Et il neigeait sur le Japon – Roger Raynal.

Coucou les paupiettes !

Je vous propose aujourd’hui une petite chronique sur un roman que j’ai lu le week-end dernier. Il s’agit d’une romance publiée aux éditions Rémanence en juillet 2018. Vous l’avez peut-être vue passer sur les réseaux sociaux avec sa très jolie couverture. Et il neigeait sur le Japon est le premier roman de Roger Raynal, scientifique, professeur de biologie et grand admirateur de la culture japonaise. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Au début des années 90, à Toulouse, un étudiant en sciences amoureux des mots rencontre Satoko. Elle est venue étudier, pour un seul semestre, la littérature française. Peu à peu, en dépit de leur différence de culture, les jeunes gens se découvrent, puis s’aiment. Dans ces beaux instants rythmés par les oeuvres qui les enchantent et les rapprochent, chacun préfère ignorer le bruit du temps : Satoko devra bientôt rentrer. Sauf si…

couv67376478

Continuer la lecture de Et il neigeait sur le Japon – Roger Raynal.

Publicités

Bleu blanc sang – Bertrand Puard.

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui, je vais chroniquer un roman dont on entend beaucoup parler en ce moment : le premier tome de la série Bleu blanc sang. Fait assez exceptionnel : la trilogie, écrite par Bertrand Puard, a entièrement été publiée le 12 octobre. De ce fait, pas besoin d’attendre un an pour connaître la suite !  Avant d’aller plus loin, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Hachette Romans pour cette lecture.

5 juin 2018. Tandis que l’on célèbre à Notre-Dame l’enterrement du Président de la République mort tragiquement quelques jours auparavant, un convoi transportant une toile d’une artiste du xviiie siècle inconnue, Justine Latour-Maupaz, est pulvérisé au lance-roquette sur une autoroute du centre de la France. Au même instant, à New York, une œuvre de la même artiste est adjugée pour la somme inouïe de 53 millions de dollars. Pour quelles raisons des forces obscures cherchent-elles à détruire précipitamment, ou à s’approprier soudainement, les travaux de cette peintre ignorée ? À qui profite ce regain d’intérêt ? Eva Brunante, dont le père, seul exégète de la peintre, a disparu, va se lancer dans une enquête aux ramifications politico-financières vertigineuses. Bienvenue dans la république Bleu Blanc Sang !

couv256466241

Ce thriller adolescent nous plonge dans une enquête haletante mêlant art, politique et relations familiales, le tout dans un futur relativement proche (2018). Je ne connaissais pas du tout l’auteur de ce roman, c’est donc par le biais du premier tome de Bleu blanc sang que j’ai pu découvrir sa plume. J’ai attendu quelques jours avant de vous écrire la chronique, le temps de faire le tri, d’y voir plus clair. En effet, en refermant Bleu, je suis restée dans une espèce de brume pendant un moment. Je ne comprends pas ce qu’il s’est passé.

Honnêtement, le résumé ne me donnait pas envie. Je vous raconterais ma version du plot, ça ne vous donnerait pas envie. Mais, mon dieu ! Qu’est-ce que c’était bon ! L’auteur a su mener sa barque d’une main de maître, et ce livre est un véritable page turner. J’en suis encore à me demander comment j’ai pu aimer un roman où l’intrigue de base n’est vraiment pas si excitante que ça (en apparence !).

L’écriture de l’auteur est simple, fluide, efficace. Les chapitres sont courts, alternent entre les différents personnages et relatent des événements datés (heure et date en début de chapitre) qui s’enchaînent dans un temps très réduit. J’ai trouvé l’ensemble très bien construit car, de cette façon, l’auteur augmentait le suspense, la tension entre les différents personnages… ce qui nous forçait à enchaîner les chapitres les uns après les autres pour avoir nos réponses. C’est un peu confus au début mais on s’y retrouve très rapidement. Personnellement, j’ai su que j’allais aimer dès le prologue, dans lequel l’auteur nous met directement dans l’ambiance. Au fil des chapitres, les choses se précisent, on identifie les différents camps et, progressivement, on découvre quelles sont leurs motivations.

