Birdmen, tome 1 – Yellow Tanabe.

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui nous allons parler manga, et plus particulièrement de Birdmen, le tout nouveau shonen publié aux éditions Vega. Disponible en librairie depuis le 16 janvier 2020, ce premier tome d’une longue série (16 tomes déjà publiés au Japon) a été écrit par Yellow Tanabe. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Mécontent de son quotidien sans intérêt, Eishi Karasuma passe son temps à râler. Un jour, une rumeur parlant d’un homme-oiseau circule dans son école. Ce dernier va bouleverser son quotidien qui ne sera plus tout à fait banal !

EOWEziEWoAEkTaV

Le premier tome de Birdmen est assez introductif, mais j’ai trouvé l’ensemble dynamique. Il y a de quelques rebondissements, et la construction de l’histoire fait que nous ne nous ennuyons absolument pas. Yellow Tanabe nous présente les différents personnages, nous donne un aperçu de leur transformation et de ce qui viendra par la suite, et introduit ce qui semble être un ennemi, un danger, sans que nous en sachions vraiment plus. Beaucoup d’éléments intriguent, beaucoup de questions restent sans réponse, mais l’auteur a réussi à m’accrocher suffisamment pour que j’ai très envie de découvrir la suite le 12 mars 2020.

Eishi Karasuma est un collégien solitaire, isolé. Il n’a qu’un seul ami, Mikisada Komoda, une crème qui, par sa taille et son apparence, s’attire souvent des ennuis. Un jour, dans un parc, ils font la connaissance de Tsubame, une fille pleine d’énergie, et Rei Sagisawa, un garçon qui fréquente le même collège qu’eux. Ils se retrouvent tous les quatre dans le même bus, et ce dernier sort de la route et bascule dans un ravin. Ils auraient dû mourir, et pourtant, il semblerait qu’ils soient tous ressortis de cet accident plus forts (littéralement). Tout ceci aurait-il un lien avec l’homme-oiseau dont tout le monde parle au collège ?

Ce n’est pas la première fois que je croise des hommes-oiseaux dans un manga, bien qu’il s’agisse souvent de démons, là je ne sais pas encore vraiment si c’est le cas. Ce que je trouve accrocheur dans Birdmen, c’est que nous avons une idée du « produit fini », avec l’homme-oiseau « originel », et que nous allons clairement pouvoir constater et apprécier l’évolution des pouvoirs des quatre jeunes, l’utilisation qu’ils vont en faire, tout en tâchant de découvrir ce qui les a provoqué. Ce premier tome est vraiment prometteur, je pense qu’il y aura de nombreux rebondissements et beaucoup d’action.

Les personnages sont plutôt attachants. Je pense que, là aussi, nous allons les voir grandir (ils ont 14/15 ans pour le moment) et évoluer, nous allons apprendre à les connaître, à découvrir leurs quotidiens respectifs au fil des tomes. Nous en savons un peu sur chacun d’entre eux, sauf sur Tsubame et Takayama, qui restent encore très mystérieux. Karasuma semble avoir une relation très conflictuelle avec sa mère trop absente, on dirait que Komoda vit dans une sorte de temple avec son père, et Sagisawa est très riche, vit au dernier étage d’une tour, a un secrétaire… Des petites choses par-ci, par-là, qui ne demandent qu’à être explorées, développées, et j’ai très hâte d’en découvrir plus. J’ai eu un petit coup de cœur pour le bagarreur amoureux des chats, Kodoma. Les caractères des différents personnages sont plutôt différents mais semblent se compléter, je pense qu’ils travailleront bien en équipe lorsqu’ils se connaîtront un peu plus.

Côté graphismes, je ne peux pas dire que les illustrations sont complètement dingues. Elles sont plutôt lisses et classiques, rien qui sorte de l’ordinaire. Agréables et faciles à lire, mais pas particulièrement originales. Ce n’est pas ce qui fera sortir ce manga du lot. La lecture est néanmoins très plaisante, je me répète désolée, car les cases sont aérées. Il y a des textes, des dialogues, mais ils ne prennent pas le pas sur les illustrations, ne sont pas trop envahissants.

En résumé, malgré des illustrations plutôt simples, j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce premier tome. Birdmen est un shonen prometteur, aux personnages attachants et dont l’histoire est particulièrement intrigante. Malgré son côté très introductif, il réussit à accrocher le lecteur, qui avale les chapitres en un rien de temps, et nous laisse sur une fin plus que mystérieuse qui nous donne envie de nous jeter immédiatement sur le tome 2… Mais il faudra attendre un peu !

Alors, tentés ?

16/20

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

Une réflexion sur “Birdmen, tome 1 – Yellow Tanabe.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s