Point culture – Livres, films, séries #2

Coucou mes petites cacahouètes !

Je reviens en ce dimanche, comme prévu, avec un nouveau point culture sur ce que j’ai lu et vu cette dernière semaine.

Avec mes inscriptions en Master 2, mes vaines recherches pour trouver un sujet et la visite de plusieurs amis, je n’ai pas pu voir tout ce que je voulais (ni faire un point culture dimanche dernier d’ailleurs), mais j’ai quand même quelques petites choses à vous présenter !

Livres lus. 

# Beignets de tomates vertes.

Je suis en train de vous préparer une toute nouvelle catégorie qui s’intitulera « Du livre au film » (vous l’aurez compris, on parlera adaptations) et je compte parler de ce roman dans une des premières éditions (qui ne saurait tarder d’ailleurs). 

Je vous mets quand même le résumé :

« Un sacrée numéro, Idgie ! La première fois qu’elle a vu Ruth, elle a piqué un fard et elle a filé à l’étage pour se laver et se mettre de la gomina. Par la suite, elles ont ouvert le café et ne se sont plus jamais quittées. Ah ! Les beignets de tomates vertes du Whistle Stop Café … J’en salive encore ! »
Un demi-siècle plus tard, Ninny, quatre-vingt-six ans, raconte à son amie Evelyn l’histoire du Whistle Stop, en Alabama. Il s’en ai passé des choses, dans cette petite bourgade plantée au nord de la voie ferrée ! Et Evelyn, quarante-huit ans, mari indifférent, vie sans relief, écoute, fascinée. Découvre un autre monde. Apprend à s’affirmer, grâce à Ninny, l’adorable vieille dame.
Chronique du Sud profond de 1929 à 1988, ce roman tendre et généreux vous fera rire aux éclats et, au détour d’une page, essuyer une larme. Humour et nostalgie : une recette au parfum subtil…

Tout ce que je peux vous dire pour l’instant, c’est que j’ai beaucoup apprécié la lecture de ce roman aux personnages très attachants. On ne se lasse pas de lire les aventures de ce petit village de Whistle Stop, l’histoire de cette grande famille dans les années 30 et leurs impacts sur la vie d’une femme d’une cinquantaine d’années dans les années 80. Je vous en dirai plus avec ma critique du film, il faudra patienter !

15/20

# Nymphéas Noirs. 

Tout n’est qu’illusion, surtout quand un jeu de miroirs multiplie les indices et brouille les pistes. Pourtant les meurtres qui troublent la quiétude de Giverny, le village cher à Claude Monet, sont bien réels. Au coeur de l’intrigue, trois femmes : une fillette de onze ans douée pour la peinture, une institutrice redoutablement séduisante et une vieille femme aux yeux de hibou qui voit tout et sait tout. Et puis, bien sûr, une passion dévastatrice. Le tout sur fond de rumeur de toiles perdues ou volées, dont les fameux Nymphéas noirs. Perdues ou volées, telles les illusions quand passé et présent se confondent et que jeunesse et mort défient le temps.

C’était ma première lecture de Bussi, je ne savais pas trop à quoi m’attendre après en avoir lu des critiques plus ou moins bonnes par ci par là.

Pour commencer, j’aime beaucoup la façon d’écrire de Bussi, c’est très fluide, l’histoire s’articule logiquement. On est en quelque sorte pendus à la plume de l’écrivain (super poétique).

En ce qui concerne l’histoire, j’ai beaucoup apprécié le cadre dans lequel se déroule l’intrigue. Giverny, la description des paysages, la peinture impressionniste, Monet, tout cela est très plaisant.. MAIS il faut bien garder à l’esprit que je suis historienne de l’art, et que tout ça c’est mon dada. Ce n’est pas le cas de tout le monde, et je peux comprendre que ça en énerve certains d’avoir dix pages consacrées aux Nymphéas et pas à l’histoire en tant que telle (même si en soi ça a un lien, Bussi en a peut-être un peu trop fait sur Monet, sur le cadre). Même dans sa description de la mort je l’ai trouvé parfois très poétique. Enfin bref.

Il s’agit d’un roman policier, on a affaire à un meurtre et on suit plus particulièrement trois femmes d’âges complètement différents, trois générations différentes. On suit également un inspecteur et son adjoint. Je ne me suis pas particulièrement attachée aux personnages. Non pas qu’ils soient creux, énervants ou quoi que ce soit, c’est juste que je ne m’y suis pas attachée plus que ça, ce sont des choses qui arrivent. Pourtant, une fois la moitié du livre dépassée, je n’ai pas pu m’arrêter, j’étais complètement absorbée. Là où dans certains romans policiers on devine la fin assez rapidement, ici je ne me suis doutée à aucun moment de ce qui allait se passer. Cette fin, mes amis, est hallucinante (de mon point de vue). J’ai été tellement abasourdie que j’ai dû poser le livre et aller réfléchir dans ma cuisine pendant une dizaine de minutes. Honnêtement, je pense qu’ils pourraient en faire un film.

