Point Films #Janvier2020

Coucou les paupiettes !

Mieux vaut tard que jamais comme on dit, il est temps de vous parler rapidement des films que j’ai vu en janvier ! Je m’étais fixé pour objectif de regarder plus de films en 2020, pour l’instant je crois que je tiens le bon bout (même si le rythme a déjà baissé en février mais c’est à cause du boulot). Alors, qu’est-ce que j’ai regardé en janvier ?

# Marriage Story, Noah Baumbach.

Parfois la fin n’est que le début de l’histoire

Un metteur en scène et sa femme, comédienne, se débattent dans un divorce exténuant qui les pousse à des extrêmes…

Marriage Story raconte la fin d’un mariage dans tout ce qu’elle a de plus moche. Au travers de ses deux personnages, Nicole (Scarlet Johansson) et Charlie (Adam Driver), il se penche sur la notion de divorce, sur les sentiments des uns et des autres, le manque de considération d’autrui. Le couple se sépare. Se pose alors la question de la garde de l’enfant, la situation s’envenime, prend des proportions monstres, et personne n’en ressort indemne. Mais alors que leur monde est complètement chamboulé, empli de rancœur et de sentiments partagés, une affection encore bien présente, ils ne sont qu’un cas parmi tant d’autres vu de l’extérieur. Un numéro de dossier, un client. La notion d’humanité disparaît, les sentiments n’importent plus et seuls comptent les actifs, les pensions, les biens à se partager. Ah, et l’enfant quand même. Leur histoire se résume désormais à une liste d’objets à se partager, mais eux ont encore leurs souvenirs, leur douleur. Les arguments avancés par les avocats blessent, heurtent, vexent. Cette séparation semble durer des semaines, des mois, des années. Ils n’en voient jamais le bout. Personnellement, j’ai adoré ce film. Je l’ai trouvé percutant, bouleversant, intelligent. La manière d’aborder le sujet, de filmer est juste. Il y a un côté brut, « mise à nu » qui est vraiment poignant et qui rend le film terriblement humain. Les acteurs sont formidables, j’étais vraiment impressionnée par le jeu de Scarlet Johansson et d’Adam Driver. Je sais qu’ils sont tous les deux bons, je les ai déjà vu dans d’autres films, mais là c’était différent. Simple et puissant. Les acteurs secondaires sont excellents aussi, Laura Dern a totalement mérité son Oscar. Alors oui, ce n’est pas un film avec des voitures qui explosent toutes les cinq minutes, c’est lent et contemplatif, c’est triste… Mais c’est surtout réaliste, les dialogues sonnent justes, le film, du début à la fin, sonne juste. Non, vraiment, j’ai beaucoup aimé ce film.

# The Irishman, Martin Scorsese.

Cette saga sur le crime organisé dans l’Amérique de l’après-guerre est racontée du point de vue de Frank Sheeran, un ancien soldat de la Seconde Guerre mondiale devenu escroc et tueur à gages ayant travaillé aux côtés de quelques-unes des plus grandes figures du 20e siècle. Couvrant plusieurs décennies, le film relate l’un des mystères insondables de l’histoire des États-Unis : la disparition du légendaire dirigeant syndicaliste Jimmy Hoffa. Il offre également une plongée monumentale dans les arcanes de la mafia en révélant ses rouages, ses luttes internes et ses liens avec le monde politique.

