Les primates de Park Avenue – Wednesday Martin.

Coucou les paupiettes !

J’espère que vous avez passé un bon week-end. J’ai envie aujourd’hui de vous parler d’un roman un peu particulier. Il s’agit plutôt d’un témoignage techniquement. Les primates de Park Avenue a été écrit par Wednesday Martin, autrice mais aussi chercheuse et critique culturelle. Il a été publié aux éditions 10/18 en juin 2018. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Wednesday Martin débarque de son Midwest natal dans l’Upper East Side, le quartier le plus huppé de Manhattan, avec son mari et ses deux enfants. Le rêve se transforme rapidement en cauchemar.
Wednesday est sur le territoire des primates les plus riches de la planète. Une enclave hostile peuplée de femmes au foyer surdiplômées, glamour, mariées à des patrons de hedge funds et totalement dévouées à la réussite de leur progéniture.
Armée d’un calepin et d’un crayon, Wednesday Martin consigne, à la manière de la célèbre primatologue Jane Goodall, les rites, les mœurs, les contradictions et les peurs de ces mères richissimes en quête obsessionnelle de perfection.

couv67452811

Continuer la lecture de Les primates de Park Avenue – Wednesday Martin.

Publicités

[LYON] « Venenum », l’empoisonnement sous toutes ses formes au musée des Confluences.

Coucou les paupiettes !

Ça faisait un petit moment que je n’avais pas écrit un article consacré à une exposition sur le blog. Il faut dire qu’en ce moment, avec mon agenda de ministre (haha, genre), je ne traine pas beaucoup dans les musées. Hier, levés (trop) tôt, on s’est dit que ça pourrait être sympa d’aller jusqu’au musée des Confluences, que nous n’avions visité qu’une seule fois depuis notre arrivée sur Lyon, lors des journées du patrimoine en 2016. La communication autour de Venenum a opéré son petit charme et a attisé notre curiosité, de par son thème déjà, mais aussi parce que nous avions eu de très bons retours. Ça ne fait pourtant qu’une semaine que l’exposition a débuté !

IMAG0335
Musée des Confluences, Lyon. © ibidouu

Avant de parler de l’expo, je vais peut-être parler très rapidement du lieu dans lequel elle prend place. Véritable OVNI architectural (que l’on peut qualifier d’archisculpture), le musée des Confluences a ouvert ses portes au public en décembre 2014. Architecturalement parlant, c’est un projet qui s’inscrit dans la lignée des grands chantiers culturels de ces dernières années. On privilégie les constructions qui ont une identité forte, qui marquent les esprits. Personnellement, j’avoue ne pas être une grande fan de ce musée d’un point de vue esthétique. J’ai été beaucoup plus impressionnée par la Fondation Louis Vuitton, inaugurée la même année. Après, difficile de rivaliser avec Frank Gehry…
Bref, je m’égare. Le musée des Confluences est un musée d’histoire naturelle, d’anthropologie, des sociétés et des civilisations. Il s’agit donc d’un musée nous dispensant des connaissances scientifiques plus que des connaissances artistiques (bien que les deux puissent être liés). Les collections permanentes sont présentées sous la forme de quatre expositions (« Origines : les récits du monde », « Espèces : la maille du vivant », « Sociétés : le théâtre des hommes » et « Eternités : visions de l’au-delà »). Elles sont globalement intéressantes, les fonds sont riches et bien présentés. En parallèle, un certain nombre d’expositions temporaires sont proposées (sur des thèmes très variés), ainsi que des conférences, des ateliers, des concerts, etc. Il s’agit d’un musée fort dynamique.

Continuer la lecture de [LYON] « Venenum », l’empoisonnement sous toutes ses formes au musée des Confluences.