L’historienne de l’art que je suis a grandement apprécié la richesse du contenu sur Justine Latour-Maupaz (bien qu’à ma connaissance ce peintre n’existe pas – quelle déception d’ailleurs, j’aurais bien aimé voir des reproductions des œuvres mentionnées dans le roman). Les descriptions détaillées des tableaux et du monde de l’art étaient justes et passionnantes. Je suis contente que l’intrigue tourne plus autour des peintures de cette artiste méconnue qu’autour de la politique. Ça me faisait un peu peur au début. Finalement, les passages consacrés à la politique sont assez peu nombreux (mais assez dramatiques, ils n’augurent rien de réjouissant pour l’Europe). J’ai trouvé intéressants les discours d’Hugo sur les idées de Riposte, mouvement encore assez obscur et mystérieux. J’espère qu’on en apprendra plus sur eux dans le second tome.

En résumé, j’ai bien accroché à ce premier tome, qui pose les bases d’une trilogie qui s’annonce passionnante. L’ensemble est efficace, se lit très vite et je ne peux que vous le recommander ! C’est une très bonne découverte. En tout cas, je suis ravie que la suite ait déjà été publiée car on nous abandonne sur un bon gros cliffhanger qui ne nous donne qu’une seule envie : acheter le deuxième tome !

18/20

A bientôt !

2001

Des bisous.

L’exposition Barbie aux Arts Décoratifs.

Coucou !

Mon dernier séjour à Paris a coïncidé avec l’ouverture de l’exposition consacrée à Barbie aux Arts Décoratifs, et je n’ai pas pu résister, j’y suis allée (en courant, si vous voulez tout savoir).

WP_20160313_005

Je pense que je ne m’avance pas trop en disant qu’on a tous connu Barbie dans notre feu jeunesse. Barbie, c’est un monument. Barbie, c’est aussi un modèle controversé pour beaucoup de petites filles et un reflet des évolutions de la société depuis sa création, en 1959.

Les Arts Décoratifs proposent aujourd’hui la toute première exposition consacrée à la plus célèbre poupée du monde en France. Et ça vaut le détour. Ce musée est le lieu idéal pour présenter ce jouet qui a profondément marqué le XXème siècle, sachant qu’il rentre également dans les thématiques de la mode et de la publicité. Combo gagnant.

C’est une exposition très intéressante qui peut se lire de deux façons. En tant qu’adulte (ouais, maintenant je me considère comme une adulte, j’ai grandi les gars), j’ai à la fois ressenti de l’excitation face au jouet qui avait marqué mon enfance et un grand intérêt pour tout ce qu’il sous-entend et dont on ne se doute absolument pas quand on est jeune et insouciant..

Mon premier point de vue sur l’exposition est donc un point de vue enfantin. C’est magique, y a des Barbie partout, toutes les différentes Barbie de la planète, j’ai trop de chance, les copines vont être trop jalouses quand je vais leur dire ça à l’école lundi.. ! Retrouver le petit Tommy était l’apothéose de ma visite. Ou était-ce la Barbie Princesse et sa robe pailletée ? Je ne sais plus. L’enfant qui sommeille en nous est émerveillé et court presque de Barbie en Barbie en poussant des petits cris d’excitation. « Hii elle est trop jolie », « Je l’avais celle là, viens voir, viens voir ».. De vrais gamins quoi.

41nedykssql

J’avais précisément CE Tommy. TOMMYYYYYYYYYYYYY !

La première vague d’excitation passée, on pose enfin son regard d’adulte, d’historienne de l’art (ouais ok, d’étudiante en histoire de l’art) et, enfin, de femme sur l’objet qui s’offre à nous sous (presque) toutes les formes et (presque) toutes les couleurs. On analyse le phénomène de société qu’est devenu Barbie.

