L’île aux enfants – Ariane Bois.

Coucou les paupiettes !

Je vous propose de découvrir aujourd’hui mon avis sur un roman que j’ai dévoré la semaine dernière et qui me faisait de l’œil depuis sa sortie, le 14 mars 2019. Il a mis un peu de temps à arriver jusqu’à moi, mais il n’aura pas fait long feu dans ma pile à lire. L’île aux enfants est le dernier roman d’Ariane Bois, romancière, reporter et critique littéraire. Ce nouveau livre, publié aux éditions Belfond dans la collection Pointillés, s’inspire d’un épisode peu glorieux de l’histoire française… Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

C’est l’histoire de Pauline et Clémence, deux fillettes inséparables, deux sœurs vivant près des champs de cannes à sucre, qui un jour, en allant chercher de l’eau à la rivière, sont enlevées, jetées dans un avion, séparées, et qui devront affronter bien des épreuves avant de comprendre ce qui leur est arrivé. Il ne s’agit pas d’un conte pour enfants, même cruel, mais de la véritable histoire des exilés de la Creuse, un transfert massif d’enfants venus de l’île de la Réunion pour repeupler des départements isolés de la métropole en 1963, contre leur gré et celui de leurs familles, devenue un scandale d’état. Dans ce roman, c’est la fille de Pauline, Caroline, qui, trente ans plus tard, mène l’enquête sur l’enfance de sa mère, provoquant ainsi des réactions en chaîne et l’émoi de celle qui pour survivre a dû tout oublier…

Comment devenir soi quand on vous a menti ? Peut-on se reconstruire un arbre généalogique ? Qu’est- ce qu’était l’adoption dans le secret et les non-dits des années 1970 ? L’histoire d’une résilience, d’une reconstruction et une plongée dans un épisode peu glorieux de l’histoire de France à travers les yeux de deux enfants.

couv33179104

Entre 1962 et 1984, un peu plus de deux-mille enfants réunionnais ont été « déplacés » dans 83 départements français ruraux et dépeuplés. Âgés de 0 à 15 ans, ils sont adoptés ou employés à gages, certains sont embauchés en tant qu’apprentis par des boulangers ou des fermiers. Cependant, nombre d’entre eux ne sont pas orphelins ou pupilles de l’État, ils se retrouvent en France suite à certains abus de pouvoir, des mensonges et des manipulations. L’affaire des « enfants de la Creuse » (premier département d’accueil à l’époque) est longtemps restée dans l’ombre, méconnue jusqu’à ce que certaines victimes cherchent à se réapproprier leur histoire au début des années 2000. Une nouvelle enquête a eu lieu entre 2014 et 2018, établissant la « responsabilité morale » de l’État.

Ariane Bois revient dans ce roman sur le parcours de Pauline qui, une fois adoptée, deviendra Isabelle. La jeune fille n’a que six ans lorsque l’homme à la camionnette rouge l’attrape sur le chemin de la maison. Elle, mais aussi sa petite sœur, Clémence. Les deux fillettes prennent l’avion pour la première fois de leur vie et découvrent la France, mais pas la France des cartes postales que leur maman avait accroché sur le mur.. Le récit se déroule sur plusieurs années et la seconde partie de l’ouvrage est consacrée au point de vue de la fille d’Isabelle, qui mène l’enquête sur toute cette histoire et essaye de comprendre qui elle est, d’où elle vient et reconstituer le passé de sa mère.

Au travers de l’enquête menée par Caroline, nous découvrons beaucoup de choses sur ce sombre épisode de l’histoire française. Mais l’autrice adopte aussi une approche plus personnelle, plus intime, en nous plongeant dans ce récit en le racontant du point de vue de l’un des « enfants de la Creuse ». Elle nous raconte les difficultés d’intégration de ces enfants noirs dans ces zones rurales, comment certains étaient purement et simplement séparés et exploités. Tout le monde n’a pas eu la chance de Pauline, mais elle a eu son lot de malheurs.

J’ai dévoré ce roman en un rien de temps. Le récit est vraiment prenant, fluide, passionnant. J’ai beaucoup aimé la manière de raconter d’Ariane Bois. L’histoire ne vous laissera pas de marbre, c’est tout simplement impossible ! Sans en faire des caisses, l’autrice nous offre un roman très touchant, juste et réaliste. J’ai passé un excellent moment de lecture. La construction est intéressante, passant de la fillette à l’adolescente, à la femme puis à la mère, avant de passer le flambeau à sa propre fille. Elles découvrent qui elles sont l’une et l’autre au fil des pages, en se reconnectant avec leur passé, leurs souvenirs ou leurs racines. Les passages consacrés à l’île de la Réunion sont dépaysants et nous avons vraiment l’impression d’y être.

En résumé, L’île aux enfants est un roman court et efficace, intéressant et bouleversant, juste et réaliste. Historiquement passionnant, Ariane Bois s’intéresse dans ce livre à plusieurs thématiques fortes avec simplicité. C’est une lecture que je vous recommande chaudement !

Alors, tentés ?

18/20

La bisette !

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

6 réflexions au sujet de “L’île aux enfants – Ariane Bois.”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s