Little Rock 1957 – Thomas Snégaroff.

Coucou les paupiettes !

Je vous propose de découvrir un ouvrage qui sort aujourd’hui, jeudi 5 septembre 2019, en librairie. Écrit par l’historien et journaliste français Thomas Snégaroff, Little Rock 1957 revient sur « l’histoire des neuf lycéens noirs qui ont bouleversé l’Amérique ». Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

4 septembre 1957, Little Rock, Arkansas, rentrée des classes sous le signe de la fin de la ségrégation scolaire. Les neuf enfants noirs inscrits au lycée jusque-là réservé aux seuls blancs sont encerclés par une foule hystérique. La photographie de l’une des Neuf, Elizabeth Eckford, 15 ans, huée et insultée, fait la une des journaux le lendemain. L’Amérique est bouleversée. Commence alors un bras de fer qui oppose le gouverneur de l’Arkansas Orval Faubus au président des états-Unis Dwight Eisenhower. Thomas Snégaroff, spécialiste des états-Unis, est allé sur place pour enquêter sur cet épisode majeur de l’histoire de la lutte pour l’égalité des droits. Grâce à des témoignages inédits et des archives publiques exploitées pour la première fois, il nous livre un récit captivant et émouvant qui brosse un portrait de l’Amérique d’hier et d’aujourd’hui. Une plongée fascinante dans un pays toujours hanté par la ségrégation raciale.

couv60263612

Continuer la lecture de Little Rock 1957 – Thomas Snégaroff.

Point Culture #20 – Livres, films, séries.

Coucou les paupiettes !

On se retrouve déjà pour le vingtième Point Culture, que le temps passe vite ! N’ayant toujours pas trouvé de travail, j’ai eu le temps de lire et voir pas mal de choses ces deux dernières semaines. C’est parti !

Livres lus.

# Incarceron.

Incarceron, une prison à nulle autre pareille : elle décide qui doit vivre… et qui doit mourir.
Rien ne peut lui échapper
Finn est prisonnier d’Incarceron, un univers pénitentiaire plein de dangers, de trahisons et de menaces. Il tente par tous les moyens de s’évader.
Claudia, la fille du directeur d’Incarceron, vit à l’Extérieur, dans un royaume figé au XVIIIe siècle. Piégée par une existence qu’elle n’a pas choisie, elle cherche à percer les mystères de la Prison.
Un jour Finn et Claudia trouvent une clé, qui permet à chacun de communiquer avec l’autre. Alors surgit un espoir, la possibilité d’échapper à un destin tout tracé dont ils ne veulent pas.

couv17243008

J’avais déjà lu des ouvrages écrits par Catherine Fisher quand j’étais plus jeune, notamment la saga de L’Oracle, que j’avais beaucoup aimé. Ça faisait un moment que je voulais lire Incarceron, je n’ai donc pas hésité à l’emprunter quand je l’ai vu à la médiathèque, et je me suis jetée dedans le soir même !
L’auteure nous immerge dans un univers riche, original mais compliqué, dans lequel on se perd facilement. Elle nous présente des personnages principaux plutôt intéressants, mais qui seront très peu développés dans le récit. On reste clairement à la surface des choses et on n’apprend jamais vraiment à connaître Finn et Claudia. J’ai donc eu beaucoup de mal à m’attacher aux personnages principaux. Les personnages secondaires ne sont pas mieux, ils m’ont exaspéré pour la plupart, bande d’égoïstes et d’opportunistes.
Malgré le fait que l’histoire prenne place dans un univers assez difficile à appréhender au premier abord, l’écriture de l’auteure reste fluide et facilement compréhensible. Il y a quelques passages un peu confus, mais ça n’a pas particulièrement gêné ma lecture. On alterne entre des chapitres consacrés à Claudia et d’autres consacrés à Finn. Les événements s’enchaînent sans heurt et le récit est bien rythmé. Incarneron est un roman intrigant, mystérieux et ce dès la lecture du résumé. Malheureusement, la lecture du livre à proprement parler n’est pas aussi excitante que prévu. Il y a beaucoup de rebondissements mais l’histoire est assez fade et très prévisible (j’avais deviné les grandes lignes du récit au bout du quatrième ou cinquième chapitre, ainsi qu’une des « révélations finales »). Il n’y a aucun suspense. De plus, on a jamais vraiment de réponse à nos questions et on ne comprend toujours pas le pourquoi du comment de cette maudite prison, alors qu’elle est vraiment au cœur du récit. Sans elle, y a pas d’histoire. Enfin bref..
C’est loin d’être un coup de cœur, je n’ai pas trouvé la fin très folichonne et je pense donc m’arrêter là et ne pas lire le second tome. C’est dommage car l’idée de départ me plaisait beaucoup, et j’en avais entendu beaucoup de bien. Une déception !

12/20 Continuer la lecture de Point Culture #20 – Livres, films, séries.