Point Séries #Avril2020

Coucou les paupiettes !

On se retrouve aujourd’hui pour faire le point sur les séries que j’ai regardées en avril 2020 ! Alors, elles n’y sont pas toutes, pour la simple et bonne raison que certaines saisons ne sont pas encore terminées et que je préfère parler d’une saison complète, et que nous avons regardé de nombreux épisodes de The Goldbergs, mais je crois que je vais attendre d’avoir vu les sept saisons pour en parler. En attendant, voici les séries « terminées » qui ont marqué mon mois d’avril !

Lone Wolf(2)

# The Windsors, saison 3.

Dans un de mes derniers Point Séries, je vous parlais de la série The Crown, consacrée à la vie de la Reine Elizabeth II. Ce n’est évidemment pas la seule série qui s’intéresse (de près ou de loin) à la famille royale, et j’ai aujourd’hui envie de vous parler de The Windsors, qui le fait de manière très (très) différente.
Dans cette série, vous ne croiserez jamais la reine, nous nous focalisons sur les déboires de la famille Windsor. Nous suivons donc le Prince Charles et Camilla Parker-Bowles, le Prince William et Kate Middleton, le Prince Harry et sa chère Megan Markle, mais aussi Beatrice et Eugenie d’York, Pippa Middleton… Bref, vous l’aurez compris, ceux qui ont légèrement tendance à faire parler d’eux depuis quelques années.
The Windsors est une série humoristique, très caricaturale, et les membres de la famille royale prennent cher. Je ne vois pas d’autre manière de présenter les choses. Ils sont tournés en ridicule et, honnêtement, c’est absolument hilarant. Je suis complètement accro à cette série qui est malheureusement bien trop courte. Il y a trois saisons de six épisodes (tous sur Netflix), et ils sont plutôt dans l’air du temps puisque la dernière saison s’intéresse de près au fameux Megxit.

the-windsors-saison-4-netflix

Humour typiquement anglais et politiquement incorrect sont au rendez-vous, chaque épisode est plus drôle que le précédent ! L’autre grande force de la série, c’est son casting. Les acteurs sont excellents et ressemblent tous étrangement aux membres de la famille royale. Tout est poussé à l’extrême, ils ont tous des expressions faciales hilarantes, des accents complètement exagérés. Ce sont des maîtres dans l’art de la parodie. On a parfois l’impression de regarder un mauvais soap, mais c’est le but, et c’est ce qui fait tout le charme de la série.
The Windsors ne présente pas la famille royale sous son meilleur jour, mais j’aime le fait qu’elle s’assume complètement. Là où on sent que The Crown hésite parfois un peu à creuser, à aller jusqu’au bout de ses idées (bien que, bien évidemment, ce ne soit pas du tout le même genre de série), on se demande jusqu’où les scénaristes de celle-ci seront capables d’aller. L’ensemble est drôle, divertissant, mais il y a aussi des passages plus « touchants ». Si on se moque ouvertement d’eux, leur bêtise a parfois des limites et ils se révèlent plus attachants, plus humains, certains nous inspirant parfois de la pitié/tristesse. Jamais bien longtemps, cela dit…

Une série que je vous recommande chaudement !

# Élite, saisons 2 et 3.

J’avais adoré la première saison lorsqu’elle était sortie sur Netflix, j’ai attendu la suite avec impatience, et puis… comme bien souvent, je suis passée à autre chose parce que ça mettait trop de temps à arriver haha. J’ai donc profité de l’arrivée de la saison 3 pour tout regarder (presque) d’une traite. Cette série a un côté addictif certain.
Si certains estiment qu’il s’agit d’une série destinée plutôt aux adolescents/jeunes adultes, je dois bien admettre que je ne suis pas forcément d’accord et que je ne la considère aucunement comme un guilty pleasure. La série est bien construite, les acteurs sont bons, l’histoire est particulièrement prenante, et je trouve que l’intrigue a quelque chose de plus mature et de plus crédible que ce que l’on peut voir dans des séries comme Riverdale par exemple… Certes, le côté bling-bling et les responsabilités de certains de ces lycéens paraissent parfois irréalistes, mais l’ensemble est cohérent et ça me dérange moins.. Surtout qu’il arrive à plusieurs reprises que des personnages nous rappellent qu’ils sont des adolescents et qu’ils sont dépassés par ce qui leur arrive.

giphy
Les personnages évoluent au fil de ces trois saisons, certains apprennent de leurs erreurs, d’autres non. On se prend à apprécier (voire adorer) des personnages qu’on détestait dans la saison 1 et inversement. Je regrette un peu que certains soient beaucoup moins présents, voire disparaissent complètement de l’intrigue (merci La casa de papel). La série aborde tout un tas de sujets intéressants, que ce soit les questions de religion ou d’orientation sexuelle. Il y a quelques petites choses que je n’ai pas forcément adoré dans la saison 3, que ce soit l’arrivée de nouveaux personnages qui n’apportent pas grand-chose à la série ou la maladie d’Ander qui tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. Ce dernier point n’est pas inintéressant, mais il en découle certains événements qui m’ont agacé.
Petit bonus, la bande-son est absolument géniale, j’ai découvert d’excellents artistes avec cette série (toujours prête à dégainer Shazam).
Quoi de plus ? Je pense que tout a déjà été dit, cette série a pas mal fait parler d’elle déjà. Ces trois saisons sont très prenantes et se suffisent à elles-mêmes. J’ai adoré le final personnellement, que j’ai trouvé très touchant. Une saison 4 serait déjà prévue, mais si j’ai bien compris on partirait sur autre chose, avec de nouveaux personnages… Nous verrons bien, en tout cas je suis curieuse de voir ce que ça va donner et je serai au rendez-vous.

