Le labyrinthe de Pan – Guillermo Del Toro & Cornelia Funke.

Coucou les paupiettes !

Je vous propose aujourd’hui de découvrir l’un de mes plus gros coups de cœur littéraires de cette année 2019 (eh oui, rien que ça) : Le labyrinthe de Pan. Ce nom vous dit surement quelque chose, puisqu’il s’agit d’un film réalisé par Guillermo Del Toro en 2006, moult fois primé. Personnellement, je l’ai vu trop jeune. Certains passages m’ont réellement traumatisé (j’ai des passages très – trop – détaillés qui me traversent parfois  l’esprit), mais j’ai conscience de la qualité du long-métrage, même si ça fait plus de dix ans que je l’ai vu. Je compte d’ailleurs le revoir très prochainement suite à ma lecture du roman, j’ai envie de revoir la version cinématographique. Bref. Le roman, co-écrit par Guillermo Del Toro et la talentueuse Cornelia Funke, sortira en librairie le 14 novembre 2019 (jeudi prochain donc), aux éditions Michel Lafon. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier chaudement la maison d’édition pour cet envoi.

Tu ne devrais pas venir ici.
Tu pourrais te perdre.
C’est déjà arrivé.
Je vais te raconter l’histoire…

Dans les contes, il y a des hommes et des loups, il y a des bêtes et des fées, il y a des enfants et des forêts.
Comme toutes les jeunes filles qui ont la tête pleine d’histoires, Ofelia sait tout ça. Alors quand elle rencontre son beau-père, elle voit tout de suite le capitán Vidal pour ce qu’il est, dans son uniforme immaculé et ses gants de cuir : un loup.
Mais rien ne peut la préparer à affronter la réalité hostile de la maison du capitán, au cœur d’une inquiétante forêt qui cache bien des secrets, dont un labyrinthe protégé par son terrifiant gardien. Là où la monstruosité et l’humanité se rencontrent, là où les mythes deviennent réalité.

le-labyrinthe-de-pan

Commençons donc par évoquer l’objet-livre. Magnifique. Splendide. Divin ! La couverture (bien que je ne sois pas une grande fan de cette texture parce qu’on voit toutes les petites traces de doigts dessus après) est d’un bleu sombre, réhaussé de dorures et d’une illustration réalisée par Allen Williams. Les différentes parties de l’ouvrage sont séparées par d’autres illustrations de l’artiste, toutes plus belles les unes que les autres. La plupart sont en noir et blanc, dégradés de gris, mais certaines sont en couleur ! De ce côté-là, la maison d’édition ne se moque pas de nous et Le Labyrinthe de Pan est un livre magnifique. Avec Noël qui approche à grand pas, c’est une belle idée de cadeau à offrir (ou à s’offrir à soi-même aussi, tant qu’à faire).

Le Labyrinthe de Pan est un roman que l’on a envie de dévorer d’une traite tout en préférant le savourer. La plume est incroyable, fluide, poétique. J’ai envie de la comparer à une caresse, voyez-vous. Le livre est découpé de manière intéressante, entre « passé » et « présent », chaque partie est introduite par une sorte de petit conte, un extrait je dirais, et mis bout à bout, ces extraits forment une seule histoire qui nous en révèle un peu plus sur le passé de notre jeune héroïne. Le roman en lui-même est un conte des temps « modernes », qui se déroule durant la Seconde Guerre mondiale. On retrouve tous les ingrédients d’un récit du genre : la quête, les épreuves à surmonter, le côté féérique… Ceci dit, ne vous attendez pas à une histoire avec des princesses à paillettes, Le Labyrinthe de Pan est sombre, c’est un roman où la violence et la cruauté sont omniprésents.

L’univers est développé, approfondi, on a vraiment l’impression d’y être. Il n’y a pourtant pas de longues descriptions, aucune longueur quelle qu’elle soit. Ça ne fait que confirmer le talent des deux auteurs. L’ambiance, l’atmosphère jouent également un grand rôle dans ce livre. Les lieux semblent hantés, chargés d’une histoire qu’on ne pourrait jamais deviner. On a l’impression qu’il fait tout le temps gris (ou nuit), qu’il pleut en permanence. La lumière, synonyme d’espoir, n’est pas très présente dans ce récit. Il n’y a que noirceur.

Les personnages sont fascinants, notamment la figure du méchant, le « Loup », le Capitan Vidal. Il s’agit d’un homme particulièrement cruel, qui prend goût à torturer ses victimes. Un homme qui ne rêve que d’avoir un fils pour lui apprendre la vie. La mère est un personnage effacé, à l’image de son caractère de femme soumise. Mercedes, une des servantes, est beaucoup plus intéressante. Elle puise sa force et son courage dans sa peur, soutient la Résistance et je la trouve beaucoup plus maternelle avec l’héroïne. Ofelia est une jeune fille que j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre. C’est un personnage réaliste, touchant, une adolescente courageuse et très curieuse. Les circonstances font qu’elle a une maturité assez étonnante pour son âge, mais elle est a tout de même une imagination débordante, liée à sa passion pour la lecture et plus particulièrement pour les contes de fées. Les personnages fantastiques tels Pan ou l’Homme Pâle (sérieux ce personnage, les gars, j’en ai fait des cauchemars pendant plusieurs années haha) sont tout aussi intrigants et j’ai aimé en découvrir un peu plus sur eux par le biais des petits extraits qui introduisent chaque partie.

En résumé, ce roman est un véritable coup de cœur et j’ai vraiment envie de redécouvrir le film avec l’histoire en tête. C’est un conte fascinant, aux personnages à la fois attachants et inquiétants, et très bien écrit. Je ne peux que vous le recommander !

Alors, tentés ?

19/20

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

4 réflexions au sujet de “Le labyrinthe de Pan – Guillermo Del Toro & Cornelia Funke.”

  1. J’ai découvert le film tardivement (l’année dernière seulement^^) et ai beaucoup aimé l’univers. J’ignorais qu’un livre allait sortir, qui plus est avec Cornelia Funke dont j’apprécie aussi beaucoup la plume, c’est donc une très bonne nouvelle que tu annonces là ! 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Apparemment ils ont déjà fait ça avec un autre film de Guillermo Del Toro (La forme de l’eau si je ne me trompe pas). C’est vraiment un très bel objet et l’histoire est incroyable. J’adore la plume de Cornelia Funke aussi, ça m’a donné envie de (re)lire ses autres romans !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s