Du livre au film #3 – Nos étoiles contraires.

Coucou les paupiettes !

Ça fait un petit moment que je n’ai pas fait d’article sur une adaptation livre/film, il était temps de combler ce manque ! J’ai fait l’acquisition il y a quelques mois du roman Nos étoiles contraires, dont j’avais entendu beaucoup de bien. Après l’avoir un peu laissé choir comme un vieux camembert, j’ai décidé de me lancer. Et d’enchainer avec l’adaptation ciné. Et voilà ce que j’en ai pensé !

Cet article contient peut-être des spoilers. Mais peut-être que non. J’essaye vraiment d’être le plus général possible, mais je vous dévoile quand même quelques grandes lignes du roman (et du film).

353b0d087a1120bb2ec6671cc57385c8

Le roman :

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

couv73401591

John Green a, selon moi, réussi à traiter d’un sujet très grave de façon intelligente, avec justesse et beaucoup d’humour. J’ai mis quelques pages avant de m’ajuster à la patte de l’auteur, je trouvais son écriture assez (trop ?) « familière », mais je m’y suis finalement très vite fait et j’ai pu apprécier la suite de ma lecture. J’ai même fini par apprécier sa façon d’écrire.

Les personnages sont plutôt attachants, bien qu’Augustus m’ait parfois un peu tapé sur le système. L’histoire est bien menée, les événements s’enchainent clairement dans une logique un peu prévisible mais bon.. J’ai apprécié que l’auteur ait choisi cette fin plutôt que quelque chose de beaucoup plus facile. Bien évidemment l’histoire est très émouvante mais elle ne m’a pas arraché de larmes du tout, John Green n’a pas réussi à m’émouvoir à ce point là.. Il m’aura cependant amené à réfléchir à certaines choses, notamment sur tout ce qui concerne le « vivre dans l’instant présent », profiter des choses qui nous entourent, des gens qu’on aime et qui nous aiment en retour..

J’ai trouvé que c’était un bon roman, sans pour autant sauter au plafond. Pas de coup de coeur pour ibidou ! Ça reste tout de même une lecture que je recommande. Si le sujet n’est pas très joyeux, c’est un roman qui fait du bien, un roman dont il faut se souvenir. Ça reste une importante leçon de vie.

15/20

Le film :

J’ai été agréablement surprise par cette adaptation. Josh Boone a réussi à saisir le roman d’une façon très juste, il a sélectionné les bons passages, les bons dialogues. On retrouve toute l’émotion dont est chargée le roman, et plus encore puisque contrairement au livre, le film a réussi à me faire pleurer à chaudes larmes !

Si le choix de Shailene Woodley m’a paru excellent pour le rôle d’Hazel, j’étais un peu plus sceptique au début en voyant apparaitre Ansel Elgort en Augustus.. Mais je m’y suis finalement habitué. Bien que, je vous avoue, le fait qu’ils soient frère et soeur dans Divergente n’aide PAS DU TOUT. Les rôles secondaires.. et bien.. ils sont secondaires. A part Nat Wolff (Isaac) et Willem Dafoe (Peter Van Houten), j’ai déjà oublié leurs visages. Bon, ok, j’exagère un peu, mais ils n’ont vraiment qu’un rôle très superflu dans le film. Alors que dans le roman on ressent un peu plus leur présence, notamment celle des parents (d’Hazel mais aussi d’Augustus). Revenons au choix de Willem Dafoe pour Peter Van Houten.. J’étais très surprise de le voir là car il ne correspond absolument pas à la vision que je m’étais faite du mec. Mais il est tellement bon dans ce genre de rôle que je suis obligée de saluer cette décision !

En ce qui concerne la façon de filmer, comme pour le roman, tout est dans la justesse, la subtilité. Forcément, dans une adaptation d’un roman qui traite du cancer on ne peut pas ignorer le thème principal. Mais je trouve que l’adaptation est réussie sur ce point. Des passages qui auraient pu apparaître comme too much ont été coupés, centrant beaucoup plus les choses sur la relation entre les deux adolescents. On ne tombe jamais dans le cliché.

Même si vous n’avez pas lu le roman, c’est un film que je vous recommande. Il est drôle, transpire la joie et la tristesse, la vie mais aussi la mort, l’émotion est présente du début à la fin. Le film vaut vraiment la peine d’être vu. Notez quand même qu’en ayant lu le roman, on est capables de remplir certains trous, de replacer des choses, des événements, des sentiments/émotions et cela rend le visionnage beaucoup plus intéressant à mes yeux !