Si vous êtes des adeptes de romans policiers, je ne peux que vous conseiller de lire ce livre original ! Vous m’en direz des nouvelles. Ou si vous l’avez déjà lu, je veux bien que vous me donniez votre avis maintenant !

17/20

D’un point de vue littéraire, c’était une bonne semaine !

Films vus. 

# Sils Maria.

À dix-huit ans, Maria Enders a connu le succès au théâtre en incarnant Sigrid, jeune fille ambitieuse et au charme trouble qui conduit au suicide une femme plus mûre, Helena. Vingt ans plus tard on lui propose de reprendre cette pièce, mais cette fois de l’autre côté du miroir, dans le rôle d’Helena…

J’ai trouvé ce film très.. troublant. Je pense que troublant est le mot. Je n’ai pas tout compris, il faudrait probablement que je le regarde à nouveau pour en saisir toutes les subtilités. On a un peu l’impression d’avoir été abandonnés au milieu. Il y a beaucoup de passages très émouvants, mais aussi, parfois, des passages ennuyants. Globalement, à la fin, je ne sais pas si j’ai aimé le film ou pas, et c’est très énervant.

Il s’agit néanmoins d’un film très intense, où on se promène au milieu de non-dits, de silences inconfortables, dans le quotidien d’une actrice qui refuse de vieillir, qui refuse d’abandonner ses certitudes. Le jeu qui s’installe entre l’actrice et son assistante se rapproche peu à peu de la relation qu’entretiennent Helena et Sigrid dans la pièce de théâtre, intime et toxique, dérangeante. L’histoire évolue dans des paysages magnifiques, mais qui contribuent selon moi à rendre le film lourd et pesant.

En ce qui concerne le jeu des acteurs, Kristen Stewart est excellente, j’ai complètement abandonné l’image flanflan que j’avais d’elle depuis Twilight. Juliette Binoche est troublante, mais je pense qu’elle a su faire ses preuves depuis le temps. Et Chloé Grace Moretz ne cesse de m’étonner, elle a vraiment quelque chose. Chaque nouveau rôle me fait découvrir une autre facette du talent de l’actrice.

En bref, c’est un film que je ne conseillerai pas au grand public car il est très particulier et difficile à appréhender. L’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

13/20

# Mortdecai.

Beaucoup de monde est à la poursuite de Charlie Mortdecai : des Russes fous furieux, les services secrets britanniques très remontés, un terroriste international et même sa somptueuse épouse… Pour se tirer des situations impossibles qui le guettent, l’élégant marchand d’art et escroc occasionnel n’a que son charme. Il va lui en falloir beaucoup s’il veut s’en sortir vivant et être le premier à retrouver le tableau volé qui conduit au trésor caché des nazis…

Capture d’écran 2015-08-30 à 01.26.08

Bof bof bof. Ce film ne restera pas dans les annales. Il y a quelques bons passages, mais tout est too much. Surfait, surjoué, beaucoup de clichés.. C’est dommage vu le casting ! Johnny Depp m’a saoulé en fait haha. L’histoire est beaucoup trop tournée vers les excentricités de son personnage, passablement ridicule, alors que j’aurais aimé qu’on s’intéresse plus à l’autre aspect du film : le tableau, les trafics d’art nazis. Je m’attendais vraiment à une enquête plus intéressante que ça. Ou à un film plus drôle.

On peut donc s’en passer, si vous voyez ce que je veux dire.

10/20

# Song of the Sea.

Ben et Saoirse vivent avec leur père tout en haut d’un phare sur une petite île. Pour les protéger des dangers de la mer, leur grand-mère les emmène vivre à la ville. Ben découvre alors que sa petite soeur est une selkie, une fée de la mer dont le chant peut délivrer les êtres magiques du sort que leur a jeté la Sorcière aux hiboux. Au cours d’un fantastique voyage, Ben et Saoirse vont devoir affronter peurs et dangers, et combattre la sorcière pour aider les êtres magiques à retrouver leur pouvoir.

Magnifique, poétique, émouvant, drôle, humain, triste. Je crois que tous les adjectifs fonctionnent pour cet animé qui m’a tout bonnement coupé le souffle. Inspiré d’une légende irlandaise, l’histoire évolue autour de Ben et de sa petite soeur, une selkie (elle peut, en gros, se transformer en petit phoque tout mignon qui chante). On suit leur périple sur terre (et sur mer) et leurs rencontres avec des créatures fantastiques légendaires sur fond de musique irlandaise. Les dessins sont magnifiques, vraiment. Ils sont d’une qualité, d’une sensibilité que l’on trouve rarement aujourd’hui. C’est beau, c’est beau, c’est beau. Vous devez TOUS le voir. C’est un ordre.

