à dompter. Le contenu n’en reste pas moins très fort, émouvant et humain. Il s’agit vraiment là d’une belle leçon d’humanité. Bien que ce soit un très beau roman, le livre ne rentrera cependant pas dans la liste de mes coups de coeur personnels. J’ai trouvé la lecture difficile et redondante, lourde, à plusieurs passages (l’auteur écrit comme il parle je pense, et ce à la manière haïtienne). Il est relativement court (200 pages environ, selon l’édition) mais personnellement, j’ai mis une semaine à le lire, d’une part à cause de l’écriture (ça vous l’avez compris, c’est bon) et parce qu’en conséquence, je n’arrivais pas à rentrer dans le truc. Je ne voyais pas vers où ils allaient avec tout ça. Passée la moitié, l’histoire devient plus intéressante. Ce n’est pas un livre que je conseillerais à tout le monde, beaucoup abandonneraient avant la dixième page je pense haha.

13/20.

# La ferme des animaux.

Un beau jour, dans une ferme anglaise, les animaux décident de prendre le contrôle et chassent leur propriétaire. Les cochons dirigent la ferme comme une mini société et bientôt des lois sont établies proscrivant de près ou de loin tout ce qui pourrait ressembler ou faire agir les animaux comme des humains. De fil en aiguille, ce microcosme évolue jusqu’à ce qu’on puisse lire parmi les commandements :  » Tous les animaux sont égaux, mais (il semble que cela ait été rajouté) il y en a qui le sont plus que d’autres. « 

Voici une lecture que l’on peut qualifier de marquante. Apparemment c’est un livre que beaucoup ont dû lire pour l’école. Ça n’a jamais été mon cas, du coup je me suis dit « Allez, pourquoi pas ! », le résumé me plaisait bien.

C’est un petit livre de 150 pages qui se lit vraiment très très vite et très facilement. L’écriture d’Orwell est vraiment fluide et agréable, prenante. En ce qui concerne le contenu, le rapprochement entre les événements « imaginaires » et des faits réels se fait très rapidement. Orwell dresse une critique du totalitarisme assez saisissante. Beaucoup d’extraits m’ont rappelé mes cours d’histoire du lycée sur le régime de Staline. Le roman est bien construit et la morale est vraiment intéressante (et dérangeante par la même occasion). Je conseille ce petit livre à tout le monde, le fond est très éducatif.

16/20.

Films vus.

# The age of Adaline.

Après un accident qui aurait dû lui être fatal, la belle Adaline cesse de vieillir. Aujourd’hui, bien qu’ayant vécu près de huit décennies, elle est toujours âgée de 29 ans. Après avoir mené une existence solitaire afin de ne jamais révéler son secret, une rencontre fortuite avec le philanthrope et charismatique Ellis Jones, va raviver sa passion de la vie et de l’amour.

Ça y est, j’ai enfin vu The age of Adaline. Et je vous avoue que je n’ai pas été déçue ! Je n’ai pas vu le temps passer devant ce très beau film. Je suis très impressionnée par le jeu de Blake Lively, que je n’avais vu que dans Gossip Girl et Quatre filles et un jean (autant dire que c’était pas du grand art). Elle réussit haut la main à incarner une femme de 107 ans dans le corps d’une femme de 29, dans sa façon de parler, dans sa façon de s’habiller (enfin ça, en soi, c’est pas elle qui l’a décidé) et dans sa façon de se déplacer. C’est impressionnant. Elle nous embarque dans cette histoire d’amour impossible, émouvante et tellement juste, bien qu’un peu prévisible. Elle est entourée par des personnages secondaires exceptionnels. La mise en scène est magnifique, les effets spéciaux utilisés, notamment sur la scène de son accident au tout début du film, sont magiques. La seule critique que je pourrais éventuellement émettre concerne le trop peu de flash-backs. La nana elle a vécu plus de cent ans, je pense qu’elle a vécu pas mal de trucs intéressants à montrer.

En tout cas, je le recommande vraiment ! C’est un film à voir absolument selon moi et devant lequel on passe un joli moment.

17/20 

# Still Alice.

Mariée, heureuse et mère de trois grands enfants, Alice Howland est un professeur de linguistique renommé. Mais lorsqu’elle commence à oublier ses mots et qu’on lui diagnostique les premiers signes de la maladie d’Alzheimer, les liens entre Alice et sa famille sont mis à rude épreuve. Effrayant, bouleversant, son combat pour rester elle-même est une magnifique source d’inspiration.

Still Alice est un très beau film, très émouvant mais aussi très dur. On y voit la lente descente aux enfers d’une femme qui avait tout réussi dans sa vie : un métier qui la passionne, une renommée internationale, un mariage réussi, trois enfants.. Atteinte de la maladie d’Alzheimer alors qu’elle n’a que 50 ans, elle essaye d’appréhender sa maladie et son évolution du mieux qu’elle peut, on la voit lutter pour conserver ses souvenirs. On y voit le soutien apporté par sa famille, leurs peurs, leurs souffrances. Il y a vraiment quelques passages très émouvants, très durs aussi. J’avoue avoir versé ma petite larme. Julianne Moore est vraiment impressionnante. Certains acteurs secondaires sont malheureusement trop effacés. Le film n’en reste pas moins percutant et beau, humain. A voir !

