La lettre écarlate – Nathaniel Hawthorne.

Coucou les paupiettes !

Je vais aujourd’hui vous parler d’un classique de la littérature américaine : La lettre écarlate, écrit par Nathaniel Hawthorne en 1850. J’ai profité de la très belle réédition aux éditions 10-18 en février 2019 pour enfin découvrir ce roman dont j’ai tellement entendu parler au fil des années. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Boston, 1642. Dans la petite communauté puritaine, obsédée par la honte et le péché, la trop belle Hester Prynne est reconnue coupable d’adultère et clouée au pilori. Elle devra également porter, sa vie durant, une lettre écarlate : un « A » cousu sur sa poitrine, comme marque d’infamie. Une peine qui aurait pu être atténuée si elle avait révélé le nom de son amant, et père de sa petite fille, Perle. Mais ni les menaces, ni les promesses n’ont pu le lui arracher. Un homme pourtant, son mari porté disparu et revenu vivre à Boston sous une autre identité, va partir en quête de la vérité. Et, une fois le nom trouvé, exercer une vengeance aussi cruelle que raffinée.

couv14494774

Nathaniel Hawthorne et moi ne sommes pas partis sur de très bonnes bases. En guise d’introduction, un prologue de près de 70 pages qui m’a tout simplement rebuté. Long, trop long. Et inintéressant. Honnêtement ce prologue ne m’a absolument rien apporté si ce n’est une vague explication sur comment lui est venue l’idée du roman (allez, deux pages à tout péter, pardonnez mon langage). Tout ce que j’ai retenu, c’est une comparaison entre la nature humaine et les pommes de terre, voilà voilà. C’est en lisant La lettre écarlate que je me suis souvenue pourquoi je lis très peu de classiques…  Le style est lourd, il y a beaucoup de longueurs, de descriptions inutiles. L’écriture a mal vieilli, les tournures de phrases alambiquées nous forcent à revenir trois fois en arrière pour être sûrs d’avoir bien compris. Ce manque de fluidité est un gros frein pour moi et j’ai eu du mal à rentrer complètement dans l’histoire.

Pourtant, cette histoire, elle n’est pas mauvaise. Au contraire ! L’auteur nous plonge dans l’Amérique puritaine du 17ème siècle. D’un point de vue historique, c’est un témoignage fascinant des valeurs de l’époque, de la place occupée par la religion dans la société.  Dès les premières pages, nous rencontrons Hester Prynne, une jeune femme qui sort de prison et s’expose au regard de ses concitoyens avec un bébé dans les bras et un A écarlate cousu sur la poitrine. Nous comprenons assez rapidement que le A équivaut à adultère et que l’enfant est le fruit de son péché. Mais qui est le père ? Dans quelles conditions grandira Perle, ce bébé qui n’a rien demandé à personne ?

Hester est un personnage fascinant, incroyable, hors du temps. Elle ne se fait pas passer pour une victime, assume ses actes, défend son opinion et j’admire ce courage, surtout au vu du contexte politique et religieux de l’époque. C’est une femme indépendante, impressionnante et c’est un personnage que j’ai vraiment apprécié. Sa fille, Perle, ne m’a pas plus intéressé que ça. C’est une enfant parfois touchante, parfois perspicace mais souvent très capricieuse et agaçante. Arthur Dimmesdale, jeune pasteur très apprécié des fidèles, est un personnage intéressant également. Torturé, fragile, j’ose même dire faible, j’ai aimé le suivre dans ce roman, voir ce que l’histoire lui réservait. Quant à Chillingworth, c’est un vilain du début à la fin, un personnage aigri, revenchard que j’ai aimé détester. Franchement, c’est tellement dommage que je n’ai pas accroché à la plume d’Hawthorne car ses personnages sont formidables.

En résumé, un roman intéressant qui, malheureusement, n’aura pas su me captiver à cause d’une écriture indigeste. Je suis tout de même contente d’avoir lu ce classique, de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de La lettre écarlate. Certains passages sont très enrichissants et Hester est une héroïne qui vaut le coup d’œil. Maintenant je vais essayer de regarder le film !

Alors, tentés ?

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

2 réflexions au sujet de “La lettre écarlate – Nathaniel Hawthorne.”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s