19/20

# The D Train.

Le directeur du comité des anciens d’un lycée voyage jusqu’à Los Angeles pour retrouver le garçon le plus populaire de sa classe de terminale et le convaincre de venir à la réunion prévue.

J’ai vu des choses. Des choses horribles que je n’arrive plus à retirer de ma mémoire. Et ça se résume à deux secondes de ce film. Un truc que ne pensais JAMAIS voir de ma vie. Voilà, vous verrez par vous même. Tu sais pas si tu dois hurler, rire, pleurer, c’est dérangeant maiiiis en même temps c’est trop drôle. Et trop glauque. Mais ce sont deux secondes de film, c’est tout.

Pour le reste, on retrouve un Jack Black un peu pathétique (c’est le rôle qui veut ça, pas lui) et ça change ! Le film est assez particulier, pas forcément très original. Il y a quelques bons passages mais rien de transcendant. Je ne le conseille pas spécialement. Sauf si vous voulez ces deux secondes de malade (vraiment, je vous assure). On s’y attend pas du tout.

13/20

# This is where I leave you.

À la mort de leur père, quatre enfants, blessés et malmenés par la vie, reviennent dans la maison où ils ont passé leur enfance. Ils se retrouvent donc contraints de cohabiter sous le même toit pendant une semaine, en compagnie de leur mère indiscrète et de leurs conjoints, ex-conjoints et anciens amoureux transis… En affrontant leur passé et en tentant de recoller les morceaux, ces êtres qui s’aiment et se connaissent mieux que personne parviendront peu à peu à renouer des liens, souvent passionnels, et toujours affectueux. Au milieu du chaos, des rires partagés, des peines de cœur et des deuxièmes chances, ils nous embarquent, comme seules les familles savent le faire, dans un périple émotionnel mouvementé qui nous renvoie au meilleur de nous-mêmes.

J’ai beaucoup aimé ce film, profondément humain, où on nous dévoile les forces et les faiblesses d’une famille attachante, avec ses moments drôles comme ses moments tristes, ses moments de honte, ses questionnements.

Le casting est parfait. J’adore Tina Fey, qu’importe le rôle, j’ai toujours eu un faible pour Bateman, même s’il ne se renouvelle pas beaucoup dans ses rôles. Et Jane Fonda, on ne la présente plus (je vous conseille vivement de la regarder dans Grace and Frankie, un petit bijou de série produit par Netflix).

Rien d’inoubliable, mais ce film restera quand même un bon moment, un film qui change un peu de toutes ces comédies américaines similaires qu’on nous balance à l’année. Je vous le conseille vraiment, un film comme ça, ça fait du bien à tout le monde.

15/20

# Pitch Perfect 2. 

Cela fait trois ans que les Bellas se sont imposées comme le premier groupe exclusivement féminin à remporter un titre national grâce à leurs voix, leur style et leur attitude reconnaissables entre toutes. Mais lorsqu’elles se retrouvent radiées suite à un scandale qui risque de compromettre leur dernière année à Barden, nos trois championnes à l’esprit combatif estiment que, cette fois, elles ont perdu la partie. Alors qu’il ne leur reste qu’une occasion de reconquérir leur titre, les Bellas doivent se battre pour avoir le droit de concourir au championnat du monde de chant a capella de Copenhague. Entre la pression de la compétition musicale et la peur de rater leur année de Terminale, les Bellas devront se serrer les coudes pour retrouver leur voix et remporter le championnat…

J’avais a-do-ré le premier. Je les regardé un nombre incalculable de fois, j’ai forcé plein de gens à le regarder, c’est probablement un de mes « feel-good movies » préférés. Vous vous doutez donc bien que quand j’ai su qu’il y allait avoir un deuxième opus, j’étais enchantée (je sautais au plafond). J’avais donc des attentes. De grooooooosses attentes. Et j’ai été déçue. Terriblement déçue.

Fat Amy est toujours Fat Amy, là n’est pas le problème. Mais le film m’a semblé.. moins travaillé. Le casting était incomplet. Tout était globalement un peu moins drôle et un peu surfait par rapport au premier. Et c’est bien dommage. Cela dit, il faut bien se mettre en tête que ça faisait des mois que je me montais un truc dans ma tête. Donc mon avis est pas forcément super concluant/objectif.

D’un point de vue musical, le résultat est là. En beaucoup plus spectaculaire, la mise en scène est impressionnante. Quelques bons guests aussi haha (pas de spoil).

En bref : c’est drôle, de bonnes chansons, du spectaculaire à la pelle MAIS un poil décevant par rapport au premier. A voir tout de même ! Et mes attentes seront revues encore à la baisse pour le troisième opus (oui il y en aura un troisième).