16/20

# Frequencies.

Dès l’instant où Zak pose son regard sur Marie, il sait qu’il veut pour toujours demeurer auprès d’elle. Son rêve ne pourra malheureusement pas se concrétiser. Étant de basse fréquence et elle de très haute, ils ne peuvent se fréquenter qu’en raison d’une minute par année. Les années passent et Zac tente par diverses expérimentations de transformer sa fréquence. Lorsqu’il y arrive enfin, il remarque que le grand ordre des choses commence dramatiquement à s’effondrer autour de lui.

Frequencies est un film de science-fiction relativement peu connu qui est apparu dans mon fil Popcorn Time. Par curiosité, je me suis lancée ! Et j’ai détesté. Honnêtement je n’ai absolument rien compris, ils sont partis très très loin dans un délire scientifique avec des mots incompréhensibles. On ne comprend pas la fin. Du tout. Je n’ai pas du tout accroché aux personnages. J’ai trouvé le film plat, sans intérêt, trop compliqué. Bref, je ne le conseille à personne.

7/20.

# American Ultra. 

C’est l’histoire de Mike Howell, jeune homme sans ambition et vivant avec sa petite amie Phoebe une vie paisible.  Celle-ci se retrouve soudainement chamboulée quand, à sa grande surprise, il réalise qu’il est en fait un agent dormant surentrainé dont la mémoire a été effacée. En un clin d’œil, son passé refait surface et Mike se retrouve au milieu d’une opération gouvernementale visant à l’éliminer. Il va alors devoir faire appel à ses capacités insoupçonnées d’agent secret pour survivre.

J’ai profité des contre-marques BNP que j’avais gagné sur Facebook pour aller voir American Ultra, dont j’avais entendu beaucoup de bien. Le film est en effet plutôt original, drôle et touchant. Il y a un petit côté absurde qui ressort par moments. Jesse Eisenberg est un vraiment un acteur dont je ne suis jamais déçue, et Kristen Stewart est encore une fois plutôt bonne.

J’émets cependant quelques réserves. Tout d’abord j’ai dû voir le film en VF, ce qui, comme d’habitude, m’a énormément dérangé. Les dialogues ne laissent transparaitre aucune émotion, ce qui nous laisse vraiment sur notre faim. Je m’attendais également à « plus », je ne sais pas trop quoi mais il manque quelque chose. Je pensais également qu’il y aurait plus de scènes d’action. Mais mis à part la scène avec les feux d’artifices (géniale), il n’y a pas grand chose qui vaille la peine de le voir au cinéma. Attendez donc patiemment de pouvoir le voir en streaming, il vaut la peine d’être vu, mais pas tant que ça.

14/20. 

# Spy.

Susan Cooper est une modeste et discrète analyste au siège de la CIA. Héroïne méconnue, elle assiste à distance l’un des meilleurs espions de l’agence, Bradley Fine, dans ses missions les plus périlleuses. Lorsque Fine disparaît et que la couverture d’un autre agent est compromise, Susan se porte volontaire pour infiltrer le redoutable univers des marchands d’armes et tenter d’éviter une attaque nucléaire…

Je vous ai déjà parlé de mon amour pour l’actrice Melissa McCarthy, c’est donc tout à fait logiquement que quand ce film a fait son apparition dans mon fil d’actualité je me suis ruée dessus. J’avais déjà vu la bande-annonce auparavant, j’avais vraiment hâte de le voir.

Honnêtement, j’ai beaucoup aimé ce que j’ai vu, mais je ne m’attendais pas du tout à ça ! Je m’attendais à une comédie potache et je me suis retrouvée avec un film avec de vraies scènes d’action vraiment badass. Ça donne une truc vraiment surprenant. Le casting est au rendez-vous, on a une belle brochette d’acteurs et d’actrices. Point bonus pour Jason Statham qui est vraiment tordant et pour Rose Byrne, qui n’a pas sa langue dans sa poche. Ce film met vraiment de bonne humeur, il est plein d’énergie, d’humour et de rebondissements. Susan est très attachante. Vraiment, tous les ingrédients sont là pour passer une bonne soirée ! C’est un petit coup de coeur pour ma part. Essayez de ne pas vous étouffer sur le pop corn !

16/20.

Point séries.

# Arrested Development.

Veuf avec un fils de 13 ans, Michael est parti s’installer en Arizona pour débuter une nouvelle vie loin de sa riche famille. En apprenant l’arrestation de son père suite à des magouilles financières, Michael est contraint de rentrer auprès des siens.

J’avais commencé la série il y a quelques années pour finalement l’abandonner (à deux reprises), pour je ne sais plus quelles raisons. J’étais jeune, que voulez vous ! Je pense que c’était peut-être dû à la façon dont c’est filmé. Façon reportage un peu, vous voyez ? Bref, j’ai repris tout ça la semaine dernière et depuis j’enchaine les épisodes les uns à la suite des autres. Chaque épisode est plus barré que le précédent, ça part dans tous les sens. Le casting est excellent, tous les acteurs sont hilarants, chacun à leur façon.

