Love, Simon – Becky Albertalli.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour une nouvelle chronique livresque. Ça faisait un petit moment que Love, Simon (également connu sous le nom de Moi, Simon, 16 ans, homo-sapiens) me faisait de l’œil. Écrit par Becky Albertalli, il a été publié en 2015 puis réédité le 30 mai 2018 aux éditions Hachette, à l’occasion de la sortie de l’adaptation cinématographique. Quand j’ai reçu un mail de Netgalley annonçant qu’il était disponible en libre accès pour les 50 premiers arrivés, je me suis ruée sur le site sans aucune hésitation. J’ai commencé (et terminé) le roman le soir même, vous voulez savoir ce que j’en ai pensé ?

Avant toute chose, je tiens à remercier Netgalley et la maison d’édition pour l’envoi de ce roman. 

Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n’est au courant. Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c’est bien à l’abri derrière l’écran de son ordinateur. C’est sur un chat qu’il a « rencontré » Blue. Il ne sait pas grand-chose de lui. Simplement :
1/ Ils fréquentent le même lycée.
2/ Blue est irrésistible.
3/ Il l’apprécie énormément. (Pour être tout à fait honnête, Simon commence même à être un peu accro.)
Simon commet alors une erreur monumentale : il oublie de fermer sa session sur l’ordi du lycée. Résultat ? Martin, un de ses camarades de classe, sait désormais que Simon est gay. Soit Simon lui arrange un coup avec sa meilleure amie, soit Marin révèle son secret à la terre entière. Problème réglé ? Pas si sûr…

couv404166981

Continuer la lecture de Love, Simon – Becky Albertalli.

Publicités

Les Mauvais Gones : les Gansters mis à l’honneur à Confluence.

Coucou les paupiettes !

Je vous propose un nouvel article consacré à l’actualité culturelle et artistique lyonnaise. Aujourd’hui, on ne va pas parler musée, on ne va pas parler théâtre, on va parler cinéma. Le festival Les Mauvais Gones prendra place à l’UGC Ciné Cité Confluence les 21, 22 et 23 mars prochains. Qui, que, quoi, comment ? Pas de panique, je vais vous expliquer tout ça !

LMG

Continuer la lecture de Les Mauvais Gones : les Gansters mis à l’honneur à Confluence.

Point Culture #25 – Livres, films, séries.

Coucou les paupiettes !

Ça fait foooooort longtemps que vous n’avez pas eu un vrai Point Culture (depuis 2016 si je ne m’abuse) et je tiens à m’excuser pour cela, je sais que c’était un rendez-vous qui vous plaisait bien. Sachant que le blog a connu une belle évolution en 2017, il y a sûrement quelques nouveaux qui ne savent pas ce qu’est le Point Culture chez ibidouu.  C’est assez simple, c’est ici que je vous présente tous les quinze jours (environ) les livres que je n’ai pas envie/le temps de chroniquer avec moult détails, je vous parle aussi des BDs que je lis, des films que je regarde et des séries que j’ai commencé ou terminé. J’ai décidé de changer quelques petites choses car je trouvais les articles beaucoup trop long et je vais maintenant essayer de vous faire des mini-chroniques simples, courtes et efficaces. J’ai pris un peu de retard, je devais normalement publier cet article la semaine dernière.. il sera donc un petit peu long quand même. DÉSOLÉE.

200w

Continuer la lecture de Point Culture #25 – Livres, films, séries.

Popcorn Ciné Club #1 – Loin de la foule déchaînée.

Coucou les paupiettes !

Je ne sais plus si je vous en avais parlé ou non, j’ai rejoint en ce début d’année 2017 le Popcorn Ciné Club, très très chouette initiative proposée par ma petite tartine chérie Popcorn & Gibberish. Le principe est le même que celui d’un club de lecture, chaque mois nous sélectionnons un film, nous le visionnons et après… on en parle ! On choisit le film entre le 14 et le 24 de chaque mois, il y a une page FB et tout – allez voir, c’est super ! Simple comme bonjour.

postage

Je n’ai pas réussi à participer au mois de janvier (c’est la faute à Mr Ibidouu, il voulait le voir aussi et on a jamais réussi à se caler un moment pour le regarder ensemble, bref) mais ce mois-ci, j’ai réussi à voir le film choisi. Le thème du mois était « Romance » et c’est le film Loin de la foule déchaînée (Far from the madden crowd) qui avait été élu grand gagnant.

561e4a5f61e9c-medium

Synopsis : Dans la campagne anglaise de l’époque victorienne, une jeune héritière, Bathsheba Everdeene doit diriger la ferme léguée par son oncle. Femme belle et libre, elle veut s’assumer seule et sans mari, ce qui n’est pas au goût de tous à commencer par ses ouvriers. Bathsheba ne se mariera qu’une fois amoureuse. Qu’à cela ne tienne, elle se fait courtiser par trois hommes, le berger Gabriel Oake, le riche voisin Mr Boldwood et le Sergent Troy (source : Allociné).

Je n’avais encore jamais vu ce film, sorti en 2015, adapté du roman éponyme écrit par Thomas Hardy en 1874. Pour tout vous dire, je n’en avais jamais entendu parler ! Je tiens donc à remercier le Popcorn Ciné Club pour cette belle découverte.

C’est étonnant que je n’ai jamais entendu parler de ce film car il a tout de même un très beau casting. Carey Mulligan est une actrice que je connais assez mal, je l’avoue, mais que j’ai trouvé très convaincante dans les quelques films où j’ai pu la voir (Orgueil et préjugés, Shame, Une éducation, Gatsby…). En tout cas, elle ne m’a certainement pas déçue dans ce film ! Je l’ai toujours vue dans des rôles de femme-enfant et la voir ici dans un rôle de maîtresse de maison, qui dirige sa propre exploitation, ça a changé ma perception de l’actrice. Elle incarne avec talent cette femme à la fois courageuse, indépendante et fragile. Concernant les rôles masculins, je n’ai rien à redire concernant Matthias Schoenaerts et Michael Sheen, tous les deux très bons. Leurs personnages étaient vraiment intéressants, peut-être un tantinet insuffisamment développés à mon goût. Il n’y a que Tom Sturridge qui m’a laissé sur ma faim. Il se repose un peu trop sur sa belle gueule et je trouve son jeu assez superficiel. Il ne m’a pas fait ressentir grand chose le bonhomme, contrairement aux deux autres.

Forcément, une femme qui se veut indépendante et maîtresse de son destin dans les années 1800, ça ne pouvait que me plaire. Si la romance est au cœur de cette histoire, le film aborde et développe quelques axes secondaires très intéressants. Cette romance, parlons-en. On rentre dans le vif du sujet dès les premières minutes du film et, finalement, j’ai l’impression qu’on se perd un peu en cours de route. De mon côté il y a eu un petit effet yoyo, la passion n’était pas complètement au rendez-vous. On perd régulièrement en intensité, et ce jusqu’à la fin du film. Cette fin tant attendue, elle arrive trop tard pour moi. J’en ai eu marre d’espérer pendant les 40 dernières minutes. Ce carré amoureux aurait pu être exploité différemment, ou en tout cas de manière un peu plus dynamique (vraiment, ça manquait de passion haha).

