Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott.

Coucou les paupiettes !

Je vais aujourd’hui vous parler de ma dernière lecture commune avec ma copine Stéphanie du blog Sorbet Kiwi. Nous nous sommes lancées ce début de semaine dans Ce qui ne tue pas, écrit par Rachel Abbott et publié aux éditions Belfond le 7 mars 2019. Il s’agissait pour ma part d’une découverte, je n’ai pas encore lu les autres romans de l’autrice (notamment La disparue de Noël qui me tente beaucoup).  Pour ceux que ça pourrait intéresser, Rachel Abbott sera présente à Lyon ce week-end dans le cadre du festival Quais du Polar. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

Cleo North sait qu’elle devrait se réjouir pour son petit frère Marcus. Pourtant, rien n’y fait, elle ne sent pas du tout sa nouvelle compagne, Evie, et voit d’un très mauvais œil l’influence croissante de la jeune femme sur son frère. Et puis que signifie cette propension à se blesser « accidentellement » sans arrêt ? Une manière d’attirer encore davantage l’attention de Marcus ? Comme si son pauvre frère, cet artiste si talentueux et si vulnérable, n’avait pas été déjà assez éprouvé par le décès de sa première épouse…
Un soir, un appel à la police, deux corps retrouvés dans la somptueuse demeure des North. Celui de Marcus sans vie, celui d’Evie ensanglanté. Un jeu sexuel scabreux ? Une dispute qui aurait mal tourné ?
Derrière les apparences, qui est le bourreau et qui est la victime ? À travers les voix d’Evie et de Cleo, deux visages du défunt émergent.
Pour l’agent Stephanie King commence l’enquête la plus brutale, la plus ahurissante de sa carrière.

couv48452305

Ce qui ne tue pas est un thriller efficace, au rythme soutenu et aux nombreux rebondissements. Malheureusement, je n’ai pas été complètement convaincue par ce roman.

Rachel Abbott nous raconte l’histoire d’Evie, jeune femme retrouvée un soir aux côtés de son compagnon, Mark, dans leur lit baigné de sang. Elle est vivante. Il a la gorge tranchée. Que s’est-il passé ? Le roman est découpé en trois parties. La première est consacrée aux événements survenus avant l’incident. Quelques éléments sont laissés sous silence, certains sont révélés à demi-mots. Cette première partie permet d’introduire les personnages d’Evie, Mark et Cleo (la sœur de ce dernier) et de mettre en avant leurs relations parfois houleuses. La seconde partie est consacrée au procès. Ne vous attendez pas à une enquête complètement dingue, ce roman repose entièrement sur le procès et ce qui en découle (conséquences que nous découvrons en troisième partie).

Pourquoi n’ai-je pas été convaincue ? Le roman est divertissant, agréable à lire, intéressant mais j’ai trouvé les ficelles parfois un peu grosses. J’ai trouvé que trop d’éléments étaient exposés en première partie, rendant la fin prévisible. L’autrice n’apporte rien de nouveau avec ce roman, rien de particulièrement original. Ceci dit, elle joue plutôt bien avec nos esprits. L’ambiance est sombre, il y a beaucoup de tension. Ses personnages sont fourbes, ils ont tous des choses à cacher et excellent dans l’art de la manipulation. Ils ont tous un sacré grain, qu’on se le dise, mais il faut se méfier des apparences ! J’avoue que j’ai bien failli tomber dans le panneau… Chaque rebondissement sème un peu plus le doute, on ne sait plus à quel saint se vouer. Malheureusement, j’aurais aimé un retournement de situation plus surprenant à la fin, puisque c’est finalement ma première et principale hypothèse qui s’est révélée correcte.

J’ai eu énormément de mal à m’attacher à qui que ce soit. La policière qui est mise en avant au niveau de « l’enquête », Stephanie, a une back-story on ne peut plus banale. Elle manque de charisme et je n’ai pas eu plus envie que ça de connaître son histoire. Cleo et Evie, les deux personnages principaux, ont un peu plus de substance mais j’ai trouvé que l’ensemble était tout de même assez superficiel, elles auraient pu être plus approfondies. Le roman repose énormément sur leurs folies respectives donc je ne vais pas en dévoiler plus à ce sujet.

En résumé, Ce qui ne tue pas réunit tous les ingrédients nécessaires pour passer un bon moment de lecture. Dans mon cas, il n’y a pas eu d’étincelle, il m’a manqué quelques approfondissements et j’ai trouvé certaines choses trop prévisibles. Néanmoins, c’est un thriller divertissant et prenant.

Alors, tentés ?

14/20

La chronique de Sorbet Kiwi

La bisette !

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

3 réflexions au sujet de “Ce qui ne tue pas – Rachel Abbott.”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s