Elle est le reflet d’une culture et de son évolution, comme je le disais en introduction de cet article. Elle illustre les changements politiques, sociaux et culturels qui ont marqué la deuxième moitié du XXème siècle et devient alors un témoignage historique. Elle questionne les stéréotypes et la place de la femme dans la société. Une partie de l’exposition est consacrée aux métiers de Barbie. Toutes ces petites Barbie enfermées sous cloche et promettant des merveilles aux jeunes filles du monde entier. Oui, un jour, tu pourras être astronaute (en 1965, quatre ans avant Neil Armstrong !). Tu pourras aussi être Miss America si tu préfères, ou présidente des États-Unis. Tu as toutes les clés en main. Barbie a embrassé plus de 150 métiers, des plus classiques aux plus avant-gardistes, et ils sont tous représentés dans l’exposition. Si Barbie renvoie souvent l’image d’une femme active et indépendante, il faut quand même nuancer tout ça. Les premières poupées vendues ne souriaient pas et ne regardaient pas devant elle, montrant qu’elles étaient ainsi toujours soumises au jugement des hommes. C’est quelque chose que l’on retrouve également dans la photographie de mode jusqu’à la fin des années 50.

barbie-in-1959

© Mattel

Si Barbie était pleine de belles promesses, elle véhiculait aussi une image dangereuse de la femme. En effet, si Barbie était humaine, elle serait en danger de mort. Son IMC est dangereusement bas et ses courbes un tantinet exagérées. Si Barbie a été inventée par une femme, elle a également été remodelée par le regard d’un homme. Elle propose aujourd’hui un nouvel idéal féminin pas très glorieux. Un nombre grandissant de femmes ont recours à la chirurgie esthétique, aux régimes et aux séances de sport extrêmes pour tenter de ressembler à la célèbre poupée.

WP_20160313_006

Mattel semble avoir pris conscience des dangers de cette image et une petite portion de l’exposition présente des Barbie aux formes beaucoup plus proches de celles d’une vraie femme. Il a en effet été annoncé début 2016 que Barbie serait désormais déclinée en quatre morphologies et en sept couleurs différentes. Beau progrès.

Nous découvrons Barbie sous tous ses angles. L’histoire de la poupée, de la poupée de mode, sa construction, son maquillage (fait main !), son influence sur de nombreux artistes, les publicités qui lui ont été consacrées, symboles d’une nouvelle société de consommation.. Ça fait beaucoup pour une petite femme de 29 cm !

a71615f6562c7e0bce926e8a794995f7

© Vogue Paris, décembre 2014. 

La fin de l’exposition est plutôt consacrée à Barbie en tant qu’icône de mode et source d’inspiration. Barbie reflète en effet les grandes évolutions de la mode au XXe siècle, elle était un mannequin très prisé par les couturiers.. Elle a également pris les traits de plusieurs mannequins dont Twiggy, mais aussi de beaucoup de personnalités issues de la culture populaire au fil des générations, de Grease à Mad Men. Ces dernières années, elle a surtout inspiré plusieurs artistes, qui questionnent l’objectivation de la femme dans des photographies plus que troublantes..

grease-b2510_c_03_1_h-90475-resp232

© Mattel

Je vais essayer de ne pas en dire plus, même si c’est difficile. Le sujet est passionnant ! L’exposition est très bien construite, très ludique et interactive, ponctuée de plusieurs vidéos documentaires. Je vous recommande chaudement de vous y rendre. L’entrée est gratuite pour les moins de 26 ans ressortissants de l’Union Européenne. Sinon c’est pas bien cher, et ça vaut le coup. Un catalogue d’exposition (25 euros), très bien conçu, a également été mis en vente.

L’exposition se tient au musée jusqu’au 18 septembre 2016 ! Cours, vole, vas-y !

Articles bonus :

Dix choses que vous ignorez sur Barbie : ***

Rondes, petites ou grandes, que mille poupées Barbie s’épanouissent : ***

Barbie, Les Arts Décoratifs : ***

Plein de bisous ! 

5f4ab8c6483db84a29349c917b629604

A bientôt.

30 Day Movie Challenge – Jours 24, 25 et 26.

Hello les filets mignons !

Bon, je n’ai pas réussi à suivre le rythme imposé pour le 30 Day Movie Challenge, c’est la dernière fois et j’espère que ça n’arrivera pas de nouveau pour les quelques jours qu’il reste.

95183f73a7d6e5d8e0ac78509f1a9123

Aujourd’hui je rattrape donc les deux thèmes de ce week-end et je publie comme prévu celui d’aujourd’hui. C’est parti !

Jour 24 – Votre thriller préféré. 