91khgoydipl-_sl1500_

Visuellement, nous avons quelque chose de très simple mais qui illustre parfaitement la campagne anglaise des années 1800. Pas de chichis, on n’essaye pas de nous en mettre plein les mirettes avec des costumes à paillettes ou des décors somptueux qui cachent en fait une réalisation un peu creuse. La photographie du film est fantastique. Je pense que ce que je retiens le plus de ce film, ce sont certaines images, certains plans absolument magnifiques.. des paysages à vous couper le souffle, une très belle lumière, des couleurs qui vous éclatent au visage, rien à redire, tout est parfait (trop parfait ?). Pour terminer, je tiens également à dire que la bande-originale du film est très plaisante, parfaitement dosée. Elle accompagne très bien le film.

Bon, en résumé, on a un film très beau visuellement, avec des personnages plutôt intéressants mais dont l’histoire ne m’a pas complètement transcendée. Le film m’a plu, mais ce n’était pas un coup de cœur. Ça manquait de passion, de dynamisme (et de Matthias Schoenaerts tout nu). A voir surtout pour les décors et le très bon casting à mon sens !

15/20

Et vous ? Qu’en avez-vous pensé ? Souhaitez-vous le voir ?

Plein de bisous !

Point Culture – L’année 2016 en long, en large et en travers.

Hellooooo ! Bonne annééééée !

J’espère que vous avez passé un joyeux Noël en compagnie de vos proches et un chouette réveillon du Nouvel An. J’ai été très absente pendant ces vacances, pas du tout dans l’ambiance « fête » et donc je vous ai tristement abandonné pour me consacrer à la lecture et au rattrapage d’épisodes des (trop) nombreuses séries que je regarde. Bref. 2017 est là, est venu le temps de dresser le bilan de l’année 2016 d’un point de vue culturel (comme je l’avais fait l’an passé : L’année 2015 en long, en large et en travers).

2004

Continuer la lecture de Point Culture – L’année 2016 en long, en large et en travers.

Point Culture #24.1 – Livres, films, séries.

Coucou les paupiettes !

J’ai complètement oublié de publier mon Point Culture la semaine dernière, ce qui fait que j’ai beaucoup (vraiment beaucoup) de choses à vous présenter. Tellement de choses que je vais (encore une fois) devoir diviser ce Point Culture en deux parties. Vous pourrez lire la suite des mes découvertes littéraires et cinématographiques jeudi (ça va, y aura pas trop d’attente).

Livres lus.

# Le reste de leur vie.

Manelle est aide à domicile, elle s’occupe des vivants, Ambroise est thanatopracteur, il rend la mort présentable. C’est le vieux Samuel, un vivant presque déjà mort, qui va permettre leur rencontre, au fil de hasards qui n’en sont pas. D’une ville de province à une autre, un road trip en corbillard, macabre mais joyeux, se met en place à la recherche d’un improbable retournement qui puisse prendre de revers l’issue fatale annoncée.

couv47984032

J’ai passé un très bon moment avec le dernier roman de Jean-Paul Didierlaurent. J’avais bien aimé Le liseur du 6h27 cet été, mais j’avoue avoir préféré celui-ci. J’ai trouvé les personnages plus attachants, je suis rentrée plus facilement dans l’histoire. J’aime beaucoup l’écriture de cet auteur, que je trouve accessible et facile à lire. Les chapitres sont bien construits et s’enchaînent de façon fluide. Je l’ai lu très rapidement !
J’ai trouvé que Didierlaurent avait bien amené les thématiques de la maladie, de la mort et du suicide assisté. Le roman se révèle finalement être un très bel éloge de la vie, malgré une fin un peu « niaise » et facile. Les personnages sont intéressants et attachants, particulièrement humains, même si certains perdent un peu de leur force dans la seconde partie de l’histoire.
Certains passages auraient pu être un peu plus développé et j’aurais pu me passer de certains paragraphes assez denses sur la thanatopraxie. Mais ça fait partie de l’histoire, ça nous permet de mieux appréhender le personnage d’Ambroise.
En résumé, c’est un roman feel-good plaisant, parfois drôle et souvent émouvant, que je vous recommande. Ce n’est pas un coup de cœur mais on passe un bon moment et c’est un livre qui donne le sourire.

15/20

# Le Protectorat de l’ombrelle, tome 5 : Sans âge.

Lady Maccon est en pleine béatitude domestique. Une béatitude à peine troublée par la fréquentation de quelques loups-garous de la haute société et celle du second placard préféré d’un vampire, sans oublier un bambin précoce ayant des dispositions incontrôlables au surnaturel…

Mais Alexia vient de recevoir un ordre qu’elle ne peut ignorer. Avec mari, enfant et famille Tunstell au complet, elle embarque à bord d’un bateau à vapeur pour traverser la Méditerranée. Direction l’Egypte, une terre qui pourrait bien tenir en échec l’indomptable Alexia. Que lui veut la Reine vampire de la ruche d’Alexandrie ? Pourquoi un ancien fléau s’abat-il de nouveau sur le pays? Et comment diable Ivy est-elle devenue du jour au lendemain l’actrice la plus populaire de tout l’Empire britannique?

couv44855051

Ça y est, j’ai terminé la saga du Protectorat de l’ombrelle. Ce dernier tome nous transporte deux ans après la naissance de Prudence (à la fin du quatrième tome) et nous fait voyager jusqu’en Egypte, où les Maccon vont faire des rencontres plutôt intéressantes. Ce dernier tome termine la saga à la perfection et c’est avec regrets que je quitte Alexia, Conall et tout les autres. J’ai passé de très très bons moments en leur compagnie, je me suis vraiment attachée à eux et j’ai hâte d’attaquer la nouvelle saga de Gail Carriger (consacrée vraisemblablement à Prudence, nous devrions donc retrouver quelques figures connues et appréciées). Je ne vais pas trop rentrer dans les détails parce qu’il s’agit d’un dernier tome, on va éviter les spoils et s’en tenir à l’essentiel.
Au niveau des personnages, j’ai vraiment apprécié le fait qu’on s’intéresse un peu plus aux personnages de Lyall et Biffy. Je regrette cependant un peu le fait que Lord Akeldama soit quasi absent de ce tome. Alexia et Conall ont toujours une relation particulièrement intense, drôle et touchante. Gail Carriger a su créer des personnages intéressants et qu’on a envie de suivre, tout en leur ajoutant un petit quelque chose en plus qui fait qu’on ne peut plus s’en passer.
Concernant l’intrigue, les rebondissements sont nombreux (comme d’habitude), complètement fous et on ne sait plus où donner de la tête ! Le roman est impossible à lâcher, le dénouement est dingue et franchement, je ne sais pas ce que vous attendez pour commencer à lire cette saga. *Mic Drop*

200w

L’auteure a développé une intrigue vraiment passionnante tout au long des cinq tomes. Le tout est rondement mené, très bien construit et je trouve la conclusion à la hauteur du reste de la saga, bien qu’un peu rapide. Quelques petits détails en plus n’auraient pas été de trop. Cela dit, je pense que Le Protectorat de la crème anglaise viendra peut-être combler ce qui a pu manquer à ce tome.

En résumé, malgré un premier tome en demi-teinte, cette saga est un véritable coup de cœur et je la recommande à tout le monde (enfin, surtout aux adeptes du surnaturel et du complètement barré à la sauce steampunk) ! Me concernant, je compte bien découvrir le reste de la bibliographie de Gail Carriger très rapidement (j’ai déjà les deux premiers tomes du Pensionnat de Mlle Géraldine dans ma PAL héhé).

