Les p’tites chroniques #4 – Edition spéciale polar

Coucou les paupiettes !

Le blog reprenant progressivement du service, j’ai un certain nombre de chroniques de retard et donc de romans à vous faire découvrir ! Je vous propose aujourd’hui de revenir sur les derniers romans policiers que j’ai sorti de ma pile à lire. Au programme ? Du cosy mystery, du thriller psychologique et du polar bourré d’action. On attaque ?

# A cache-cache (tome 6), MJ Arlidge, éditions 10/18 (février 2021)

Helen Grace, la meilleure enquêtrice du pays, est accusée de meurtre et emprisonnée dans le même établissement que le tueur qu’elle a fait condamner. C’est alors qu’un cadavre est retrouvé dans la cellule voisine. Il lui faut désormais tenir jusqu’à son procès et prouver son innocence, mais également démasquer le coupable de ce nouveau crime pour ne pas devenir sa prochaine victime.

Ce n’est probablement plus un secret pour personne, MJ Arlidge fait partie de mes auteurs de thriller favoris et je suis particulièrement investie dans l’histoire de son inspectrice Helen Grace. Dans le tome 5, l’auteur avait choisi de terminer sur un bon gros cliffhanger des familles qui m’avait laissée bien coite comme il faut. J’attendais donc le tome 6 avec impatience, et autant vous dire qu’il a été vite lu. MJ Arlidge a une écriture particulièrement prenante, enchaînant les chapitres courts et les changements de point de vue, accentuant un peu plus la tension et le suspense au fil des pages. Ajoutons à tout ça le fait que ce tome se déroule majoritairement à huis-clos et que certains aspects de l’intrigue sont très littéralement une course contre la montre… On se retrouve, encore une fois, avec un roman très très efficace, qui se dévore en un rien de temps et qui nous permet de découvrir une autre facette de cette héroïne à laquelle je m’attache un peu plus à chaque tome. Je ne rentrerai pas plus dans les détails pour ne pas spoiler ceux qui n’en sont pas encore là, ou tout simplement ceux qui n’ont pas ENCORE commencé !

Un tome aussi dingue que les précédents, au rythme particulièrement haletant. Des personnages toujours plus intéressants et une intrigue à la fois originale et prenante. Qu’attendez-vous pour vous lancer ?

# Seoul Copycat, Lee Jong-Kwan, éditions Matin Calme (oct. 2020)

Un inspecteur se réveille à l’hôpital, sous les yeux d’une collègue et de son chef. Il a réchappé de justesse à un incendie alors qu’il poursuivait un dangereux copycat. Ce dernier a déjà tué trois personnes, trois personnes suspectées d’avoir commis des crimes, trois personnes qui ont été assassinées comme elles avaient probablement elles-mêmes assassiné leurs victimes. Trois personnes qui étaient parvenues à échapper à la justice.
Quel est ce copycat qui pense pouvoir pallier les imperfections de la justice, pourrait-il lui-même appartenir au système judiciaire, ou à la police ?
Enquêtant sur les lieux des crimes, l’inspecteur avait accumulé les indices jusqu’à cet incendie. Sous le choc, il semble avoir perdu la mémoire, il semble avoir oublié que toutes ces preuves menaient à un seul homme, lui-même.

Les romans publiés aux éditions Matin Calme, spécialisées dans le polar coréen, me font de l’œil depuis un petit moment. J’ai profité du festival Quais du Polar pour me procurer l’un d’entre eux, et il n’a pas attendu bien longtemps avant d’être dévoré ! Seoul Copycat est un roman plutôt court (250 pages) mais rudement efficace. L’auteur nous balade de découverte en découverte, enchaînant les rebondissements jusqu’à la toute dernière minute et réussissant à nous surprendre à plus d’une reprise. J’ai toujours beaucoup aimé les romans abordant la question de l’amnésie, bien qu’elle ne soit pas toujours très bien traitée et qu’elle devienne un procédé « facile » et récurrent dans les polars. Ici, j’ai apprécié le fait que l’amnésique ne soit pas en mesure de faire des recherches à proprement parler et de devoir s’appuyer sur ses autres sens, sur le peu de souvenirs qu’il lui reste et sur la confiance qu’il accorde aux quelques personnes qui lui rendent visite pour découvrir qui il est et le rôle qu’il joue dans l’affaire du Copycat. Pour le meilleur comme pour le pire. Croyez-moi, vous n’êtes pas au bout de vos surprises !
Seul petit « bémol », qui n’en est pas vraiment un : les noms des personnages haha. Il m’a fallu un moment avant de réussir à ne pas les confondre.

Un thriller prenant, court et efficace, aux multiples rebondissements et aux personnages aussi complexes que fascinants. Manipulation et action sont au rendez-vous. On ne peut qu’être investi dans cette enquête, qui nous pousse à réfléchir autant (si ce n’est plus) que le personnage principal. Tous les ingrédients sont réunis pour que vous passiez un bon moment. Pour ma part, je vais rapidement me pencher sur les autres publications de la maison d’édition !

