Du livre au film #6 – Bridget Jones’s Diary.

Coucou les paupiettes ! 

Les articles se font un peu rare en ce moment, je suis hyper fatiguée et j’ai beaucoup de choses à préparer pour mon service civique. Je vous en parlerai plus en détails à la fin du mois je pense. J’envisage de créer un nouveau rendez-vous où je vous parlerai des livres que je vais être amenée à lire aux enfants de 3 à 12 ans, et des activités que j’organiserai autour. Ça avait l’air d’en tenter plusieurs quand j’avais posé la question sur Twitter.

Bref. Mon rythme de lecture a également considérablement ralenti haha. Ça avance lentement mais sûrement. Je vous avais dit que je reprenais la lecture en anglais. Choisir ma première lecture pour le challenge Read in English (Livraddict) n’a pas été facile. Je m’étais lancée dans un bouquin que j’avais emprunté parce que la couverture était magnifique et le résumé plutôt rigolo. Au final j’ai abandonné au bout de 50 pages, c’était impossible à lire, très long, inintéressant. Tout bien considéré, il valait mieux commencer par un truc que je « connaissais », plus léger, plus accessible. Bridget Jones m’est apparu comme une évidence dans la bibliothèque. Je connais le film par cœur, mais je n’avais jamais lu le roman dont il est tiré, c’était l’occasion !

2006

Bridget Jones’s Diary est un roman écrit par Helen Fielding en 1996 (il a presque mon âge haha) et adapté au cinéma en 2001. Le film a été réalisé par Sharon Maguire. Pour ceux que ça pourrait intéresser, Richard Curtis a participé à l’écriture du scénario (pour moi c’est important, en grande fan de Curtis que je suis) !

# Le roman.

Bon Dieu, pourquoi suis-je aussi moche? Dire que je me suis persuadée que je me gardais tout mon weekend pour travailler alors que j’étais simplement en faction devant le téléphone à attendre que Daniel m’appelle. Atroce ! Pourquoi n’a-t-il pas appelé ? Qu’est-ce qui cloche chez moi ?

Bridget a presque trente ans et n’est toujours pas mariée. Entre une mère égoïste et des amis plus ou moins en couple, elle cherche le prince charmant qui changera sa vie, son regard sur elle-même et sur le monde. Comment s’y prendre avec les hommes ?

Par où commencer ? Avec humour décapant, Helen Fielding trace le portrait d’une génération femmes socialement responsables, financièrement autonomes, affectivement… frustrées ! Une comédie sentimentale, ironique et tendre.

couv122067871

Cet article contient peut-être des spoilers. Mais peut-être que non. J’essaye vraiment d’être le plus général possible, mais je vous dévoile quand même quelques grandes lignes du roman (et du film).

Continuer la lecture de Du livre au film #6 – Bridget Jones’s Diary.

Du livre au film #5 – The Revenant.

Coucou les paupiettes !

Ça faisait un petit moment que je n’avais pas publié de chroniques sur une adaptation cinématographique. Aujourd’hui, on va parler de l’adaptation de The Revenant, roman écrit par Michael Punke en 2002 (réédité par Le Livre de Poche en 2016). Le film, réalisé par Alejandro Gonzalez Iñárritu est celui qui aura (ENFIN) permis à l’acteur Leonardo DiCaprio d’obtenir un Oscar en février 2016. Alors, qu’en est-il de cette adaptation ?

Le roman.

États-Unis, 1823. Au cours d’une expédition à travers les Grandes Plaines, le trappeur Hugh Glass est attaqué par un grizzly. Défiguré, le corps déchiqueté, Hugh est confié à deux volontaires chargés de le veiller jusqu’à sa mort puis de l’enterrer. Mais ses gardiens décident d’abandonner le blessé. En plein territoire indien, seul, désarmé et à bout de forces, Glass survit. Son unique motivation : la vengeance. Commence alors la légende de Hugh Glass : l’histoire d’un homme hors du commun qui va parcourir cinq mille kilomètres, depuis le Dakota du Sud jusqu’au Nebraska, pour retrouver ceux qui l’ont trahi. (Résumé : Babelio)

41oaqlsuqbl-_sx195_

Cet article contient peut-être des spoilers. Mais peut-être que non. J’essaye vraiment d’être le plus général possible, mais je vous dévoile quand même quelques grandes lignes du roman (et du film). Continuer la lecture de Du livre au film #5 – The Revenant.

Du livre au film #3 – Nos étoiles contraires.

Coucou les paupiettes !