On ne va pas y aller par quatre chemins, je suis passée complètement à côté de ce film. Mais vraiment. Je me suis ennuyée à mourir, 3h30 c’est vraiment beaucoup trop long pour un film aussi lent et aussi complexe. Il y a énormément de personnages, différentes timelines à suivre qui se superposent dans le désordre. C’est dommage, car le casting est plutôt impressionnant : Robert de Niro, Al Pacino, Joe Pesci.. Et puis c’est un Scorsese quand même, ça n’a pas été réalisé par n’importe qui !
J’ai fait un sacrément gros blocage sur les effets de rajeunissement/vieillissement qui étaient (à mes yeux) vraiment mal faits. Et complètement illogiques. Tu auras beau rajeunir De Niro pour lui donner l’air d’un mec de quarante ans, il en aura toujours soixante-seize quand il court dans la rue. Le résultat est bizarre, légèrement ridicule par moments et ça m’a dérangé. De grands acteurs, oui, mais ça ne fait pas tout malheureusement et je crois qu’ils finissent par desservir le film sur de nombreux plans.
J’ai vraiment subi les 3h30 de film, je l’ai trouvé terriblement long, je n’en voyais pas le bout et je ne comprenais tout simplement pas quel était le fil rouge, le but de l’ensemble. Si quelqu’un veut m’éclairer en commentaire, faites-vous plaisir.
Je ne m’étalerais pas plus sur le sujet. Je sais que beaucoup ont aimé. Pas moi. Je n’y ai pas retrouvé les acteurs que j’aime, le réalisateur que j’aime. Au suivant.

# The Spy Who Dumped Me, Susanna Fogel.

Audrey et Morgan, deux trentenaires vivant à Los Angeles, se retrouvent embarquées malgré elles dans une conspiration internationale lorsque l’ex-petit ami d’Audrey débarque à son appartement poursuivi par une équipe d’assassins. Les deux jeunes femmes sont contraintes d’échapper à leurs poursuivants à travers toute l’Europe, tout en tentant de sauver le monde avec l’aide d’un agent au charme “so british”.

The Spy Who Dumped Me était dans ma liste de films à voir depuis sa sortie en 2018. Parce que Sam Heughan est dedans, on ne va pas se mentir. Très clairement, ce n’est pas le film de l’année, mais c’est un divertissement plus qu’acceptable. Il y a de l’action, de l’humour, un casting plutôt pas mal (Mila Kunis, Kate McKinnon, Sam Heughan, Gillian Anderson). Il y a aussi des acteurs moins bons, quelques gros clichés hollywoodiens comme on les aime (ou pas), des dialogues un peu pauvres. On devine presque la fin dès le début. Mais, mais, mais, j’avoue, j’ai passé un bon moment. Majoritairement parce que Sam Heughan est Sam Heughan et que Kate McKinnon est hilarante. Il n’y a aucun temps mort. On voit Kev Adams mourir d’une mort atroce et particulièrement drôle (pardon mais c’est vrai, et je considère ça comme un point bonus pour ce film). Ce n’est pas un long-métrage qui se veut réaliste, crédible, sérieux. C’est du divertissement pur et dur, pas de prise de tête. En gardant bien cela à l’esprit, vous passerez sûrement un bon moment aussi.

Mais aussi, en cinq phrases :

  • Swiped

Un des pires films vus dans ma vie. Une histoire complètement inintéressante. Des acteurs qui ne savent absolument pas jouer. Des dialogues qui vous feront pleurer de rire (non pardon, juste pleurer). Un Noah Centineo perdu au milieu du néant, sacrée erreur de parcours, bonhomme.

  • Battle

Le même scénario à deux-trois détails près que tous les autres films de danse. Mais avec des chorégraphies beaucoup moins stylées. Parce que c’était l’actrice de SKAM. Mais elle est mieux dans SKAM. Ça se regarde, mais on peut largement s’en passer.

Et voilà, c’étaient les films que j’ai vu en janvier 2020 ! Vous lez avez vus ? Qu’en avez-vous pensé ? Quels films avez-vous vus le mois dernier ? Un coup de cœur à me recommander ?

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

11 réflexions au sujet de “Point Films #Janvier2020”

    1. Je peux tout à fait comprendre. C’est un film vraiment très fort et bouleversant (enfin, j’ai trouvé haha), mais qui vaut la peine d’être vu. Tu me diras ce que tu en as pensé 😉

      J'aime

    1. Oui, j’avais vu que tu n’avais pas aimé Marriage Story ! Autant pour The Irishman, je suis bien d’accord, autant pour celui-ci, j’avoue que j’ai ressenti tout l’inverse de toi haha.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s