14/20

# Love, Rosie. 

Rosie et Alex, deux meilleurs amis, se retrouvent séparés de plusieurs milliers de kilomètres quand la famille d’Alex est contrainte de déménager aux Etats-Unis.

Ce film indépendant a été la petite surprise de la semaine. Je le pensais totalement prévisible et en fait pas du tout. J’ai été très surprise du tournant inattendu qu’a pris le film, et ce jusqu’au dénouement. Les acteurs sont sympathiques. Rien de fou non plus.

J’ai passé un bon moment, c’est une comédie romantique qui sort (un peu) de l’ordinaire ! Par contre c’est clairement un film de nana. Pas sûre que votre copain kiffe sa soirée si vous lui imposez ça…

14/20

Point séries.

# Mistresses.

Les amours d’un groupe d’amies d’une trentaine d’années, qui se sont connues à l’université mais dont les vies ont pris peu à peu des chemins différents. Impliquées dans des histoires complexes, parfois secrètes et souvent scandaleuses, elles bravent les tempêtes ensemble…

C’est tout à fait le genre de séries que j’essaye d’éviter parce que je sais pertinemment que je n’arrive pas à en décrocher. Tu te fais aspirer, happer. La preuve : j’en suis déjà presque à la fin de la saison 2, complètement absorbée par la vie plus ou moins merdique de ces quatre femmes. Enfin je dis ça, mais j’ai un petit peu laissé tomber ces derniers jours. On va dire que c’est une série « facile », pas trop prise de tête (pour nous, parce que eux à l’écran ils sont déchaînés). C’est globalement assez superficiel et prévisible, mais que voulez vous ? Ce genre de séries des fois, ça fait pas de mal.

13/20

# Mr Robinson.

Un musicien talentueux mais torturé doit se faire à sa nouvelle vie de professeur de musique dans une école primaire, entre ses collègues pas toujours bien intentionnés et les tentations que représentent les mamans célibataires…

La première saison a débuté cet été, constituée de six petits épisodes de 20 minutes, et elle est déjà terminée. Le scénario est très simple, chaque épisode a sa dose d’humour. Le potentiel des acteurs n’est probablement pas complètement exploité mais la série n’en reste pas moins sympathique. Bien que terriblement courte. Difficile de juger sur six épisodes, sachant que normalement il y a au moins 10/12 par saison (et dans le cas de figure le plus fréquent, une vingtaine). Pourquoi pas, pour passer le temps ! Pas de prise de tête au rendez-vous.

14/20

Sinon j’ai terminé : Teen Wolf (Saison 5A, suite prévue pour janvier 2016 – Cliffhanger de malade, merci), Melissa and Joey (Saison 4, annulée).

Et j’ai repris : Switched at birth (Saison 4B), Young and Hungry (Saison 2B).

A la semaine prochaine !

Et vous, votre point culture ?

Publicités

Point culture – Livres, films, séries #1

Hellooooooooo ! Trop d’enthousiasme ? Pardon.

Vous l’aurez compris, mon blog est assez orienté culture. J’ai décidé de créer cette nouvelle rubrique, tant pour vous que pour moi, où j’essaierai (une fois par semaine ? Trop d’utopie ?) de faire le point sur mes lectures, sur les films que j’ai vu, sur les séries terminées ou commencées. Une sorte de journal pas intime de mes ressentis face à toutes ces nouvelles choses. Une façon de partager avec vous mes petites découvertes. D’en parler avec vous. De savoir ce que vous me conseillerez, etc etc etc. T’as compris le principe quoi.

Nous sommes donc le… Je cherche mon calendrier quelque part… Le 13 août ! Je vais me baser sur les treize derniers jours, pour faire simple (ça va être long). Et c’est parti !

Livres lus. 

# L’analphabète qui savait compter, Jonas Jonasson.

Née à Soweto pendant l’apartheid, Nombeko Mayeki commence à travailler à cinq ans, devient orpheline à dix et est renversée par une voiture à quinze. Tout semble la vouer à mener une existence de dur labeur et à mourir dans l’indifférence générale. Mais c’est sous-estimer le destin… et le fait qu’elle est une analphabète qui sait compter – deux facteurs qui la conduisent loin de l’Afrique du Sud et la font naviguer dans les hautes sphères de la politique internationale. Durant son périple, elle rencontre des personnages hauts en couleur, dont deux frères physiquement identiques et pourtant très différents. Nombeko réussit à se mettre à dos les services secrets les plus redoutés au monde et se retrouve enfermée dans un camion de pommes de terre. C’est à ce moment-là que l’humanité est menacée.

Après avoir lu « Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire », je me suis laissée tenter par le dernier roman du même auteur. J’avais adoré sa façon d’écrire, ses personnages et ses anecdotes dans le premier. J’ai quasiment tout détesté dans le second.