La série avait été interrompue au bout de trois saisons, avant d’être renouvelée en 2013 (presque 8 ans après quand même) – je précise que je n’ai pas encore vu cette saison, mais au vu du casting je ne me fais pas de soucis. Et pour les plus grands fans, elle a été renouvelée pour une saison 5 qui devrait être diffusée l’année prochaine !

Le contenu reste quand même très décalé, il faut aimer. Et il faut absolument la regarder en VO !

15/20.

# iZombie.

Olivia Moore, surnommée Liv, une étudiante transformée en zombie lors d’une soirée qui a très mal tourné, travaille en tant que médecin légiste afin de pouvoir profiter du festin que représentent pour elle les cervelles des défunts. A chaque bouchée, elle hérite des souvenirs de la personne. Cherchant désespérément un sens à sa vie, elle se rend compte qu’avec l’aide du détective Clive Babinaux, elle peut résoudre les affaires de meurtres et calmer ainsi les voix qui la tourmentent dans sa tête…

A force d’en entendre parler partout, je me suis dit qu’il fallait que je passe au-dessus de ma phobie des zombies pour regarder ce qui se révèle être une des meilleures séries de cette rentrée pour moi (même si c’est pas une série de la rentrée).

On retrouve le duo homme/femme un peu classique de nos jours, là dedans il n’y a aucune originalité. Je n’ai pas d’avis particulier sur le flic d’ailleurs. Après ça se complique un peu haha. J’aime beaucoup la façon dont les choses ont été tournées et le fait que Liv prenne les traits de caractère des personnes dont elle mange les cerveaux. Ça rajoute une certaine subtilité au personnage.

En bref, la série est un condensé d’émotions très différentes, une déconstruction des clichés véhiculés dans chaque film de zombie et un moment très plaisant à passer, seul ou accompagné. J’ai hâte de voir la prochaine saison !

(Par contre, je hais le générique, je le trouve nul nul nul !)

15/20.

# Wet Hot American Summer.

Grand besoin de changer d’air ? Ça tombe à pic, le mythique camp Firewood vient d’ouvrir ses portes. Entre rivalités, secrets qui n’en sont plus, débauche d’hormones et coeurs brisés, passez un été 1981 inoubliable !

Cette série est le préquel d’un film sorti en 2001 il me semble (et que je n’ai pas encore vu, ça viendra très vite). C’est probablement LA série WTF de l’année, répartie sur huit épisodes de 30 minutes, tous plus déjantés les uns que les autres. C’est vraiment particulier, beaucoup ne passeront pas le premier épisode je pense. Et pourtant, si vous saviez ! La probabilité de voir autant d’aussi grands (et bons) acteurs dans une série était très faible. La probabilité de les voir jouer des jeunes adolescents aussi d’ailleurs haha. Ils y vont à fond et c’est ça qui est bon. Le fil rouge de la série est tout aussi barré que le reste, bien qu’il y ait quand même une certaine logique (ou pas).

Si vous n’êtes pas fan de ce genre d’humour un peu décalé, passez votre chemin. Vous n’allez pas comprendre ce qu’il se passe et vous allez juste vous ennuyez à mourir. Pour les autres, FONCEZ ! Saisissez l’incompréhension et surfez dessus, vous verrez, c’est super rigolo.

17/20.

# UnREAL.

Les coulisses d’une émission de dating à travers les yeux d’une jeune productrice dont la mission est de manipuler les candidats afin d’obtenir les rebondissements dramatiques nécessaires à la vitalité du programme…

Addictif ! J’ai regardé toute la première saison en moins de 24h. Dans cette série on découvre les dessous d’une télé-réalité type bachelor : la manipulation, la perversité des producteurs, les non-dits et leurs conséquences. C’est une série très audacieuse je trouve, qui mérite d’être regardée. Vous allez probablement vous surprendre à détester tous les personnages. Bon, ok, vous allez peut-être en prendre un ou deux en pitié. Mais globalement vous allez adorer détester tous les autres. Une chose est sûre, on ne s’ennuie pas ! J’ai hâte de voir ce qu’ils nous réservent pour la deuxième saison. 

16/20.

Sinon j’ai terminé : Devious Maids (Saison 3, renouvelée ?). 

Et j’ai repris : Awkward (Saison 5), Faking it (Saison 2B), Doctor Who (Saison 9). 

Voilà ! C’est tout pour ce troisième point culture. Je ne sais pas si je vais continuer à les publier le dimanche, je me tâte. En même temps avec les semaines que j’ai.. Je verrais bien. Ou alors ce sera une semaine sur deux. Vous le saurez bien assez vite !

J’espère vous avoir donné envie de regarder ou de lire de nouvelles choses !

A bientôt 🙂

Point culture – Livres, films, séries #1

Hellooooooooo ! Trop d’enthousiasme ? Pardon.

