The Effigies – Sarah Raughley.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour parler d’une de mes dernières lectures, qui m’a été permise grâce à une Masse Critique de Babelio. Je tiens d’ailleurs à remercier les éditions Lumen pour l’envoi de ce roman !

couv57923729

« Je m’appelle Maia Finley, j’ai seize ans et je suis la nouvelle Effigie. » Depuis quelques jours, Maia se répète ces mots en boucle, sans oser les prononcer à voix haute. Car à la minute où le monde l’apprendra, sa vie basculera. Elle deviendra une véritable célébrité, ses fans boiront la moindre de ses paroles… et son espérance de vie chutera drastiquement.

C’est que les Effigies, ces jeunes femmes dotées chacune d’un pouvoir unique lié aux quatre éléments, ne sont pas là par hasard : elles doivent protéger l’humanité des Spectres – des créatures de cauchemar – mélange de chair pourrissante et de ténèbres, qui la terrorisent depuis maintenant près d’une centaine d’années. À la mort de chaque Effigie, ses capacités, ainsi que la somme de ses souvenirs, se transmettent à son héritière choisie au hasard quelque part sur la planète.

Alors, quand Manhattan subit une attaque sans précédent, Maia n’a d’autre choix que de descendre dans l’arène. Elle qui idolâtre les Effigies, comme autrefois sa sœur jumelle morte dans un incendie, va cependant tomber de haut : les trois jeunes filles ne veulent plus entendre parler les unes des autres. Pourtant le danger se rapproche, car un homme énigmatique, Saul, semble capable à la surprise générale de contrôler les Spectres. Maia se retrouve aspirée dans une spirale infernale, au moment même où le feu qui couve en elle menace de la consumer tout entière !

Girl power, souvenirs résurgents et légendes anciennes, sans oublier une pléiade de personnages centraux féminins forts lancés dans une course contre la montre épique qui couvre le monde entier… The Effigies marque le coup d’envoi d’une trilogie fantastique au rythme effréné !

« Quel est le plus dangereux : le feu qui couve en elle ou les souvenirs qui menacent de s’emparer de son esprit ? »

Les flammes du destin est un premier tome plutôt intéressant. J’ai passé un bon moment de lecture même si certains éléments m’ont un tantinet gêné.
L’écriture de l’auteure est plutôt sympathique, le roman ne souffre pas de longueurs et les chapitres s’enchaînent de manière fluide. L’ensemble est dynamique. Dès les premières lignes, nous sommes happés par l’histoire. Elle réussit à nous tenir en haleine jusqu’à la fin en ménageant plutôt bien son suspense (bien que certaines choses soient très prévisibles – en tout cas à mes yeux d' »adulte »… il ne faut pas oublier que le roman est destiné à des adolescents à partir de 14 ans et ça se ressent parfois – on fait dans le simple et efficace).

Continuer la lecture de The Effigies – Sarah Raughley.

Throwback Thursday #1 – Girl Power !

Coucou les paupiettes !

Ça y est, je saute le pas et je me lance moi aussi dans ce très chouette rendez-vous proposé par BettieRose Books, rendez-vous qui nous invite, je cite, à nous replonger dans nos plus jolis souvenirs livresques. Je ne suis pas sûre de participer toutes les semaines mais il y a régulièrement des thèmes qui me parlent (comme celui de cette semaine par exemple) et ça peut me permettre de vous présenter des livres que je n’ai pas forcément chroniqué sur le blog.

Le thème de cette semaine était donc Girl Power, nous devions vous présenter un livre sur le féminisme ou un roman avec un personnage principal féminin. Lisant énormément de choses en rapport avec le féminisme, difficile de ne choisir qu’un seul ouvrage ! Si vous saviez le nombre de livres qui me sont passés par la tête haha.

girlpower

Je joue le jeu et je ne vous en présente qu’un. J’ai lu cette bande-dessinée (je dirais même roman graphique pour le coup) l’an dernier, pendant que je rédigeais mon mémoire sur L’image de la femme dans la photographie de mode. Il me semble que je ne l’ai pas chroniqué, faute de temps, mais j’avais adoré.