Ça fait un petit moment que je n’ai pas fait d’article sur une adaptation livre/film, il était temps de combler ce manque ! J’ai fait l’acquisition il y a quelques mois du roman Nos étoiles contraires, dont j’avais entendu beaucoup de bien. Après l’avoir un peu laissé choir comme un vieux camembert, j’ai décidé de me lancer. Et d’enchainer avec l’adaptation ciné. Et voilà ce que j’en ai pensé !

Cet article contient peut-être des spoilers. Mais peut-être que non. J’essaye vraiment d’être le plus général possible, mais je vous dévoile quand même quelques grandes lignes du roman (et du film).

353b0d087a1120bb2ec6671cc57385c8

Le roman :

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

couv73401591

John Green a, selon moi, réussi à traiter d’un sujet très grave de façon intelligente, avec justesse et beaucoup d’humour. J’ai mis quelques pages avant de m’ajuster à la patte de l’auteur, je trouvais son écriture assez (trop ?) « familière », mais je m’y suis finalement très vite fait et j’ai pu apprécier la suite de ma lecture. J’ai même fini par apprécier sa façon d’écrire.

Les personnages sont plutôt attachants, bien qu’Augustus m’ait parfois un peu tapé sur le système. L’histoire est bien menée, les événements s’enchainent clairement dans une logique un peu prévisible mais bon.. J’ai apprécié que l’auteur ait choisi cette fin plutôt que quelque chose de beaucoup plus facile. Bien évidemment l’histoire est très émouvante mais elle ne m’a pas arraché de larmes du tout, John Green n’a pas réussi à m’émouvoir à ce point là.. Il m’aura cependant amené à réfléchir à certaines choses, notamment sur tout ce qui concerne le « vivre dans l’instant présent », profiter des choses qui nous entourent, des gens qu’on aime et qui nous aiment en retour..

J’ai trouvé que c’était un bon roman, sans pour autant sauter au plafond. Pas de coup de coeur pour ibidou ! Ça reste tout de même une lecture que je recommande. Si le sujet n’est pas très joyeux, c’est un roman qui fait du bien, un roman dont il faut se souvenir. Ça reste une importante leçon de vie.

15/20

Le film :

J’ai été agréablement surprise par cette adaptation. Josh Boone a réussi à saisir le roman d’une façon très juste, il a sélectionné les bons passages, les bons dialogues. On retrouve toute l’émotion dont est chargée le roman, et plus encore puisque contrairement au livre, le film a réussi à me faire pleurer à chaudes larmes !

Si le choix de Shailene Woodley m’a paru excellent pour le rôle d’Hazel, j’étais un peu plus sceptique au début en voyant apparaitre Ansel Elgort en Augustus.. Mais je m’y suis finalement habitué. Bien que, je vous avoue, le fait qu’ils soient frère et soeur dans Divergente n’aide PAS DU TOUT. Les rôles secondaires.. et bien.. ils sont secondaires. A part Nat Wolff (Isaac) et Willem Dafoe (Peter Van Houten), j’ai déjà oublié leurs visages. Bon, ok, j’exagère un peu, mais ils n’ont vraiment qu’un rôle très superflu dans le film. Alors que dans le roman on ressent un peu plus leur présence, notamment celle des parents (d’Hazel mais aussi d’Augustus). Revenons au choix de Willem Dafoe pour Peter Van Houten.. J’étais très surprise de le voir là car il ne correspond absolument pas à la vision que je m’étais faite du mec. Mais il est tellement bon dans ce genre de rôle que je suis obligée de saluer cette décision !

En ce qui concerne la façon de filmer, comme pour le roman, tout est dans la justesse, la subtilité. Forcément, dans une adaptation d’un roman qui traite du cancer on ne peut pas ignorer le thème principal. Mais je trouve que l’adaptation est réussie sur ce point. Des passages qui auraient pu apparaître comme too much ont été coupés, centrant beaucoup plus les choses sur la relation entre les deux adolescents. On ne tombe jamais dans le cliché.

Même si vous n’avez pas lu le roman, c’est un film que je vous recommande. Il est drôle, transpire la joie et la tristesse, la vie mais aussi la mort, l’émotion est présente du début à la fin. Le film vaut vraiment la peine d’être vu. Notez quand même qu’en ayant lu le roman, on est capables de remplir certains trous, de replacer des choses, des événements, des sentiments/émotions et cela rend le visionnage beaucoup plus intéressant à mes yeux !

15/20

C’est fini pour aujourd’hui ! On se retrouve très vite avec un nouvel article trop bien, je sais que vous l’attendez déjà avec impatience (ça va les chevilles ?) !

A bientôt.

539d35ba9c372a9369fdb480dfbb8f5d

Des bisous !