15/20

C’est fini pour aujourd’hui ! On se retrouve très vite avec un nouvel article trop bien, je sais que vous l’attendez déjà avec impatience (ça va les chevilles ?) !

A bientôt.

539d35ba9c372a9369fdb480dfbb8f5d

Des bisous !

Top 10 des comédies romantiques que tu peux essayer de regarder avec ton copain. Ou pas.

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui, St Valentin oblige (trop pas), j’ai décidé de vous concocter un petit top 10 des comédies romantiques que vous pourriez regarder avec votre copain. Ou toute seule. Toute seule c’est bien aussi ! Mais qui a dit que les garçons (ou les hommes, pardon) n’aimaient pas les comédies romantiques ou les « films de filles » ? Ce n’est pas forcément leur genre de prédilection, mais je pense qu’ils savent apprécier ce type de film de temps en temps haha. Fun fact : c’est mon copain qui m’a montré Confessions d’une accro du shopping pour la première fois. J’avoue que vu ce qu’on regardait autrement, ça m’a surprise. Comme quoi !

65d034da84194bea670144b9f953edd5

Bien que j’essaye de caser Love actually dans toutes mes sélections films (et là ça colle plutôt bien au thème), je ne le mettrais pas dans l’article (à part dans cet aparté, notez comment je suis pas subtiiiiile). Allez, petite sélection…

Cet article est entièrement approuvé par mon copain. (Si ça peut aider.)

361e9029bcc05f4c12071ef1c029dcfd

# I give it a year – Mariage à l’anglaise.

Vu au cinéma (il y a deux ans je crois), très drôle !

# What’s your number ? – (S)ex List.

Une comédie assez « classique » mais on passe plutôt un bon moment. 

# Crazy, stupid, love.

Une de mes comédies romantiques préférées 🙂

# About time – Il était temps.

Bill Nightyyyyyyyyyy !

# Silver Lining Playbook – Happiness Therapy.

Gros coup de coeur pour ce film au casting complètement fou !

# Hitch.

Pas ma comédie préférée mais on passe un bon moment !

# Eternal sunshine of the spotless mind.

Une des meilleures comédies romantiques de tous les temps !

# Man up.

Je vous en ai déjà parlé dans un point culture : ***.

# Cashback.

Désolée pour la qualité un peu pourrave de la bande-annonce, c’est vraiment un très très chouette film que je vous recommande fortement !

# Moonrise Kingdom.

Un des meilleurs Wes Anderson selon moi !

Voilà, j’espère que vous arriverez à trouver votre bonheur dans cette petite sélection !

Bonne St Valentin, que vous aimiez cette fête ou non. Profitez, comme tous les jours de l’année, de votre aimé(e) et faites quelque chose qui vous plait.

f71e86937acb20b2cfac88f24db03257

A bientôt !

Des bisous.

Top 10 des génériques de séries.. Ou comment, parfois, j’aime perdre 1m30 de ma vie avant chaque épisode.

Coucou les paupiettes !

En grande série-addict que je suis, j’en ai vu passer des génériques. Tous ne sont pas bons (loin de là, beaucoup sont détestables ou juste méh) mais il y en a quelques uns que j’aime beaucoup, que je ne passe jamais en accéléré et que je savoure. J’ai décidé d’en partager quelques uns avec vous aujourd’hui !

8b47be78882ffe9d8b45c29246213636

# Le générique qui change tout le temps.

Weeds

J’avoue que la chanson me fait rigoler aussi, ce qui pèse un peu dans la balance.

Doctor Who

# Le générique épique.

The 100

The Shannara Chronicles

# Le générique qui met l’ambiance.

Unbreakable Kimmy Schmidt

Gravity Falls

# Le générique que tu contemples.

True Detective

The Affair

# Le générique WTF.

Man seeking Woman

The IT Crowd

Je n’ai évidemment pas pu placer ici tous mes génériques favoris, c’est une petite sélection. A l’inverse, je pourrais également vous présenter les génériques que je déteste le plus, peut-être un autre jour si ça vous dit !

Et vous, quels sont vos génériques favoris ?

A bientôt !

e4bda265b7c20536e66f34558d22c33e

Des bisous.

L’exposition Bettina Rheims, Maison européenne de la photographie.

Coucou les dindons !

