Comme des images – Clémentine Beauvais.

Coucou les paupiettes !

Comme promis, je vais aujourd’hui vous donner mon avis sur Comme des images, roman écrit par Clémentine Beauvais et publié aux éditions Sarbacane en 2014. Il s’agit du premier roman de l’autrice publié dans la collection Exprim’, avant Les petites reines, Songe à la douceur ou Brexit Romance. L’ouvrage a été réédité le 4 septembre 2019. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

« Il était une fois… des ados sages comme des images, dans un très prestigieux lycée. L’histoire commence le jour où Léopoldine a cassé avec Timothée pour Aurélien. Ou bien le jour où Tim a envoyé un mail avec des images de Léo à tout le monde.
C’est ici, dans ce très prestigieux lycée, que tout va se jouer. Léo a une journée pour assumer ces images. Mais il faut vite régler cette histoire pour pouvoir penser à autre chose, aux maths et à la physique, à la première S. Parce qu’on ne plaisante pas avec ces choses-là, par ici. On savait que ça ne serait pas une partie de plaisir. Mais on ne pensait pas que cette journée allait se terminer comme ça, à regarder, en plein milieu de la cour, un corps ensanglanté – tout cassé. »

couv52711500

Comme des images est un roman fascinant et quelque peu perturbant. Clémentine Beauvais nous invite dans le très réputé lycée Henri IV, aux côtés d’adolescents privilégiés. L’histoire est racontée du point de vue d’une jeune fille dont on ne connaîtra jamais le nom, meilleure amie de la principale concernée. Tout se passe très vite, une seule journée dans l’enceinte de ce lycée. Léopoldine, qui vient de rompre avec Timothée, se retrouve affichée sur tous les réseaux sociaux de la pire manière qui soit. Avec ses copains, il a partagé une vidéo d’elle en train de se masturber et l’a relayée à toute l’école (élèves, parents d’élèves et professeurs). Le choc est rude, tant pour elle que pour sa sœur jumelle, Iseult…

Dans ce roman, l’autrice s’intéresse aux réseaux sociaux, et plus particulièrement à leurs effets néfastes, dévastateurs. Elle nous montre comment, en quelques minutes, la vie de quelqu’un peut basculer. La vie de plusieurs personnes. Comment quelques images naïvement partagées avec quelqu’un en qui on pensait avoir confiance peuvent changer la manière dont les autres vous voient. Le lycée, ce n’est pas une étape facile pour tout le monde. Mais Henri IV, c’est encore autre chose. Les étudiants n’ont rien d’humain, poussés à la compétition dès leur entrée au collège, ils n’ont aucune pitié et n’hésitent pas à piétiner les plus faibles. Que ce soient les élèves entre eux, mais aussi les professeurs. Sans réfléchir aux conséquences de leurs actes ou à la portée de leurs mots.

Elle s’intéresse également à la question de la gémellité. De la difficulté d’être soi quand on évolue aux côtés d’une personne qui vous ressemble comme une goutte d’eau. Léo et Iseult ont des personnalités diamétralement opposées, et pourtant, on les confond toujours. Ce n’est pas la thématique principale, l’autrice ne rentre pas spécialement dans les détails car ce n’est pas le sujet, mais il y a quelques réflexions très intéressantes.

A mes yeux, Comme des images est un livre « brut ». Clémentine Beauvais ne prend pas de pincettes, elle dit les choses comme elles sont, avec un langage actuel qui saura parler au public cible (à partir de 14 ans). Les chapitres s’enchainent à une vitesse folle et bien que l’autrice ne s’attarde pas à développer les différents personnages, on parvient à cerner leurs personnalités très facilement. La plume de l’autrice est fluide et efficace. J’ai préféré Les petites reines et Songe à la douceur, mais je ne suis pas sûre que ce soit comparable.

En résumé, Comme des images est un roman difficile à qualifier. Percutant, perturbant, agaçant, touchant. Un moment de lecture intéressant, un message qu’on ne répète visiblement pas assez : attention à ce que vous partagez sur les réseaux… Il me parait important d’insister sur ce sujet auprès des plus jeunes, ce roman est un parfait exemple des conséquences possibles. Facile et rapide à lire, dès 14 ans !

Alors, tentés ?

16/20

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

2 réflexions au sujet de “Comme des images – Clémentine Beauvais.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s