Beaucoup d’éléments sont très redondants par rapport au premier livre, notamment cette histoire de bombe nucléaire, de fuite, de rencontres avec des chefs d’États, etc.  Sauf que contrairement au premier, les passages traitant de politique sont assez inutiles au développement de l’histoire et ne sont pas drôles. J’ai eu beaucoup de mal à m’attacher aux différents personnages, que j’ai trouvé assez fades. Certains étaient complètement débiles, je pense notamment à Holger 1 (être aussi con c’est vraiment pas donné à tout le monde) et sa copine. J’ai trouvé Nombeko assez condescendante.. Enfin bref, rien de folichon quoi. Une lecture que je ne recommande à personne (contrairement au Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire !). J’ai vraiment dû m’accrocher et j’ai failli abandonner à de multiples reprises.

10/20

# Moi, j’attends de voir passer un pingouin, Geneviève Brisac.

Un livre, c’est d’abord une voix. Ici, celle d’une femme qui tient chronique des jours qui passent en songeant, comme le faisait Gauguin, qu’on se fout de la réalité. De toute manière, la vie est si pleine de choses redoutables.
Surgissent une femme de ménage – Céleste – qui porte le même prénom que celle de Marcel Proust, un fils rebelle, un lapin nain nommé Grateful, un rat frileux, des buffles, un chat impossible à abandonner, sans oublier Flush, le seul épagneul immortalisé par Virginia Woolf.
Et ce n’est plus un livre mais une fable urbaine et légendaire, où bouillonne notre condition humaine.

Je cherchais un petit livre, à lire assez rapidement puisque je devais recevoir « Demain j’arrête » par la poste le lendemain. J’avais celui ci dans ma PAL. Je ne connais pas vraiment le travail de Geneviève Brisac, voire pas du tout d’ailleurs. Je m’attendais à quelque chose de très décalé en lisant la quatrième de couverture.. Et en fait non. C’est assez particulier, j’avoue avoir lu certains passages en diagonale parce qu’ils trainaient en longueur. Il n’y a pas vraiment d’histoire ou de fil conducteur, il s’agit vraiment d’un voyage dans l’imagination de l’auteure, un récit un peu autobiographique qui se veut original. Le résultat n’est pas très réussi selon moi, mais j’ai quand même apprécié certains chapitres. Je ne sais pas si je tenterai autre chose de Geneviève Brisac par contre. A voir.

12/20

# Demain j’arrête, Gilles Legardinier.

Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides.
Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu’elle n’a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier… Mais tout cela n’est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu’elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret.
Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu’à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons- nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?

A force de flâner de bibliothèques en bibliothèques sur Livraddict et d’y voir ce roman partout, j’ai décidé qu’il fallait peut-être que je revienne sur ma décision et que je le lise. Je venais de me créer un compte sur latornade.fr, j’avais des points, il était là, je l’ai commandé, bref, une bonne chose de faite. Je l’ai reçu quelques jours après, je l’ai commencé en début de soirée et je ne l’ai plus lâché. Je l’ai lu d’une traite et je ne regrette rien. Je suis très contente de ne pas être passée à côté de quelque chose. On entre facilement et très rapidement dans l’histoire, les personnages sont originaux et attachants. Julie a réussi à me faire sourire plus d’une fois avec ses raisonnements foireux qui me correspondent tellement ! Après les deux autres romans lus au début du mois, celui-ci est apparu comme providentiel haha. En tout cas il est tout à fait sympathique et accessible. Idéal à lire sur la plage ou dans les transports en commun.

15/20

Films vus.

# Plastic

Plastic est inspiré d’une histoire vraie, celle d’un groupe d’amis qui a réussi à infiltrer l’une des plus grandes entreprises de cartes de crédit dans le Monde. Ils vont réaliser un hold-up spectaculaire.

Pas mal du tout ! Je ne m’attendais pas trop à ça, mais le casting est là, les acteurs sont (globalement) bons. L’histoire tient la route (et encore heureux pour une histoire vraie). Ce n’est pas trop surjoué, ce qui est une bonne chose pour ce genre de films. On perçoit vraiment les faiblesses de chacun des personnages ainsi que leurs avantages, leurs points forts. A regarder seul ou entre amis !

14/20

# The Riot Club

Le Riot Club est réservé à l’élite de la nation. Ce cercle très secret d’Oxford fait de la débauche et de l’excès son modèle depuis 3 siècles. Miles et Alistair, deux étudiants en première année, ne reculeront devant rien pour avoir l’honneur d’en faire partie…

Un joli casting, une immense déception. La bande annonce diffusée l’année dernière m’avait vraiment donné envie, je suis vraiment tombée de haut. Globalement, on nous étale au visage des enfants pourris gâtés qui mériteraient clairement d’être remis à leur place et d’ouvrir les yeux sur le monde d’aujourd’hui. Le film est vraiment creux, les personnages sont majoritairement des cons, qui jouent particulièrement mal d’ailleurs (ou trop bien je ne sais pas, c’est confus). A la fin du film j’étais vraiment énervée, j’ai perdu presque deux heures de ma vie à regarder cette ode à la violence gratuite et à une vision de la hiérarchie sociale plus que navrante. Je ne le conseille vraiment à personne. (Rien que d’en parler ça m’énerve encore)

8/20

# The Duff

En dernière année au lycée, une jeune fille apprend qu’elle a été désignée « grosse fille moche » de son groupe d’amies. Passé le choc, elle décide de renverser les filles responsables de cette infamie.

