Suprêmes – Arwen Elys Dayton.

Coucou les paupiettes !

Je vous propose aujourd’hui de découvrir mon avis sur Suprêmes, un roman de science-fiction destiné plutôt à un public jeune adulte. Il a été écrit par Arwen Elys Dayton et publié aux éditions Michel Lafon le 12 mars 2020. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Six époques.
Six histoires.
Six quêtes de perfection.

Depuis des décennies, l’homme cherche à déjouer les règles de la nature pour créer un être suprême. Toujours plus fort, toujours plus rapide, toujours plus beau. Le monde de demain regorge d’ambitions nouvelles et d’évolutions toujours plus performantes. Ce dont on peut rêver, on peut le devenir. Mais l’être suprême pourra-t-il un jour devenir l’être parfait ?

couv26713531

Suprêmes est un recueil de six nouvelles allant d’une trentaine de pages à plus d’une centaine. Ces histoires se déroulent sur une période de temps assez longue, s’intéressant à l’évolution de la science au fil des années, et plus particulièrement aux modifications corporelles (médicales ou purement décoratives). Mises bout à bout, elles forment un seul récit avec plusieurs générations de personnages. Nous pouvons ainsi découvrir les avancées faites dans le domaine de la chirurgie, comme la fortification d’organes défectueux, la robotique, les modifications purement esthétiques comme des tatouages mouvants ou l’ajout d’ailes… Le sujet est plutôt fascinant, mais même si la construction du livre est cohérente et aboutie (il y a une réelle évolution et l’autrice prend le temps de se pencher sur les conséquences), je regrette le manque de développement de l’univers et des personnages.

Je n’ai pas vraiment de reproches à faire sur la forme à proprement parler. J’ai trouvé la plume d’Arwen Elys Dayton plutôt plaisante et fluide, même si certaines nouvelles souffrent de quelques longueurs. L’ensemble se lit plutôt facilement, mais nous n’avons pas non plus envie d’avaler les pages, les chapitres. Il n’y a pas de suspense insoutenable, pas de réels enjeux qui pourraient captiver le lecteur à un autre niveau. L’idée d’explorer la thématique dans différentes petites histoires est intéressante, elle permet d’aborder plus de sujets de manière plus ou moins approfondie (peut-être trop de sujets pour le coup ?). En ce qui concerne le fond, il y a à mes yeux un cruel manque d’approfondissements. Certaines idées sont excellentes mais l’autrice ne rentre pas dans les détails, restant finalement dans quelque chose de très superficiel. Sachant qu’une ou deux nouvelles n’ont pas grand intérêt, c’est plutôt dommage de ne pas se concentrer sur celles qui ont un bon potentiel.

Ce qui m’a le plus plu dans Suprêmes, c’est cette manière de questionner les avancées de la science, de considérer les aspects positifs et négatifs de chaque intervention, d’analyser l’humain et ses réactions. Où est la limite ? Jusqu’où peut-on aller ? Arwen Elys Dayton aurait pu pousser un peu plus loin la réflexion éthique, mais le fait d’avoir choisi de se concentrer sur des personnages très jeunes ne facilite pas tellement la chose. Il aurait pu être intéressant de suivre un personnage plus âgé, un chirurgien par exemple, pour avoir un point de vue de scientifique sur cette évolution.

Honnêtement, je n’ai pas grand-chose à dire de plus. Le résumé était prometteur, la plume est plaisante, mais il y a un réel manque d’approfondissements, d’enjeux, et l’univers est trop survolé pour que ce roman vaille vraiment le détour. Il y a quelques réflexions intéressantes, de belles idées, cependant on reste trop sur notre faim. Beaucoup trop. Il y a probablement matière pour écrire six romans passionnants, mais sous la forme de nouvelles, ce n’est pas assez. Dommage !

Alors, tentés ?

13/20

La bisette !

 

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

Une réflexion sur “Suprêmes – Arwen Elys Dayton.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s