Le Petit Bonheur Hebdomadaire #2

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour une nouvelle petite pause happiness ! Cette semaine a été pour moi beaucoup plus heureuse que la précédente. Mon rhume touche à sa fin, il semblerait que j’ai évité de justesse l’énorme bronchite carabinée. Mais quels sont les moments de joie qui ont le plus marqué ma semaine ?

Le Petit Bonheur Hebdomadaire a été créé par Pause Earl Grey ! Chaque semaine, nous partageons avec vous nos petits moments de bonheur, histoire de vous donner (peut-être) le sourire !

le-petit-bonheur-hebdomadaire

Ça y est. Enfin. Ça fait un moment que je l’attendais. J’ai dû faire des pieds et des mains pour l’obtenir. Me rouler par terre comme un enfant capricieux de deux ans, hurler comme un chien abandonné sous la pluie, soudoyer des gens. (Bon, ok, j’exagère – j’en ai parlé à mon libraire et il l’a commandé) J’ai ENFIN mon exemplaire d’Orgueil et Préjugés illustré par Margaux Motin.

IMAG0586

EN PLUS, j’ai pu le payer les gars ! Parce que j’ai enfin eu ma paye ! Bon, ok, pas tout. Mais on fait avec ce qu’on a, chaque chose en son temps. Côté finances, ça va donc un chouia mieux (mais vraiment un chouia). Ce qui m’amène à mon deuxième gros bonheur de la semaine. Ma taxe d’habitation. Et ouais, les avis commencent à tomber et quand j’ai vu le mail des impôts, je me suis sentie défaillir.

giphy8

J’avais vraiment pas besoin de savoir ça maintenant. On a jamais besoin de le savoir en fait. Pour l’anecdote, j’ai dû payer plus de 800 euros de taxe d’habitation il y a deux ans. Autant dire que maintenant ces petits avis m’angoissent. Et là, que vois-je ? En jetant un œil entre mes doigts (que j’avais préalablement écrasés sur mon visage à cause de l’appréhension, you know what I mean), j’ai aperçu. Et j’ai ri. J’ai TELLEMENT ri ! Elle est toute petite, riquiqui. Elle est risible, ridicule, dérisoire. 77 euros. 77 misérables euros. Je revis. Bien évidemment, si elle avait pu être nulle, ça aurait été encore mieux. Mais sachez que l’annonce de cette faible somme m’a tout de même mise en joie pour le reste de la semaine.

giphy9

Quel a été votre petit bonheur de la semaine ? Dites-moi tout !

Plein de bisous !

EnregistrerEnregistrer

Angoulême, les femmes, la BD.

Coucou les petits croûtons !

J’ai quelques jours de retard mais je voulais évoquer un sujet qui m’a interpellé au début du mois : la polémique concernant les nommés pour recevoir le Grand Prix d’Angoulême 2016. Sur les trente auteurs désignés, il n’y a pas une seule femme. Pas une seule. C’est plutôt une honte. Je suis une grande lectrice de BD (un peu moins ces derniers mois mais ça revient lentement mais sûrement) et le nombre de noms qui me sont passés par la tête en quelques instants m’amène à penser que toute cette histoire est bizarre. S’il est vrai que la bande-dessinée n’est pas le domaine le plus investi par les femmes, le Collectif des créatrices de bande-dessinée contre le sexisme a souligné qu’elles étaient de plus en plus nombreuses au fil des années. Et beaucoup auraient pu figurer sur cette liste.

Plusieurs auteurs ont demandé à être retirés de la liste des nommés, au moins jusqu’à ce que la liste compte quelques noms féminins. Le Grand Prix récompense un(e) auteur(e) qui  a contribué à l’évolution de la bande-dessinée, ainsi que l’ensemble de sa carrière. Bon, là je me tais un peu parce que je connais assez peu d’auteures qui ont beaucoup beaucoup publié (à part Florence Cestac, déjà récompensée – la seule femme d’ailleurs à avoir remporté le Prix). Disons que je lis surtout des jeunes auteurs. Mais je vis dangereusement, je m’en fous, et j’avais envie de vous faire une petite liste de suggestions de BDs écrites par des femmes. Voilà. Même si elles ne sont pas forcément éligibles à ce Grand Prix. Je trouvais que ça rentrait dans le contexte.

# Catherine Meurisse.

couv23305659

Je commence avec Catherine Meurisse parce que je pense qu’elle pourrait tout à fait être nommée pour ce Grand Prix. J’ai lu plusieurs de ses bande-dessinées : Moderne Olympia, Le ponts des arts, Mes hommes de lettres (oui ça y est, j’ai lu Mes hommes de lettres, la semaine dernière, c’était cool)… Elle a un style bien particulier, bien à elle. Si c’est parfois un peu trop « scolaire », ses BDs sont fraiches, drôles, pétillantes et originales !

# Pénélope Bagieu.

couv62269102

Selon moi c’est un basique de la BD féminine : Joséphine, Cadavre Exquis, Ma vie est tout à fait fascinante et, plus récemment, California Dreamin (toujours pas lu, si quelqu’un veut bien me la prêter, ce serait avec IMMENSE plaisir).. On s’identifie très facilement à ses personnages, c’est drôle et personnellement je passe toujours un bon moment en lisant (ou relisant) ses ouvrages. 

# Margaux Motin. 

couv23610498

Un autre bon basique de la bande-dessinée féminine. J’ai adoré sa série J’aurais adoré être  ethnologue, La théorie de la contorsion et La tectonique des plaques. Elle a un humour absolument génial, ses BDs se lisent d’une traite, impossible de les lâcher ! 

# Lisa Mandel. 

couv15482663

La semaine dernière, j’ai lu pour la première fois une BD de Lisa Mandel : Princesse aime princesse. C’était assez particulier, original mais aussi très poétique. J’aime beaucoup ses dessins ! 

# Vanyda.

couv2146765

Je n’ai lu qu’une seule BD de cette auteure, plutôt sympathique : Un petit goût de noisette. Il s’agit de plusieurs petites histoires d’amour, colorées, touchantes. Toutes ne sont pas transcendantes mais la lecture est très plaisante ! 

Dans ma wish-list personnelle, j’aimerais beaucoup lire Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh, quelques uns des ouvrages de Diglee me tentent aussi. J’ai également honte d’avouer que je n’ai jamais lu les Persepolis de Marjane Satrapi, à rattraper prochainement ! Si vous avez des auteures à me conseiller, je prends avec grand plaisir. J’adore découvrir de nouvelles BDs (de base), mais découvrir celles écrites par toutes ces femmes qui se battent pour une certaine reconnaissance, c’est un gros plus. 

A bientôt !

d2af9dc805996dfd986c2d5023ae328b

Des bisous.