Les p’tites chroniques #2 – Édition spéciale P. G. Wodehouse !

Coucou les paupiettes !

On se retrouve pour de nouvelles p’tites chroniques. Aujourd’hui, j’ai décidé de vous présenter quatre romans issus d’une série rééditée par les éditions 10-18 depuis le début de l’année 2019. Pas forcément dans le bon ordre mais ce n’est pas gênant, ils peuvent tous être lus indépendamment les uns des autres. La série Jeeves est l’œuvre de P. G. Wodehouse (1881-1975), auteur britannique qui a longtemps partagé sa carrière entre les États-Unis d’Amérique et l’Angleterre. Il a écrit des chansons pour des comédies musicales, des articles pour la presse (Vanity Fair, Harper’s Bazaar, etc), des pièces de théâtre mais aussi des romans. Humoriste reconnu, il est anobli par la reine d’Angleterre en 1964.

Il publie les premières aventures de Bertram Wooster et Jeeves en 1909 et l’adaptera en série en 1965. Il y aura plusieurs versions mais je vous encourage fortement à jeter un œil à celle de 1990 (Jeeves and Wooster, ITV). Le casting devrait en intéresser plus d’un.e car les deux héros sont incarnés par Stephen Fry et Hugh Laurie !

article-snishfltul-1455385002

# Merci Jeeves.

Pour une sombre histoire de banjo dont son maître n’entend pas se séparer, le dévoué Jeeves quitte le service de Sir Wooster, notre héros, lequel part s’installer à la campagne. Entouré d’un serviteur devenu fou à lier et qui se met à courser tous les pauvres types qui se présentent à lui avec un hachoir, d’une ancienne prétendante plutôt volage, et d’un ami de jeunesse amoureux transi, Bertie se retrouve à nouveau au cœur de situations tour à tour loufoques et sordides.

couv20243519

J’ai découvert la plume de P. G. Wodehouse avec Merci, Jeeves. Initialement publié en 1934, il a été réédité par les éditions 10-18 en janvier 2019. Je n’ai pas hésité longtemps avant de me lancer, les couvertures et le résumé me faisaient penser à une série que je regardais avec mes parents il y a quelques années (et qui se déroule à peu près à la même époque), You rang M’Lord ?.
Ce roman est une pépite d’humour anglais ! Dès les premières pages, j’ai accroché à ce roman à la fois très drôle et particulièrement prenant. L’écriture de P. G. Wodehouse est fluide, moderne, très agréable à lire. Dès les premières pages, nous sommes obligés d’adorer Wooster et Jeeves, personnages hilarants sans le savoir. Ils ont une relation très intéressante et je serai curieuse de lire le premier tome pour découvrir leur rencontre.
Dans ce tome, les deux acolytes se voient obligés de prendre des chemins séparés car Jeeves ne supporte plus le banjo de Wooster. Ce dernier déménage en pleine campagne pour pouvoir vivre sa passion pleinement… Ils se retrouvent embarqués dans une aventure complètement loufoque, aux multiples rebondissements. Ils croisent des personnages hauts en couleur, qui les mettent dans des positions assez délicates. Impossible de s’ennuyer avec ce roman très divertissant !

# Ça va, Jeeves ?

Malgré ses efforts pour surpasser son maître d’hôtel, le célèbre Jeeves, Bertram Wooster ne parvient guère à aider les invités de sa tante, à réconcilier les fiancés brouillés ni à obtenir du timide éleveur de tritons qu’il déclare ses tendres sentiments pour une larmoyante jeune fille sensible à la beauté des étoiles. Une fois encore, l’intervention de Jeeves s’avère donc indispensable et efficace.

9782264035882ORI

Ça va, Jeeves ? est le cinquième tome de la célèbre série écrite par P. G. Wodehouse, réédité en mars 2019. C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé Jeeves et Bertie Wooster dans cette nouvelle aventure complètement rocambolesque ! Notre jeune héros semble développer une certaine jalousie à l’égard de son valet et de sa réputation. Les gens se bousculent à sa porte pour demander conseil à Jeeves, ce qui lui déplait fortement. Il décide de prendre les choses en main, pour le meilleur et pour le pire rire et tente de montrer à son entourage qu’il est de tout aussi bon conseil.
J’ai adoré ce tome (tout comme le précédent mais un peu plus quand même) dans lequel s’enchaînent les quiproquos et les situations vaudevillesques. Bertie crée un beau bazar et le résultat est vraiment drôle et jouissif.
On en découvre un peu plus sur les personnages, on apprend à les connaître et on s’attache un peu plus à eux. Jeeves est le valet de chambre tel que l’on se l’imagine : (très) anglais, droit, intelligent, discret. Il a cependant des opinions très arrêtées sur un certain nombre de sujets (notamment les banjos et les vestes blanches à boutons dorés). C’est un homme attachant, qui a de la ressource et j’attends toujours avec impatience le moment où il va venir sauver la peau de son jeune maître. Ce dernier est hilarant, c’est visiblement un fêtard avec qui on ne doit pas s’ennuyer en soirée. Il a beaucoup d’amis et il n’hésite pas à se donner corps et âme pour les aider (ce n’est pas toujours très concluant). Il a une relation à la fois amusante et touchante avec sa tante Dahlia, ils se prennent la tête pour un rien mais on sent qu’il y a beaucoup d’amour.  Ce sont des personnages que l’on prend plaisir à suivre et je suis contente que P. G. Wodehouse ait décidé d’en faire une série. Son succès n’est pas du tout une surprise !