Lors de mon dernier séjour à Paris je n’ai malheureusement pas eu le temps de faire grand chose à part le petit rat de bibliothèque. J’ai cependant bougé mon popotin pour faire une expo le samedi, et après mûre réflexion j’ai opté pour l’exposition consacrée à la photographe Bettina Rheims, à la Maison européenne de la photographie (entre Hôtel de Ville et Bastille pour les arrêts de métro, l’arrêt St Paul sur la ligne 1 si vous voulez vraiment tout savoir).

br01-tt-width-836-height-550-fill-1-bgcolor-000000

© Bettina Rheims

L’exposition regroupe environ 180 photographies sur trois étages, sous la forme de séries. Chaque série représente une nouvelle facette du travail de la photographe, où la femme est omniprésente. Elle revisite les codes de la féminité, elle questionne notre perception de la beauté, la notion d’identité. Si certaines séries paraissent provocantes (et elles le sont, on ressent parfois l’influence d’un certain Helmut Newton – mis à part le fait que chez Bettina Rheims, les femmes ne sont pas des objets), on constate sur chaque mur, sur chaque cimaise une grande recherche, que ce soit pour des travaux personnels ou des publicités. Elle a en effet travaillé pour plusieurs magazines de mode internationaux et des marques comme Chanel ou Lancôme.

14809788

© Bettina Rheims

L’exposition est surtout consacrée aux portraits qu’elle a pu réaliser tout au long de sa carrière. Ceux de célébrités (actrices majoritairement, vous pourrez y voir Kristin Scott Thomas, Tilda Swinton, Charlotte Rampling.. ou encore Kate Moss, Naomi Campbell, Gwen Stefani) mais aussi des portraits de détenues françaises par exemple. Cette série est une des dernières qu’elle a réalisé (en 2014 si je me souviens bien) et elle ne laisse pas de marbre. Tout comme la série réalisée autour de la question du genre (Gender Studies). Les photographies sont poignantes, chargées d’émotion, d’histoire, de vécu. Les regards de ses modèles racontent quelque chose de très fort.

La scénographie, très réussie, parvient à dégager les grandes idées de Bettina Rheims sur près de quarante ans. Les différentes séries s’articulent de façon magistrale, il est difficile de détourner le regard. Peu de mots me viennent suite à cette exposition. Je suis sortie de là un peu « sous le choc », troublée, sans mots à part « c’était trop bien ».

Si vous en avez l’occasion, courrez-y ! 

logo-maison-europeenne-de-la-photographie

L’exposition se tient à la Maison européenne de la photographie jusqu’au 27 mars 2016. Ne tardez pas si vous voulez voir le magnifique travail de cette photographe !

Bettina parle de l’exposition sur Arte : ***

WP_20160130_001

A bientôt !

Des bisous.

Playlist – Les coups de coeur de janvier.

Coucou les paupiettes !

Petit article « bilan » en ce début de mois de février. Je vous présente les chansons/clips postés en janvier 2016 qui m’ont le plus marqué, que j’ai le plus aimé. C’est une liste assez courte car je ne partage que les chansons sorties en janvier, et pas toutes celles que j’ai pu découvrir à côté ! C’est parti mon kiki !

d345ca5e245f183909b37ab95b2de797

Oh Wonder – Lose it

Grimes – Kill V. Maim

Santigold – Chasing Shadows

Aurora – Conqueror

Flume ft Kai – Never be like you

Of Monsters And Men – Wolves without teeth

Coldplay ft Beyonce – Hymn for the week-end

The Strumbellas – Spirits

Et vous, vos coups de coeur de janvier ?

A bientôt !

b27e6fb1930fc39f00238734e4aeea8a

Des bisous.

Un giro a Roma – Sur les traces d’Audrey Hepburn.

Coucou les petits jambonneaux !

Voici enfin ma première chronique dans le cadre du challenge proposé par Taralli e Zaletti : Un giro a Roma ! Je trouvais plutôt pas mal de commencer par (re) regarder la très jolie comédie romantique Vacances romaines, histoire de se mettre dans le bain bien comme il faut.

d7ef15eaf236ed62075ee6c43421d943

© Affiche de Claudia Varosio.

Quelques faits avant de rentrer dans le vif du sujet : Vacances romaines a été réalisé en 1953 par William Wyler. Le film dure deux heures, il est en noir et blanc. Les trois acteurs principaux sont Audrey Hepburn, Gregory Peck et Eddie Albert. Le film a été nominé dans plusieurs catégories en 1954 et a été récompensé par plusieurs prix, notamment meilleure histoire originale et meilleure création de costumes, mais également l’Oscar (et le Golden Globe) de la meilleur actrice pour Audrey Hepburn.