# Sparks & Bainbridge : Le bureau du mariage idéal (oct. 2020)
Un mariage royal (juin 2021), Allison Montclair, éditions 10/18

Alors que Londres se remet lentement de la Seconde Guerre mondiale, deux femmes que tout oppose s’associent pour monter une société au cœur du quartier de Mayfair, le Bureau du Mariage Idéal. L’impulsive Miss Iris Sparks à l’esprit vif et Mrs Gwendolyn Bainbridge, veuve pragmatique et mère d’un jeune garçon, sont résolues à s’imposer dans un monde qui change à toute vitesse.
Mais les débuts prometteurs de leur agence matrimoniale sont menacés quand leur nouvelle cliente, Tillie La Salle, est retrouvée morte et que l’homme arrêté pour le meurtre se trouve être le mari potentiel qu’elles lui avaient trouvé. La police est convaincue de tenir le coupable mais Miss Sparks et Mrs Bainbridge ne sont pas du même avis. Afin de laver le nom du suspect – et rétablir la fragile réputation de leur agence – Sparks et Bainbridge décident de mener leur propre enquête. Elles ne savent pas encore qu’elles vont mettre leur vie en danger…

Le bureau du mariage idéal est le premier tome d’une série qui a tout pour me plaire sur le long terme, ce qui a rapidement été confirmé par ma lecture du tome 2 ! Deux femmes débrouillardes, juste après la Seconde Guerre mondiale, qui se retrouvent embarquées dans des enquêtes complètement folles par le hasard des choses ? Oui. Oui, oui. Je suis là, il m’en faut plus, merci.
En ce qui concerne l’intrigue, j’avoue avoir préféré celle du tome 1 en termes de rebondissements et d’action. Ce premier roman n’avait rien d’introductif et je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer ! La plume est simple, efficace, sans détour. L’autrice réussit à nous dépeindre l’ambiance après-guerre et l’opposition entre les différentes classes sociales à la perfection. Humour, tendresse, amitié, amourettes, action, passages plus touchants… Tous les ingrédients sont là, parfaitement équilibrés. L’enquête suivante prend une orientation plus historique et politique, nous plongeant dans l’envers du décor de l’union entre la future reine Elizabeth d’Angleterre et le prince Philip. C’est tout aussi passionnant, mais j’ai trouvé l’ensemble moins « palpitant » et les personnages secondaires moins intéressants. L’intrigue met un peu de temps à décoller, mais une fois dedans, on ne lâche plus. J’ai tout de même adoré ma lecture, et l’autrice a réussi à me surprendre à la fin ! J’ai hâte de lire le tome 3.
J’ai aimé en découvrir un peu plus sur ces deux femmes hautes en couleur au fil des chapitres et dans ces deux tomes. Ce sont des héroïnes qui, en plus de se dévoiler lentement mais sûrement, évoluent au contact l’une de l’autre. Elles sortent de leur zone de confort, défient les conventions, et réussissent à faire tourner leur entreprise (pas toujours comme elles l’auraient voulu). Elles sont attachantes, drôles, elles n’ont pas leur langue dans leur poche (préparez-vous à lire des échanges très savoureux) ! Des héroïnes parfaites quoi.

Une série cosy mystery historique, sympathique, féministe, divertissante et efficace, aux personnages attachants. Un excellent moment de lecture et une série qui s’annonce fort prometteuse !

# Nos monstres (tome 2), Angela Marsons, éditions Belfond (juin 2021)

Enquête-t-on différemment quand la victime d’un homicide se révèle être la pire des ordures ? La question ne se pose pas pour l’inspectrice Kim Stone. Elle doit élucider le meurtre d’un homme, poignardé à mort dans une ruelle. Celui-ci, tout juste sorti de prison, avait été condamné après une agression sexuelle particulièrement violente. Et tous les indices semblent accuser sa victime. Simple histoire de vengeance ? Kim Stone découvre que la jeune femme, encore traumatisée, était suivie par Alex Thorne une charismatique psychiatre aux méthodes peu orthodoxes. Commence entre ces deux femmes de caractère un machiavélique jeu du chat et de la souris où la moindre faiblesse peut se révéler fatale…

