Les incroyables aventures des sœurs Shergill – Balli Kaur Jaswal.

Coucou les paupiettes !

Je vous propose de découvrir mon avis sur un roman qui sort (devait sortir ? avec tout ça, on ne sait plus) aujourd’hui, jeudi 19 mars 2020, en librairie. Je l’ai lu en lecture commune avec mes copines Le journal de Joh et Sorbet Kiwi ! Les incroyables aventures des sœurs Shergill est le deuxième roman de Balli Kaur Jaswal que je lis. J’avais adoré Le club des veuves qui aimaient la littérature érotique l’année dernière, et j’avais très hâte de découvrir celui-ci, également publié aux éditions Belfond (collection Le Cercle). Avant de vous dire ce que j’ai bien pu en penser, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Dans la famille Shergill, il y a :
Rajni, l’aînée, mère de famille au bord de l’implosion depuis que son fils ado lui a fait une révélation fracassante.
Jezmeen, la séductrice un brin égoïste, petite actrice londonienne dont le dernier bad buzz tourne en boucle sur les réseaux sociaux.
Et enfin, Shirina, la docile cadette, dont le parfait mariage arrangé commence à sérieusement battre de l’aile.
Trois sœurs que tout oppose et qui vont devoir se supporter pour réaliser la dernière volonté de leur mère : accomplir un pèlerinage en son honneur en Inde, de Delhi au Temple d’or d’Amritsar.
Combien de temps avant que tout dérape ?
Les voies d’une mère sont impénétrables… Dans ce pays aux facettes multiples, et parfois violentes, les sœurs Shergill embarquent pour un incroyable voyage à la découverte de leurs racines et d’elles-mêmes.

couv46966289

Je le disais en introduction, j’attendais le nouveau roman de Balli Kaur Jaswal avec impatience. Sitôt reçu, presque aussitôt lu ! Avec mes deux acolytes, nous l’avons dévoré en un rien de temps. Cependant, nous en sommes ressorties un tantinet déçues. Ce n’est pas un mauvais roman, loin de là ! Mais quelque chose nous a fortement dérangé et nous a un peu laissé sur notre faim…

Du côté de la plume, je n’ai honnêtement pas grand-chose à dire. L’autrice nous fait voyager, transmet un message fort au travers de ses mots. Elle alterne passages légers et d’autres plus délicats avec fluidité. Il y a de l’humour, de l’action, de l’émotion. Il y a plusieurs rebondissements, des personnages hauts en couleur (Tom Hanks, je pense à toi) et tout cela nous permet de passer un bon moment de lecture. Les codes sont maîtrisés et, honnêtement, le roman se dévore en un rien de temps malgré son gros défaut.

Pour cela, il faut regarder du côté de ses héroïnes : Rajni, Jezmeen et Shirina. Trois sœurs, aux caractères diamétralement opposés, qui peinent à s’entendre. Enfin, peiner est un petit mot. Je n’irais pas dire qu’elles se détestent, mais moins elles se voient et mieux elles se portent. Elles ont choisi de suivre des chemins différents, plutôt classique pour Rajni, une quête de la célébrité pour Jezmeen, et un mariage sikh très traditionnel pour Shirina… Elles ont toutes les trois fait des erreurs et se cachent des choses, secrets que nous découvrirons au fil des pages (bien que certains soient assez prévisibles – mais ce n’est pas plus gênant que ça). Plutôt que de communiquer, de se réconcilier, de vivre ce moment toutes les trois, elles restent focalisées sur leurs problèmes et s’envoient souvent sur les roses. Bon. Ok. Une sororité difficile. Mais, au-delà de ça, les trois femmes sont également très agaçantes. Je comprends certaines réactions, je compatis. Mais seigneurjésusmariejoseph, qu’est-ce qu’elles ont pu m’énerver par moments ! Surtout Jezmeen, même si je dois bien admettre qu’elle est celle qui a l’évolution la plus intéressante. J’ai trouvé très dommage que cette rancœur, cette bisbille entre les sœurs traîne aussi longtemps. Car une fois le dialogue ouvert, tout s’accélère et la lecture est beaucoup plus plaisante. On a un peu l’impression d’avoir une fin « bâclée » du coup, qui arrive trop vite (même si je l’ai trouvée globalement satisfaisante).

Comme dans son précédent roman, Balli Kaur Jaswal s’intéresse à la place de la femme dans la culture indienne. Cette fois-ci, elle n’aborde pas la question de la femme indienne dans la société occidentale, mais le point de vue de femmes indiennes élevées en Europe qui découvrent le pays d’origine de leurs parents. Rajni, Shirina et Jezmeen quittent leur confort pour se lancer dans un road-trip dans un pays où la femme est loin d’avoir gagné son indépendance. Elles découvrent l’insécurité, les traditions qui mériteraient d’être oubliées. Elles rencontrent des femmes qui luttent pour l’égalité, ou du moins pour acquérir une certaine liberté et ne plus vivre dans la peur et l’oppression. Le fait que les trois sœurs aient été élevées en Angleterre est intéressant car elles ont eu l’opportunité de faire des études, de se rebeller, de suivre leurs rêves, de vivre librement et simplement. Toutefois, lorsqu’elles débarquent à Delhi, elles ne tombent pas non plus des nues. Elles ont grandi en devant respecter certaines traditions imposées par la famille, et plus particulièrement leur mère. Pour le lecteur, c’est une véritable immersion dans la culture indienne, d’un angle qui n’est probablement pas commun. Découvrir la vie de ces femmes m’a fait froid dans le dos, m’a hérissé les poils, m’a donné envie de prendre les armes.

Au-delà de la condition de la femme en Inde, Balli Kaur Jaswal évoque aussi avec justesse et sensibilité la maternité, la sororité, l’importance de la transmission et de la communication. Les personnages féminins sont à l’honneur (comme toujours dans la collection Le Cercle). Le fait que les trois sœurs ne s’entendent pas pendant les trois quart du roman est un peu dommage. À mes yeux, l’autrice aurait pu pousser plus loin cette idée, la développer encore un peu plus avec des personnages qui s’apportent soutien et réconfort. Ce sont tout de même des femmes fortes, avec des qualités et des défauts. Elles sont humaines, et je pense que chacune se reconnaîtra ou s’identifiera à l’une des sœurs ou dans cette sororité. Étant moi-même l’aînée de trois filles, certaines choses m’ont fait sourire pour les avoir vécues.

En résumé, je crois que mes attentes étaient peut-être un peu trop élevées en commençant ce roman. Bien que la plume de l’autrice soit toujours aussi plaisante et que le fond de l’histoire soit passionnant, entre découverte de l’Inde et exploration des notions de sororité et de maternité, le fait que j’ai eu autant de mal avec les personnages m’embête considérablement. Un livre intéressant, une lecture prenante et enrichissante, mais pas le meilleur de Balli Kaur Jaswal.

Alors, tentés ?

15/20

L’avis de Joh

L’avis de Sorbet Kiwi

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

3 réflexions au sujet de “Les incroyables aventures des sœurs Shergill – Balli Kaur Jaswal.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s