L’inimitable Jeeves / Jeeves dans la coulisse – P.G. Wodehouse.

Coucou les paupiettes !

Je vous propose aujourd’hui de découvrir mon avis sur la suite des aventures de ce bon vieux Bertram Wooster et de son majordome, le célèbre Jeeves. Les éditions 10/18 ont réédité deux nouveaux tomes en janvier 2020, L’inimitable Jeeves et Jeeves dans la coulisse. Vous pouvez découvrir les autres avis ici. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ces livres.

Un recueil des aventures mouvementées de Bertie Wooster, gentleman et de Jeeves, gentleman personnel du gentleman. Dans ce livre, la terrifiante tante Agatha de Bertie tente à tout prix de le marier, l’ami de Bertie, Bingo Little, tombe amoureux de sept filles différentes et Bertie, avec l’aide de Jeeves, échappe de justesse à la terrifiante Honoria Glossop.

9782264077134ori

L’inimitable Jeeves est le deuxième tome de la série écrite par P.G. Wodehouse, et nous remontons donc quasiment aux origines du personnage. Le format de ce roman est un peu différent de ceux que j’avais pu lire jusqu’ici. Bien qu’il y ait une réelle continuité entre chaque chapitre, on a presque l’impression de lire des petites nouvelles. Habituellement, l’auteur nous embarque dans une seule aventure, presque un huis clos, où les amis de Wooster et une de ses tantes le rendent complètement fous, le mettant au milieu de toutes leurs histoires alors qu’il n’a rien demandé.
Ici, bien qu’il y ait quelques personnages récurrents, Wooster et Jeeves se promènent un peu, nous emmenant notamment en France et aux États-Unis. J’ai trouvé ça plutôt chouette, ça change des tomes précédents. Il y a plus de rebondissements, il y a un côté un peu moins redondant (même si on retrouve tout de même beaucoup de similarités).
En tout cas, les deux compères se retrouvent encore dans tout un tas de situations loufoques, d’ennuis et de quiproquos qui m’ont bien fait rire. Entre son ami qui tombe amoureux de sept filles différentes en 300 pages et de ses cousins qui font absolument n’importe quoi, sa tante qui veut absolument qu’il se marie et Jeeves qui refuse qu’il porte des chaussettes multicolores, Wooster n’est pas aidé.
J’avoue que j’aurais aimé voir un peu plus la tante Agatha, personnage que je n’avais jusque là pas beaucoup croisé. Et, tant qu’à faire, je n’aurais pas dit non à quelques chapitres avec la tante Dahlia, que j’apprécie tout particulièrement.
En tout cas, c’était une lecture plaisante, tout à fait divertissante, et bien qu’on trouve beaucoup d’éléments comiques redondants dans chaque tome, je ne m’en lasse pas !

*

Quand Jeeves part en vacances, Bertie, le narrateur, et  » Hareng Saur « , son ami, connaissent les pires difficultés ! Pourtant, un séjour chez une vénérable ancêtre, la tante Dahlia de Brinkley Court, semblait devoir remédier à cette terrible absence, mais, fiançailles rompues, menace de procès en diffamation, perte de travail, tout accable les jeunes gens.
Ajoutez à ces  » légers ennuis « , selon Jeeves, la présence d’un psychiatre déguisé en maître d’hôtel, un faux vol, un imbroglio de prénoms de prétendants américains à la main de la fille du redoutable directeur d’école préparatoire… Voilà un Jeeves qui ne décevra pas les admirateurs de Wodehouse !

couv64167323

Je ne comprends pas vraiment pourquoi les éditions 10/18 rééditent les tomes dans le désordre, puisqu’il s’agit ici du douzième écrit par P.G. Wodehouse. Cependant, vu que chaque roman raconte une histoire différente (et à la fois un peu similaire haha), ce n’est pas non plus particulièrement gênant.
Cette fois-ci, j’ai eu ma dose de tante Dahlia, beaucoup plus proche de Bertram. Ensemble, ces deux-là me font beaucoup rire. Ils semblent avoir un talent caché pour se fourrer dans les ennuis, c’est probablement de famille.
J’ai aimé retrouver des personnages tels que Sir Roderick Glossop (croisé dans plusieurs tomes dont le deuxième). Malgré des situations qui semblent se répéter d’un roman à un autre, il y a toujours un petit quelque chose en plus pour maintenir notre intérêt. Au fil des tomes, j’apprécie aussi de comprendre certaines références à d’autres épisodes de la vie rocambolesque de Bertram Wooster. Bien que les relations entre les différents personnages évoluent, ce n’est pas forcément le cas de notre héros, qui finit toujours par répéter les mêmes erreurs, pour notre plus grand plaisir.
Je crois que Jeeves dans la coulisse est l’un de mes tomes préférés, l’histoire est un peu plus complexe, il y a plus de quiproquos et les scènes humoristiques s’enchaînent les unes après les autres. Je n’ai ressenti aucune longueur, et je n’aurais honnêtement pas dit non à quelques chapitres supplémentaires.

Il est assez difficile de vous parler de cette série sans trop en dévoiler, mais je vous la recommande chaudement, surtout si vous aimez l’humour anglais. Ces romans sont des classiques qui n’ont pas pris une ride et on prend beaucoup de plaisir à les lire. La plume est agréable, fluide. Il y a beaucoup de rebondissements. Impossible de s’ennuyer ! Donnez-lui sa chance 😉

Alors, tentés ?

La bisette, bande de vieilles terrines !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

Une réflexion sur “L’inimitable Jeeves / Jeeves dans la coulisse – P.G. Wodehouse.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s