Vous l’aurez compris, mon blog est assez orienté culture. J’ai décidé de créer cette nouvelle rubrique, tant pour vous que pour moi, où j’essaierai (une fois par semaine ? Trop d’utopie ?) de faire le point sur mes lectures, sur les films que j’ai vu, sur les séries terminées ou commencées. Une sorte de journal pas intime de mes ressentis face à toutes ces nouvelles choses. Une façon de partager avec vous mes petites découvertes. D’en parler avec vous. De savoir ce que vous me conseillerez, etc etc etc. T’as compris le principe quoi.

Nous sommes donc le… Je cherche mon calendrier quelque part… Le 13 août ! Je vais me baser sur les treize derniers jours, pour faire simple (ça va être long). Et c’est parti !

Livres lus. 

# L’analphabète qui savait compter, Jonas Jonasson.

Née à Soweto pendant l’apartheid, Nombeko Mayeki commence à travailler à cinq ans, devient orpheline à dix et est renversée par une voiture à quinze. Tout semble la vouer à mener une existence de dur labeur et à mourir dans l’indifférence générale. Mais c’est sous-estimer le destin… et le fait qu’elle est une analphabète qui sait compter – deux facteurs qui la conduisent loin de l’Afrique du Sud et la font naviguer dans les hautes sphères de la politique internationale. Durant son périple, elle rencontre des personnages hauts en couleur, dont deux frères physiquement identiques et pourtant très différents. Nombeko réussit à se mettre à dos les services secrets les plus redoutés au monde et se retrouve enfermée dans un camion de pommes de terre. C’est à ce moment-là que l’humanité est menacée.

Après avoir lu « Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire », je me suis laissée tenter par le dernier roman du même auteur. J’avais adoré sa façon d’écrire, ses personnages et ses anecdotes dans le premier. J’ai quasiment tout détesté dans le second.

Beaucoup d’éléments sont très redondants par rapport au premier livre, notamment cette histoire de bombe nucléaire, de fuite, de rencontres avec des chefs d’États, etc.  Sauf que contrairement au premier, les passages traitant de politique sont assez inutiles au développement de l’histoire et ne sont pas drôles. J’ai eu beaucoup de mal à m’attacher aux différents personnages, que j’ai trouvé assez fades. Certains étaient complètement débiles, je pense notamment à Holger 1 (être aussi con c’est vraiment pas donné à tout le monde) et sa copine. J’ai trouvé Nombeko assez condescendante.. Enfin bref, rien de folichon quoi. Une lecture que je ne recommande à personne (contrairement au Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire !). J’ai vraiment dû m’accrocher et j’ai failli abandonner à de multiples reprises.

10/20

# Moi, j’attends de voir passer un pingouin, Geneviève Brisac.

Un livre, c’est d’abord une voix. Ici, celle d’une femme qui tient chronique des jours qui passent en songeant, comme le faisait Gauguin, qu’on se fout de la réalité. De toute manière, la vie est si pleine de choses redoutables.
Surgissent une femme de ménage – Céleste – qui porte le même prénom que celle de Marcel Proust, un fils rebelle, un lapin nain nommé Grateful, un rat frileux, des buffles, un chat impossible à abandonner, sans oublier Flush, le seul épagneul immortalisé par Virginia Woolf.
Et ce n’est plus un livre mais une fable urbaine et légendaire, où bouillonne notre condition humaine.

Je cherchais un petit livre, à lire assez rapidement puisque je devais recevoir « Demain j’arrête » par la poste le lendemain. J’avais celui ci dans ma PAL. Je ne connais pas vraiment le travail de Geneviève Brisac, voire pas du tout d’ailleurs. Je m’attendais à quelque chose de très décalé en lisant la quatrième de couverture.. Et en fait non. C’est assez particulier, j’avoue avoir lu certains passages en diagonale parce qu’ils trainaient en longueur. Il n’y a pas vraiment d’histoire ou de fil conducteur, il s’agit vraiment d’un voyage dans l’imagination de l’auteure, un récit un peu autobiographique qui se veut original. Le résultat n’est pas très réussi selon moi, mais j’ai quand même apprécié certains chapitres. Je ne sais pas si je tenterai autre chose de Geneviève Brisac par contre. A voir.

12/20

# Demain j’arrête, Gilles Legardinier.

Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides.
Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu’elle n’a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier… Mais tout cela n’est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu’elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret.
Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu’à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons- nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?

A force de flâner de bibliothèques en bibliothèques sur Livraddict et d’y voir ce roman partout, j’ai décidé qu’il fallait peut-être que je revienne sur ma décision et que je le lise. Je venais de me créer un compte sur latornade.fr, j’avais des points, il était là, je l’ai commandé, bref, une bonne chose de faite. Je l’ai reçu quelques jours après, je l’ai commencé en début de soirée et je ne l’ai plus lâché. Je l’ai lu d’une traite et je ne regrette rien. Je suis très contente de ne pas être passée à côté de quelque chose. On entre facilement et très rapidement dans l’histoire, les personnages sont originaux et attachants. Julie a réussi à me faire sourire plus d’une fois avec ses raisonnements foireux qui me correspondent tellement ! Après les deux autres romans lus au début du mois, celui-ci est apparu comme providentiel haha. En tout cas il est tout à fait sympathique et accessible. Idéal à lire sur la plage ou dans les transports en commun.

15/20

Films vus.