Résumé (Allociné) : Princesse soumise à un étouffant protocole, Ann n’a pas une minute de liberté. En déplacement à Rome, elle fait la rencontre du journaliste Joe Bradley qui la reçoit chez lui sans connaître son statut. Sous le charme du jeune homme, Ann profite enfin d’un moment d’évasion avant que sa condition ne la rattrape.

J’ai du mal à trouver des défauts à ce joli film, donc j’ai décidé de ne vous parler que des bons côtés. Vacances romaines est le premier grand rôle offert à Audrey Hepburn au cinéma. Elle incarne le chic, l’élégance à la perfection. Elle est magnifique, elle est pétillante, elle est géniale. Le duo qu’elle forme avec Peck est excellent, il n’y a pas une seule fausse note, notamment à la toute fin, dans cette scène très émouvante où l’on se contente d’un simple échange de regards qui te donne juste envie de pleurer jusqu’à ce que tout ton corps soit asséché.

Dans le cadre de ce challenge, le plus important est le cadre. Découvrir la capitale italienne par le biais de ce film est tellement aisé, la jeune princesse allant de monument en monument en Vespa tout en dégustant café, champagne et gelato. On a presque l’impression d’y être avec elle ! J’apprécie particulièrement le fait qu’au-delà d’une simple accumulation de monuments, de décors purs et durs, le réalisateur ait cherché à retranscrire l’ambiance de la ville, que les dialogues sont parfois interrompus par des éclats de voix en italien et non en anglais, qu’ils aient un accent à couper au couteau. Cela rend le film encore plus authentique.

Personnellement, ce film est un coup de coeur. Il aurait pu durer deux heures de plus, je n’aurais pas vu le temps passer. On a du mal à décrocher de l’écran ! Je le conseille vivement à tout le monde, c’est un très beau moment de cinéma.

Le saviez-vous ? Le succès du film a été tel qu’aujourd’hui, il est possible de retracer les pas d’Audrey Hepburn dans la ville. Différents circuits ont été mis en place (touristiques et un peu moins touristiques, y en a pour tous les goûts) pour réaliser une visite insolite de la capitale ! Voici quelques photos des monuments que l’on peut apercevoir dans le film :

vacancesromainesvelo

La Fontaine de Trevi.

fontaine-trevi

vacances3

La Bocca della Verita.

06_bocca-della-verita

vacancesromainesplacedespagne

Piazza di Spagna.

spagna22

103460783_o

Le Colysée.

colisee

Mais aussi : le Mausolée d’Hadrien (ou Château St Ange), la Via Margutta (considérée aujourd’hui comme la rue des artistes), le Palais Brancaccio, la colonne Trajane…

Bref, un vrai petit guide touristique de la Rome ancienne, pour notre plus grand plaisir !

17/20

A bientôt les loulous !

Challenge photo #Flow.

Coucou les paupiettes !

Je vous avais parlé au début de l’année de mon envie de me lancer quelques challenges cette année, pas trop prise de tête. Suite à une proposition d’une personne de mon entourage, j’ai décidé de me lancer dans un challenge photo sur Instagram. Le challenge est proposé à la base par la revue Flow, que j’ai eu l’occasion de feuilleter à quelques reprises (très très chouette revue par ailleurs).

flow-29-jours-challenge-photo

Le challenge rend hommage aux petites choses de la vie quotidienne, je trouve l’idée très sympathique et pas trop compliquée. Donc je me lance ! Pour ceux et celles qui n’ont pas Instagram, j’ai décidé de partager mes photos dans cet article. Je mettrais l’article à jour régulièrement, jusqu’à la fin du mois. Ce challenge promet de jolies photos (pas forcément les miennes hein, mais grâce au hashtag #Flow29jours on peut voir les photos de ceux qui ont décidé de se lancer dans le challenge aussi). Peut-être que certains d’entre vous seront intéressés et voudront partager cette petite pause photographique avec moi !

1 – Ciel 

1497481_10202083417719725_1581750657_n

2 – tea time

InstagramCapture_8045bc7e-b659-42cd-aaf7-092c82072c5b

3 – souvenir d’enfance

InstagramCapture_0e8ea593-44f9-4164-89d5-7840691d5fd4

Franchement, c’est cadeau. Vous avez le privilège de rencontrer le Grand Jojo, le plus sage des doudous, celui qui sait tout. Il a du vécu le monsieur x)

4 – petit détail

InstagramCapture_17d8fd97-00e5-405b-9b4f-f211f2d558ee

Plein de bisous !

A bientôt.