10 dramas coréens, ou comment j’ai oublié de lire pendant six mois… 1/2

Coucou les paupiettes !

Je suis plus dans un mood séries en ce moment, et plus particulièrement K-Dramas. Depuis le début de l’année, on peut clairement dire que je les enchaîne (aux dépens de mes nombreuses lectures en attente). Je profite de la « remise en route » du blog pour vous parler des 10 dramas que j’ai dévoré depuis le mois de janvier (mais en deux articles, que ce soit plus digeste), et par la suite je vais essayer de revenir au format « Point Séries » mensuel !

# Hometown Cha Cha Cha

Tu es à la recherche d’un petit guilty pleasure avec absolument zéro prise de tête ? Une romance pipouchou ? Un drama avec des personnages mignons et attachants ? Une série aux enjeux limités mais particulièrement prenante ? Je crois que Hometown Cha Cha Cha est faite pour toi.
Honnêtement, il n’y a pas grand-chose à en dire. C’est une romance simple et efficace. On ne peut honnêtement pas dire que le drama brille par son originalité, le scénario en lui-même est très basique. Les épisodes s’enchaînent tout de même sans qu’on voit le temps passer. Tout l’intérêt de Hometown Cha Cha Cha repose sur ses personnages secondaires hauts en couleurs, et surtout sur le physique, l’humour et le jeu d’acteur de Kim Seon Ho (ne te mens pas à toi-même, tu sais que tu as envie de lui faire un p’tit bisou)…

A mon sens, les véritables héros de cette histoire sont les habitants du village de Gongjin, sans qui le reste du drama serait rapidement agaçant. Je regrette que les quelques passages qui tendent à annoncer quelque chose de plus sombre n’aboutissent finalement à rien, mais ça ne m’a pas empêché de passer un bon moment ! En tout cas, sans que ce soit un coup de cœur, je la conseille aujourd’hui aux personnes qui cherchent de quoi passer un moment sympa et détente, pourquoi pas entre deux séries un peu plus complexes !

# Abyss

Début d’année, le pifomètre a choisi pour moi et j’ai lancé Abyss, qui trainait dans ma liste Netflix depuis quelques temps. Si j’ai beaucoup aimé la série dans son ensemble, je dois bien admettre que je lui ai trouvé quelques défauts.
Rien à redire du côté des acteurs, je me suis très rapidement attachée aux personnages et j’ai pris beaucoup de plaisir à les suivre tout au long de l’intrigue. Ahn Hyo Seop et Park Bo Young se donnent à fond, leur duo fonctionne très bien à l’écran (même si j’avoue les avoir vus respectivement dans deux autres dramas où l’alchimie était encore au niveau supérieur avec leur co-tête d’affiche… suite au prochain épisode de cette aventure coréenne haha), et ils nous offrent quelques échanges très savoureux du début à la fin.
L’histoire, pour moi, pourrait être catégorisée dans trois genres : fantastique, romance et policier/thriller. C’est un problème récurrent, mais je trouve que bien trop souvent, certains dramas mettent l’accent sur une problématique qui devient rapidement secondaire au profit d’une romance qui ne présente pas grand intérêt. Si Abyss ne mêlait que fantastique et romance, ce visionnage aurait été une grosse déception. Point de départ de l’histoire, la « boule magique » se transforme rapidement en béquille qu’on sort en cas de besoin, et son origine reste très floue. Cet aspect de l’intrigue n’est pas du tout assez développé à mon goût, ne serait-ce qu’en termes de contexte. Certains rebondissements paraissent ensuite sortis de nulle part, et le justifier par « oui, mais Abyss peut le faire maintenant, elle a changé de couleur », ça va deux minutes mais c’est trop simple haha, et ça donne lieu à quelques incohérences et facilités scénaristiques. Cela dit, je tiens quand même à souligner que le concept est génial. Il n’a pas été assez approfondi à mon goût, mais c’est original.
En parallèle, la romance a été trop développée. D’accord, ils sont pipouchous, on est content pour eux, mais j’étais plus intéressée par l’aspect fantastique et les possibilités qu’offrait Abyss que par l’évolution de leurs sentiments respectifs.
Pour finir, l’intrigue tourne principalement autour d’une enquête pour meurtres. Et cette enquête n’est pas de tout repos ! On a droit à un tueur en série parfaitement méchant et diabolique, qui va donner du fil à retordre aux personnages principaux (et venir casser la dynamique romantique pile quand il faut). Les rebondissements dans l’affaire sont nombreux, et c’est vraiment cet aspect qui m’a le plus captivé. J’avais envie/besoin de savoir comment allait se terminer cette enquête !
En résumé, c’est une bonne série policière sur fond de romance, dont le côté fantastique aurait mérité plus d’approfondissement au vu de son potentiel. J’ai passé un agréable moment et c’est une série que je vous recommande !

