Ciao Bianca – Vincent Villeminot.

Coucou les paupiettes !

Je vous propose aujourd’hui de découvrir mon avis sur le roman que j’ai lu le week-end dernier, l’un des petits derniers du très prolifique Vincent Villeminot. Ciao Bianca a été publié aux éditions Fleurus en août 2019. Avant toute chose, je tiens à remercier Netgalley et la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Cela fait trois ans que Matthieu n’a pas vu sa famille, depuis qu’il a claqué la porte de la maison, le jour de ses 18 ans. Il n’a pas répondu aux appels de sa mère, a évité de donner des nouvelles. Mais le jour où il apprend qu’elle vient de mourir, un cancer foudroyant, il ne peut faire autrement que d’aller à l’enterrement…
Enfin, l’enterrement… Ce n’est pas vraiment ça… juste une cérémonie…

Parce que Bianca Fois a prévu d’être inhumée en Sardaigne, dans le caveau familial. D’ailleurs, elle a déjà tout organisé : c’est Matthieu qui doit aller là-bas, pour l’accompagner jusqu’à sa dernière demeure. Seul avec ses frère et sœur, des jumeaux de 11 ans, Gavi et Lena, qu’il ne connaît plus trop. Matthieu suppose d’ailleurs qu’il a beaucoup à se faire pardonner d’eux.
Ce dont il ne se doute pas, c’est que la descente de l’Italie, et le voyage sur l’île, vont être l’occasion de pas mal de galères, et aussi d’éblouissements, de bains de mer, de nuits à la belle étoile…

couv4943167

Continuer la lecture de Ciao Bianca – Vincent Villeminot.

#PLIB2019 : La fille qui tressait les nuages – Céline Chevet.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour parler du dernier finaliste du PLIB 2019 que je n’avais pas encore chroniqué. La fille qui tressait les nuages a été écrit par Céline Chevet et a été publié aux Éditions du Chat Noir en juin 2018. C’est l’un des romans dont j’appréhendais le plus la lecture au vu de toutes les excellentes chroniques que j’avais pu lire. A force de repousser, je l’ai lu à la dernière minute mais je n’en ai fait qu’une bouchée…

Saitama-ken, Japon.

Entre les longs doigts blancs de Haru, les pelotes du temps s’enroulent comme des chats endormis. Elle tresse les nuages en forme de drame, d’amour passionnel, de secrets.

Sous le nébuleux spectacle, Julian pleure encore la sœur de Souichiro Sakai, son meilleur ami. Son esprit et son cœur encore amoureux nient cette mort mystérieuse. Influencée par son amie Haru, Julian part en quête des souvenirs que sa mémoire a occultés. Il est alors loin de se douter du terrible passé que cache la famille Sakai…

Fable surréaliste, la Fille qui tressait les nuages narre les destins entrecroisés d’un amour perdu, une famille maudite et les tragédies d’une adolescence toujours plus brève.

couv57910467

#ISBN9782375680797

Continuer la lecture de #PLIB2019 : La fille qui tressait les nuages – Céline Chevet.

Les cœurs brisés ont la main verte – Abbi Waxman.

Coucou les paupiettes !

Je vais aujourd’hui vous parler du roman qui m’a accompagné pendant mon looooong trajet jusqu’en Bretagne la semaine dernière ! Ma foi, une belle découverte et je vais développer tout ça un peu plus bas. Il s’agit de Les cœurs brisés ont la main verte, publié aux éditions Belfond (collection Le Cercle) en octobre 2017 et aux éditions Pocket en octobre 2018. Il a été écrit par Abbi Waxman, une autrice que je ne connaissais pas et qui ne semble pas avoir écrit autre chose (ou en tout cas n’a pas été traduite en français). Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre !

Californienne de trente-quatre ans, mère de deux adorables chipies et illustratrice pour une super maison d’édition, Lili semble mener une vie rayonnante. Pourtant, derrière son sourire et son grand sens de l’autodérision, la jeune femme peine à se remettre du décès accidentel de son mari, trois ans plus tôt. Depuis, et au grand dam de Rachel, sa sœur cadette qui s’évertue à placer de sémillants célibataires sur son chemin, le cœur de Lili est en stand by.
Mais un vent nouveau s’apprête à souffler. Chargée d’illustrer une encyclopédie de botanique, la jeune femme se voit imposer des cours de jardinage, le samedi matin, au beau milieu d’un parc de L.-A. L’heure est venue pour la jeune femme de troquer pyjama et télé contre une paire de bottes et du compost ! Mais comment tisser des liens avec des inconnus ? Lili est-elle vraiment prête à quitter sa zone de confort ?
Amour, amitié et rempotage ! En compagnie de ses deux filles, de Rachel et d’autres âmes esseulées, Lili va vite découvrir les vertus du jardinage pour délier les langues et réparer les cœurs…

couv20271166

Continuer la lecture de Les cœurs brisés ont la main verte – Abbi Waxman.

Valentine ou la belle saison – Anne-Laure Bondoux.

Coucou les paupiettes !

