Cent voyages – Saïdeh Pakravan.

Coucou les paupiettes !

Aujourd’hui je vais vous parler d’un roman publié aux éditions Belfond, dans la collection Pointillés. C’est une collection que j’aime beaucoup, j’ai découvert de chouettes auteurs et des textes très originaux par son biais. Cent voyages a été publié le 10 janvier 2019. Il s’agit du dernier roman de Saïdeh Pakravan, écrivaine et poète franco-américaine née en Iran. Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce livre.

« Je tourne les pages du passé une à une. Chaque souvenir s’étire en une toile diaphane qui très vite s’effiloche et ne correspond plus à rien. J’évite d’autoriser une senteur ou une nuance rosée dans le ciel de ce début d’été à me projeter vers une disposition semblable, à évoquer le moment où j’ai déjà vu la même teinte, un arbre de la même forme, senti le même parfum d’épices. Je change la station radio qui joue la nostalgie avec trop d’insistance. Je me défais des gens, je me défais des endroits, je me défais des sentiments qui m’ont habitée quand j’étais autre, plus jeune, plus timorée. Je tourne les pages. Et pourtant, ce livre, je l’ai lu. D’une certaine manière même, je l’ai écrit, en partie consciemment. Il se rappelle souvent à moi. »

couv40906297

Cent voyages est un roman plutôt contemplatif. Saïdeh Pakravan nous raconte l’histoire de Garance. Cette dernière est la narratrice, nous livrant ainsi un récit très intime, nous plongeant dans les recoins de sa mémoire, de ses souvenirs. Il y a très peu de dialogues mais le roman, plutôt court, se lit très vite. L’écriture de l’autrice est fluide, douce, poétique. Je lui ai trouvé un petit côté décousu. Garance tâtonne, elle se souvient de détails au fil des pages et revient parfois en arrière. Le roman est découpé en trois parties, consacrées à trois personnes qui ont beaucoup compté dans sa vie, deux hommes et sa fille. Garance réfléchit beaucoup à la nature de ses relations avec le sexe opposé, aux différentes formes d’amour. Elle aborde également les relations qu’elle a avec ses parents ou sa sœur.

Je m’attendais à autre chose en commençant ce roman. Je pensais que nous allions parler voyages au sens propre du terme et si Garance aborde quelques unes de ses destinations, elle ne le fait qu’en quelques lignes. Nous voyageons dans les souvenirs de l’héroïne, remuons son passé et Saïdeh Pakravan en profite pour évoquer de nombreux sujets auxquels le lecteur peut plus ou moins s’identifier. Franco-iranienne, Garance raconte sa difficulté à se sentir chez elle dans l’un ou l’autre pays, sa difficulté à tisser des liens avec les gens autour d’elle. Elle n’est pas très entourée, son rapport à la famille est particulier. C’est une jeune femme qui se cherche dans sa solitude.

J’ai été gênée par quelques éléments. Comme je le disais un peu plus haut, l’ensemble est assez décousu. On ne sait pas ce qui provoque ces souvenirs, ces réflexions. Ils s’enchaînent les uns après les autres, parfois ils sont insignifiants, presque ennuyants. Et parfois ils sont dramatiques, bouleversants, mais ce drame ne dure que quelques secondes avant que l’on ne passe à autre chose. L’autrice n’est pas allée jusqu’au bout des choses, elle ne fait que les effleurer. Par conséquent, on a l’impression que la narratrice nous cache des choses, qu’elle ne se révèle pas complètement à nous et j’ai eu du mal à m’attacher à elle pour cette raison. Son côté amorphe face aux drames de sa vie ne la rend pas spécialement sympathique à nos yeux non plus. On a l’impression qu’elle parle de quelqu’un d’autre, comme si elle était étrangère à sa propre vie. Il y a beaucoup de non-dits, de fantômes qui restent flotter là lorsque l’on referme ce livre. Des questions qui restent sans réponses et des choses que j’aurais aimé savoir et que je ne saurai jamais et ça me frustre.

En résumé, Cent voyages est un roman intéressant et assez surprenant. La plume de Saïdeh Pakravan est poétique, son récit est à la fois triste et beau. Mais je reste sur ma faim, j’aurais aimé un peu plus d’émotion, un personnage principal plus attachant, plus impliqué et que les voyages réalisés par Garance soient plus mis en avant et n’apparaissent pas seulement comme un moyen de fuir son quotidien. Ceci dit, je suis curieuse de découvrir les autres romans de l’autrice !

Alors, tentés ?

14/20

La bisette !

 

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

2 réflexions au sujet de “Cent voyages – Saïdeh Pakravan.”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s