# Welcome to Waikiki

J’ai commencé Welcome to Waikiki sur les conseils de ma sœur, sans me douter que j’allais me lancer dans le drama le plus lunaire de tous les temps. J’ai dévoré la première saison en un rien de temps, mais j’attends un peu avant de lancer la deuxième car la plupart des acteurs changent et je ne suis pas encore prête pour ça haha.
Welcome to Waikiki, qu’est-ce que c’est ? On suit trois amis et colocataires qui tiennent une sorte d’hébergement touristique tout en essayant de percer dans le milieu du cinéma, leur quotidien complètement chamboulé par l’arrivée d’une mère célibataire et son bébé, leur vie au travail et dans la coloc’, leurs amourettes, mais surtout leurs mésaventures quotidiennes (pour notre plus grand plaisir). Clairement, je ne vais pas vous mentir, on est sur un drama à l’humour bête et immature, avec des scènes toujours plus exagérées, des échanges hilarants et improbables. Welcome to Waikiki c’est un peu une ode au WTF. Si vous n’accrochez pas au premier épisode, la série n’est pas faite pour vous !


Lee Joon Ki (Lee Yi Kyung) est probablement un des personnages qui m’aura le plus marqué cette année. A mes yeux, la quasi totalité de la série repose sur lui (et son duo avec Seo Jin/Ko Won Hee), et pas seulement parce qu’il se retrouve dans des situations bizarres dans chaque épisode, mais aussi parce que son personnage évolue au fil du temps et se révèle bien plus profond que ce qu’il laisse paraître au départ. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il gagne en maturité (un peu, mais pas trop, faut pas abuser), mais il a un côté un peu plus sérieux et ça fait de lui un personnage attachant. Bong Doo Sik (Son Seung Won) est plus discret et subtil mais il n’est jamais bien loin quand il s’agit de nous faire rire aux éclats. Je suis un peu plus mitigée concernant le personnage de Dong Gu (Kim Jung Hyun), que je trouve trop focalisé sur ses sentiments et sa relation amoureuse. Il y a plusieurs épisodes où je l’ai presque trouvé agaçant. Heureusement, il évolue également et je l’ai trouvé plus attachant à la fin. Les personnages féminins ne sont pas les plus intéressants mais elles apportent toutes quelque chose à l’histoire et on prend plaisir à les suivre.
A voir absolument si vous voulez rire un bon coup et ne pas vous prendre la tête !

# It’s okay not to be okay

Si j’ai mis quelques épisodes à rentrer pleinement dans l’histoire (beaucoup d’éléments à mettre en place au départ), j’ai tout de suite été happée par l’esthétisme de la série, les nombreux parallèles établis avec les contes de fées, la beauté des passages animés et le mystère entourant les personnages. Finalement, je crois que c’est l’un de mes plus gros coups de cœur de ce début d’année (avec Vincenzo). Passé un certain point, il m’était tout simplement impossible de ne pas enchaîner les épisodes. Les rebondissements se multiplient, les révélations pleuvent, les personnages évoluent et se révèlent toujours plus intéressants. Tous les ingrédients sont réunis pour nous rendre complètement accro !
It’s okay not to be okay est une série qui a ses moments d’humour, de joie, ses petits bonheurs, mais ça reste un drama que j’ai trouvé psychologiquement violent, et parfois visuellement très sombre. Elle aborde des thématiques complexes telles que l’autisme, les troubles psychologiques (de tout type : stress post-traumatique, bipolarité, dépression, etc), sur fond d’enquête et de meurtres. On part sur un truc pas bien joyeux de base, mais ils ont réussi à nous offrir une brochette de personnages lumineux, pleins d’espoir, qui ont une influence certaine sur nos héros malmenés par la vie. Il y a des passages très durs, à vous briser le cœur. Les personnages principaux ont du mal à s’imaginer une vie heureuse et se mettent des bâtons dans les roues, élèvent des barrières sociales et se refusent à vivre « normalement ». Qu’est-ce que la normalité, me direz-vous ? (bon, là, il y a quand même un gouffre, ils sont pas gâtés) Finalement, c’est tout ce à quoi aspirent les personnages… Une vie ordinaire, banale, sans complications. It’s okay not to be okay, c’est aussi une très belle histoire d’amour. Entre deux frères, entre un homme et une femme, entre deux amis (Jae Soo on t’aime)… Chaque relation est explorée avec justesse, sincérité, profondeur. Au-delà de l’intrigue, c’est là la plus grande force de la série.