18/20

# Sans nouvelles de Gurb.

« 16h.00 – J’entre dans une boutique. J’achète une cravate. Je l’essaye. Je conclus qu’elle me va bien et j’achète quatre-vingt-quatorze cravates pareilles.
17h.00 – J’entre dans une charcuterie et j’achète sept cents jambons fumés.
20h.00 – Je décide que l’argent ne fait pas le bonheur, je désintègre tout ce que j’ai acheté, et je continue ma promenade les mains dans les poches et le coeur léger. »

Gurb a disparu dans Barcelone, dissimulé sous les traits de Madonna. Précision : Gurb est un extraterrestre. Parti à sa recherche sous une apparence moins voyante, son coéquipier tient scrupuleusement le journal de ses observations. Une satire délirante et désopilante des moeurs de notre société…

couv3363547

Ça faisait un moment que je voulais le lire celui-ci héhé, c’est désormais chose faite. Je n’ai pas grand chose à vous dire sur ce roman, pour être honnête ! C’est un petit roman original et drôle. Il se lit très vite. (Idéal pour les transports en commun)
La construction surprend un peu au début puisqu’on a une sorte de journal intime/cheminement de pensée/compte-rendu de l’extraterrestre principal (celui qui cherche Gurb) avec des entrées par heure – comme dans le résumé au-dessus. On a donc quelque chose d’assez impersonnel, de presque froid (surtout au début). Au fil du roman cependant on peut remarquer que notre protagoniste principal « s’humanise » et on note un changement de ton intéressant. Malgré cette construction un peu particulière, on s’attache très rapidement au petit extraterrestre qui cherche Gurb (on a jamais su son prénom). Il pose un regard fascinant sur la planète et sur les humains qui la peuplent, il analyse et interprète tout ce qui l’entoure. Par l’humour, Eduardo Mendoza dresse un portrait vraiment pas glorieux de la société actuelle, mais très réaliste, en s’attaquant à de nombreuses thématiques, de nombreux problèmes que l’on rencontre de façon récurrente à notre époque. Il utilise un humour plutôt absurde, abuse parfois un peu du comique de répétition mais dans l’ensemble j’ai vraiment bien accroché. Je pense que j’ai dû me taper l’affiche à plusieurs reprises dans le métro quand je ne pouvais pas m’empêcher de glousser comme une bécasse dans mon coin.
Personnellement j’ai passé un très bon moment avec ce court roman et je vous le recommande chaudement. Il se lit vraiment très vite et il a le mérite d’être original, décalé, différent de ce que l’on peut lire au quotidien.

15/20

Jeudi je vous parlerai de La voie des oracles (tome 1), de l’Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler et de The revolution of Ivy !

Point BD.

# Tokyo Home.

Julie Wallon – 1 m 67 de bonne humeur, 56 kilos d’énergie et 17 ans d’espièglerie – débarque au Japon avec une seule idée en tête : prendre un nouveau départ. Entre idées reçues et clichés en tous genres, elle va tracer son destin et trouver sa place.

couv7406300

Tokyo Home est un ouvrage qui lie manga et bande-dessinée, culture française et japonaise. C’est une chouette immersion dans le quotidien d’une jeune fille dans un pays dont elle ne connaît rien. Elle ne parle pas un mot de japonais, ce qui rend son intégration un peu difficile par moments. En parallèle, elle cherche à tisser des liens avec un père excentrique qu’elle n’a jamais vraiment connu. J’ai trouvé le sujet intéressant et plutôt bien traité. La bande-dessinée est à la fois drôle et touchante. Elle a cependant un aspect très « adolescent » qui a ses côtés un peu négatifs. Il y a beaucoup d’exagérations et les petites chamailleries immatures autour des garçons ou encore les rivalités entre filles au lycée m’ont parfois un peu saoulé. Plutôt que de se focaliser sur ces détails un peu nuls, j’aurais préféré que l’auteur nous présente plus de choses sur le Japon.
Au-delà de ça, l’héroïne est plutôt attachante, tout comme certains personnages secondaires. Il y en a quelques uns qui sont un tantinet énervants mais, heureusement, on ne les croise pas assez souvent pour que ça gâche l’histoire. Les dessins en noir et blanc sont sympathiques. C’était une lecture plaisante, agréable et rapide !

14/20

# Billy Brouillard : Le petit garçon qui ne croyait plus au Père Noël.

Le chat de Billy Brouillard est mort. Et même le Père Noël semble incapable de le ramener à la vie. Comment alors avoir foi en lui… surtout lorsque le jeune garçon découvre un jour, un faux costume de Père Noël, caché dans la chambre de ses parents ? « Le Père Noël » : ne serait-il qu’un subterfuge des adultes afin de discipliner les enfants crédules ? Faut-il malgré tout y croire, afin de ne pas réveiller le mystérieux et terrifiant Croquemitaine ? Vous l’apprendrez en dévorant ce 3e opus, métissage narratif entre bande dessinée, textes illustrés et bestiaire.

couv38873494

J’avais beaucoup aimé le premier tome des aventures de Billy Brouillard. Je n’ai pas été déçue avec ce second ouvrage. Les dessins de Guillaume Bianco sont toujours aussi beaux. J’aime beaucoup l’univers de cette bande-dessinée, à la fois original, glauque et poétique. Le personnage de Billy est très attachant et on ne peut qu’aimer son imagination débordante et les histoires qu’il s’invente au fil des pages. Au-delà de cette image de petit garçon inventif, on lui découvre aussi un côté plus sentimental. La mort de son chat Tarzan dans le premier tome l’a profondément affecté et tout ça donne une dimension très intéressante au récit. Bianco traite le sujet difficile de la mort et du deuil avec justesse.
Noël est mis « à l’honneur » dans ce deuxième tome, de façon plutôt sombre voire cauchemardesque. Billy interroge le Père Noël sur la signification de la mort et sur ce qu’il y a « après ». Ses aventures, ses questionnements sont ponctués encore une fois par des pages de son bestiaire fantastique, dans lequel on croise notamment le Croquemitaine, et par de petits textes illustrés. On retrouve donc le même univers très riche du premier tome.
Comme pour le premier précédent, l’objet-livre est magnifique. La couverture, les dessins.. tout est très travaillé et le résultat est particulièrement attrayant. C’est une série de bande-dessinées que je vous recommande chaudement. J’ai hâte de lire le troisième tome de mon côté !

