Vox – Christina Dalcher.

Coucou les paupiettes !

Je vous propose aujourd’hui de découvrir un roman qui a fait parler de lui bien avant sa sortie (grâce notamment à un booktrailer très intrigant). Dans la lignée de La Servante Écarlate, Vox est une dystopie questionnant la place des femmes dans la société. Le roman a été écrit par Christina Dalcher, docteure en linguistique, et a été publié aux éditions NiL le 7 mars 2019. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre !

Jean McClellan est docteure en neurosciences. Elle a passé sa vie dans un laboratoire de recherches, loin des mouvements protestataires qui ont enflammé son pays. Mais, désormais, même si elle le voulait, impossible de s’exprimer : comme toutes les femmes, elle est condamnée à un silence forcé, limitée à un quota de 100 mots par jour. En effet, le nouveau gouvernement en place, constitué d’un groupe fondamentaliste, a décidé d’abattre la figure de la femme moderne. Pourtant, quand le frère du Président fait une attaque, Jean est appelée à la rescousse. La récompense ? La possibilité de s’affranchir – et sa fille avec elle – de son quota de mots. Mais ce qu’elle va découvrir alors qu’elle recouvre la parole pourrait bien la laisser définitivement sans voix…

couv75398365

Continuer la lecture de Vox – Christina Dalcher.

Publicités

La bibliothèque : Grandir – Pauline Deysson.

Coucou les paupiettes !

Je reviens aujourd’hui vers vous avec une nouvelle chronique livresque, une chronique que j’aurai dû partager avec vous il y a fort longtemps mais je suis une vilaine et j’ai pris du retard. Je vais tâcher de vous parler de l’une de mes dernières lectures, un roman qui m’a prise complètement au dépourvu, je ne m’attendais pas à ça, j’ai été complètement dépassée et je ne suis pas sûre de réussir à poser des mots sur ce que j’ai ressenti en le lisant… Il s’agit d’un roman auto-édité en 2016 qui s’intitule La Bibliothèque. C’est un premier tome et il a été écrit par une jeune auteure, Pauline Deysson. Je tiens à la remercier chaudement pour l’envoi de ce chef d’œuvre (oui Mesdames et Messieurs, c’est un coup de cœur) et à m’excuser pour le retard énorme de cette chronique. C’est regrettable et je m’auto-punis tous les soirs.

Imaginez un monde où ni la pauvreté, ni la guerre, ni les livres n’existeraient plus. Le technomonde. Imaginez un lieu hors du temps, qui abriterait tous les rêves de l’humanité. La Bibliothèque. Imaginez que ces deux univers se rencontrent. A 10 ans, Emilie est choisie pour devenir la nouvelle Bibliothécaire. Elle a le pouvoir d’entrer dans les rêves, et de les vivre comme s’ils étaient réels. Son premier livre la conduira sur une voie semée d’embûches, de magie et de doutes. L’accompagnerez-vous?

couv320187861

Continuer la lecture de La bibliothèque : Grandir – Pauline Deysson.

C’est le cœur qui lâche en dernier – Margaret Atwood.

Coucou les paupiettes !

Je vais vous parler d’un roman que l’on a pas mal vu tourner ces derniers temps sur la blogosphère littéraire. Il s’agit du dernier roman de l’auteure canadienne Margaret Atwood, dont on a beaucoup entendu parler cette année grâce à l’adaptation télé de La servante écarlate (The Handmaid’s Tale), roman publié initialement en 1985. Je n’ai pas encore lu ce dernier, ça ne saurait tarder, mais j’ai eu l’opportunité de découvrir C’est le cœur qui lâche en dernier, publié le 17 août 2017, et je vais vous dire tout de suite ce que j’en ai pensé ! Je l’ai lu en lecture commune avec mon Popcorn adoré, qui a un avis beaucoup plus positif que le mien. N’hésitez pas à aller lire ce qu’elle en a pensé !

Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier Netgalley et les éditions Robert Laffont pour m’avoir envoyé ce roman. 

Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Tous deux survivent grâce aux maigres pourboires que gagne Charmaine dans un bar sordide et se voient contraints de loger dans leur voiture… Aussi, lorsqu’ils découvrent à la télévision une publicité pour une ville qui leur promet un toit au-dessus de leurs têtes, ils signent sans réfléchir : ils n’ont plus rien à perdre. À Consilience, chacun a un travail, avec la satisfaction d’œuvrer pour la communauté, et une maison. Un mois sur deux. Le reste du temps, les habitants le passent en prison… où ils sont également logés et nourris ! Le bonheur. Mais le système veut que pendant leur absence, un autre couple s’installe chez eux avant d’être incarcéré à son tour. Et Stan tombe bientôt sur un mot qui va le rendre fou de désir pour celle qui se glisse entre ses draps quand lui n’y est pas : « Je suis affamée de toi. »

couv67062610

J’ai un avis plutôt mitigé concernant ce roman. C’était mon premier Atwood et je ne savais pas trop à quoi m’attendre vu toutes les éloges que j’avais pu lire depuis le début de l’année. Je vous avoue que j’ai plutôt bien accroché à son style d’écriture. Il n’y a pas de fioritures, il y a un côté assez brut que j’aime beaucoup. Sa plume est cynique, acérée et souvent drôle. Cela dit, je regrette certains passages un peu longuets et d’autres qui étaient tout simplement incompréhensibles. Le récit est dense et les dialogues peu nombreux. J’ai mis un bon bout de temps à vraiment rentrer dans l’histoire. La première moitié du livre est, à mes yeux, presque inutile. A partir du moment où l’on arrive à Consilience/Positron, les choses commencent à devenir intéressantes. Les personnages révèlent leurs vrais visages, les rebondissements sont plus nombreux, les choses s’accélèrent.

Continuer la lecture de C’est le cœur qui lâche en dernier – Margaret Atwood.

C’est lundi, que lisez-vous ? #36

Coucou les paupiettes !

Ce sera un petit C’est lundi aujourd’hui puisque je n’ai pas beaucoup lu cette semaine. J’ai avancé dans pas mal de séries, surtout ce week-end, au détriment de ma PAL. Le reste du mois ne sera probablement pas très productif non plus puisque je pars à Aix-les-bains le week-prochain et en Bretagne dans une semaine. Je vais voir mes parents jusqu’au 2 août. Voilà, vous savez tout haha.

Concernant ce rendez-vous hebdomadaire, il est aujourd’hui géré par Galleane, chez qui vous pouvez retrouver le récapitulatif de tous les participants et les liens vers leurs articles.

Le principe est simple, il suffit de répondre à trois petites questions chaque lundi :

  • Qu’est-ce que j’ai lu la semaine passée ?
  • Qu’est-ce que je lis actuellement ?
  • Que vais-je lire ensuite ?

# Qu’est-ce que j’ai lu la semaine passée ?

PicMonkey Collage-73

J’ai lu trois romans cette semaine… et c’est tout ! Incroyable, non ? Pas de BD, pas de manga, je crois que c’est ma plus petite semaine depuis le début de l’année ! J’ai terminé Amisseum, dont je vous parlerai plus en détails demain. J’ai dévoré Pas trop saignant, roman simple, court et extrêmement efficace. Pour finir, j’ai lu 7 secondes, une dystopie haletante avec laquelle j’ai passé un très bon moment de lecture.

Continuer la lecture de C’est lundi, que lisez-vous ? #36

Premières lignes #9

Coucou les paupiettes !

Je n’ai pas été très présente du tout sur la blogosphère cette semaine, et ça risque probablement d’être le cas dans les semaines à venir puisque j’ai pas mal de choses à faire en ce moment. En plus, je vais voir mes parents en juillet (je ne les ai pas vus depuis un an, vous vous rendez compte ?), donc ma priorité ne sera pas le blog. Je vais quand même essayer de planifier quelques articles, si je trouve le temps.. Bref, je suis pas là pour vous raconter ma vie, je suis là pour vous présenter les premières lignes d’un livre de mon choix. Je suis actuellement partagée entre deux lectures et je n’ai pas réussi à en choisir une des deux, je vous présente donc les premières lignes de ma prochaine lecture : 7 secondes, écrit par Tom Easton et publié chez Lumen !

