Passager 23 – Sebastian Fitzek.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour parler d’un roman que j’ai terminé la semaine dernière et que j’ai lu en lecture commune avec l’ami Ludo du blog Prends un livre et détends-toi. Il s’agit d’un thriller publié aux éditions L’Archipel en mars 2018. Passager 23 a été écrit par Sebastian Fitzek, auteur allemand que j’ai découvert avec ce roman mais qui pèse pas mal dans le game. Avec une dizaine de romans à son actif (tous traduits et publiés chez L’Archipel), il est aujourd’hui le numéro un du thriller en Allemagne et ses romans sont très plébiscités à l’internationale. Qu’ai-je donc pensé de son petit dernier ? Je vais vous dire ça tout de suite ! Mais avant toute chose, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre. 

Un paquebot, des disparitions mystérieuses…Depuis de longues années, des passagers du Sultan des mers – souvent une mère et son enfant – disparaissent après s’être vraisemblablement jetés par-dessus bord. C’est ce qui est arrivé à la femme et au fils de Martin Schwartz, Tim, alors qu’ils effectuaient une croisière sur ce paquebot.Depuis la mort de sa femme et de son fils Tim, Martin a perdu goût à la vie et assume, au sein de la police où il officie comme psychologue, des missions dangereuses, notamment au contact de pédophiles sans scrupules. Cinq années ont passé quand une femme mystérieuse, qui se prétend auteure de thrillers, l’invite à retourner sur Le Sultan des mers. Elle aurait des révélations à lui faire sur la disparition de sa famille. Une fois sur place, il reconnaît avec stupeur l’ours en peluche de Timmy dans les bras d’Anouk, une enfant disparue qui vient de refaire surface. Il comprend alors qu’il a été sollicité pour découvrir ce qu’a vécu la fillette que l’on cache dans la cabine 23. Au fil de son enquête, il mettra au jour le mobile de ces mystérieuses disparitions. Et découvrira que les disparus ne sont peut-être pas tous morts…

Capture d_écran 2018-05-22 à 23.11.58

Continuer la lecture de Passager 23 – Sebastian Fitzek.