17/20

# L’envers des contes.

Vous connaissez tous l’histoire de Charles Perrault : Cendrillon rencontre le Prince Charmant, il lui enfile une pantoufle de verre, ils s’embrassent, se marient, vivent heureux et ont une tripotée d’enfants. Ce dont le père Perrault ne vous a jamais parlé, c’est des dommages collatéraux causés par cette belle histoire et de tous les efforts que les personnages soi-disant secondaires tels que Javotte, la sœur pas si laide de Cendrillon, ont dû accomplir pour vous offrir cette fin heureuse. Justice lui est rendue dans ce premier tome de « L’envers des contes » où l’on apprend que sans elle, Cendrillon ne serait sans doute jamais arrivée jusqu’à l’autel.

couv32440964

Dans le cadre de mon service civique, je vais être amenée à travailler sur le conte détourné. C’est une thématique que je trouve super intéressante et que j’ai déjà bien « étudiée » depuis quelques années. J’avais repéré cette bande-dessinée à sa sortie mais je ne voulais pas l’acheter parce que je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec un résumé comme celui-ci haha. Dès que je l’ai croisé en médiathèque, je me suis dit que c’était l’occasion de voir ce que ça valait.
Je suis contente de ne pas l’avoir acheté ! Ce n’était pas mauvais, mais ce n’était pas non plus particulièrement bon. C’est une bande-dessinée qui est vraiment destinée à un public de jeunes filles beaucoup plus jeunes que moi. Je n’ai pas réussi à rentrer complètement dans le récit. J’ai trouvé amusant le croisement des différents contes mais pour le reste, ce n’est vraiment pas transcendant. Les dessins sont sympathiques mais sans plus. J’ai tout de même apprécié l’utilisation de couleurs vives qui rend l’ensemble dynamique, vivant. Au niveau de l’intrigue, ce n’est pas hyper recherché ni très détaillé. Il aurait pu être intéressant d’approfondir certains aspects de l’histoire, qui finalement reste assez superficielle.
Ça se laisse lire, c’est pas déplaisant.. Mais c’est vraiment pas la BD de l’année ! Selon moi, on peut s’en passer. On peut éventuellement la mettre entre les mains des plus jeunes mais il y a bien mieux sur le marché. C’est dommage parce que l’idée de « L’envers des contes » était plutôt intéressante et prometteuse.

12/20

# Space Boulettes.

Lorsque son père disparaît sans donner de nouvelles, Violette se lance immédiatement à sa recherche à travers l’Univers, accompagnée de deux amis un peu « spatiaux »…
Baleines de l’espace, gang de motards interstellaires, stations orbitales de luxe… Une grande odyssée galactique par l’auteur de Blankets et Habibi !

couv37539710

C’est chez Le Brocoli de Merlin que j’ai pu découvrir cette bande-dessinée, que j’ai eu envie de lire dès que j’ai vu la couverture. Je ne connaissais pas l’auteur de cette bande-dessinée (mais j’ai désormais très envie de découvrir le reste de son travail).
Si cette lecture n’est pas un coup de cœur, j’ai passé un très très bon moment avec Violette  et ses amis plutôt colorés. Les personnages sont drôles, attachants, touchants et bien développés. Violette est un personnage particulièrement fort et elle a su s’entourer avec des amis originaux, qui apportent vraiment quelque chose au récit. On a envie de les suivre dans leurs aventures. Ces dernières sont pleines de rebondissements, on ne s’ennuie jamais ! J’ai trouvé l’intrigue vraiment prenante et elle prend place dans un univers très riche et absolument fascinant. Au-delà de l’intrigue « principale », c’est-à-dire la disparition du papa de Violette, il y a aussi un message écologique très fort que j’ai énormément apprécié.
Les dessins sont très chouettes, vivants, dynamiques. Le gros point fort reste selon moi la couleur, qui envoie vraiment du lourd. C’est vif, ça pète dans tous les sens et visuellement c’est magnifique. Ça change des BDs en noir et blanc !
C’est donc une lecture que je vous recommande chaudement. On passe un moment très plaisant, on rit beaucoup et c’est avec regrets que l’on quitte Violette et sa famille.

17/20

# Seuls, tomes 1, 2 et 3.

Dans une ville dont les habitants ont mystérieusement disparu, cinq enfants vont devoir apprendre à se débrouiller… seuls.

picmonkey-collage-5

A l’annonce de l’adaptation cinématographique prévue pour début 2017, j’ai décidé de relire la saga Seuls, que j’avais débuté il y a quelques années et dont j’ai lu presque tous les tomes. Tout relire va me permettre de me « remettre dans le bain » avant de rattraper tout mon retard.
Si vous ne connaissez pas cette saga, je vous la recommande ! Je l’ai autant appréciée aujourd’hui qu’il y a dix ans quand j’avais découvert le premier tome dans un magazine (Le monde des ados je crois haha). C’est une histoire qui plaira autant aux adultes qu’aux plus jeunes. L’intrigue est très prenante, on s’attache très rapidement aux personnages. Ils ont tous des personnalités très différentes mais qui se complètent à la perfection. Au niveau de l’histoire, on oscille entre des scènes drôles, légères et des scènes beaucoup plus sombres, troublantes. L’action s’installe progressivement au fil des tomes, le premier a un côté assez introductif mais il y a quand même un certain nombre de rebondissements. L’ensemble en tout cas est bien construit, le suspense est de plus en plus intense au fil des pages.
Personnellement, le seul défaut que je peux trouver à cette BD, c’est le fait que les tomes sont trop courts. A mettre entre toutes les mains !

17/20

Jeudi, je vous présenterai plein d’autres bande-dessinées : Harlem sur la route du diable, Le grand méchant renard, les deux premiers tomes de Superworld, Clochette au pays des merveilles et Wonder. Oui, j’ai lu beaucoup de BDs.

Films vus.

# Café Society.

New York, dans les années 30. Coincé entre des parents conflictuels, un frère gangster et la bijouterie familiale, Bobby Dorfman a le sentiment d’étouffer ! Il décide donc de tenter sa chance à Hollywood où son oncle Phil, puissant agent de stars, accepte de l’engager comme coursier. À Hollywood, Bobby ne tarde pas à tomber amoureux. Malheureusement, la belle n’est pas libre et il doit se contenter de son amitié. Jusqu’au jour où elle débarque chez lui pour lui annoncer que son petit ami vient de rompre. Soudain, l’horizon s’éclaire pour Bobby et l’amour semble à portée de main…

J’ai mis un peu de temps à voir le dernier (avant-dernier ?) film de Woody Allen. J’avoue que ces dernières années, j’ai un peu de mal avec son œuvre, je suis souvent déçue par ses films.

Allez, on attaque direct. Je n’ai pas été transcendée par Café Society. Je n’ai pas trouvé le scénario très original, les deux personnages principaux m’ont saoulé. Dans les dialogues, dans la gestuelle, il n’y avait rien de spontané, de naturel et ça m’a gêné. C’est vraiment dommage parce que j’aime beaucoup les acteurs principaux (Jesse Eisenberg, Kristen Stewart, Blake Lively, Steve Carell). Par ailleurs, la musique était beaucoup trop présente. J’aime beaucoup le jazz mais bon, trop de jazz tue le jazz.
Les costumes sont très chouettes, j’ai trouvé les tenues en accord avec l’époque des années 30 et l’ambiance du film. Rien à redire sur ce point ! J’aime également beaucoup la façon dont l’ensemble a été filmé, on retrouve la patte caractéristique du réalisateur. La mise en scène est simple, élégante et efficace.
Concernant l’intrigue, il y a beaucoup de bonnes idées mais mal exploitées. Woody Allen s’est un peu éparpillé, il joue sur trop de terrains différents. Le côté romance ne fonctionne jamais vraiment, les tentatives d’humour tombent quasiment toutes à plat, l’aspect gangster finit par n’être qu’un détail au fond au troisième plan et, au final, on finit par s’ennuyer ferme. Du coup on a plusieurs sujets intéressants mais traités de façon superficielle, ce qui rend l’ensemble un peu mièvre et prévisible. A mon sens, le film n’a pas suffisamment de profondeur, de substance.
En résumé, c’est un film que je ne recommande pas spécialement. Woody Allen peine vraiment à nous pondre un film digne de ce nom ces derniers temps mais je continue d’espérer !