Découvert sur le blog Ma Lecturothèque, ce rendez-vous m’a tout de suite plu. Le principe est simple comme bonjour : chaque dimanche, je choisis un livre dans ma bibliothèque et je partage avec vous les premières lignes du récit ! Ça vous donnera peut-être envie de découvrir ce livre à votre tour.. Qui sait ?

couv8919396

Prologue

Julian tombe. Comme au ralenti. Chute, chute en vrille dans la grisaille. Cramponnée au garde-fou métallique, Mila le regarde rapetisser. Son corps tourne peu à peu et, lorsqu’il se retrouve face au ciel, elle entrevoit son visage blême, le O noir de sa bouche ouverte sur un cri. Puis il poursuit sa rotation et lui dissimule ses traits. Il est minuscule, à présent, et continue à rétrécir. Elle ne distingue plus de lui que le bleu foncé de l’uniforme de l’Agence qu’elle a volé pour lui à Sangatte.
Il heurte la travée principale du pont, rebondit, se met à tourbillonner à toute allure. Il doit être mort, songe-t-elle. Le choc l’a tué, c’est sûr. Mon Dieu, faites que le choc l’ait tué… Mais quelques secondes s’écoulent encore avant que son corps ne percute l’eau, mettant ainsi un terme à l’incertitude de Mila. Il vient de faire un plongeon de 250 mètres dans les flots glacés de la Manche.
A la vitesse où il est tombé, l’eau équivaut à du béton. Ça, elle le sait. C’est l’un des nombreux détails qu’elle a appris au cours de sa courte vie. Déjà nouées par la peur, ses entrailles se contractent tandis qu’elle s’efforce de saisir ce qui vient de se produire. Elle l’a vraiment perdu… En parallèle, avec un manque troublant de compassion, une petite voix dans sa tête s’apitoie et s’interroge. Et maintenant, Mila ? Qu’est-ce que tu vas bien pouvoir faire à présent que Julian est mort ?
Comment parviendras-tu à survivre ?

Alors, intrigués ?

La bisette !

Top Five Séries Addict #16 – Les séries à découvrir cet été !

Coucou les paupiettes !

On se retrouve pour un nouveau Top Five Séries Addict, consacré cette semaine aux séries de l’été, que ce soient de nouvelles séries ou des séries que l’on compte découvrir pendant la période. Si vous vous souvenez bien, je vous avais parlé il y a quelques semaines des séries que j’attendais avec le plus d’impatience cette année (vous pouvez retrouver l’article ici). Sachant que j’en avais laissé quelques unes de côté, je vais rattraper ça avec ce Top Five ! Je vais dans un premier temps vous présenter les quatre nouvelles séries que j’ai hâte de découvrir dans les prochaines semaines. Le cru de l’été 2017 n’est pas spécialement hyper excitant. Pas à mes yeux en tout cas. Tant mieux vous me direz, ça va me permettre d’avancer aussi dans toutes les séries déjà en cours. Dans un second temps, je vais vous présenter les cinq séries que je vais sortir de ma looooongue liste de séries à commencer cet été !

Pour rappel, ce rendez-vous a été mis en place par Tequi. Le système est simple, toutes les semaines nous parlerons de certaines séries que l’on regarde, que l’on a regardé ou que l’on veut regarder un jour, selon un thème prédéfini. C’est ouvert à tout le monde, donc n’hésitez pas à vous joindre à nous !

Les nouveautés 2017.

# G.L.O.W.

Los Angeles, années 1980 : une bande de marginales se réinvente et devient les Gorgeous Ladies of Wrestling. A partir du 23 juin.

Continuer la lecture de Top Five Séries Addict #16 – Les séries à découvrir cet été !