Avant toute chose, je tiens à préciser un « petit truc » qui n’est indiqué nulle part sur la couverture ou au début du roman : il s’agit d’un tome 2 ! Alors, certes, les deux enquêtes peuvent être lues individuellement… mais comme bien souvent, on suit une même inspectrice et son équipe, le pro et le perso, et je pense qu’il est probablement mieux de commencer par Le pensionnat des innocentes. Ce n’était pas mon cas, ça ne m’a pas particulièrement dérangé, mais le principe de publier des séries sans l’indiquer nulle part m’agace. J’aimerais dire qu’on ne m’y reprendra plus, mais il y a tellement de maisons d’édition qui le font…
Enfin bref. J’ai lu Nos monstres en lecture commune avec Ma Lecturothèque il y a un petit moment déjà, et j’ai apprécié de pouvoir échanger avec elle au fil des pages car c’est un roman dont on ne ressort pas indemne. On retrouve dans ce récit tout ce que j’aime dans les thrillers psychologiques : du suspense, de l’action, un méchant manipulateur aux airs angéliques, des questionnements incessants, des rebondissements. Du fait de connaître l’identité du coupable, on a l’impression de tout savoir… et pourtant, on réussit tout de même à être surpris, encore et encore.
Dès le premier chapitre, ça démarre au quart de tour par une arrestation pour pédophilie et inceste… Le ton est donné. La violence (physique et psychologique), rythme l’enquête, sans jamais tomber dans le trash (je trouve que beaucoup de choses ne sont que suggérées, mais si on l’imagination fertile…). Je regrette un peu que le roman soit « divisé » en deux enquêtes car j’aurais aimé que certains aspects de l’une et de l’autre soient plus approfondis. Les non-dits ont parfois du bon, mais là je reste un chouïa sur ma faim.
Au-delà de l’intrigue, tellement prenante qu’on ne voit pas les chapitres défiler, l’autrice réussit à captiver le lecteur par la complexité de ses personnages. La psychiatre Alex Thorne est à la fois fascinante et particulièrement effrayante. Son comportement, décrit dans les moindres détails, est à glacer le sang. Kim Stone a là une adversaire de taille, et le combat ne sera pas de tout repos ! L’inspectrice est tout aussi intéressante, bien qu’elle n’ait pas un profil très « original » (la plupart des policiers dans la littérature d’aujourd’hui ont des passés sombres et mystérieux à l’origine de leur caractère méfiant et taciturne et blablablaaaa). Je l’ai trouvé attachante et j’aurais plaisir à la retrouver dans une autre enquête (Le pensionnat des innocentes, autant retourner aux sources hein).

Un tome 2 qui peut se lire indépendamment du reste de la série. Thriller psychologique prenant, parfois un peu dérangeant mais l’ensemble est fascinant et les personnages très intéressants !

# Campbell & Carter : Cottage, fantômes et guet-apens (oct. 2020)
Manoir, magouilles et coq-au-vin (mai 2021), Ann Granger, éditions 10/18

Lucas Burton déteste la campagne ; de la boue, du fumier, des charognes, et c’est tout. Il a bien raison. En se rendant pour affaires dans une ferme abandonnée au milieu de nulle part, il tombe sur le cadavre d’une jeune fille. Ses ennuis ne font que commencer : Penny Gower, qui travaille au centre équestre du coin, a vu sa Mercedes grise quitter les lieux du crime. Les choses commencent à sentir le roussi pour Lucas…
L’inspectrice Jess Campbell est chargée de l’enquête, mais entre l’absence de piste solide et son nouveau commissaire, Ian Carter qui la surveille en permanence, elle est sous pression. C’est alors qu’on découvre un nouveau cadavre…

Quand je me suis lancée dans cette saga, décrite comme un cosy mystery, je dois bien admettre que j’ai vite déchanté. Il y a beaucoup de choses qui, à mes yeux, ne vont pas dans le premier tome. Déjà, il ne s’agit pas du tout d’un cosy puisque nous suivons une équipe de policiers anglais. C’est donc bien un polar. Qui se déroule à la campagne, avec des personnages très hauts en couleur, mais un polar quand même. La plume de l’autrice est plaisante, mais j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans le premier tome. Les personnages impliqués dans l’enquête étaient désagréables, l’intrigue partait dans tous les sens, le Lucas Burton du résumé était plus ou moins inexistant, le duo Campbell et Carter n’en est pas du tout un… J’étais sceptique. Toutefois, je me suis accrochée, et j’ai bien fait. A partir du moment où le susnommé Lucas débarque vraiment dans l’histoire, les choses commencent à décoller (mais on a déjà bien dépassé la première moitié). Les rebondissements et les révélations arrivent, et on finit sur une bonne note malgré les débuts compliqués.
J’ai donc décidé de donner sa chance au tome 2, et je suis ravie de l’avoir fait ! Les personnages sont beaucoup plus intéressants, nous entrons plus rapidement dans le vif du sujet, et l’enquête est vraiment des plus prenantes. Je l’ai dévoré en un rien de temps, complètement happée par l’histoire et les personnages complètement déjantés imaginés par Ann Granger. Cette fois-ci, elle a réussi à me surprendre jusqu’à la fin. Il y a bien quelques éléments un peu prévisibles, mais ça n’a rien gâché à mon plaisir. Et Campbell et Carter commencent enfin à bosser vraiment ensemble haha. Il était temps vu que la série porte leurs noms…

Un polar qui essaie de se faire passer pour un cosy mystery. Malgré un tome 1 un peu longuet et mal amené, la série s’annonce prometteuse ! J’ai hâte de retrouver Campbell et Carter, en espérant qu’ils nous embarquerons dans une enquête tout aussi prenante et originale que celle du tome 2 !

Voilà pour moi, je vous ai présenté plus ou moins rapidement les derniers polars que j’ai lus. Et vous ? Des romans du genre à me recommander ? Avez-vous lu ceux-ci ? Qu’en avez-vous pensé ?

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s