12/20

# Divines.

Dans un ghetto où se côtoient trafics et religion, Dounia a soif de pouvoir et de réussite. Soutenue par Maimouna, sa meilleure amie, elle décide de suivre les traces de Rebecca, une dealeuse respectée. Sa rencontre avec Djigui, un jeune danseur troublant de sensualité, va bouleverser son quotidien.

Waouh ! Mais quelle claque ! Je ne m’attendais pas DU TOUT à ça. Je m’attendais à un énième film de banlieue comme on en voit 10.000 chaque année. Mais Divines fait partie de ces films coups de poing que tout le monde devrait voir.
On passe par tellement d’émotions différentes en regardant ce film. On rit, on se met en colère, on frissonne, on a peur et (mon dieu) qu’est-ce qu’on pleure ! Cette fin, mes amis, ne vous laissera certainement pas indifférents. Ou alors vous êtes inhumains.
J’ai découvert des actrices vraiment très prometteuses, dont j’ai hâte de connaître les prochains projets. Oulaya Amamra est tout simplement hallucinante dans le rôle de Dounia et elle est très très bien entourée. Les actrices qui jouent Rebecca et Maimouna sont excellentes également. Ce sont des personnages féminins forts, bien construits. Au-delà d’un film sur la drogue et la violence de la rue, c’est surtout une très belle histoire d’amitié.
La mise en scène est plutôt intéressante. Un peu confuse par moments mais dans l’ensemble c’est plus que correct. La réalisatrice a su mettre le paquet là où il fallait afin de souligner les scènes les plus importantes. Certains passages sont vraiment marquants, je pense notamment aux scènes de danse, particulièrement chargées de tension et de poésie, et aux confrontations violentes entre les jeunes et les forces de l’ordre (ou même juste entre eux). On est complètement immergés dans la violence du monde de la drogue et je pense que le fait que les protagonistes principaux soient des femmes rend la chose encore plus percutante. Il y a un certain parti-pris féministe qui n’est pas pour me déplaire. J’ai trouvé l’ensemble plutôt réaliste et troublant.
Globalement, j’ai été complètement transportée par ce film, que je vous recommande les yeux fermés ! Certes, il y a quelques clichés, quelques petits détails dont on aurait pu se passer.. mais c’est bien vite oublié face à la force, à la présence des actrices principales.

17/20

Jeudi, je vous donnerai mon avis sur les films Sing StreetPapa ou maman et Bridget Jones’s Baby !

Séries débutées.

J’ai commencé deux nouvelles séries la semaine dernière mais je n’ai pas regardé suffisamment d’épisodes pour vous donner un véritable avis. Il faudra donc attendre un petit peu pour connaître mon opinion sur The Office et Zapped! 🙂

On se retrouve donc jeudi pour découvrir le reste de ce Point Culture ! Je vous fais des bisous et, si vous êtes sages, je publierai peut-être autre chose demain. On verra.

giphy

Ciaoooo !

 

Point Culture #22 – Livres, films, séries.

(Re) Coucou les paupiettes !

C’est l’heure du traditionnel Point Culture, et j’ai quelques petites choses à vous présenter, notamment niveau lecture. Installez-vous bien confortablement, sortez les biscuits et le chocolat chaud (ou le thé, parait qu’y a pas mal de gens qui aiment ça) et dégustez !

Livres lus.

# Carnaval.

Au coeur du Sud profond, La Nouvelle-Orléans, construite sur des marécages en dessous du niveau de la mer, a toujours été aux prises avec tornades, inondations et épidémies de toutes sortes. La nature du sol en fait une cité qui s’affaisse, où les morts ne peuvent être enterrés. Alligators, serpents, araignées hantent ses marais. Nombre de menaces ont toujours plané au-dessus de la ville. Et pourtant…
Lorsqu’en 1919 un tueur en série s’attaque à ses habitants en laissant sur les lieux de ses crimes des cartes de tarot, la panique gagne peu à peu. On évoque le vaudou. Les victimes étant siciliennes, les rivalités ethniques sont exacerbées. Un policier, Michael Talbot, un journaliste, John Riley, une jeune secrétaire de l’agence Pinkerton, Ida, et un ancien policier tout juste sorti de prison, Luca D’Andrea, vont tenter de résoudre l’affaire. Mais eux aussi ont leurs secrets… Alors qu’un ouragan s’approche de la ville, le tueur, toujours aussi insaisissable, continue à sévir. Le chaos est proche.

couv66077288

J’ai lu ce livre dans le cadre du club de lecture du Petit Pingouin Vert ! Ma chronique arrive un peu tard, sachant qu’il s’agissait du livre choisi pour le mois d’octobre (mais je l’ai fini le 31 un peu avant minuit héhé, pile dans les temps). Bref. Je ne lis pas de romans policiers sur des bases régulières, mais j’apprécie le genre et j’aime en lire un de temps en temps (surtout quand il est bon). Je n’ai pas beaucoup de points de comparaison mais j’ai beaucoup aimé ce livre.
Je ne m’attendais pas à ce que les personnages mènent tous l’enquête chacun de leur côté, mais c’est finalement un choix intéressant et plutôt logique, qui nous permet d’accumuler les indices au fil de notre lecture. Je n’avais pas du tout vu cette fin arriver, ce qui est un très bon point selon moi. Je regrette tout de même qu’elle soit aussi « ouverte ». On imagine assez aisément ce qu’il advient des différents personnages, mais j’aurais aimé qu’elle soit un peu moins bâclée. Il y a également quelques passages dont on aurait pu se passer selon moi. L’histoire souffre de quelques longueurs, surtout au début. L’histoire met un peu de temps à s’installer. Par conséquent, on décroche un peu par moments (mais vraiment pas longtemps). Ça n’en reste pas moins un roman haletant, un page turner dans mon cas puisqu’il a été lu en un week-end.
En parlant des différents personnages, je les ai tous trouvé intéressants mais j’aurais apprécié qu’ils soient un peu plus approfondis. Le résumé nous parle de leurs petits secrets mais je trouve qu’au final leurs vies personnelles sont traitées de façon très sommaire. Forcément ce n’est pas le sujet du roman, mais certains points auraient mérité d’être un peu étoffés. Le duo Lewis/Ida est celui que j’ai eu le plus de plaisir à suivre, je les ai trouvé plutôt attachants tous les deux (même si j’avoue ne pas avoir trop compris ce que Louis Armstrong venait foutre là au début).
On est complètement immergés dans une Nouvelle Orléans culturellement riche, où règnent la mafia italienne, la corruption et le racisme. Ces différents éléments sont traités avec justesse, je n’ai pas trouvé que Ray Celestin avait exagéré quoi que ce soit. L’auteur a fait un très beau travail de contextualisation, on a vraiment l’impression d’y être et ça rend la lecture encore plus plaisante. Surtout sachant que le roman est inspiré de faits réels.
Ce n’est pas un coup de cœur, ce premier roman n’est pas parfait, mais c’est tout de même un roman que je vous recommande chaudement. C’est, à mon sens, un très bon roman policier historique !