J’avais envie de passer une soirée devant des films d’un niveau intellectuel peu élevé (ça nous arrive tous un jour) et une copine m’a « conseillé » de regarder celui-ci. J’ai passé un plutôt bon moment. C’est le teen-movie de base, avec peut-être un petit truc en plus. En tout cas pour une soirée entre copines, ça le fait !

14/20

# Hot pursuit

Une policière un peu coincée et particulièrement attachée à la procédure tente de protéger la veuve sexy et décomplexée d’un caïd de la drogue. Les deux femmes se lancent dans une cavale à travers le Texas, avec des flics corrompus et de redoutables tueurs à leurs trousses.

Les films de flics avec des nanas aux commandes sont de plus en plus nombreux ces derniers temps. Avec le copain on s’est laissés tenter par ce film qui apparaissait dans les nouveautés. Sofia Vergara, que je connais peu en dehors de Modern Family, et Reese Witherspoon forment un duo attachant et par moments hilarant ! J’ai passé un très bon moment, pas de prise de tête possible.

14/20

# Unfinished Business

Alors que le directeur d’une petite entreprise est sur le point de signer avec ses deux associés un accord en Europe qui changera la face de sa société, le voyage tournera au désastre…

Je trouve le résumé Allociné un peu « dramatique ». J’ai passé un bon moment devant ce film, pas extraordinaire mais sympathique. On découvre une nouvelle facette de Dave Franco (il ne cessera jamais de me surprendre), un Vince Vaughn assez classique et un Tom Wilkinson adorable, comme d’habitude. Un trio particulier pour un film sans grandes prétentions. A voir. Ou pas. ça ne changera pas votre existence !

13/20

# Kick-Ass 2

Kick-Ass, Hit Girl et Red Mist sont de retour pour le second volet de l’irrévérencieux pastiche de film de super-héros Kick-Ass 2. L’audace insensée de Kick-Ass a inspiré une pléthore de vengeurs masqués autodidactes, le Colonel Stars & Stripes en tête, auxquels notre héros va s’allier pour patrouiller les rues de la ville et assurer la sécurité générale. Mais quand Red Mist, réincarné en Mother F%&*^r, décide de s’attaquer à ces super-héros amateurs, seuls les sabres acérés de Hit Girl sauront les sauver de la destruction.

Il était grand temps que je le regarde. C’est fait. Rien de transcendant, j’ai rigolé un peu. Pas plus. Jim Carrey m’a surprise. Mais pas trop. Je n’ai rien vu de fou. Je ne sais pas si j’ai préféré le premier, je pense qu’ils sont à peu près du même niveau. Enfin en tout cas, il y a pas de quoi faire péter le champagne.

12/20

# A Little Chaos

Artiste aussi douée que volontaire, Sabine De Barra conçoit de merveilleux jardins. En 1682, son talent lui vaut d’être invitée à la cour de Louis XIV, où le célèbre paysagiste du roi, André Le Nôtre, fasciné par l’originalité et l’audace de la jeune femme, la choisit pour réaliser le bosquet des Rocailles. La jeune femme défie les barrières sociales et celles liées à son sexe ; elle noue même une surprenante relation avec le roi et gagne la confiance du frère du souverain, Philippe. Au-delà des interdits et des passions, au coeur d’une cour sur laquelle le monde entier a les yeux rivés, Sabine et Le Nôtre vont tout donner pour porter le rêve de leur vie malgré les obstacles…

Yes. Alan Rickman (et sa voiiiiiiix), Kate Winslet et Stanley Tucci dans un même film c’est un combo gagnant. Forcément. Les acteurs sont parfaits, l’histoire (je ne crois pas que ce soit tiré d’une histoire vraie, à creuser) est belle, touchante. L’époque et le cadre sont idylliques.  Certains plans sont à tomber par terre tellement ils sont poétiques. Bref, vous l’aurez compris, j’ai adoré ce film ! A voir et à revoir !