Les frères Sang-Tae et Gang-Tae sont incarnés par des acteurs incroyables, dont le jeu ne vous laissera certainement pas indemnes. Seo Yea Ji (Go Mun Yeong, l’héroïne, actrice ouf-malade aussi, ce charisme !), Kim Soo Hyun et Oh Jung Se forment un sacré trio, leur alchimie à l’écran se ressent immédiatement, et ils sont épaulés par un cast secondaire mémorable. Chacun a un rôle important à jouer, ils apportent tous quelque chose (souvent une petite pointe d’humour pour apaiser les tensions ou un bon conseil pour aider l’intrigue à avancer), et je pense que sans eux l’histoire se casserait la figure très vite.
Je n’ai pas envie de trop en révéler, et j’ai l’impression d’en avoir déjà beaucoup dit (et en même temps, il y a tellement à dire… je pourrais écrire une dissertation sur chaque personnage que j’aurais encore l’impression de ne pas avoir fait le tour), mais si vous n’avez pas encore regardé It’s okay not to be okay, je vous la recommande chaudement. C’est triste, c’est beau, c’est poignant, c’est drôle. C’est une série incroyable !

# The Uncanny Counter

Monsieur me tannait depuis des mois pour que je me lance dans The Uncanny Counter, et j’ai fini par céder. Aucun regret, j’ai enchaîné les épisodes sans voir le temps passer. Les acteurs sont excellents (c’était plutôt drôle de voir Kim Se Jeong dans un rôle diamétralement opposé à celui qu’elle joue dans Business Proposal, dont je vous parle dans le prochain volet de cette aventure coréenne bis haha), et ils incarnent des personnages à la fois attachants, drôles, intelligents, un poil torturés, particulièrement humains malgré leurs pouvoirs… Tout ce qu’on aime quoi. Pour une fois, l’histoire n’est pas un prétexte à la romance, ce que j’ai grandement apprécié. Et alors, cerise sur le gâteau, ils ont un vrai méchant qui a de la gueule, un charisme de ouf-malade, et une histoire qui lui donne un côté terriblement attachant (je sais qu’il faut que j’arrête de penser que le méchant est le héros, je travaille dessus). Donc tout ça pour dire que je tire mon chapeau à Lee Hong Nae, que j’espère croiser à nouveau à l’avenir.


S’il y a certains éléments que j’aurais aimé voir plus développés, comme par exemple le lien de chaque Counter avec leurs « référents » dans le Jung (l’Afterlife en gros), l’ensemble se suffit à lui-même. L’univers est intriguant, riche, bien exploré. Il y a beaucoup de rebondissements, des scènes d’action qui envoient du pâté, des passages qui vous tireront les larmes, le tout contrebalancé par une pointe d’humour simple et efficace.
J’ai cru voir qu’une saison 2 était prévue, chose assez rare pour les dramas (enfin, de moins en moins cela dit), mais je ne vais certainement pas refuser l’opportunité de me replonger dans cet univers fascinant et de retrouver So Mun, Ga Mo Tak, Do Ha Na et Choo Mae Hok !

J’espère vous avoir donné quelques idées de visionnages ! On se retrouve très vite pour parler de Vincenzo, Hwarang, Business Proposal, My Beloved Summer et Strong Girl Bong-Soon ! Dans le prochain bilan mensuel, je vous donnerai aussi mon avis sur W, Tomorrow et Sh**ting Stars… À un moment, il va vraiment falloir que je me remette à la lecture !

Un drama à me recommander ? Je prends toutes vos suggestions !

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

9 réflexions au sujet de “10 dramas coréens, ou comment j’ai oublié de lire pendant six mois… 1/2”

    1. Je comprends ! Je préfère regarder en VO parce que j’ai du mal avec les doublages français haha (peu importe la langue). Je sais que Hometown Cha Cha Cha est doublé, ça c’est sûr. Pour les autres, je pense que ceux qui sont sur Netflix doivent l’être pour la plupart !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s