Comme promis dans le C’est lundi, je vais vous parler du dernier roman d’Anne-Laure Bondoux. J’ai découvert cette autrice avec Et je danse, aussi, roman écrit à quatre mains avec Jean-Claude Mourlevat que j’avais beaucoup aimé. Valentine ou la belle saison a été publié le 4 octobre 2018 aux éditions Fleuve. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre !

À 48 ans et demi, divorcée et sans autre travail que l’écriture d’un manuel sur la sexualité des ados, Valentine décide de s’offrir une parenthèse loin de Paris, dans la vieille demeure familiale. Là-bas, entourée de sa mère Monette et du chat Léon, elle espère faire le point sur sa vie. Mais à la faveur d’un grand ménage, elle découvre une série de photos de classe barbouillées à coups de marqueur noir. Ce mystère la fait vaciller, et quand son frère Fred débarque, avec son vélo et ses états d’âme, Valentine ne sait vraiment plus où elle en est. Une seule chose lui semble évidente : elle est arrivée au terme de la première moitié de sa vie. Il ne lui reste plus qu’à inventer – autrement et joyeusement – la seconde.

couv24704328

Continuer la lecture de Valentine ou la belle saison – Anne-Laure Bondoux.

Je voudrais que la nuit me prenne – Isabelle Desesquelles.

Coucou les paupiettes !

Je vais aujourd’hui vous parler d’un roman de la rentrée littéraire 2018 publié chez Belfond, dans la collection Pointillés. Je voudrais que la nuit me prenne a été écrit par Isabelle Desesquelles, autrice que je n’avais encore jamais lu jusqu’à présent. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre !

Loin du bruit du monde, Clémence, bientôt huit ans, grandit auprès de parents rivalisant de fantaisie. Mais elle n’a pas la voix d’une petite fille et ses mots sont ceux d’un mystère cruel. Que s’est-il passé pour que l’innocence se borde ainsi de noir ? Plongée vertigineuse et poétique dans le monde de l’enfance, Je voudrais que la nuit me prenne raconte le danger du bonheur.

Capture d_écran 2018-10-05 à 15.45.18

Continuer la lecture de Je voudrais que la nuit me prenne – Isabelle Desesquelles.

Khalil – Yasmina Khadra.

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui je vais vous parler d’un roman que j’ai lu le week-end dernier. Il s’agit du dernier livre de Yasmina Khadra, un auteur que j’apprécie particulièrement. Ses romans ne sont jamais bien joyeux mais ils sont toujours porteurs d’un message important. Khalil, publié chez Julliard en août 2018, est l’un des romans qui me tentaient le plus en cette rentrée littéraire. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier Netgalley et la maison d’édition pour l’envoi de ce roman.

Vendredi 13 novembre 2015. L’air est encore doux pour un soir d’hiver. Tandis que les Bleus électrisent le Stade de France, aux terrasses des brasseries parisiennes on trinque aux retrouvailles et aux rencontres heureuses. Une ceinture d’explosifs autour de la taille, Khalil attend de passer à l’acte. Il fait partie du commando qui s’apprête à ensanglanter la capitale. Qui est Khalil ? Comment en est-il arrivé là ? Dans ce nouveau roman, Yasmina Khadra nous livre une approche inédite du terrorisme, d’un réalisme et d’une justesse époustouflants, une plongée vertigineuse dans l’esprit d’un kamikaze qu’il suit à la trace, jusque dans ses derniers retranchements, pour nous éveiller à notre époque suspendue entre la fragile lucidité de la conscience et l’insoutenable brutalité de la folie.

couv13631881

Continuer la lecture de Khalil – Yasmina Khadra.

The Hate U Give – Angie Thomas.

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui, nous allons parler d’un roman que j’ai lu en lecture commune en août avec Popcorn & Gibberish et Le petit monde d’Isa. Ce roman a fait beaucoup parler de lui dès sa publication car il aborde des thématiques fortes. The Hate U Give a été écrit par Angie Thomas et publié aux éditions Nathan en avril 2018. Une adaptation cinématographique a déjà été réalisée et sera en salles d’ici quelques temps (sortie en octobre aux États-Unis).

Starr a seize ans, elle est noire et vit dans un quartier difficile, rythmé par les guerres entre gangs, la drogue et les descentes de police.
Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic ; tous les jours, elle fait le grand écart entre ses deux vies, ses deux mondes.
Mais tout vole en éclats le soir où son ami d’enfance Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Par un policier trop nerveux. Starr est la seule témoin. Et tandis que son quartier s’embrase, tandis que la police cherche à enterrer l’affaire, tandis que les gangs font pression sur elle pour qu’elle se taise, Starr va apprendre à surmonter son deuil et sa colère ; et à redresser la tête.

couv58584033

Continuer la lecture de The Hate U Give – Angie Thomas.