17/20

# The Nut Job

Surly est un écureuil malin et ingénieux. A peine débarqué en ville, il repère un magasin de noix avec un stock suffisant pour nourrir tous les animaux de la forêt pendant l’hiver. Mais pour pénétrer cette forteresse, il va avoir besoin d’aide. Assisté de ses amis, il va mettre au point un plan rocambolesque pour organiser le vol du siècle. Evidemment, rien ne va se passer comme prévu…

Le dessin animé de la semaine ! Une pâle copie de « Nos voisins les hommes », sorti il y a quelques années. Rien de transcendant. Si vous voulez voir un dessin animé avec des écureuils qui cherchent des noix, vraiment, préférez lui « Nos voisins les hommes ».

12/20

# The Cobbler

Max Simkin est un cordonnier solitaire, légèrement malheureux, qui découvre une machine magique lui permettant, s’il chausse les chaussures de ses clients, de leur ressembler trait pour trait.

Steve Buscemi ❤ ! Voilà, ça c’est fait. On découvre dans ce film un Adam Sandler un peu particulier, plus déprimant que d’habitude haha. Et une histoire, certes un peu tirée par les cheveux, mais assez originale. Le film est assez sympathique et surprenant. J’ai passé un très bon moment. Même si on ne voit pas assez Steve à mon goût.

14/20

# Tammy

Tammy, fraichement licenciée d’un fast food, rentre chez elle pour y trouver son mari en train de flirter avec la voisine. Prenant ses cliques et ses claques, elle part séjourner chez ses parents et entreprend un voyage vers les chutes du Niagara avec sa grand-mère alcoolique. Tammy se retrouve alors babysitter malgré elle…

Un résumé encore un peu approximatif mais bon. Melissa McCarthy est probablement une de mes actrices favorites mais c’est loin d’être mon film favori.. J’ai quand même passé un bon moment, plusieurs passages sont hilarants. Tammy est sympathique et attachante, tout comme sa grand-mère (jouée par Susan Sarandon), mais leur road-trip traine parfois un peu en longueur. Encore une fois, un film à voir ou pas. Votre vie n’en sera pas transformée.

13/20

# The Breakfast Club

Cinq lycéens aux caractères totalement opposés se retrouvent en colle un samedi après-midi. Au fur et à mesure que la journée passe, ils discutent, se déchirent et finissent par se trouver plus de points communs qu’ils ne pensaient.

Un classique que je n’avais toujours pas vu (shame on me) ! Drôle, émouvant, ce film vaut vraiment le détour. Les acteurs sont parfaits. Un très bon film, que je n’arriverais pas à qualifier de teen-movie même si ça en est un.

16/20

# Guardians of the Galaxy

Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l’univers tout entier. Lorsqu’il découvre le véritable pouvoir de ce globe et la menace qui pèse sur la galaxie, il conclut une alliance fragile avec quatre aliens disparates : Rocket, un raton laveur fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre, l’énigmatique et mortelle Gamora, et Drax le Destructeur, qui ne rêve que de vengeance. En les ralliant à sa cause, il les convainc de livrer un ultime combat aussi désespéré soit-il pour sauver ce qui peut encore l’être …

Moi j’ai bien aimé cette équipe complètement mal assortie et qui fonctionne pourtant assez bien. J’ai bien aimé le film. J’aime bien Chris Pratt. J’ai vraiment passé un bon moment. Des fois, cela suffit !

16/20

# G.B.F

Alors que l’élection de la fille la plus populaire du lycée bat son plein, les candidates font l’impossible pour s’attirer les faveurs de Tanner, dont elles entendent faire leur Gay Best Friend, l’attribut indispensable pour être à la mode.

Autre teen-movie que j’ai découvert je ne sais plus où. Terriblement cliché mais assez amusant (j’assume). On y retrouve les acteurs de The Mindy Project, PLL ou encore Faking It. J’ai quand même eu un peu de mal parfois avec le jeu de certains, mais c’est une caractéristique commune à beaucoup de teen-movies récents, malheureusement.

D’ailleurs, si vous en avez à me conseiller, n’hésitez pas !

13/20

# Divergent / Insurgent

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq clans (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères, Fraternels). À 16 ans, elle doit choisir son appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitude n’est pas concluant : elle est Divergente. Les Divergents sont des individus rares n’appartenant à aucun clan et sont traqués par le gouvernement. Dissimulant son secret, Tris intègre l’univers brutal des Audacieux dont l’entraînement est basé sur la maîtrise de nos peurs les plus intimes.

Je me suis (enfin) lancée dans la trilogie Divergente. J’avoue avoir été assez surprise, je ne m’attendais pas du tout à ça. J’ai bien aimé les deux premiers films. Je me laisserais peut-être tenter par les livres un de ces quatre. Le jeu des acteurs est juste. Kate Winslet est toujours aussi parfaite. Et je pardonne tout à Miles Teller. Parce que c’est Miles Teller. Je dois avouer que je trouve ça aussi intéressant, voire plus, qu’Hunger Games. A voir si vous aimez la SF !