# Plastic

Plastic est inspiré d’une histoire vraie, celle d’un groupe d’amis qui a réussi à infiltrer l’une des plus grandes entreprises de cartes de crédit dans le Monde. Ils vont réaliser un hold-up spectaculaire.

Pas mal du tout ! Je ne m’attendais pas trop à ça, mais le casting est là, les acteurs sont (globalement) bons. L’histoire tient la route (et encore heureux pour une histoire vraie). Ce n’est pas trop surjoué, ce qui est une bonne chose pour ce genre de films. On perçoit vraiment les faiblesses de chacun des personnages ainsi que leurs avantages, leurs points forts. A regarder seul ou entre amis !

14/20

# The Riot Club

Le Riot Club est réservé à l’élite de la nation. Ce cercle très secret d’Oxford fait de la débauche et de l’excès son modèle depuis 3 siècles. Miles et Alistair, deux étudiants en première année, ne reculeront devant rien pour avoir l’honneur d’en faire partie…

Un joli casting, une immense déception. La bande annonce diffusée l’année dernière m’avait vraiment donné envie, je suis vraiment tombée de haut. Globalement, on nous étale au visage des enfants pourris gâtés qui mériteraient clairement d’être remis à leur place et d’ouvrir les yeux sur le monde d’aujourd’hui. Le film est vraiment creux, les personnages sont majoritairement des cons, qui jouent particulièrement mal d’ailleurs (ou trop bien je ne sais pas, c’est confus). A la fin du film j’étais vraiment énervée, j’ai perdu presque deux heures de ma vie à regarder cette ode à la violence gratuite et à une vision de la hiérarchie sociale plus que navrante. Je ne le conseille vraiment à personne. (Rien que d’en parler ça m’énerve encore)

8/20

# The Duff

En dernière année au lycée, une jeune fille apprend qu’elle a été désignée « grosse fille moche » de son groupe d’amies. Passé le choc, elle décide de renverser les filles responsables de cette infamie.

J’avais envie de passer une soirée devant des films d’un niveau intellectuel peu élevé (ça nous arrive tous un jour) et une copine m’a « conseillé » de regarder celui-ci. J’ai passé un plutôt bon moment. C’est le teen-movie de base, avec peut-être un petit truc en plus. En tout cas pour une soirée entre copines, ça le fait !

14/20

# Hot pursuit

Une policière un peu coincée et particulièrement attachée à la procédure tente de protéger la veuve sexy et décomplexée d’un caïd de la drogue. Les deux femmes se lancent dans une cavale à travers le Texas, avec des flics corrompus et de redoutables tueurs à leurs trousses.

Les films de flics avec des nanas aux commandes sont de plus en plus nombreux ces derniers temps. Avec le copain on s’est laissés tenter par ce film qui apparaissait dans les nouveautés. Sofia Vergara, que je connais peu en dehors de Modern Family, et Reese Witherspoon forment un duo attachant et par moments hilarant ! J’ai passé un très bon moment, pas de prise de tête possible.

14/20

# Unfinished Business

Alors que le directeur d’une petite entreprise est sur le point de signer avec ses deux associés un accord en Europe qui changera la face de sa société, le voyage tournera au désastre…

Je trouve le résumé Allociné un peu « dramatique ». J’ai passé un bon moment devant ce film, pas extraordinaire mais sympathique. On découvre une nouvelle facette de Dave Franco (il ne cessera jamais de me surprendre), un Vince Vaughn assez classique et un Tom Wilkinson adorable, comme d’habitude. Un trio particulier pour un film sans grandes prétentions. A voir. Ou pas. ça ne changera pas votre existence !

13/20

# Kick-Ass 2

Kick-Ass, Hit Girl et Red Mist sont de retour pour le second volet de l’irrévérencieux pastiche de film de super-héros Kick-Ass 2. L’audace insensée de Kick-Ass a inspiré une pléthore de vengeurs masqués autodidactes, le Colonel Stars & Stripes en tête, auxquels notre héros va s’allier pour patrouiller les rues de la ville et assurer la sécurité générale. Mais quand Red Mist, réincarné en Mother F%&*^r, décide de s’attaquer à ces super-héros amateurs, seuls les sabres acérés de Hit Girl sauront les sauver de la destruction.

Il était grand temps que je le regarde. C’est fait. Rien de transcendant, j’ai rigolé un peu. Pas plus. Jim Carrey m’a surprise. Mais pas trop. Je n’ai rien vu de fou. Je ne sais pas si j’ai préféré le premier, je pense qu’ils sont à peu près du même niveau. Enfin en tout cas, il y a pas de quoi faire péter le champagne.