couv29595742

De Montauban en 1748 à l’échafaud parisien en 1793, quarante-cinq ans d’une vie féminine hors normes, et l’invention d’une idée neuve en Europe : la lutte pour les droits des femmes.
Née dans une famille bourgeoise de province, sans doute fille adultérine d’un dramaturge à particule, Marie Gouze dit Olympe de Gouges a traversé la seconde moitié du XVIIIe siècle comme peu de femmes l’ont fait. Femme de lettres et polémiste engagée, elle se distingue par son indépendance d’esprit et l’originalité parfois radicale de ses vues, s’engageant pour l’abolition de l’esclavage et surtout pour les droits civils et politiques des femmes. Opposée aux Robespierristes et aux ultras de la Révolution, elle est guillotinée pendant la Terreur.

Comme ils l’avaient fait avec Kiki de Montparnasse, Catel et Bocquet retracent de façon romancée, mais avec une rigueur historique constante, le parcours de vie de cette femme d’exception, dont les idéaux très en avance sur son temps ont forgé quelques-unes des valeurs clés de nos sociétés d’aujourd’hui. En quelque trois cent planches de création exigeante et généreuse, un magnifique portrait féminin et un hommage vibrant à l’une des figures essentielles du féminisme.

Ce très beau livre, aux dessins plutôt simples et sans prétention, nous offre une belle quantité d’informations sur le personnage qu’était Olympe de Gouges. J’ai trouvé cette lecture très très enrichissante. J’ai adoré découvrir toutes ces choses sur cette femme qui a joué un rôle important avant et surtout après la Révolution dans la lutte pour les droits des femmes (entre autres), mais que l’on connait à ce jour plutôt mal. Le format BD est vraiment un très bon moyen de découvrir l’Histoire avec un grand H, j’approuve totalement et je trouve que c’est un support qui n’est pas suffisamment exploité (même si ces dernières années les ouvrages se multiplient peu à peu et touchent de plus en plus de sujets, notamment la science, l’histoire ou encore l’art).

C’est donc une biographie élégante et très complète que nous proposent Catel et Bocquet, je la recommande à tout le monde et plus particulièrement à ceux qui voudraient approfondir leurs connaissances sur celle qui a écrit La déclaration des droits de la femme et de la citoyenne !

L’avez-vous lu ? Est-ce qu’elle vous tente, cette bande-dessinée ?

Une lecture à me recommander sur ce thème ? 

Plein de bisous !

La playlist Girl Power.

Coucou les paupiettes !

J’avais envie de publier une petite playlist et, parmi tous les thèmes que j’ai listé dans mon carnet chéri, j’ai choisi de vous proposer une sélection de musiques un peu « Girl Power », représentant des femmes badass, qui affirment leurs convictions ou qui ne se laissent pas marcher sur les pieds, qui ont confiance en elles, qui croient en leur potentiel et font tout pour réussir.

fc649cdf3b3dcd9792b8ba0ceea27d08

Lesley Gore – You don’t own me.

Elle a été reprise un peu plus récemment par Grace et G-Easy (pour Suicide Squad) : ***

Beyonce – Run the World (Girls).

Celle-ci n’est pas mal non plus : ***Flawless.

Laura Mvula – That’s alright.

N’hésitez pas à aller écouter celle-ci, plus récente : Phenomenal Woman.

Lion Babe – Wonder Woman.

Katy Perry – Rise.

Eurythmics – Sisters are doin’ it for themselves.

Jennifer Lopez – Ain’t your Mama.

Cindy Lauper – Girls just want to have fun.

M.I.A. – Bad Girls.

Taylor Swift – Bad Blood.

Helen Reddy – I am woman.

Eva Simons – Bludfire.

The Pussycat Dolls – I don’t need a man.

Allez, le mot de la fin.

Et voilà pour cette « petite » playlist Girl Power. Il y a un peu de tout, il en manque beaucoup.. N’hésitez pas à en partager quelques unes en commentaires si vous en avez à nous faire découvrir 🙂

ad7e02cae0a3071f7b315d27de630807

Des bisous !