Le putain d’énorme livre du bonheur qui va tout déchirer – Anneliese Mackintosh.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour une nouvelle chronique livresque. On approche tout doucement de la fin du Challenge Netgalley et il me reste encore quelques lectures à faire. Pour l’instant, j’ai découvert de chouettes romans et quelques auteurs talentueux ! Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Le putain d’énorme livre du bonheur qui va tout déchirer a été écrit par Anneliese Mackintosh et a été publié aux éditions Milady le 16 mai 2018. Merci à Netgalley et à la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Ottila a décidé d’être heureuse et ça va faire mal. Ottila a un problème. Enfin, elle en a un paquet. D’abord elle est alcoolique. Son père est mort pendant qu’elle se complaisait dans une éternelle gueule de bois. Sa soeur a été internée. Sa mère est en train de craquer. Et ses amis la tirent vers le bas. Sauf Thalès, le type le plus sain qu’elle ait jamais rencontré. Thalès donne envie à Ottila de devenir meilleure. Alors elle décide de faire un doigt à son « contexte » pourri et vole Le Petit Livre du bonheur à la bibliothèque. Puis elle entreprend de le scrapbooker sauvagement : mails, SMS, transcriptions de séances de thérapie, dessins… tout y passe..

couv596606

Continuer la lecture de Le putain d’énorme livre du bonheur qui va tout déchirer – Anneliese Mackintosh.

Des hommes sans femmes – Haruki Murakami.

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un recueil de nouvelles que j’ai lu la semaine dernière. Publié aux éditions 10-18 en avril 2018, Des hommes sans femmes a été écrit par Haruki Murakami. Je tiens à remercier la maison d’éditions pour l’envoi de ce livre !

« A ce que je sais, votre épouse était vraiment une femme merveilleuse […] vous devez vous sentir reconnaissant d’avoir vécu presque vingt ans auprès d’une femme comme elle. je le crois profondément. Néanmoins, vous aurez beau penser que vous avez compris quelqu’un, que vous l’avez aimé, il n’en reste pas moins impossible de voir au plus profond de son coeur. Vous aurez pu vous y efforcer, mais vous n’aurez réussi qu’à vous faire du mal. Vous ne pouvez voir qu’au fond de votre propre coeur, et encore, seulement si vous le voulez vraiment, et si vous faites l’effort d’y parvenir. En fin de compte, notre seule prérogative est d’arriver à nous mettre d’accord avec nous-même, honnêtement, intelligemment. Si vous voulons vraiment voir l’autre, nous n’avons d’autre moyen que de plonger en nous-même. Telle est ma conviction. »

Neuf ans après Saules aveugles, femme endormie, le retour d’Haruki Murakami à la forme courte. Dans ce recueil comme un clin d’œil à Hemingway, des hommes cherchent des femmes qui les abandonnent ou qui sont sur le point de le faire. Musique, solitude, rêve et mélancolie, le maître au sommet de son art.

couv41005445

Continuer la lecture de Des hommes sans femmes – Haruki Murakami.

Premières lignes #23

Coucou les paupiettes !

On se retrouve ce matin pour découvrir les premières lignes d’un nouveau roman. J’ai choisi de partager avec vous le début de ma prochaine lecture ! Il s’agit d’un livre publié aux éditions Rémanence en octobre 2017 dans la collection « Regards ». Devant le seuil, écrit par Philippe Godet, raconte l’histoire d’un couple qui se retrouve face à la maladie, face à la mort. Pour rendre hommage à sa femme, il raconte son histoire à elle avec ses mots à lui…

Découvert sur le blog Ma Lecturothèque, ce rendez-vous m’a tout de suite plu. Le principe est simple comme bonjour : chaque dimanche, je choisis un livre dans ma bibliothèque et je partage avec vous les premières lignes du récit ! Ça vous donnera peut-être envie de découvrir ce livre à votre tour.. Qui sait ?

couv71592013-2

1

Vu du ciel, par exemple depuis le cockpit d’un planeur, le décor serait celui-ci : les couleurs flamboyantes d’un crépuscule de fin d’été, une ville lovée autour de son vieux port, des faubourgs populeux, un port de commerce ouvert sur le large, un cargo s’apprêtant à appareiller, des grues au repos, une route à quatre voies, une barrière de péage, un pont enjambant un bras de mer, une île. Sur la route, peu de circulation, seulement quelques véhicules semblant attardés, dont une voiture rouge métallisé, d’un rouge si vif qu’on croirait la voir scintiller.
Sitôt passé le péage, la voiture rouge s’engage sur le pont en respectant l’allure modérée préconisée par les panneaux routiers. Il s’agit d’une voiture puissante, la version « sportive » d’un modèle récent assez banal, pilotée par une jeune femme intrépide qui n’a pas hésité à enfreindre les règles en se maintenant sur l’autoroute à la vitesse de cent-quatre-vingt kilomètres à l’heure.
Les radars, je m’en moque, s’était écriée la jeune femme. Il le faut.
Et c’est la vérité. Bien que défendu, ce chiffre déraisonnable prend en effet une valeur symbolique, tant pour la conductrice que pour son passager, un retraité peu enclin aux sensations vertigineuses. Les émotions fortes, il les avait pourtant bien connues, autrefois. Son épouse en était la source exclusive. Et pas seulement au volant, loin de là.
Ma femme pouvait chanter plus clair que la glace, plus fort que la houle. Ma femme était une battante. Elle mordait la vie à pleines dents, elle prenait des risques. Elle n’a pas survécu.

Alors, tentés ?