12/20

# A Little Chaos

Artiste aussi douée que volontaire, Sabine De Barra conçoit de merveilleux jardins. En 1682, son talent lui vaut d’être invitée à la cour de Louis XIV, où le célèbre paysagiste du roi, André Le Nôtre, fasciné par l’originalité et l’audace de la jeune femme, la choisit pour réaliser le bosquet des Rocailles. La jeune femme défie les barrières sociales et celles liées à son sexe ; elle noue même une surprenante relation avec le roi et gagne la confiance du frère du souverain, Philippe. Au-delà des interdits et des passions, au coeur d’une cour sur laquelle le monde entier a les yeux rivés, Sabine et Le Nôtre vont tout donner pour porter le rêve de leur vie malgré les obstacles…

Yes. Alan Rickman (et sa voiiiiiiix), Kate Winslet et Stanley Tucci dans un même film c’est un combo gagnant. Forcément. Les acteurs sont parfaits, l’histoire (je ne crois pas que ce soit tiré d’une histoire vraie, à creuser) est belle, touchante. L’époque et le cadre sont idylliques.  Certains plans sont à tomber par terre tellement ils sont poétiques. Bref, vous l’aurez compris, j’ai adoré ce film ! A voir et à revoir !

17/20

# The Nut Job

Surly est un écureuil malin et ingénieux. A peine débarqué en ville, il repère un magasin de noix avec un stock suffisant pour nourrir tous les animaux de la forêt pendant l’hiver. Mais pour pénétrer cette forteresse, il va avoir besoin d’aide. Assisté de ses amis, il va mettre au point un plan rocambolesque pour organiser le vol du siècle. Evidemment, rien ne va se passer comme prévu…

Le dessin animé de la semaine ! Une pâle copie de « Nos voisins les hommes », sorti il y a quelques années. Rien de transcendant. Si vous voulez voir un dessin animé avec des écureuils qui cherchent des noix, vraiment, préférez lui « Nos voisins les hommes ».

12/20

# The Cobbler

Max Simkin est un cordonnier solitaire, légèrement malheureux, qui découvre une machine magique lui permettant, s’il chausse les chaussures de ses clients, de leur ressembler trait pour trait.

Steve Buscemi ❤ ! Voilà, ça c’est fait. On découvre dans ce film un Adam Sandler un peu particulier, plus déprimant que d’habitude haha. Et une histoire, certes un peu tirée par les cheveux, mais assez originale. Le film est assez sympathique et surprenant. J’ai passé un très bon moment. Même si on ne voit pas assez Steve à mon goût.

14/20

# Tammy

Tammy, fraichement licenciée d’un fast food, rentre chez elle pour y trouver son mari en train de flirter avec la voisine. Prenant ses cliques et ses claques, elle part séjourner chez ses parents et entreprend un voyage vers les chutes du Niagara avec sa grand-mère alcoolique. Tammy se retrouve alors babysitter malgré elle…

Un résumé encore un peu approximatif mais bon. Melissa McCarthy est probablement une de mes actrices favorites mais c’est loin d’être mon film favori.. J’ai quand même passé un bon moment, plusieurs passages sont hilarants. Tammy est sympathique et attachante, tout comme sa grand-mère (jouée par Susan Sarandon), mais leur road-trip traine parfois un peu en longueur. Encore une fois, un film à voir ou pas. Votre vie n’en sera pas transformée.

13/20

# The Breakfast Club

Cinq lycéens aux caractères totalement opposés se retrouvent en colle un samedi après-midi. Au fur et à mesure que la journée passe, ils discutent, se déchirent et finissent par se trouver plus de points communs qu’ils ne pensaient.

Un classique que je n’avais toujours pas vu (shame on me) ! Drôle, émouvant, ce film vaut vraiment le détour. Les acteurs sont parfaits. Un très bon film, que je n’arriverais pas à qualifier de teen-movie même si ça en est un.

16/20

# Guardians of the Galaxy

Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l’univers tout entier. Lorsqu’il découvre le véritable pouvoir de ce globe et la menace qui pèse sur la galaxie, il conclut une alliance fragile avec quatre aliens disparates : Rocket, un raton laveur fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre, l’énigmatique et mortelle Gamora, et Drax le Destructeur, qui ne rêve que de vengeance. En les ralliant à sa cause, il les convainc de livrer un ultime combat aussi désespéré soit-il pour sauver ce qui peut encore l’être …

Moi j’ai bien aimé cette équipe complètement mal assortie et qui fonctionne pourtant assez bien. J’ai bien aimé le film. J’aime bien Chris Pratt. J’ai vraiment passé un bon moment. Des fois, cela suffit !

16/20

# G.B.F

Alors que l’élection de la fille la plus populaire du lycée bat son plein, les candidates font l’impossible pour s’attirer les faveurs de Tanner, dont elles entendent faire leur Gay Best Friend, l’attribut indispensable pour être à la mode.

Autre teen-movie que j’ai découvert je ne sais plus où. Terriblement cliché mais assez amusant (j’assume). On y retrouve les acteurs de The Mindy Project, PLL ou encore Faking It. J’ai quand même eu un peu de mal parfois avec le jeu de certains, mais c’est une caractéristique commune à beaucoup de teen-movies récents, malheureusement.

D’ailleurs, si vous en avez à me conseiller, n’hésitez pas !

13/20

# Divergent / Insurgent

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq clans (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères, Fraternels). À 16 ans, elle doit choisir son appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitude n’est pas concluant : elle est Divergente. Les Divergents sont des individus rares n’appartenant à aucun clan et sont traqués par le gouvernement. Dissimulant son secret, Tris intègre l’univers brutal des Audacieux dont l’entraînement est basé sur la maîtrise de nos peurs les plus intimes.

