SITIO par Superposition : les arts urbains au cœur de Lyon.

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui je vous propose un article un peu différent de d’habitude (mais pas trop trop non plus). Ça fait maintenant un peu plus d’un an que je vis à Lyon et il me reste encore beaucoup de choses à découvrir dans cette très belle ville. Des choses à goûter, des choses à voir, des choses à vivre… Il y a quelques semaines, j’ai été contacté par l’association Superposition, que je ne connaissais pas du tout. J’ai été enchantée par les différents projets qu’ils mettent en place et j’ai décidé de vous en parler ici, ça en intéressera sûrement quelques uns !

campagne_de_crowdfunding

Commençons par le commencement. Qu’est-ce que Superposition ? C’est une association lyonnaise qui a vu le jour en mars 2016 grâce à neuf passionnés, avec pour objectif de créer du lien entre les habitants, les commerçants de la ville et l’art urbain. Leurs multiples projets permettent de dynamiser les rues oubliées, de proposer des espaces de création libre à de jeunes artistes et, ainsi, de transformer la ville en un musée à ciel ouvert.

Continuer la lecture de SITIO par Superposition : les arts urbains au cœur de Lyon.

Publicités

[LYON] « Venenum », l’empoisonnement sous toutes ses formes au musée des Confluences.

Coucou les paupiettes !

Ça faisait un petit moment que je n’avais pas écrit un article consacré à une exposition sur le blog. Il faut dire qu’en ce moment, avec mon agenda de ministre (haha, genre), je ne traine pas beaucoup dans les musées. Hier, levés (trop) tôt, on s’est dit que ça pourrait être sympa d’aller jusqu’au musée des Confluences, que nous n’avions visité qu’une seule fois depuis notre arrivée sur Lyon, lors des journées du patrimoine en 2016. La communication autour de Venenum a opéré son petit charme et a attisé notre curiosité, de par son thème déjà, mais aussi parce que nous avions eu de très bons retours. Ça ne fait pourtant qu’une semaine que l’exposition a débuté !

IMAG0335
Musée des Confluences, Lyon. © ibidouu

Avant de parler de l’expo, je vais peut-être parler très rapidement du lieu dans lequel elle prend place. Véritable OVNI architectural (que l’on peut qualifier d’archisculpture), le musée des Confluences a ouvert ses portes au public en décembre 2014. Architecturalement parlant, c’est un projet qui s’inscrit dans la lignée des grands chantiers culturels de ces dernières années. On privilégie les constructions qui ont une identité forte, qui marquent les esprits. Personnellement, j’avoue ne pas être une grande fan de ce musée d’un point de vue esthétique. J’ai été beaucoup plus impressionnée par la Fondation Louis Vuitton, inaugurée la même année. Après, difficile de rivaliser avec Frank Gehry…
Bref, je m’égare. Le musée des Confluences est un musée d’histoire naturelle, d’anthropologie, des sociétés et des civilisations. Il s’agit donc d’un musée nous dispensant des connaissances scientifiques plus que des connaissances artistiques (bien que les deux puissent être liés). Les collections permanentes sont présentées sous la forme de quatre expositions (« Origines : les récits du monde », « Espèces : la maille du vivant », « Sociétés : le théâtre des hommes » et « Eternités : visions de l’au-delà »). Elles sont globalement intéressantes, les fonds sont riches et bien présentés. En parallèle, un certain nombre d’expositions temporaires sont proposées (sur des thèmes très variés), ainsi que des conférences, des ateliers, des concerts, etc. Il s’agit d’un musée fort dynamique.

Continuer la lecture de [LYON] « Venenum », l’empoisonnement sous toutes ses formes au musée des Confluences.