16/20

# Sans honte.

Miss Alexia Tarabotti, devenue Lady Alexia Woolsey, se retrouve dans une situation délicate. C’est LE scandale de la saison. Elle doit s’enfuir en Italie, à la recherche de réponses.
Une histoire de vampires, de loups-garous et d’imprévus…

couv29406672

Je l’ai répété suffisamment de fois ces deux dernières semaines, mais je le redis encore : cette saga se bonifie au fil des tomes de façon assez incroyable. De rebondissements en rebondissements, on suit le quotidien surnaturel d’Alexia Tarabotti avec toujours plus de plaisir. Ici encore, Gail Carriger a introduit de nouveaux personnages très intéressants, qui permettent au lecteur de ne jamais se lasser. Je ne sais pas comment elle a procédé pour écrire sa saga mais je suis impressionnée par la construction de son récit sur la durée. Elle sait mener sa barque ! Le suspense est de plus en plus intense à chaque fin de tome et je n’ai qu’une seule hâte : lire la suite (alors qu’à la fin du premier tome, c’était vraiment pas gagné). J’ai pris les devants et j’ai déjà emprunté toute la fin de la saga à la médiathèque, comme ça c’est réglé, je n’aurais pas à attendre entre le tome 4 et le tome 5. Tout n’est pas parfait bien évidemment, le roman souffre de quelques longueurs, notamment au niveau des passages très technico-scientifiques à base de mots majoritairement inventés par l’auteure (je pense).. On perd donc un peu le fil par moments, c’est un peu confus mais c’est vite oublié quand Alexia reprend le contrôle de la situation. Il y a quelques passages répétitifs également, mais ça amène un certain comique de répétition qui n’est pas déplaisant (tant qu’on en abuse pas). Bref, la saga est toujours aussi drôle et loufoque, on passe un très bon moment de lecture et je ne peux que vous recommander la saga du Protectorat de l’ombrelle !

16/20

# Promise.

Cassia, 17 ans, vit dans une Société prétendument idéale qui dicte tout : les distractions, le travail, le lieu d’habitation, la nourriture, les vêtements, même la mort est programmée. Mais surtout, les Officiels organisent les mariages selon des critères de compatibilité idéale. Aussi, quand Cassia apprend qu’elle est promise à Xander, son meilleur ami depuis l’enfance, tout semble parfait ! Etrangement, c’est le visage d’un certain Ky qui apparaît sur le fichier numérique consacré à son Promis, avant que l’écran ne s’obscurcisse…
Une erreur, lui dit-on ? Car Ky est issu d’une classe inférieure et n’a pas le droit de se marier. Intriguée, Cassia cherche à mieux connaître ce garçon au passé mystérieux. Ky est un garçon sensible qui lui fait découvrir l’écriture, la création poétique…

couv52152186

Promise est le premier tome d’une série sortie il y a quelques années maintenant. Ça faisait un moment que j’avais envie de tenter le coup, je me suis donc lancée la semaine dernière. L’écriture de l’auteure est agréable et fluide, ce qui en fait une lecture facile et relativement plaisante. On avance assez vite. Au niveau de l’histoire, mon avis est beaucoup plus mitigé. On retrouve tous les codes traditionnels de la dystopie, avec une bonne tartine de clichés par dessus, absolument aucune originalité de ce côté là. La fin de ce premier tome est hyper prévisible, j’ai vu le truc arriver à 10.000 kilomètres (pas top). L’héroïne ne m’a fait ni chaud ni froid, ça m’a tout l’air d’être une midinette geignarde plus qu’une femme forte qui va sauver l’humanité. Les personnages dans l’ensemble sont un peu fadasses. Ça se veut rebelle mais ça s’égare un peu en chemin. Seul le personnage de Ky m’a semblé intéressant.
Concernant le contexte, il est malheureusement quasiment inexistant. Je suis vraiment restée sur ma faim parce que l’auteure, au début, avait proposé quelques très bonnes idées mais elles sont très vite oubliées ou mal exploitées, au profit d’un énième triangle amoureux. Et celui-ci mes amis, c’est probablement le triangle amoureux qui m’a le plus pris la tête depuis l’aube des temps. C’est d’un gnangnan, c’est insupportable. Ça se balance des « je t’aime » alors qu’ils se connaissent depuis 10 minutes, les relations entre les différents personnages sont vraiment bizarres. Il y a d’ailleurs pas mal de contre-sens un peu gênants au niveau de la relation Cassia/Ky… Enfin bref, c’est un roman que je ne vous recommande pas spécialement. Ça se laisse lire mais bon, on peut trouver bien mieux dans le genre.
Je tiens quand même à préciser, moi-même je ne comprends pas trop pourquoi, que j’ai emprunté la suite. Malgré tout ces défauts, j’ai été suffisamment intriguée par deux ou trois détails pour vouloir connaître la suite. J’espère donc que l’auteur va calmer les ardeurs de son héroïne (histoire d’éviter que je finisse par tambouriner ma tête contre un mur) et qu’elle va approfondir un peu plus l’univers qu’elle a commencé à nous présenter dans ce tome (qu’elle a esquissé au crayon très fin). Surtout que si elle y met un peu du sien, c’est un univers qui promet d’être riche et absolument fascinant.. Mais bon, je n’ai pas de trop grandes attentes, il vaut mieux éviter. Vous saurez prochainement ce que ça a donné !

12/20

# Miss Dumplin.

Willowdean est ronde, et alors ? Pas besoin d’être super slim pour s’assumer. Jusqu’au jour où elle rencontre Bo, qui porte un peu trop bien son nom, et ne tarde pas à lui voler un baiser. Mais peut-il vraiment l’aimer ? On lui a tellement dit que les filles comme elle ne sont que des seconds rôles.

Un seul moyen de retrouver confiance en elle : faire la chose la plus inimaginable qui soit… s’inscrire au concours de beauté local présidé par sa propre mère, ex-miss au corps filiforme. Entraînant dans son sillage tout un groupe de candidates hors normes, Will va prouver au monde, et surtout à elle-même, qu’elle aussi a sa place sous les projecteurs.

couv57259479

Ça faisait longtemps que je voulais lire Miss Dumplin (depuis sa sortie en anglais !), c’est maintenant chose faire. Le livre est plaisant à lire, l’écriture de l’auteure est facile, le roman est bien construit. Le langage est parfois hyper familier, parfois surprenant, mais personnellement ça ne m’a pas gêné. Je trouve que ça correspondait bien aux personnages, à l’image que je m’en faisais et, plus généralement, à l’histoire.
L’histoire est sympathique mais malheureusement très prévisible. Dès les premiers chapitres, je me doutais déjà de la fin. J’avoue avoir été tout petit peu déçue par cette fin d’ailleurs, au-delà du fait qu’elle est un peu bâclée, j’aurais préféré que l’auteure ne choisisse pas la facilité (oui, j’étais team Mitch). J’ai également été surprise de constater que le concours de beauté intervienne aussi tard dans le roman. J’ai quand même passé un très bon moment en compagnie de Willowdean. Le roman nous propose une belle leçon d’acceptation de soi, de respect de la différence et pour moi, c’est le principal. Willowdean est un personnage auquel j’ai très facilement pu m’identifier, ayant vécu des situations « similaires » il y a quelques années (non je ne roulais pas des galoches à des mecs derrière des poubelles). J’ai trouvé qu’elle était attachante et drôle, mais aussi particulièrement touchante. Le roman, de façon générale, nous présente des personnages forts, qui sont de chouettes modèles (je pense notamment à Millie).
Je n’en attendais pas plus pas moins de ce roman et j’ai donc passé un bon moment de lecture. N’hésitez pas à le lire si le cœur vous en dit !