Je me suis (enfin) lancée dans la trilogie Divergente. J’avoue avoir été assez surprise, je ne m’attendais pas du tout à ça. J’ai bien aimé les deux premiers films. Je me laisserais peut-être tenter par les livres un de ces quatre. Le jeu des acteurs est juste. Kate Winslet est toujours aussi parfaite. Et je pardonne tout à Miles Teller. Parce que c’est Miles Teller. Je dois avouer que je trouve ça aussi intéressant, voire plus, qu’Hunger Games. A voir si vous aimez la SF !

(tout je vous dis)

15/20

# Safety Not Guaranteed

Trois journalistes enquêtent sur le mystérieux auteur d’une petite annonce qui cherche un compagnon pour voyager dans le temps.

Un de mes coups de coeur de ce début de mois ! J’aime beaucoup Aubrey Plaza, que j’ai vu dans quelques films mais que je connais majoritairement de Parks & Recreation. J’ai apprécié le fait que l’histoire ne tourne pas uniquement autour de l’histoire du voyage dans le temps, et qu’on découvre de façon assez intime chacun des personnages. Ce film est une petite perle, une comédie romantique originale. Émouvant, amusant et divertissant, que demander de plus ?

17/20

Point séries.

# Playing House

Maggie, une mère célibataire, demande à sa meilleure amie, Emma, une femme dont la carrière compte plus que tout et qui est célibataire, de l’aider à élever son enfant…

Une découverte hasardeuse sur BetaSeries, mais tout à fait charmante. Cette série, format 20 minutes, a débuté l’an dernier. La saison 2 vient tout juste de commencer. Les personnages sont tous attachants. Il n’y a rien de très original (pas pour l’instant), mais on se sent bien au milieu de ces gens complètement barrés, avec des problèmes comme on en a tous. J’ai terminé la saison 1 et je compte bien continuer cette série !

14/20

# Barely Famous

Cette série est une parodie de télé-réalité sur deux soeurs : Erin et Sara Foster. La série cherche à mettre en avant tous les stéréotypes hollywoodiens, la vanité des acteurs, la manipulation exercée durant ces émissions de télé-réalité. Les deux soeurs ont tout un tas d’invités comme Ashley Benson, Courteney Cox, Jessica Alba, etc. Il y a quelques bons passages, mais dans l’ensemble je trouve que le côté dénonciation n’est pas assez mis en avant. Résultat : on a l’impression que les deux actrices sont tout simplement deux cruches vaniteuses et c’est tout. La plupart des scènes ne sont pas naturelles du tout. Quelques rires mais rien de plus. La première saison est constituée de six épisodes. La série a été renouvelée mais je ne suis pas certaine de regarder la saison 2.

12/20

# Empire 

Lucious Lyon, ancienne star du hip-hop, est devenu en l’espace d’une vingtaine d’années l’un des plus riches producteurs de disques Américains. Atteint d’une grave maladie, ses jours sont comptés. Il ne lui reste donc plus beaucoup de temps pour désigner son successeur parmi ses trois fils. Deux sont des artistes débutants, très différents mais soudés, tandis que le troisième est un homme d’affaires prêt à tout pour obtenir la position qu’il croit lui revenir de droit. Alors que la famille est sur le point de se déchirer, Cookie, la matriarche, en prison depuis 17 ans, retourne parmi les siens et sème encore un peu plus le trouble. Elle a des comptes à régler et une vengeance à assouvir…

De la folie ! Je n’ai jamais vu autant de manipulateurs dans une seule et même famille. Du début à la fin de la première saison on ne sait pas à quoi s’attendre, chacun nous révèle qu’il a plus d’un tour dans son sac, chacun a ses façons de faire plus ou moins malsaines. Émotion, amour, haine, le tout en musique, il y a vraiment tout ce qu’il faut dans cette série. Avec le copain on a regardé la saison 1 en deux jours. Et on attend la saison 2 avec impatience !!

17/20

# Doctor Who

Extraterrestre de 900 ans, le Docteur est un aventurier qui voyage à travers le temps et l’espace à l’aide de son vaisseau, le TARDIS (Time And Relative Dimension In Space), qui, pour mieux s’adapter à l’environnement, a l’apparence d’une cabine téléphonique. Le Docteur voyage en compagnie d’une jeune fille. Ensemble, ils font de nombreuses rencontres sur les diverses planètes qu’ils explorent…

Les huit premières saisons ont occupé la première semaine du mois d’août. Jour et nuit devant l’écran, nous étions accro au bout de seulement quelques épisodes. Cette série est vraiment géniale. Je ne sais pas pourquoi j’ai attendu aussi longtemps avant de me lancer. Les acteurs sont géniaux, chaque épisode est une nouvelle aventure. Les anglais se sont vraiment surpassés ! De la SF pour tous, avec des passages légers et drôles comme des passages beaucoup plus sombres, inquiétants et émouvants. Je la conseille vivement à tout le monde !

17/20

Sinon j’ai terminé : My Mad Fat Diary (terminée), About a boy (annulée), Pretty Little Liars (Saison 6A, saison 6B à partir de janvier), Baby Daddy (Saison 4, renouvelé pour une saison 5), Marvel’s Agents of SHIELD (Saison 2, renouvelé pour une saison 3).