Sans hésitation aucune, j’ai choisi pour ce thème le film Fight Club, de David Fincher. Il s’agit d’un de mes films préférés. J’ai accroché dès le début et j’étais dedans jusqu’au bout, jusqu’à la dernière minute. Les acteurs sont géniaux, l’histoire (un peu bazar faut l’admettre) est originale, décalée et le dénouement est fifou. Moi qui n’aime pas trop les choses « violentes », j’avoue que je suis assez surprise d’avoir eu un tel coup de coeur pour Fight Club. Mais bon, le coeur a ses raisons comme on dit. En tout cas c’est un film que je recommande, même si je pense que beaucoup l’ont déjà vu ! 

a442bcf7564282ec238f7f460a1d6456

Résumé SensCritique (vachement pas utile) : La vie d’un employé de bureau est bouleversée lorsqu’il rencontre Tyler Durden. Ils forment ensemble le Fight Club, un club de lutte clandestine.

Jour 25 – Votre western préféré.

Ce thème n’est pas le plus facile (en même temps, il n’y en avait pas beaucoup des faciles hein). Spontanément j’aimerais répondre Django Unchained. Mais tout le monde l’a déjà cité, ce serait dommage de revenir sur ça encore une fois haha.

Mon grand-père était un très grand fan de western et dans ma feu jeunesse j’ai donc eu l’occasion de me forger une certaine culture dans le domaine. En farfouillant dans mes souvenirs, Le bon, la brute et le truand est un peu apparu comme une évidence. Ça date un peu haha (1966) mais c’est celui qui m’a le plus plu. Quand je pense à tout ceux que mon grand-père m’a forcé à regarder, c’est celui dont j’ai le plus de bons souvenirs. Il y a Clint Eastwood dedans, jeune et sexy. Je pense que c’est important de le souligner. Les paysages sont tops, la musique est bien cool. On est dans le western pur et dur et franchement, c’est plutôt sympa ! Et puis, c’est la base.

bbfb44b21583efd0ae9ba26f49fef4b2

Résumé : Pendant la Guerre de Sécession, trois hommes, préférant s’intéresser à leur profit personnel, se lancent à la recherche d’un coffre contenant 200 000 dollars en pièces d’or volés à l’armée sudiste. Tuco sait que le trésor se trouve dans un cimetière, tandis que Joe connaît le nom inscrit sur la pierre tombale qui sert de cache. Chacun a besoin de l’autre. Mais un troisième homme entre dans la course : Setenza, une brute qui n’hésite pas à massacrer femmes et enfants pour parvenir à ses fins.

Jour 26 – Votre film français préféré.

Je ne suis pas une grande fan des films français. Il y en a des très bons, mais beaucoup des « comédies » ou mêmes des drames sortis récemment m’ont blasé, je trouve les acteurs de moins en moins crédibles, je ne sais pas pourquoi. Je dois pas regarder les bons films je pense x)

Bref, j’ai réfléchi un petit peu et deux films sont apparus assez rapidement dans mon petit cerveau : L’auberge espagnole et Les émotifs anonymes. J’ai choisi de parler du second parce que le premier est plus que connu, je pense qu’il a quasiment un statut de film culte en France. Non ?

tumblr_n030r9bnnn1r5siljo4_250

Les émotifs anonymes donc, c’est ça : Jean-René, patron d’une fabrique de chocolat, et Angélique, chocolatière de talent, sont deux grands émotifs. C’est leur passion commune pour le chocolat qui les rapproche. Ils tombent amoureux l’un de l’autre sans oser se l’avouer. Hélas, leur timidité maladive tend à les éloigner. Mais ils surmonteront leur manque de confiance en eux, au risque de dévoiler leurs sentiments.

Et c’est vachement cool. Moi j’adore ce film, il me met toujours de super bonne humeur. Je le trouve drôle, touchant et rafraichissant. Benoit Poelvoorde et Isabelle Carré sont parfaits dans leurs rôles respectifs, ils forment un duo qui fonctionne très bien. A voir ! Par contre, petit conseil de la part de la nana qui a regardé ce film une bonne poignée de fois, prévoyez de la grignote (du chocolat en l’occurrence) parce que sinon vous allez mourir dans votre propre bave.

Et vous, quels sont vos thrillers, westerns et films français préférés ? 

A demain !

tumblr_mynjzi62qf1r1l1upo1_400

Des bisous.