Park Avenue Summer – Renée Rosen.

Coucou les paupiettes !

Je vais aujourd’hui vous parler de l’une des dernières publications du Cercle Belfond, un roman qui m’a tout de suite attiré et que je me suis empressée de découvrir en lecture commune avec mon acolyte de toujours, Le journal de Joh. Park Avenue Summer a été écrit par Renée Rosen. Autrice de plusieurs fictions historiques, celle-ci est la première a être traduite en français. Il est disponible en librairie depuis le 4 juin 2020. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

En acceptant le poste de secrétaire de la toute nouvelle rédac’ chef de Cosmopolitan, Alice n’imaginait pas qu’elle allait faire la rencontre de sa vie. Petite provinciale de vingt et un ans tout juste débarquée de son Ohio natal, elle se retrouve ainsi face à une figure du New York des sixties : Helen Gurley Brown, auteure du sulfureux best-seller Sex and the Single Girl.
Mais cette grande visionnaire n’a pas que des amis dans la presse et elle se trouve en réalité sur un siège éjectable. Alice ne va pas tarder à découvrir que sa rebelle patronne fait l’objet d’une cabale acharnée, menée par ses collègues masculins bien décidés à démontrer que la place d’une femme est davantage dans la cuisine qu’à la tête d’un magazine.
Parler à une nouvelle génération de femmes, débarrasser la presse de ses vieilles figures patriarcales est un défi de taille. Fascinée par Helen, Alice est prête à tout pour l’aider à inventer une « Cosmo Girl » fière, sûre d’elle, libérée de tout carcan puritain. Qu’importent les coups bas. Et les coups au cœur…

9782714481160ori

Pour ceux qui ne le savent pas, j’ai obtenu il y a quelques années un master en Histoire et critique des arts. J’avais choisi de travailler sur un sujet qui a un peu fait tiquer au début, mais j’ai fini par trouver les bons professeurs pour m’accompagner et j’ai écrit un mémoire sur l’image de la femme et la construction de l’identité féminine par la photographie de mode. Mon étude portait sur le magazine Vogue et non sur Cosmopolitan, mais je me suis retrouvée comme un poisson dans l’eau en lisant le roman de Renée Rosen.

Il s’agit d’une fiction historique retraçant les premiers mois de Helen Gurley Brown à la tête du magazine. Cosmo se vendait de moins en moins, pour la simple et bonne raison que le lectorat évoluait en ces années marquées par la révolution sexuelle et l’émergence de plus en plus de figures féministes influentes. Helen avait beaucoup d’idées pour ce magazine, mais elle n’était pas bien entourée, les grands chefs des publications Hearst lui mettaient des bâtons dans les roues, et elle peinait à imposer sa vision des choses. Du moins au début. Elle finira par défier ses supérieurs et transformer le magazine jusqu’à ce qu’il devienne celui que nous connaissons aujourd’hui. Elle restera très longtemps à la tête de la rédaction, et finira par être écartée lorsque sa vision de la femme ne correspondra plus à celle de son lectorat (question de génération).

Enfin bref, je m’emballe. Le roman se concentre uniquement sur les premiers mois d’Helen, racontés du point de vue de sa jeune secrétaire fraîchement débarquée à New York. Alice a de grands rêves, elle veut devenir photographe. Ce n’est pas forcément chose aisée au début des années 60, mais elle ne perd jamais de vue son objectif. Elle va découvrir comment fonctionne un magazine aux côtés d’Helen Gurley Brown, mais aussi se construire, se découvrir en tant que femme.

J’ai passé un excellent moment de lecture avec Park Avenue Summer. La plume de Renée Rosen est fluide, simple et efficace, très précise d’un point de vue historique. Elle nous présente la vision de la femme de Helen Gurley Brown, qui est à prendre avec des pincettes, et n’hésite pas à la comparer à celle d’autres figures majeures de l’époque comme Betty Friedan ou Gloria Steinem. D’un point de vue féministe, j’ai trouvé que c’était une lecture très enrichissante. La vision d’Helen n’est pas ma préférée, on ne va pas se mentir. Toutes ses idées ne sont pas à jeter, mais elle est quand même très focalisée sur l’hypersexualisation de la femme dans le but d’obtenir ce qu’elle veut (que ce soit un homme ou un travail). Il n’y a pas que ça, bien évidemment, mais il y a toujours cette idée de séduction pour arriver à ses fins plutôt que de s’affirmer en tant que femme et de lutter pour ses droits autrement qu’en utilisant ses « atouts féminins ». Son travail est tout de même très représentatif de l’époque de la libération sexuelle, et plus généralement de la libération de la femme, et c’est absolument fascinant.

Le roman est très prenant, Renée Rosen réussit à nous accrocher avec des personnages intéressants, nuancés et en perpétuelle évolution. Les héroïnes de ce roman apprennent les unes des autres, elles se soutiennent (pour la plupart), s’entraident. On suit des femmes qui se donnent les moyens de réussir, qui cherchent à échapper à ce que la société attend d’elles à cette époque. Elles sont très inspirantes. Il y a des rebondissements, quelques touches d’humour, de la romance… Impossible de s’ennuyer ! Pour une fois, je ne contredirai pas la communication faite autour d’un roman, il y a en effet des allures de Mad Men ou du Diable s’habille en Prada, ce qui ne m’a pas déplu le moins du monde.

En résumé, Park Avenue Summer est une fiction historique comme on les aime, à la fois enrichissante et divertissante. J’ai passé un très bon moment avec ce roman et je vous le recommande chaudement ! J’espère de mon côté que d’autres romans de l’autrice seront traduits en France, je serai curieuse de découvrir ses autres titres.

Alors, tentés ?

19/20

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

Une réflexion sur “Park Avenue Summer – Renée Rosen.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s