J’espère que je ne vous aurais pas tué d’ennui avec ce long point culture ! A la semaine prochaine 🙂

Et vous, votre point culture ?

Femme(s) #2

Salut bande de loukoums ! Je reviens avec un deuxième article sur les femmes que je trouve inspirantes. Aujourd’hui j’ai décidé de m’intéresser à des actrices qui s’assument et qui encouragent les femmes à s’assumer en véhiculant un message positif : Melissa McCarthy, Rebel Wilson et Mindy Kaling.

#Melissa McCarthy

Je suis une grande admiratrice de cette actrice, absolument canon, depuis plusieurs années. Elle est un peu devenu un « incontournable » de la comédie américaine. Et les réalisateurs ont bien raison, dans n’importe quel navet elle serait excellente ! J’ai grandement apprécié ses rôles dans « Mes Meilleures Amies », « Les flingueuses » (pas un grand film pourtant) ou encore « Arnaque à la carte ». Quelle ne fut pas ma joie quand j’ai découvert qu’elle était le personnage principal de la série « Mike & Molly » ! Je pense qu’il n’y a plus besoin de la présenter, les récompenses parlent d’elles-mêmes.

Parmi les multiples raisons pour lesquelles je vénère cette actrice, il y a celle ci : Melissa McCarthy a récemment fait l’objet de critiques de la part d’un journaliste/critique sur son apparence dans un de ses derniers films, « Tammy ».. Elle lui a donné une jolie réponse dans le show télévisé d’Ellen DeGeneres. Chapeau bas, milady !

« C’était plus ou moins comme s’il disait : Comment les femmes osent-elles ne pas être magnifiques, parfaites et attractives dans un film ?

Je lui ai demandé s’il dirait la même chose à un homme (…) et il m’a répondu.. « Oui mais vous étiez vraiment pas top ». Et je lui ai répondu « J’espère que vous n’avez pas de fille, si elle rentrait à la maison et qu’elle racontait comment on lui avait refusé un travail car elle n’était pas attrayante, est-ce que vous lui répondriez « c’est vrai » ? (…) Sachez qu’à chaque fois que vous écrivez quelque chose, chaque jeune fille dans ce pays le lit et perd un peu confiance en elle. On détruit peu à peu toutes les femmes dans ce pays à cause de ces raisons superficielles, alors que les femmes sont tellement géniales et fortes. Cet homme est un bon père, c’est juste une mauvaise habitude que nous avons dans notre société, c’est quelque chose de facile. »

(traduction approximative pour ceux qui n’ont pas tout compris)

# Rebel Wilson

Vous ne connaissiez peut-être pas son nom, mais vous l’avez forcément vu quelque part. « Mes meilleures amies » ? « Hit Girls » ? « Bachelorette » ? « La nuit au musée 3 » ? Ou peut-être la série (malheureusement annulée au bout de la première saison, une honte) « Super Fun Night » ? Rebel Wilson est fabuleuse. Et magnifique. Je veux qu’elle soit ma nouvelle meilleure amie. Elle s’assume tellement qu’elle est allé jusqu’à dire que les femmes plus enrobées étaient meilleures dans les comédies (je ne lui donne pas tort) et que c’est grâce à son poids qu’elle a le succès qu’on lui connait aujourd’hui.

Elle a raconté en interview qu’elle se faisait harceler quand elle était plus jeune, mais qu’en grandissant elle est devenue de plus en plus populaire car elle n’a pas essayé de changer qui elle était. Et c’est ce qu’elle continue de faire. Face à la pression hollywoodienne, elle déclare haut et fort qu’elle ne compte pas perdre de poids, qu’elle se sent bien comme elle est (ce qui n’est pas ce qu’elle disait il y a deux ans mais comme on dit, il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis).

Petite interview réalisée par l’équipe de Madmoizelle.com (avec sous-titres), sur son rôle de Fat Amy (The Hit Girls) avec en bonus Elizabeth Banks (j’en reparlerais).

# Mindy Kaling

Pour les adeptes de séries comme moi, vous l’avez probablement vu dans « The Office », ou dans « The Mindy Project », dont elle est la productrice et le personnage principal.  Il faut par ailleurs noter qu’elle est une des premières femmes de couleur à créer sa propre série à Hollywood. Dans cette série, j’apprécie particulièrement son personnage que je trouve rafraichissant et bien dans sa peau, jouant sur les mots et démontant tous les clichés possibles et inimaginables sur les femmes rondes en faisant preuve d’une grande autosatisfaction physique. Globalement, dans la vie de tous les jours, cette nana est tellement à l’aise dans ses baskets que c’est presque effrayant ! Elle est drôle, elle est honnête et elle s’assume. J’approuve !

En espérant vous avoir fait découvrir (ou redécouvrir) des actrices de talent, je vous souhaite une bonne soirée ! Et je vous promet une autre édition sur les actrices qui m’inspirent très bientôt, avec au menu Tina Fey, Amy Poehler ou encore Laverne Cox 🙂