Le journal intime de Cléopâtre Wellington – Maureen Wingrove.

Coucou les paupiettes !

Je vous propose aujourd’hui de découvrir une série jeunesse publiée aux éditions Michel Lafon dont le premier tome est sorti en octobre 2017 et le second en octobre 2018. J’ai pu découvrir les deux premiers tomes il y a quelques jours. Mémoires d’une jeune guenon dérangée et Autant en emporte la musaraigne ont été écrits par Maureen Wingrove, A.K.A. Diglee, autrice et illustratrice dont vous avez peut-être déjà lu quelques bande-dessinées (Confessions d’une glitter addict, Forever Bitch…). Avant de vous donner mon avis, je tiens à remercier la maison d’édition pour l’envoi de ces livres !

Cléopâtre a 13 ans, trois chats, des parents divorcés, une petite sœur givrée fan de phoques, une pilosité plus proche de celle du singe que de l’être humain, et doit supporter quotidiennement maintes humiliations et insultes assénées par Clément, le plus sadique mais néanmoins plus beau mec du collège. Heureusement, elle peut compter sur sa BFF Chloé pour lui faire oublier ses drames existentiels à grand renfort de missions d’espionnage nocturnes et de tournage de film d’horreur amateur. Mais cette année, deux nouveaux font leur apparition en classe de quatrième… Et il se peut qu’ils changent considérablement le quotidien de Cléo.

Cela faisait un petit moment que je mourrais d’envie de rencontrer cette chère Cléopâtre Wellington. Pour l’instant, il n’y a que deux tomes et je n’en ai fait qu’une bouchée. Aussitôt reçus, aussitôt lus ! Ces petits romans ne sont pas sans me rappeler Le journal intime de Georgia Nicolson, une saga que j’avais adoré étant plus jeune, et je pense que Maureen Wingrove s’en est largement inspiré et l’a adapté à notre époque.

Dans le premier tome, nous rencontrons Cléopâtre Wellington, Cléo pour les intimes. Dans son journal intime, Cléo nous raconte son quotidien. A 13 ans, vous vous doutez bien qu’il est hautement mouvementé ! Il s’en passe des choses à cet âge là, auriez-vous déjà tout oublié ? Sa mère ne la comprend pas, sa sœur est chelou mais (un peu) adorable, ses BFF sont à portée de SMS H24, les garçons sont bêtes mais qu’est-ce qu’on ferait sans eux… On pourrait se dire oh la la, mais qu’elle revoit ses priorités la petiote ! Mais on a tous eu 13 ans. Oui, même toi là au fond qui fait genre que non, tu n’es jamais passé par cet âge ingrat.
Nous rencontrons donc Cléo, mais aussi sa famille, ses amis, ses camarades de classe. Ce premier tome pose les bases, le décor dans lequel l’héroïne va grandir, évoluer, connaître ses premières peines mais aussi de grands moments de joie et beaucoup de fous rires.

La plume de Maureen Wingrove est magique. Les pages s’enchaînent toutes seules, son écriture est fluide, simple et efficace. Le roman est vraiment très drôle mais aussi plutôt intelligent. Avec une bonne dose d’humour, de second degré, dans un roman en apparence plutôt girly, Maureen Wingrove aborde de nombreuses thématiques et tape juste. En se (re)mettant dans la peau d’une adolescente, elle évoque tous les petits soucis du quotidien liés notamment à la puberté. Le corps change et c’est déconcertant pour beaucoup de jeunes filles. L’autrice dédramatise les choses, prône l’acceptation de soi, le body positive et met en avant toutes les féminités. Elle participe à l’éveil d’une conscience féministe en ponctuant son récit de diverses références. Cléo est une jeune fille intelligente, curieuse et elle s’intéresse à plein de choses. Elle nous parle de la place des femmes dans la culture, dans l’histoire des arts et de la littérature, de leur invisibilisation. Elle s’indigne des inégalités fille/garçon, le tout d’un ton léger et entre deux séances de jeux avec sa sœur ou une séance d’espionnage avec sa meilleure amie. L’ensemble est réaliste, Maureen Wingrove décrit très bien cette période entre l’enfance et l’adolescence, cet âge où l’on veut se comporter comme un adulte mais qu’on aime encore jouer aux Barbie avec ses copines. Cet âge décisif où tout un ensemble de facteurs vont largement participer à mouler l’adulte qui se cache en nous.

Personnellement, j’ai préféré le second tome (bien que le premier soit très bon aussi hein, mais plus introductif). On rentre vraiment dans le vif du sujet et on sent que l’autrice se lâche un peu plus. J’ai adoré suivre ces personnages hauts en couleur et j’ai hâte de lire la suite ! Cléo est une héroïne qui a beaucoup de personnalité et qui est entourée par des personnages très différents les uns des autres. Ses copines n’ont pas les mêmes passions, les mêmes préoccupations. Elles se complètent, se disputent, se rabibochent. Ça me rappelle mes années collège haha. L’autrice puise son inspiration dans ses propres souvenirs et cela se ressent (#relatable). Il est très facile de s’identifier aux personnages.

En résumé, une série de romans jeunesse rafraîchissante, drôle et intelligente que je vous recommande chaudement, peu importe votre âge. Vous ne le regretterez pas !

Alors, tentés ?

18/20

La bisette !

Publicités

Publié par

Ibidouu

Petite chose à la recherche d'un avenir.

4 réflexions au sujet de “Le journal intime de Cléopâtre Wellington – Maureen Wingrove.”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s