(tout je vous dis)

15/20

# Safety Not Guaranteed

Trois journalistes enquêtent sur le mystérieux auteur d’une petite annonce qui cherche un compagnon pour voyager dans le temps.

Un de mes coups de coeur de ce début de mois ! J’aime beaucoup Aubrey Plaza, que j’ai vu dans quelques films mais que je connais majoritairement de Parks & Recreation. J’ai apprécié le fait que l’histoire ne tourne pas uniquement autour de l’histoire du voyage dans le temps, et qu’on découvre de façon assez intime chacun des personnages. Ce film est une petite perle, une comédie romantique originale. Émouvant, amusant et divertissant, que demander de plus ?

17/20

Point séries.

# Playing House

Maggie, une mère célibataire, demande à sa meilleure amie, Emma, une femme dont la carrière compte plus que tout et qui est célibataire, de l’aider à élever son enfant…

Une découverte hasardeuse sur BetaSeries, mais tout à fait charmante. Cette série, format 20 minutes, a débuté l’an dernier. La saison 2 vient tout juste de commencer. Les personnages sont tous attachants. Il n’y a rien de très original (pas pour l’instant), mais on se sent bien au milieu de ces gens complètement barrés, avec des problèmes comme on en a tous. J’ai terminé la saison 1 et je compte bien continuer cette série !

14/20

# Barely Famous

Cette série est une parodie de télé-réalité sur deux soeurs : Erin et Sara Foster. La série cherche à mettre en avant tous les stéréotypes hollywoodiens, la vanité des acteurs, la manipulation exercée durant ces émissions de télé-réalité. Les deux soeurs ont tout un tas d’invités comme Ashley Benson, Courteney Cox, Jessica Alba, etc. Il y a quelques bons passages, mais dans l’ensemble je trouve que le côté dénonciation n’est pas assez mis en avant. Résultat : on a l’impression que les deux actrices sont tout simplement deux cruches vaniteuses et c’est tout. La plupart des scènes ne sont pas naturelles du tout. Quelques rires mais rien de plus. La première saison est constituée de six épisodes. La série a été renouvelée mais je ne suis pas certaine de regarder la saison 2.

12/20

# Empire 

Lucious Lyon, ancienne star du hip-hop, est devenu en l’espace d’une vingtaine d’années l’un des plus riches producteurs de disques Américains. Atteint d’une grave maladie, ses jours sont comptés. Il ne lui reste donc plus beaucoup de temps pour désigner son successeur parmi ses trois fils. Deux sont des artistes débutants, très différents mais soudés, tandis que le troisième est un homme d’affaires prêt à tout pour obtenir la position qu’il croit lui revenir de droit. Alors que la famille est sur le point de se déchirer, Cookie, la matriarche, en prison depuis 17 ans, retourne parmi les siens et sème encore un peu plus le trouble. Elle a des comptes à régler et une vengeance à assouvir…

De la folie ! Je n’ai jamais vu autant de manipulateurs dans une seule et même famille. Du début à la fin de la première saison on ne sait pas à quoi s’attendre, chacun nous révèle qu’il a plus d’un tour dans son sac, chacun a ses façons de faire plus ou moins malsaines. Émotion, amour, haine, le tout en musique, il y a vraiment tout ce qu’il faut dans cette série. Avec le copain on a regardé la saison 1 en deux jours. Et on attend la saison 2 avec impatience !!

17/20

# Doctor Who

Extraterrestre de 900 ans, le Docteur est un aventurier qui voyage à travers le temps et l’espace à l’aide de son vaisseau, le TARDIS (Time And Relative Dimension In Space), qui, pour mieux s’adapter à l’environnement, a l’apparence d’une cabine téléphonique. Le Docteur voyage en compagnie d’une jeune fille. Ensemble, ils font de nombreuses rencontres sur les diverses planètes qu’ils explorent…

Les huit premières saisons ont occupé la première semaine du mois d’août. Jour et nuit devant l’écran, nous étions accro au bout de seulement quelques épisodes. Cette série est vraiment géniale. Je ne sais pas pourquoi j’ai attendu aussi longtemps avant de me lancer. Les acteurs sont géniaux, chaque épisode est une nouvelle aventure. Les anglais se sont vraiment surpassés ! De la SF pour tous, avec des passages légers et drôles comme des passages beaucoup plus sombres, inquiétants et émouvants. Je la conseille vivement à tout le monde !

17/20

Sinon j’ai terminé : My Mad Fat Diary (terminée), About a boy (annulée), Pretty Little Liars (Saison 6A, saison 6B à partir de janvier), Baby Daddy (Saison 4, renouvelé pour une saison 5), Marvel’s Agents of SHIELD (Saison 2, renouvelé pour une saison 3).

J’espère que je ne vous aurais pas tué d’ennui avec ce long point culture ! A la semaine prochaine 🙂

Et vous, votre point culture ?