15/20

# Funny Girl.

Dans les Swinging Sixties la nation tout entière est sous le charme de Sophie Straw, la nouvelle star de la comédie à succès de la BBC. Ça tombe bien, cette ancienne Miss Blackpool n’a qu’une ambition dans la vie : faire rire les gens. En studio comme à l’écran, l’équipe du feuilleton vit de grands moments. Les scénaristes, pour qui le genre comique est une religion, cachent tous deux un secret. Pur produit d’Oxbridge, le producteur est dévoué corps et âme à l’équipe en général et à Sophie en particulier. Quant à Clive, le premier rôle masculin, il a la tenace intuition que ce n’est qu’une parenthèse dans sa carrière… Lorsque la fi ction rejoint la réalité de trop près et que le scénario épouse les péripéties de la vie, chacun doit faire un choix. Continuer ou changer de chaîne ? Une défense et illustration de la pop culture et du ivertissement, pleine de fous rires et de tendresse.

couv24985793

J’ai passé un bon moment avec ce roman, qui nous immerge complètement dans l’univers des séries télé anglaises des années 1960. L’histoire est drôle, ponctuée d’un humour anglais particulièrement piquant. Les personnages sont attachants et tous très différents. Ils ont des personnalités bien particulières, des modes de vie divergents et ça ajoute une dimension intéressante, plus profonde, à l’histoire. Cela permet par exemple de traiter de la place de la femme dans la société dans les années 1960 mais aussi de l’homosexualité, qui était encore considérée comme illégale à l’époque. Ces sujets sont traités avec justesse et subtilité, l’auteur ne s’épanche pas dessus sur des pages et des pages. C’est un roman intelligent, mais qui comporte malheureusement quelques longueurs, notamment sur la fin. L’idée du flash-forward était intéressante mais j’ai trouvé la conclusion hâtive, un peu bâclée, et c’est dommage. Je m’attendais à plus.
Ma lecture a tout de même été très agréable, c’est un roman que je vous conseille de lire à l’occasion. Sachez par ailleurs que Nick Hornby s’est inspiré de faits réels pour écrire ce roman, bien que la série Barbara (et Jim) ou les personnages n’aient jamais vraiment existé. J’avoue avoir bugué au milieu, quand l’auteur a glissé des biographies type Wikipédia sur les différents acteurs et scénaristes présentés dans le roman. J’ai vraiment cru sur le coup que c’était des personnes qui avaient vraiment existé ! L’ensemble est bien documenté, ponctué de quelques photographies d’époque. L’ambiance des années 60 est bien retranscrite, on a l’impression d’y être et ça rend l’ensemble vraiment sympa.

15/20

Point BD.

# Saga, tome 2.

Princes robots et trains dragons, mercenaires arachnides et chats détecteurs de mensonges, fantômes enfantins et vaisseaux végétaux… La diversité de la faune, de la flore et la richesse des thèmes abordés ont rapidement fait de saga la nouvelle référence comics de space fantasy. Du vertige de l’espace infini à l’intimité des querelles d’un jeune couple de parents, les auteurs vous invitent à découvrir un space opera épique, ambitieux et touchant.

couv14702515

J’ai trouvé ce second tome un peu moins bon que le premier, un peu plus « plat » sans pour autant être ennuyant. L’univers déployé par les auteurs est toujours aussi fascinant, chaque chapitre se révèle plus intéressant que le précédent. Ici, on en apprend un peu plus sur le contexte, sur la rencontre entre les deux personnages principaux, sur la naissance de leur histoire d’amour. On s’attache de plus en plus à nos héros. De nouveaux personnages sont également introduits, ajoutant une nouvelle dynamique à la série. Il y a des moments drôles, comme dans le premier tome, mais aussi des passages beaucoup plus touchants. Ces nouveaux éléments permettent l’évolution de l’histoire vers quelque chose de très prometteur, j’ai hâte d’en savoir plus ! Les dessins sont toujours aussi beaux, la construction du récit est parfaite, on en redemande.

16/20

# Mad love. 

Difficile de rester une jeune femme indépendante et sûre d’elle-même quand on tombe folle amoureuse du plus brillant des déments de Gotham, le Joker ! C’est ce qu’apprend à ses dépens l’ambitieuse psychiatre Harley Quinzel le jour où sa route croise celle du Joker, le pire ennemi de Batman. Dès lors, son destin est à tout jamais reliés à son « Poussin » qui, lui, n’a d’yeux que pour son grand oeuvre : la mort spectaculaire du Chevalier Noir !

couv440272011

Je poursuis gentiment ma découverte de l’univers des comics. Pour l’instant, j’avoue que j’ai une attirance particulière pour le personnage d’Harley Quinn et j’ai donc voulu en savoir un peu plus sur elle, notamment sur sa relation avec le Joker (qui n’était pas vraiment abordée dans Gotham Girls). Ce tome étant consacré aux origines d’Harley, j’ai obtenu exactement ce que je voulais.
L’histoire est intéressante, drôle, bien construite. L’ensemble est dynamique, on ne s’ennuie jamais. J’ai quand même été un peu déçue car j’ai trouvé le récit très court. Tout se déroule très vite, on a pas le temps de voir défiler les pages. Au final l’ouvrage est divisé en trois parties, la bande-dessinée « finale », une version encrée (noir et blanc) et un guide couleur. Ah oui, à la toute fin il y a également deux petites histoires, la première consacrée à Batgirl (Petit Papa Noël) et la seconde à Poison Ivy (La croisière s’embrase). Ce qui réduit notre histoire à seulement 70 pages. J’en voulais plus moi ! Ça reste un comic que je vous recommande, j’ai passé un très bon moment.

16/20

# Chemin perdu.

Vous qui possédez flair, sensibilité et goût de l’aventure, munissez-vous de votre carte des copinoux et lancez-vous dans cette fabuleuse chasse au trésor ! « T’es sûr qu’en passant par là, on va arriver plus vite ? ». Ainsi commence l’extraordinaire chasse au trésor lancée par Le Camp du bonheur. Munis dune carte, monsieur je-suis-le-meilleur, son petit frère qui s’imagine être un robot et leur copain, fils d’un chasseur en sont sûrs : ils seront les vainqueurs ! C’est simple, il leur suffit de suivre « le chemin des arbres déguisés en apaches ». Mais c’était sans compter la rencontre d’étranges créatures oniriques : un cerf géant au chapeau melon magique, un renard à la poursuite de sa bicyclette folle, un ogre branchu ou encore, une fée aux intentions ambiguës… Mais où donc cet étonnant jeu de piste les mènera-t-il ?

couv309732822

Coup de cœur pour cette bande-dessinée surprenante d’Amélie Fléchais, dont j’ai très hâte de découvrir les autres travaux. Les dessins sont absolument magnifiques, je suis encore en adoration devant eux. On alterne entre des planches majoritairement en noir et blanc et quelques unes en couleur. Les illustrations dégagent quelque chose de très poétique. L’histoire est sympathique sans être très originale, les personnages sont mignons, attachants et ont une imagination débordante. En refermant le livre, je me suis d’ailleurs demandé si toute cette histoire n’était pas issue de leur imagination. Certains passages font beaucoup penser à un conte, à un livre pour enfants mais je pense qu’il plaira aussi aux plus grands ! C’est un très bel album, je compte personnellement investir prochainement afin qu’il rejoigne ma bibliothèque (et je compte l’offrir). Je vous encourage vraiment à lui donner sa chance également, c’est une très très belle découverte ! J’aurais aimé que leur petit tour dans les bois dure beaucoup plus longtemps.