# AJ and the Queen, saison 1.

Moi qui n’ait pas encore eu ma dose de RuPaul’s Drag Race cette année, c’est sans hésitation aucune que je me suis lancée dans cette nouvelle série proposée sur Netflix. Une drag-queen trahie de la pire des manières qui se lance dans un road-trip avec une jeune fille d’une dizaine d’années abandonnée à elle-même… Ça promettait quelque chose d’intéressant.
Je n’ai pas été déçue, j’ai trouvé cette série divertissante, touchante, prenante et enrichissante. Il y a des passages très drôles, d’autres qui sont particulièrement tristes. Les deux personnages principaux traînent tous les deux de lourds bagages et ils ont parfois un peu de mal à se laisser aller, à essayer de comprendre, à faire preuve d’ouverture d’esprit. Le lien qui se tisse entre AJ et Ruby Red est improbable, mais iels finissent par évoluer au contact l’un.e de l’autre.
Les personnages sont très attachants et j’ai pris beaucoup de plaisir à les suivre durant ces dix épisodes. C’est une chouette manière de faire découvrir le milieu drag, on a un aperçu des différents types de queens qu’on peut croiser et de la difficulté du métier. J’ai trouvé sympathique de recroiser pas mal de participantes de l’émission de RuPaul.

giphy-1
Si je devais lui faire un reproche, c’est que le jeu des acteurs laisse parfois un peu à désirer. Certains personnages en deviennent caricaturaux, c’est un peu dommage. Cependant, dans l’ensemble, ce n’est pas trop gênant et l’histoire rattrape le tout. Les rebondissements ne manquent pas, l’humour et l’action sont bien présents, avec une petite touche de sentiments larmoyants de temps en temps. Tout est justement dosé, et grâce à ça, AJ and the Queen est agréable à regarder.
La série a été annulée à la fin de la saison 1. Personnellement, je ne trouve pas ça trop gênant. J’estime que les dix épisodes se suffisent à eux-mêmes. Toutefois, je dois bien admettre que quelques minutes de plus n’auraient pas été de trop, histoire de conclure comme il se doit la série. Certains petits éléments restent en suspens, dans le sens où j’aurais bien aimé une conversation entre la mère d’AJ et Ruby Red par exemple… Mais bon, la fin reste tout de même satisfaisante.

Une série que j’ai globalement appréciée, je n’en ferais pas un indispensable mais elle est tout de même sympathique à regarder !

# SKAM France, saison 5.

Un peu sceptique au départ, j’avais finalement réussi à rentrer dans la version française de SKAM, après avoir eu un énorme coup de cœur pour la version originale norvégienne. Je me suis attachée aux personnages, j’ai pris plaisir à redécouvrir leurs histoires respectives, et j’ai vu la fin approcher trop vite, encore une fois. Et en fait… Non ! Chose incroyable, les scénaristes français ont décidé d’aller plus loin, de sortir des sentiers battus et de continuer à explorer les quotidiens des autres membres de la bande. Cette saison 5, c’était la grande inconnue. Est-ce que le fait de s’éloigner de la série norvégienne allait fonctionner ou non ?
Je remarque que la prise de risques n’est pas trop importante puisqu’on s’intéresse à un personnage qui était jusque là assez peu exploré/exploité (et dans la saison 6, on découvre carrément un nouveau personnage). Cependant, j’étais contente de ce choix car, si la version norvégienne de ce personnage ne m’avait pas intéressée plus que ça, je m’étais beaucoup attachée à Arthur et j’étais ravie d’en découvrir plus sur lui.

giphy-2
Bon vivant, rigolo, toujours là pour ses potes… L’envers du décor nous montre un personnage qui combat ses propres démons. Sa relation avec son père est compliquée, il ressent une certaine pression, et pour ne rien arranger, il devient soudainement sourd après s’être battu avec un dealer. Alors qu’il essaie de (re)trouver sa place au sein de la bande, tout en apprivoisant sa surdité, il fait de nouvelles rencontres qui vont changer sa vie.
La série n’a pas perdu en qualité, elle en a peut-être même gagné en prenant son indépendance. Robin Migné, qui joue Arthur, est excellent dans son rôle. Il habite le personnage, il est touchant, attachant. Il est humain. Des fois il nous agace, il fait des erreurs, mais c’est un personnage intelligent, qui se remet en question. J’ai pris beaucoup de plaisir à le suivre. La bande, comme à son habitude, est là pour le poto dans la galère. Enfin.. Pas toujours. Quelques faux-pas, quelques disputes, rien de bien grave mais la relation d’Arthur avec ses amis n’est pas un long fleuve tranquille (et tant mieux).
Personnellement, c’est une série que je prends toujours autant de plaisir à regarder. On aborde des sujets intéressants, les personnages sont attachants, et la série est plutôt crédible dans l’ensemble. J’attaque maintenant la saison 6, en espérant que ça me plaise toujours autant.

Séries en cours, chroniques à venir (un jour, peut-être)

  • Carnival Row, saison 1
  • The Goldbergs, saison 4 actuellement en cours de visionnage
  • Workin’ Moms, saison 4
  • Brooklyn Nine-Nine, saison 7
  • Brews Brothers, saison 1
  • SKAM France, saison 5

Et vous ? Quelles séries avez-vous regardées en avril ? Vos séries du moment ?

Dites-moi tout !

Je vous souhaite un très bon dimanche !

 

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

6 réflexions au sujet de “Point Séries #Avril2020”

  1. Je note the Windsors sur Netflix mais il me semble qu’elle est en anglais, non?
    J’ai vu toutes les saisons de The Royals dans le même style et j’ai adoré. j’ai fini Vicking, Unortodoxe et Valéria.
    Le reste je ne connais pas.
    Bisettes

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s