Premières lignes #4

Coucou les paupiettes !

J’ai récemment découvert sur le blog Ma Lecturothèque un rendez-vous qui m’a tout de suite plu : Premières lignes. Le principe est simple comme bonjour : chaque dimanche, je choisis un livre dans ma bibliothèque et je partage avec vous les premières lignes du récit ! Ça vous donnera peut-être envie de découvrir ce livre à votre tour.. Qui sait ?

Personnellement, je vais essayer de partager avec vous le début de mes lectures en cours ou des romans que j’ai déjà lu par le passé. Si vous l’avez lu également, ça nous permettra d’échanger à leur sujet !

Aujourd’hui, j’ai décidé de partager avec vous les premières lignes de ma prochaine lecture : Le joyau, écrit par Amy Ewing. Il s’agit d’un premier tome ! Repéré grâce à sa très belle couverture,  ça fait un long moment qu’il me fait envie… J’espère que je ne serai pas déçue par cette lecture !

couv69267510

1.

Aujourd’hui, Violet Lasting vit ses dernières heures. Demain, mon nom me sera repris, remplacé par un numéro de lot.
L’aube s’éveille. A cette heure, les rues du Marais baignent encore dans le silence. Un silence à peine troublé par le bruit des sabots d’un âne tirant une charrette à lait. Je rabats ma couverture et enfile ma robe de chambre. Bleu nuit, usée aux coudes, elle appartenait à ma mère. Avant, je nageais dedans ; les manches me couvraient les mains et l’ourlet traînait par terre. Mais j’ai grandi. A présent, elle est pile à ma taille. J’y tiens comme à la prunelle de mes yeux. C’est l’une des rares choses qu’on m’a autorisée à emporter avec moi à Southgate. Je ne vais pas m’en plaindre, j’ai déjà de la chance d’avoir pu garder quelques objets de chez moi. Dans les trois autres instituts, le règlement est beaucoup plus strict. A Northgate, par exemple, les effets personnels sont rigoureusement interdits.
Je colle mon front contre la grille de la fenêtre – un ouvrage de ferronnerie en forme de rosier. A croire que ce motif floral suffirait à nous faire oublier le but premier de cet ouvrage : nous couper du monde.
Les premières lueurs du jour balaient les ruelles en terre battue, déposant sur le sol un voile nacré. Le Marais tire son nom des méandres des chemins qui le sillonnent et d’où émane une odeur nauséabonde de soufre. Tous les matériaux de construction – pierre, béton et asphalte – étaient jadis réservés à l’édification des cercles les plus riches de la Cité.
Mon cœur s’emballe dans ma poitrine, comme un ballet de papillons. Aujourd’hui, je vais revoir ma famille pour la première fois depuis quatre ans. Ma mère, mon frère Ochre et la petite Hazel – enfin, elle a dû beaucoup grandir depuis le temps. J’ignore s’ils attendent ce moment avec impatience. Peut-être qu’ils me considèrent aujourd’hui comme une étrangère. Tant de mois se sont écoulés depuis que j’ai intégré Southgate que je me demande parfois si je suis toujours la même. Par moments, j’en viens à oublier qui j’étais avant. Et s’ils ne me reconnaissaient pas, tout simplement ?
L’angoisse monte en moi tandis qu’à l’horizon le soleil apparaît derrière le Grand Mur, le rempart qui entoure la Cité solitaire et nous protège de l’océan, l’empêchant de nous engloutir. Le rempart qui nous maintient en sécurité, en vie. J’ai toujours préféré l’aurore au crépuscule. Elle symbolise à mes yeux un moment empli d’espoir. Un moment où le monde s’éveille dans une explosion de couleurs. Une palette chaude qui me ravive le cœur. Pourvu que j’ai l’occasion d’en contempler d’autres une fois dans le Joyau.
Si seulement je n’étais pas née mère porteuse.

Alors, intrigués ?

Est-ce que certains d’entre vous l’ont déjà lu ? Qu’en avez-vous pensé ?