18/20

# Les ignorants.

Par un beau temps d’hiver, deux individus, bonnets sur la tête, sécateur en main, taillent une vigne. L’un a le geste et la parole assurés. L’autre, plus emprunté, regarde le premier, cherche à comprendre « ce qui relie ce type à sa vigne », et s’étonne de « la singulière fusion entre un individu et un morceau de rocher battu par les vents ».
Le premier est vigneron, le second auteur de bandes dessinées.
Pendant un an, Étienne Davodeau a goûté aux joies de la taille, du décavaillonnage, de la tonnellerie ou encore s’est interrogé sur la biodynamie.
Richard Leroy, de son côté, a lu des bandes dessinées choisies par Étienne, a rencontré des auteurs, s’est rendu dans des festivals, est allé chez un imprimeur, s’est penché sur la planche à dessin d’Étienne…
Étienne et Richard échangent leurs savoirs et savoir-faire, mettent en évidence les points que ces pratiques (artistiques et vigneronnes) peuvent avoir en commun ; et ils sont plus nombreux qu’on ne pourrait l’envisager de prime abord…

couv9452639

Ça faisait un moment que Les ignorants trainait dans ma PAL (pour être parfaitement honnête, il y est depuis 2012) et j’ai décidé qu’il était temps de l’en sortir. La bande-dessinée m’avait été offerte à l’époque et j’avoue que le sujet me faisait un peu peur, l’idée de départ ne m’excitait pas trop et je pensais vraiment que j’allais m’ennuyer. Que nenni ! J’ai passé un très bon moment en compagnie d’Étienne Davodeau, dessinateur et scénariste, et de Richard Leroy, vigneron. Le dessin est simple, tout en noir et blanc, et efficace. L’histoire racontée par Davodeau est finalement plutôt intéressante, souvent drôle et particulièrement enrichissante. Je regrette un peu le fait que le vin ait été beaucoup plus mis en avant que la bande-dessinée. Il s’agit en effet d’une bande-dessinée initiatique, le but était que l’un découvre la BD et l’autre le monde vinicole (et nous les deux à la fois). L’accent a plus été mis sur la production du vin (on fait tout le tour du sujet, de la préparation des vignes à la fermentation du raisin) que sur la création d’une bande-dessinée ou sur la découverte de nouveaux livres. J’ai quand même grandement apprécié les quelques passages qui lui sont consacrés, les rencontres avec différents auteurs ou avec les éditeurs. J’ai réussi à attraper quelques références au vol (plein de nouvelles lectures en perspective haha).
Bref, c’est une bande-dessinée que je vous recommande. C’est un petit pavé mais il vaut le détour ! On apprend plein de trucs et c’est une lecture plaisante.

16/20

# Sur la pointe des pieds, tome 1 : A la rencontre de l’hiver.

Lin Xiaolu est une fille très ordinaire qui a grandi auprès d’un seul de ses parents. Elle est introvertie et solitaire. Par contre son monde intérieur est riche de fantaisies. Spectatrice désabusée des amours compliqués des adultes, elle tente d’accéder au bonheur par sa propre volonté. Elle a en mains son destin et la volonté de se sortir de cette vie ordinaire.

couv39009354

J’avais emprunté cette bande-dessinée sans aucune hésitation après avoir juste entraperçu sa couverture, que je trouvais très belle. Concernant cet aspect, je n’ai pas du tout été déçue, les dessins sont très réussis, les couleurs sont à la fois douces et pêchues. L’histoire n’est pas hyper excitante pour l’instant. J’ai un peu de mal à m’attacher au personnage principal, plutôt solitaire et apathique. Lin commence un peu à se secouer les fesses sur la fin et ça devient plus intéressant, ce qui en fait un premier tome plutôt prometteur (intrigant en tout cas). J’ai envie de voir où ils vont avec tout ça.  Pour l’instant, j’avoue que je ne la recommande pas particulièrement (à part pour les illustrations), je vous en dirais plus quand j’aurais lu la suite.

13/20

Films vus.

# Nerve.

En participant à NERVE, un jeu qui diffuse en direct sur Internet des défis filmés, Vee et Ian décident de s’associer pour relever des challenges de plus en plus risqués et gagner toujours plus d’argent. Mais bientôt les deux « Joueurs » s’aperçoivent que leurs moindres mouvements sont manipulés par une communauté anonyme de « Voyeurs ». Le jeu vire au cauchemar. Impossible d’arrêter…

Nerve est un film sympathique, un bon divertissement. L’histoire est intéressante, plutôt effrayante et parfois carrément intense. Les rebondissements sont nombreux et il faut, par moments, avoir le cœur bien accroché ! Si j’ai passé un bon moment, le film a tout de même quelques défauts. A mon sens, les personnages ne sont pas suffisamment développés, mais il est vrai que l’enchainement des événements ne permet pas vraiment ce genre de choses. J’ai trouvé l’ensemble un peu trop rapide, beaucoup de choses ont été survolées, notamment la tentative de démantèlement de la plateforme du jeu. Mais, là encore, je pense qu’on s’éloignerait trop du but premier du film : le jeu, la recherche de sensations fortes, le besoin de se sentir aimé et tout puissant.
Il y a beaucoup de clichés que l’on retrouve dans un grand nombre de films américains du genre, rendant l’ensemble assez prévisible. Il y a également quelques scènes où, clairement, les personnages font preuve d’une grande immaturité (ou d’une grande stupidité, je ne sais pas trop), ce qui pourrait déplaire à beaucoup de gens. Moi, la stupidité, ça me fatigue. Et certaines scènes de ce film auraient vraiment pu m’énerver mais ce sont des schémas que l’on retrouve tellement souvent que maintenant c’est juste lassant. Après j’avoue que je ne m’attendais pas non plus à beaucoup d’originalité en lançant le film, je savais plus ou moins dans quoi je m’embarquais. Je cherchais du divertissement, rien de plus, j’ai eu ce que je voulais.
Bon, je me suis un peu lâchée, je suis pas sûre que le fil de ma pensée soit très clair, il est tard. Nerve n’est pas un bon film, ce n’est pas un mauvais film non plus. C’est un film à regarder un soir où on cherche un truc divertissant avec un casting plutôt pas mal. Selon moi, le film est plutôt destiné à un public adolescent/jeune adulte (à titre indicatif).

14/20

Séries débutées.

Ces deux dernières semaines je me suis surtout penchée sur les nouvelles séries de la rentrée (la deuxième partie du bilan ne devrait pas trop tarder) et sur le rattrapage d’épisodes de séries déjà commencées il y a un moment. Pas de blabla séries aujourd’hui !

C’est tout pour ce Point Culture ! N’hésitez pas à partager vos avis sur toutes ces choses, à me conseiller des livres ou des films que vous avez aimé. 

2003

Je vous fais des bisous !