# Bonjour, Jeeves.

Thomas Portalington Travers, oncle de Bertie et collectionneur d’argenterie ancienne, convoite une pièce rare, un pot à crème en argent, du 18e, en forme de vache. Par un procédé indigne d’un vrai gentleman, son ennemi, Sir Watkyn, met la main sur le précieux objet. Bertie se voit alors confier par sa tante Dahlia la mission de ramener le pot de crème en allant le voler à Sir Watkyn.

9782264035875ORI

Bonjour, Jeeves est le troisième tome de la série que j’ai pu lire et je tombe un peu plus amoureuse de la plume de P.G. Wodehouse à chaque fois. Encore une fois Bertram Wooster se retrouve embarqué dans une série de quiproquos et de situations ridiculement drôles. M’est avis que notre héros ferait bien de se trouver de nouveaux amis !
Dans ce tome, Bertie nous montre un autre aspect de sa personnalité. Nous pouvons constater à quel point il est prêt à tout pour que ses amis soient heureux (ou sa famille d’ailleurs), même s’il y a parfois quelques facteurs qui le poussent dans la bonne direction. C’est un gars bien, qu’on se le dise. Jeeves est toujours aussi malin et finaud, je ne sais pas ce que les différents protagonistes des romans feraient sans lui ! J’ai beaucoup aimé retrouver la tante Dahlia, sacré personnage, et ce cher Gussie, toujours accompagné de ses tritons.
Même si la vie sentimentale de ces gens farfelus reste une constante dans la série de Wodehouse, j’ai aimé qu’il ajoute cette fois-ci l’élément plutôt original du pot de crème en forme de vache. J’ai trouvé que ça ajoutait un petit quelque chose à l’ensemble et ça permet à la série de se renouveler un peu.
Pour le reste, je vais me répéter par rapport aux deux avis précédents mais c’est une pépite d’humour, une lecture légère et hautement divertissante. Je ne peux que vous encourager à découvrir ces délicieux romans !

# Jeeves, au secours !

Steeple Bumphleigh, lieu pittoresque pour certains, lieu de toutes les embrouilles pour Bertie Wooster. Contraint d’y passer une partie de l’été, il retrouve à son grand désespoir Florence, une ancienne fiancée dont il peine à se débarrasser, ainsi que Boko et Nobby, un couple de jeunes promis qui ne demandent qu’à se marier. Seulement voilà : le parrain de Nobby s’oppose farouchement à cette union. Tout en fuyant les assiduités de Florence, Bertie est entraîné bien malgré lui au cœur d’un embrouillamini familial fait d’oncles peu commode et de fiancés désespérés… Il ne devra sa délivrance qu’au savoir-faire de son majordome de génie, l’incomparable Jeeves.

couv35355524

Ce quatrième tome est celui qui m’a le moins plu. Il est tout aussi divertissant que les précédents mais j’aimerais bien que la storyline de Bertram Wooster évolue un peu, le voir rencontrer une femme (ou, ship total, qu’il se rende compte qu’il est amoureux de Jeeves hahaha) ou n’importe quelle difficulté qui le challengerait de manière différente.
On se retrouve encore dans une série de quiproquos, de fiançailles rompues et de sollicitations du génie de Jeeves. Si j’ai passé un bon moment, j’avoue que j’ai eu plus de mal à m’attacher aux personnages secondaires. J’étais déçue de ne pas retrouver la tante Dahlia, même si j’ai apprécié de rencontrer d’autres membres de la famille de Bertie. Ceci dit, je les ai vite trouvé agaçants. Je n’ai pas trouvé les amis du héros particulièrement intéressants, ou même gentils, dans ce tome. Ils abusent complètement de la bonté d’âme du héros, sont capricieux et n’apportent rien de bien constructif. Il y a quelques passages très drôles, mais dans l’ensemble j’ai vraiment trouvé que Jeeves, au secours ! était moins bon que les autres.
Sympathique mais sans plus. L’humour est tout aussi présent que dans les romans précédents mais moins efficace à cause de personnages agaçants. Ce n’est pas un Jeeves que je recommanderais particulièrement.

Voilà, voilà ! J’espère que cet article vous aura plu et vous aura donné envie de découvrir l’œuvre de P.G. Wodehouse. De mon côté, je croise les doigts pour que les éditions 10/18 continuent de rééditer cette série (et pourquoi pas les autres romans de l’auteur) !

Alors, tentés ?

La bisette !r

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

3 réflexions au sujet de “Les p’tites chroniques #2 – Édition spéciale P. G. Wodehouse !”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s